banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Patrimoine : La communauté lébou met en lumière sa culture

31 Mar 2018
1955 times

A travers chants et danses, la communauté lébou de Dakar a  présenté, samedi dernier, aux Hlm 3, plusieurs facettes de sa culture.

La culture lébou était à l’honneur au quartier des Hlm 3. L’Entente des mouvements et associations de développement (Emad) qui célèbre les manifestations commémoratives de l’héritage culturel lébou, en partenariat avec l’Alliance pour le développement, l’entraide et la promotion sociale pour le Sénégal (Adeps), a organisé, samedi dernier, une parade avec les interprètes, dépositaires des genres musicaux identifiés de la culture lébou.

Le projet de sauvegarde des musiques traditionnelles lébou, initié sur financement de l’ « Us ambassadors fund for cultural preservation » (Fonds des ambassades américaines pour la sauvegarde culturelle), répond à une préoccupation exprimée par la communauté lébou au cours des différentes éditions du Festival mémoire des « penc » et villages de Dakar communément appelé « Ndakaru Demb » (Fespenc).

La parade a été rythmée par des « Tagaatu » d’Adja Fatou Ndoye Diagne de Ouakam. Dans son élan, la cantatrice invite les jeunes à préserver l’héritage des ancêtres. Mieux, elle leur demande de s’approprier leur passé historique suivant la généalogie des Lébous, car nous avons les mêmes ancêtres, comme l’a reconnu Abdou Khadre Gaye, le président de l’Emad. Des artistes de la culture léboue, tels qu’Adja Fatou Thioune, Barham Ciss, avec ses envolées dans « Ngane Samb », « Djoogal » ou Ndir Mbengue, suivant ses chants rituels de « Ndeup », ont montré toute la richesse de cette culture wolof.  A travers des chorégraphies, Forman Guèye, accompagné de quelques lutteurs, a mis au goût du jour les habits traditionnels. «  Cette soirée montre que le Lébou reconquiert sa véritable identité ; c’était génial », se félicite Abdou Khadre Gaye de l’Emad.  Le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, tombé sous le charme, a reconnu que les Hlm sont, aujourd’hui, la capitale de la collectivité lébou. Pour sa part, le maire Pape Seck s’est réjoui de cette soirée de démonstration qui a mis les Hlm ensemble autour de la culture lébou.  

Le Fespenc est organisé par l’Emad depuis 2010 et a favorisé l’expression de ressources traditionnelles, particulièrement une diversité de musiques, chants et danses rituels. Les organisateurs sont sur le terrain pour auditionner les dépositaires dudit patrimoine culturel et ces derniers vont aller en studio pour la production d’un Cd. Le profane étant marginal chez les Lébous, les musiques, chants et danses de la communauté sont l’incarnation de l’ésotérisme de rites traditionnels. Ainsi, le « Ndawrabine » ou « Gammou » et le « Ndeup », entre autres rituels, sont aussi des chants, danses et rythmes particuliers désignés des mêmes noms.
 

Serigne Mansour Sy CISSE  

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.