banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Politiques et programmes du secteur des Tic : L’Afrique veut un accès équitable entre homme et femme

26 Sep 2017
1965 times

Dakar abrite depuis hier une conférence régionale pour l’Afrique sur l’intégration de la dimension du genre dans les politiques et programmes du secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tic). La cérémonie d’ouverture a été présidée par Abdoulaye Baldé, ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique.

Le grand atout qu’offrent les Technologies de l’information et de la communication (Tic) sur le plan économique et social ne peut porter véritablement ses fruits dans un pays que lorsque celles-ci intègrent suffisamment la dimension du genre. Autrement dit, un accès équitable entre homme et femme à ces technologies qui ont fini de révolutionner les rapports sociaux à presque tout point de vue. C’est d’ailleurs dans cette démarche que s’inscrit la première édition de la conférence régionale pour l’Afrique sur l’intégration de la dimension du genre dans les politiques et programmes du secteur des Tic.

A l’Initiative de l’Unesco et en partenariat avec le ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, Onu-Femmes, le Centre de la Cedeao pour le Développement du genre, la World Wide Web Foundation, l’Alliance pour l’Accès à l’Internet (A4ai), la Banque africaine de développement et Facebook, cette rencontre se veut une plateforme de réponses « aux défis et aux opportunités de la société de l’information et de la connaissance. » Elle vise à créer des alliances pour accélérer l’intégration de la dimension genre dans la politique des Tic en Afrique francophone et  à mettre en place « un réseau de pairs entre les gouvernements d’Afrique francophone et, en particulier, les ministères et les agences chargées d’élaborer des politiques et des programmes qui exploitent le pouvoir d’accès à l’information pour atteindre les Objectif de développement durable (Odd), et plus particulièrement en ce qui concerne l’égalité des genres ». La rencontre de Dakar regroupe une centaine de participants issus d’une vingtaine de pays dont le Mali, le Burkina, le Kenya, la Tunisie et le Cameroun.

Pour le ministre sénégalais de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, la dimension Genre et Tic constitue un enjeu « important » pour le développement de « nos » communautés et « nos » nations entières. Selon Abdoulaye Baldé, cette conférence contribue à accélérer l’intégration de la dimension genre dans les politiques du secteur des Tic en Afrique francophone. « Notre rencontre ouvre de nouvelles pistes pour l’innovation et l’entreprenariat numérique afin de relier davantage les citoyens africains et de faciliter davantage leur intégration », a-t-il indiqué, ajoutant que le Gouvernement du Sénégal va poursuivre les politiques visant à réduire la fracture numérique.  

Un enjeu développement
Si l’accès équitable aux Tic est un défi mondial, Adalbert Nshimyumuremyi de la Banque africaine de développement (Bad) pense que la situation est beaucoup plus difficile en Afrique où les avantages du numérique souffrent davantage de répartition déséquilibrée. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, la Bad a approuvé un programme de 10 millions de dollars à travers la mise en place d’une plateforme numérique visant 50 millions de femmes dans le continent.

D’après le directeur du Bureau régional multisectoriel de l’Unesco, Gwang-Chol Chang, « l’accès  à l’information et l’implication des femmes dans l’innovation et l’entrepreneuriat numérique joue un rôle clé pour positionner l’Afrique et les jeunes femmes africaines en particulier dans une trajectoire de développement inclusif et durable. » C’est pourquoi, pense-t-il, les femmes devront être non seulement des consommatrices et de contenus numériques, mais davantage d’importantes créatrices de contenus locaux.

Ibrahima BA

 

Last modified on mardi, 26 septembre 2017 14:01
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.