banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Essai : Ismaïla Dème évoque «l’Islam face aux préoccupations des musulmans»

13 Jan 2018
1426 times

Enseignant en arabe qui a eu à occuper des fonctions diplomatiques, Ismaïla Dème est également ancien directeur du Bureau régional de la Ligue islamique mondiale à Dakar. Ismaïla Dème est, par ailleurs, khalife de Diawa Alwaly (localité située au Fouta dans le département de Podor). En intellectuel prudent et attaché à sa foi religieuse, l’auteur essaie dans son essai intitulé « L’Islam face aux préoccupations des musulmans », de nous propulser dans une synthèse intelligente entre discours religieux et exigence de la modernité. 

Dans son essai intitulé « L’Islam face aux préoccupations des musulmans », Ismaïla Dème précise donner « ses points de vue ». L’auteur propose de revisiter un pan de l’histoire de son Fouta natal, de manière générale, et plus particulièrement celui de son village d’origine, Diama Alwaly. Dans une approche très singulière, l’auteur revient sur l’histoire des fondateurs de ce village historique qui ont « fortement contribué à la propagation de l’Islam et à l’enseignement de la science arabo-musulmane » dans la sous-région. Parmi ces illustres hommes, il cite, par exemple, Ousmane Dan Fodio, l’homme de Sokoto dont l’arrière-grand-père, Moussa Djokolo Dème avait quitté Diama Alwaly pour se rendre au Nigeria.

Grace à sa mosquée et son cachet spirituel, Diama Alwaly a pu vaincre les vicissitudes du temps et poursuivre sa marche tout en sauvegardant son patrimoine qui est l’un des plus anciens lieux religieux du Fouta Toro et plus précisément de l’île à Morphil, suffisant pour que l’auteur consacre plusieurs pages à l’histoire de cette mosquée. Une mosquée bien que classée site historique, souffre actuellement de son état de délabrement. Il est dès lors impérieux pour les autorités de procéder à sa réfection, suggère l’auteur.

L’auteur s’est également permis de jeter un aperçu sur l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du Mouridisme. Il salue notamment l’abondance de la production scientifique et littéraire du fondateur du Mouridisme. Ceci est d’autant plus impressionnant que le Cheikh s’exprimait dans un contexte très mouvementé marqué « par les exactions multiformes des autorités coloniales et des difficultés de toutes natures auxquelles il fallait faire face », remarque-t-il. Malgré ce contexte relativement hostile, Cheikh Ahmadou Bamba a su laisser un riche patrimoine de savoir islamique et littéraire. C’est dire que le fondateur du Mouridisme, imbu d’une forte personnalité, a pu braver toutes les difficultés et créer ainsi un environnement favorable à la réflexion et à la production intellectuelle.

Ismaïla Déme loue au fil des pages « la force de caractère du Cheikh, son abnégation et sa foi inébranlable en Dieu ». L’auteur revient aussi sur l’importance du discours religieux. Dans cette perspective, il s’adresse également aux « prédicateurs », tout en insistant sur leurs « responsabilités », dans la société. Il recommande aux prêcheurs musulmans d’avoir à l’esprit le caractère sacré de leur mission et la responsabilité qui leur incombe. Il est inadmissible, à ses yeux, que le prédicateur n’applique point les recommandations qu’il suggère aux autres d’observer scrupuleusement.

Rôle du soufisme
A travers une explication détaillée, l’auteur revient sur la définition mais également et surtout le rôle du soufisme. C’est pour véritablement relever que le soufisme est incompatible avec l’ignorance. Dans cette perspective, l’auteur invite également au retour des sources spirituelles, morales, culturelles et sociales et aux valeurs humaines enseignées par le Messager d’Allah, le prophète Mouhamed (Psl). L’auteur aborde également d’autres thèmes tels que « le comportement du jeune musulman face à la modernité ». Un thème proposant une réflexion entre l’Islam et la politique est aussi abordé. Politique sociale, travail, francophonie, le phénomène de la mendicité sont, entre autres, des thèmes abordés par le professeur Ismaïla Dème. Si, depuis les attentats terroristes du 11 septembre perpétrés aux États-Unis, un amalgame peut s’effectuer entre l’Islam et le terrorisme – autrement dit, si les populations occidentales risquent de considérer l’Islam comme une religion violente, voire terroriste – c’est parce qu’un certain nombre de préjugés, d’a priori, de fausses évidences, existent encore aujourd’hui à l’endroit de la religion musulmane.

Ces préjugés s’avèrent le fruit d’une méconnaissance de la pensée et de la théologie islamiques. Pour déconstruire ces préjugés et souligner que l’amalgame entre Islam et terrorisme est non seulement choquant, mais n’a pas lieu d’être, l’auteur se focalise sur le sens des termes «Islam» et «Islamisme» d’une part, «violence» et «terrorisme» d’autre part. Ce travail d’objectivation nécessaire permettra d’aborder alors scientifiquement la question de la violence dans l’Islam, violence que nous replacerons dans un contexte historique, politique, économique et militaire. Autrement dit, il s’agit ici de montrer que l’Islam n’est pas une religion violente en soi et que la violence n’est pas inhérente à telle ou telle religion, mais à la domination ou à la position de dominé. L’auteur évoque ce qui semble, à ses yeux, constituer « la racine du mal ». Il préconise des solutions et appelle à un nouvel ordre de gouvernance universelle. L’auteur a enfin rendu un vibrant hommage aux deux illustres hommes que sont Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al-Maktoum et Cheikh Moustapha Cissé, défunt khalife de Pire. Il a notamment revisité certaines œuvres écrites par Cheikh Ahmad Tidiane Sy en insistant notamment sur leur signification et leur essence profonde.

Par Oumar BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.