banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Ray Lema, musicien-pianiste congolais : « La musique est un métier, ce n’est pas seulement la danse »

25 Sep 2017
794 times

Rencontré à la sortie de la cérémonie de clôture du 20e Festival du cinéma africain de Khouribga (Maroc), le musicien congolais Rey Lema nous a parlé de son rôle de membre du jury de ce rendez-vous du septième art. A 71 ans, le talentueux pianiste, véritable globe-trotter vivant à Paris, annonce la sortie prochaine d’un nouvel album et rappelle à la jeune génération d’artistes du continent que la musique est un métier à prendre au sérieux…

Qu’est-ce cela vous fait d’être membre du jury d’un festival de cinéma ?
C’est une fonction très complexe. Oui vraiment. Mais en même temps, très intéressant, parce que ça m’a permis de croiser un milieu qui est très riche. Parce que le cinéma, contrairement à tous les arts, n’est pas seulement un art, mais une industrie. Ce sont tous les arts qui se croisent en même temps. Et juger tous les arts qui se croisent est un exercice affolant.

Et lequel des films vous a le plus marqué ?
On vient de vous donner les résultats, la presse parlez-en d’abord.

En tant que musicien et artiste, comment trouvez-vous le cinéma africain ?
Le cinéma africain, moi j’y crois beaucoup, parce que comme je viens de vous le dire, le cinéma est une industrie et en tant que telle, si nos dirigeants comprennent sa dimension industrie, c’est-à-dire un moteur économique, avec les talents que nous avons, ça peut tirer le continent vers le haut très rapidement. Voilà ce que j’ai senti.

Concernant votre carrière musicale, comment cela se passe-t-il pour vous après tant d’années ?
Écoutez, je suis tout le temps sur les routes, sur scène dans les hôtels ; ma particularité est que tantôt je tourne en piano solo, tantôt en duo, tantôt en quintet, en symphonie… Cela fait que je ne peux même plus en parler. C’est comme demander à un maçon qu’est-ce que vous pensez de la maçonnerie (rire). Je remercie tous les jours Dieu de m’avoir donné ça. Il faut que j’assure, je garde la santé parce que c’est très éprouvant comme métier.

Et peut-on vous imaginez toujours là dedans ?
J’espère que j’y serai aussi longtemps que Dieu me donnera la vie.

Y aurait-il une relève à Ray Lema ?
Je suis très occupé avec l’éducation, je fais beaucoup de workshops, je m’occupe des jeunes artistes. Parce que je pense à mon niveau aujourd’hui, je suis responsable, par mon expérience, par mon âge. Je fais tout pour essayer de communiquer plus que je peux avec les plus jeunes. Pas seulement dans mon pays, on m’invite partout dans le monde. Il y a des diasporas africaines même jusqu’en Chine. Peut-être qu’en Afrique, c’est plus compliqué avec mon instrument qui est le piano ; il n’y a pas beaucoup de pianos en Afrique… Chaque fois qu’on m’invite en Afrique, ici par exemple, ils voulaient que je joue. Mais quand je suis allé voir le piano, c’était un petit clavier comme ça (il fait le geste avec les doigts). Donc je leur ai dit non, ce n’est pas un piano ça.

Travaillez-vous sur un projet ou album musical en ce moment ?
Actuellement, je suis sur mon prochain album. Il sera très jazz,  

Vous en êtes à combien d’albums dans votre carrière ?
Hum, mon Dieu, là vous posez une question très complexe. Je ne les compte plus, il y en a beaucoup, vraiment.

En tant qu’artiste, connaissez-vous toutes les variétés de la musique africaine ?
L’Afrique est un continent énorme  ! Donc c’est impossible pour un musicien de connaître toute l’Afrique. C’est impossible !

Mais vous suivez quand-même les jeunes musiciens qui font de l’Afrobeat, du Ndombolo, du Mbalax, entre autres. …
Ha oui, oui ! Parce qu’il y en a beaucoup qui m’envoie leur produit pour que je réagisse. Donc je les suis. Le seul problème est que, prenez l’exemple du festival de cinéma que l’on vient de voir. Toutes ces musiques-là ne peuvent pas accompagner l’image. En musique, on ne peut pas y arriver parce qu’on danse ou on a un beau visage. C’est vraiment un métier. Il faut que les Africains sachent que la musique est un métier, et ce n’est pas seulement sortir des tubes et danser. Ce n’est vraiment pas seulement la danse…. Mais pour cela, je ne me sens pas en missionnaire pour aller dire ça à tout le monde. A chacun de suivre son destin.

Propos recueillis à Khouribga, par Omar DIOUF

 

Last modified on lundi, 25 septembre 2017 13:59
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.