banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Festival Festigraff : Quand le rap se mêle au graffiti pour clôturer l'événement

04 Mai 2016
664 times

Samedi dernier, les artistes et participants de la septième édition du Festigraff sont descendus de la Maison de la culture Douta Seck à l'Institut français (Dakar-Plateau) pour le concert de clôture de l'événement. Celui-ci dure officiellement jusqu'à jeudi prochain. Retour en musique et en peinture sur le concert de samedi, dont l'invité d'honneur était le rappeur Simon qui a réalisé une performance inédite.

Tout au long de la soirée, plus d'une quinzaine de rappeurs, en solo ou en groupe, professionnels et amateurs du public, en battles, en freestyle, se sont partagés la scène de l'Institut français. Tous débitaient leurs flows sur les sons mixés par Dj Zeina qui a fait se lever l'assistance à maintes reprises, notamment lorsqu'elle scratchait. Parmi les artistes présents, on retiendra le très percutant duo Fibou Clay. Un homme et une femme en symbiose jusque dans leurs tenues assorties, qui ont offert au public deux morceaux cadencés. Un trio féminin, Goddle, a fait également s'embraser l'assemblée, qui remplissait les gradins au fur et à mesure de la soirée. Elles ont séduit le public au point d'être rappelées par la maîtresse de cérémonie pour un morceau a capella.

La star de la soirée, c'était évidemment Simon. Il est intervenu à deux reprises pendant le concert. Il s'était lancé un défi ce soir. Faire du hip hop avec des instruments africains traditionnels. Il était donc entouré de trois musiciens : un percussionniste jouant des calebasses, un virtuose de la kora et un joueur de balafon. Et le pari est réussi ! Simon a réussi à nous emporter dans des morceaux à texte calmes – se prêtant plus aux instruments utilisés – et à faire danser tout le monde en mêlant ainsi les origines américaines du rap aux origines sénégalaises du rappeur.

Pendant la première prestation de Simon, des graffeurs ont commencé à venir taguer un pan de mur placé sur scène spécialement. Pendant une grosse demi-heure, une dizaine de graffeurs se sont donc relayés sur scène pour dresser une fresque changeante en temps réel. Les tags s'accumulaient les uns sur les autres.

Les graffeurs taguant au rythme de la musique, l'odeur des bombes de peintures se mêlant aux textes déclamés avec force par les rappeurs, l'auditoire s'est peu à peu laissé emporter, certains allant même jusqu'à venir se déhancher sur l'avant-scène en fin de concert, sur We Rollin de Simon, revenu clore cette soirée.   

        
 Nicolas CERTES (stagiaire)

Last modified on dimanche, 22 mai 2016 19:33
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.