Print this page

Communes de Fanaye, Ndiayène Pendao et Guédé Village : 4 milliards de FCfa de la Koica pour lutter contre la pauvreté

24 Juil 2018
12761 times
Le groupe des responsables de la Koica et des partenaires du département de Podor. Le groupe des responsables de la Koica et des partenaires du département de Podor.

Avec l’appui de la Koica, les conseillers municipaux de Fanaye, Ndiayène Pendao et Guédé Village, en étroite collaboration avec les populations de ces collectivités locales du département de Podor, sont résolument engagés à relever les défis de l’Acte 3 de la Décentralisation du Pse et du Pnar. Depuis 2016, les partenaires sud-coréens mettent en œuvre dans ces trois communes de Podor, situées dans les arrondissements de Thillé Boubacar et de Gamadji Saré, un projet de développement agricole qui permettra de fixer définitivement les bras valides de ces trois collectivités locales dans leur terroir en les aidant à lutter contre la pauvreté, l’émigration clandestine et l’exode rural.

M. Rak Myeong Jung de la Koika et l’ingénieur délégué de la Saed de Podor, Amadou Tidiane Mbaye, lors de la dernière réunion des bénéficiaires à Nianga, ont rappelé que ce projet inclusif et durable de la chaîne de valeur riz est mis en œuvre par la Koika (Agence sud-coréenne pour la coopération internationale) et financé par le gouvernement sud-coréen pour un coût global de 4 milliards, 250 millions de FCfa et pour une durée de 7 ans.

M. Mbaye a précisé que toutes les études d’avant-projet détaillées sont terminées, « les appels d’offres seront lancés incessamment, les premiers contrats avec les entreprises seront signés en septembre 2018 et les travaux pourraient démarrer avant la fin d’octobre prochain ».

Des sessions de formation pendant deux ans
Amadou Tidiane Mbaye a laissé entendre que les formations des populations bénéficiaires sont en cours, au moment où le processus de mise en place du comité local de gestion intégrée du centre de l’union de ce projet (qui sera construit à Pendao, aménagé et entièrement équipé par ce projet), est en train d’être finalisé. Il s’est réjoui de la farouche volonté des partenaires sud coréens d’accroître les revenus des GIE et des familles de 20% et surtout de contribuer de manière significative à l’augmentation de la production rizicole. Egalement, ce projet permettra de renforcer les capacités techniques des producteurs de riz à travers différentes sessions de formation pendant deux ans, de former aussi des formateurs appelés à démultiplier leurs connaissances au profit d’autres producteurs de riz.

 Dans le même sens, le coordonnateur du projet, M. Rak Myeong Jung, a parlé du rôle de ce comité, de l’état d’avancement du projet et de l’importance du centre de l’Union. Ainsi, il s’est appesanti sur le système d’irrigation (canalisation, pompe, etc.), la mise en place des machines agricoles (trois tracteurs, des transplanteurs de riz), du matériel de transport (camions gros porteurs et véhicules pick-up), la nécessité de générer des revenus à travers l’exploitation de ce centre de l’union (location de la salle polyvalente pour des réunions, des machines, des chambres, etc.), la promotion du « Riz-Podor/Koica », de favoriser l’intégration et la fédération des trois unions agricoles.

 Une quinzaine d’intervenants ont ensuite parlé au nom des populations bénéficiaires de ces trois communes rendant un vibrant hommage à l’équipe de Rak Myeong Jung qui s’active pour mettre en valeur dans ces trois communes, 602 ha de terres cultivables en vue de permettre aux producteurs de démarrer les premières opérations de récoltes de riz vers juin 2019.

« Avec les futurs aménagements de la Koica, et les renforcements de capacités dont nous bénéficions et la mise en place de systèmes d’irrigation très performants, nous serons bientôt autonomes », ont-ils souligné. Ils ont enfin été unanimes en rappelant que ce programme est mis en œuvre conformément à la volonté du président Macky Sall qui, lors d’une de ses visites en Corée du Sud, avait sollicité auprès du gouvernement sud coréen un appui pour booster le développement agricole dans notre pays.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

Rate this item
(0 votes)