banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Marché publicitaire, financement de l’audiovisuel public... : Les cadres de la Rts rejettent un « faux débat »

10 Jan 2018
613 times

L’Amicale des cadres de la Radiodiffusion télévision sénégalaise (Acarts) est montée au créneau face aux attaques de certains opérateurs de télévisions privées à propos du marché publicitaire audiovisuel, du financement de l’audiovisuel public et l’acquisition des droits de retransmission des évènements sportifs.

L’Amicale des cadres de la Radiodiffusion télévision sénégalaise (Acarts) n’apprécie point une situation aux allures d’une campagne d’intoxication. Suite aux attaques de certains opérateurs de télévisions privées, les cadres de la Rts ont apporté des précisions à travers un communiqué. Selon les cadres de l’audiovisuel public, ces opérateurs considèrent que la Rts capte une importante part du marché publicitaire audiovisuel, sur le financement de l’audiovisuel public et sur l’acquisition des droits de retransmission des évènements sportifs.

« Ces opérateurs entretiennent un faux débat », rétorque les cadres de la Rts. Ils expliquent dans le communiqué : « Au Sénégal, aucune disposition législative ou réglementaire ne limite, encore moins, n’interdit au service public de l’audiovisuel de prendre des parts sur le marché publicitaire ». En l’espèce, détaille le document, « il importe de souligner que l’Etat ne peut pas interdire à un opérateur audiovisuel public d’accéder à la publicité ». Tout au plus, « il peut réglementer le temps d’antenne réservé à la publicité », estiment l’Amicale des cadres de la Rts. Ils demandent aux promoteurs de télévisions et de radios privées de rester cohérents dans leurs discours. « Ils soutiennent généralement, avec « sondages » à l’appui, que leurs chaines sont plus suivies que les chaines de télévision et de radio de la Rts. Pourtant, ils ont fini de faire un aveu quant à leurs difficultés d’engranger des parts du marché publicitaire », avance l’Acarts.

L’Amicale des cadres relève que les annonceurs ne font confiance à la Rts ni par complaisance, ni par philanthropie, encore moins sur injonction de l’Etat. « Ils ont besoin de visibilité pour leurs produits et ils savent que la Rts est la télévision des Sénégalais », défendent les agents de l’audiovisuel public.

Pour l’Acarts, la consolidation des acquis et l’amélioration des contenus permettront d’asseoir une meilleure confiance entre la Rts et les annonceurs. Les cadres de l’audiovisuel public rappellent que la Rts est une société publique dont le Capital est détenu à 100% par l’Etat du Sénégal qui en est donc l’actionnaire unique. « A ce titre, à l’occasion de grands événements nationaux et internationaux (Sommets, Coupe d’Afrique des Nations, Coupe du monde, Campagne électorale, festival, etc.), l’Etat met à la disposition de la Rts des moyens matériels et financiers nécessaires à la réalisation de la mission de service public qui lui est assignée », souligne le communiqué. Le document précise que « l’Etat du Sénégal ne fait que son devoir d’actionnaire exemplaire, en mettant la Rts dans les conditions d’assurer convenablement sa mission ».

E. M. FAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.