banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lamine barro, peintre, sculpteur : Un artiste fécond

17 Mar 2018
895 times

Lamine Barro, sculpteur, céramiste et peintre sénégalais, a intitulé sa dernière exposition en cours (du 15 au 30 mars au Monument de la renaissance africaine), organisée en collaboration avec le Cercle de réflexion et d’action citoyenne de Ziguinchor (Crac/Z), « La peinture sous verre au service de l’humanitaire ». Cet intitulé traduit l’inclination altruiste de l’artiste.

Lamine Barro est inspiré par des existences diverses et guidé par son altruisme, son âme généreuse qui charge son pinceau de couleurs de la vie. Son œuvre est un instant de générosité et de geignements, d’espoirs et d’appréhensions légitimes, d’agitations confuses et de vide comme cette sculpture de cheval à petites foulées et dans une posture altière, malgré sa destinée associée à la « servitude ». Il y a, dans le travail de cet artiste à facettes, cette obsession -et à laquelle il succombe inéluctablement- de donner une bonne marge à la part d’humanité des choses et des êtres qui s’y meuvent. Et quand il donne à contempler des vies à travers la peinture sous verre, le « récit » fait rejaillir sa grandeur d’âme et combiner des sens et des émotions par superposition avec poésie. Dans l’une d’elles ainsi titrée, « Blessure du passé », il n’excite pas la douleur et n’entretient pas non plus la haine. Lamine Barro panse la blessure en l’évoquant.

L’« Union », explicitement exprimée, et « Union des peuples », un entremêlement de désirs passionnés, sont deux créations qui situent l’harmonie au premier rang des préoccupations essentielles de l’artiste. L’humain est au cœur du projet artistique parce que « la découverte de l’autre sans appréhension confuse, le partage et la compréhension exigent que nous nous aimions », confie-t-il, moins indécis sans doute que cette figure maternelle regardant, avec un œil d’angoisse, des enfants du haut de son univers de sagesse. Cette dernière est, dans la production du peintre, une somme d’expériences à partager avec générosité comme celle qui l’a incitée à organiser l’exposition « La peinture sous verre au service de l’humanitaire » destinée à aider les franges suppliciées par le sort. Son œuvre envisage le roman national comme une aventure humaine où il faut interroger les consciences pour sauver ce qui doit l’être. Les tableaux « Environnement » et « Protection de la faune », avec ses figures squelettiques affaiblies par le temps et notre propre inconséquence, illustrent bien son état d’esprit ; ce qui le turlupine, le secoue, l’émeut. Et l’essentiel, pour lui, est dans « Amour et partage », expression d’une beauté infinie, refuge d’une humanité fiévreuse, source de son « incompréhension » et motif de son « Pardon » en pleine tempête narrée par les couleurs chaudes. Lamine Barro est un poète de l’altruisme qui se réfugie dans l’art pour exprimer son être profond, ses généreuses aspirations et ses incertitudes. Il lui a permis de les livrer au monde.

Regard rafraîchissant
« Gorée sur la route de l’esclave : de la mémoire au pardon » est une de ses autres prouesses témoignant de son génie et de son engagement. Gorée est un de ses centres d’intérêt, mais il l’aborde dans son œuvre avec un regard nouveau et rafraîchissant qui l’affranchit de la version livresque de cette horreur d’un autre temps. Jusqu’ici, il a réalisé 1850 sculptures de 40 à 45 cm pour « raconter » Gorée avec son imagination poétique éclairée de temps en temps par des universitaires. « Après mon retour d’Argentine, j’ai décidé de faire un travail sur Gorée parce qu’il me semblait nécessaire de donner une autre grille de lecture à nos enfants », indique-t-il, fier de voir son travail secouer les consciences et enchanter ici et ailleurs.
Lamine Barro, enseignant, formateur en Technique de communication administrative et en Art numérique, par ailleurs directeur des études à Sup Info, est un autodidacte dont la précoce habileté a très tôt mené vers l’art. En 1982 déjà, ses premières pièces sont exposées à Dakar. Ses œuvres sur l’Apartheid sont d’une grande résonance.
Alassane Aliou MBAYE

 

 

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.