banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Habib Diop Alias « Baye Eli », comédien : L’humour à fleur de peau

31 Mar 2018
1197 times

Acteur principal dans le téléfilm « 4 vieillards dans le vent », l’artiste comédien Habib Diop, connu sous le sobriquet de «Baye Eli», continue d’égayer  le public avec son humour à fleur de peau.Sa présence sur la scène théâtrale sénégalaise se confond avec une somme d’expériences.  Habib Diop dit « Baye Eli », pseudonyme qu’il arbore  depuis le téléfilm « 4 vieillards dans le vent », est  un doyen dans le monde du théâtre. Un milieu qui l’a forgé depuis son tendre enfance. Il y a passé 52 ans  de sa vie. « J'ai commencé à faire du théâtre à l'âge de 7 ans. Á l'époque, mes oncles pratiquaient cet art. J’étais tout petit parmi  eux.  C’est de là que ma passion pour le théâtre est né et j’ai suivi mon destin en étant un comédien imbu de personnalité », a-t-il confié lors de la Journée mondiale du théâtre. Son premier film date de 1962. Il avait joué comme  figurant  dans «liberté » d’Ousmane Sembène. Depuis  cette date, ce Lébou bon teint s’est frayé un chemin pour finalement se trouver une bonne place dans le milieu artistique. Grâce à son talent, son humour  et la maîtrise parfaite des rôles qu’on lui donnait, il  a fait ses preuves dans plusieurs pièces théâtrales sous la houlette du réalisateur Cheikh Tidiane Diop, entrainant les spectateurs dans une atmosphère très humoristique  tout en véhiculant des messages et leçons de morale. La pièce qui a le plus connu du succès  est le téléfilm « 4 vieillards dans le vent », laquelle lui a même valu ce pseudonyme de « Baye Eli ».  Dans  ces rôles, Habib s’inspire beaucoup des paroles et certaines blagues des vieux lébou en palabre dans les places publiques ou « penc ».

Outre ce surnom de  « Baye Eli », Habib Diop est également appelé « Goorgolu »,  héros de la bande  dessinée  éponyme adaptée à la télévision.
Auparavant,  « baye Eli » a  passé 7 bonne années de sa carrière à Sorano. Il  finira par quitter ce temple de la culture pour être embauché comme chauffeur à la Direction commerciale de la Poste. Un métier qu’il a su allier avec l’art jusqu’à la retraite.  Ces expériences et connaissances du milieu artistique sont suffisant pour l’acteur d’inviter  ses jeunes confrères  à revoir leur façon de jouer  du théâtre. Habib Diop estime que la jeune génération fait tout sauf du théâtre. « Je ne peux pas concevoir  que des Sénégalais de souche, écoutés et suivis par des Sénégalais, puissent jouer une pièce théâtrale en arborant des pistolets ou évoluant dans un luxe qui dépasse le quotidien de vie du citoyen lamda. Nos acteurs se conduisent en « Toubab », et c’est malheureux », déplore-t-il. Habib Diop soutient également que, dans une pièce théâtrale, il faut véhiculer un message éducatif et culturel.

« SE PRENDRE AU SÉRIEUX »
 Selon lui, à  leur époque et même jusqu’à  présent, ils jouent le théâtre  avec des tenues vestimentaires qui sont les nôtres (thiaya, sabador, tinkadé, etc.) et  leurs rôles se réfèrent à notre culture. Il les invite donc à faire preuve de beaucoup de sérieux à ce qu’ils font et d’y croire fermement. « Le comédien exerce un métier noble comme tout autre métier. La preuve, j’ai arrêté les bancs depuis le bas-âge pour ne m’adonner qu’au théâtre. Et grâce à cet art, je n’envie personne. J’ai pu construire ma maison, faire mon pèlerinage à la Mecque à  deux reprises et j’ai aussi beaucoup voyagé en Europe », se réjouit-il.  Dans la foulée, le comédien estime que le théâtre est un art qui nourrit bien son homme. « Je défie quiconque qui dit qu’il n’y a pas d’argent dans cet art. Si nous donnons du sérieux à ce métier, il nous le rend. Mais,  quand on vous appelle pour jouer de façon pêle-mêle et qu’à la fin vous gagnez que  des miettes, forcément, vous allez toujours pleurer sur votre sort », souligne-t-il. Prenant exemple sur son cas, Habib Diop relève : «Aujourd’hui, vous ne me voyez plus jouer dans n’importe quelle série ou téléfilm. Parce que tout simplement j’ai pris la décision de ne plus accepter qu’on me paye des sommes dérisoires ».  Pour lui, il n’est  plus question qu’on exploite ses talents de comédien. « Une somme pharaonique ou rien », martèle-t-il avec son éternel brin de sourire moqueur. 
                                                          

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.