Print this page

Collectivités territoriales : L’Afd accorde un prêt de plus de 52,5 milliards de FCfa au Sénégal

07 Juil 2018
1892 times
Photo d'archives Photo d'archives

L’Agence française de développement (Afd) et l’Etat du Sénégal signeront, lundi prochain, deux conventions de financement d’un montant total de 80 millions d’euros, soit plus de 52,5 milliards de FCfa. Entrant dans le cadre de l’appui aux communes et agglomérations du Sénégal, ce prêt vise à renforcer la viabilité financière des collectivités territoriales et à améliorer leurs performances en matière de gestion et de maîtrise d’ouvrage.

Le lundi 9 juillet 2018, Amadou Bâ, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, et Mme Laurence Hart, directrice de l’Agence française de développement (Afd) au Sénégal, signeront  deux conventions de financement d’un montant total de 80 millions d’euros, soit plus de 52, 5 milliards de FCfa, pour appuyer les communes et agglomérations du Sénégal.

Selon le communiqué parvenu à notre rédaction, ce sera en présence du président de la République, Macky  Sall, de Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal, de Yaya Abdoul Kane, ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, et de Mme Louise Cord, directrice des Opérations pour la Banque mondiale au Sénégal.

D’un montant total de plus de 52,5 milliards de FCfa, comprenant deux prêts de l’Afd, respectivement plus de 48 milliards de FCfa et plus de 4,6 milliards de FCfa, ces financements visent à appuyer le Programme d’opérationnalisation de l’Acte 3 de la décentralisation (Proactsen).

D’après les perspectives, à terme, le Programme d’appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen) devrait contribuer à renforcer la viabilité financière des collectivités territoriales.

C’est un programme d’un montant global de plus de 146,8 milliards de FCfa, qui sera majoritairement cofinancé par la Banque mondiale (61,2 milliards de FCfa) et l’Etat du Sénégal (près de 33 milliards de FCfa).

Une telle vision comprend, d’une part, la réforme des transferts financiers de l’Etat, l’amélioration du recouvrement de la fiscalité locale et la modernisation des outils de gestion comptable des communes. D’autre part, il devrait accroître la performance des collectivités locales en matière de gestion et de maîtrise d’ouvrage, avec la mise en place de dispositifs de formations ciblées et de renforcement de capacités pour la fonction publique locale. A cela s’ajoute un système d’incitation à la performance permettant aux communes d’accéder à des ressources complémentaires pour financer leurs investissements et augmenter de manière substantielle l’accès à des services publics locaux de meilleure qualité.

Fara Michel DIEYE 

Rate this item
(0 votes)