banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Formation en Journalisme : Les clés pour réussir un reportage

25 Avr 2018
813 times

La formation sur l’art du reportage organisée par la Fondation Friedrich  Naumann pour la liberté a permis à une dizaine de journalistes des pays francophones de revoir certaines de leurs certitudes sur ce genre noble du journalisme.

L’art du reportage est mis en scène dans une salle parée d’œuvres d’art d’un hôtel de Berlin, au centre-ville. Les dix journalistes francophones de l’Afrique de l’Ouest avaient, en face, un maître qui n’a fait que ce genre durant une vingtaine d’années de carrière. C’est sa tasse de thé préférée. Il n’a pas choisi la facilité. Le reportage, c’est le genre le plus difficile en journalisme. Le défi, d’un journaliste qui fait le reportage, c’est de maintenir le suspense de l’attaque à la chute. Comment amener le lecteur à vous suivre ? Comment le transporter dans un monde étranger ou éloigné ? Comment le faire vivre un événement proche ou éloigné ?

Le journaliste doit savoir utiliser des figures de style, réussir les descriptions en allant dans les détails intéressants. L’auteur doit éveiller tous ses sens pour capter l’attention de ses lecteurs, de ses téléspectateurs et des auditeurs. « Souvent, les journalistes mettent l’accent sur la description, mais pour faire vivre le public, il ne faut pas négliger l’odorat, l’ouïe, le toucher... », rappelle Michael Obert. La construction de la trame du reportage, la hiérarchisation des éléments, leur enchaînement sont déterminants pour réussir la rédaction d’un article du genre noble.

Ce n’est pas donné à tout le monde « de faire de la bonne cuisine » en ayant dans les mains, tous les ingrédients. « Le reportage est une forme artistique du journalisme », a glissé Michael Obert. Le mot est lâché. Il résume tout, la complexité, l’exigence, l’emploi du mot juste... Quels sont les temps indiqués pour ce genre journalistique ? Le présent, le passé composé, le futur. Aussi, il ne faut pas déroger à des principes de base. A l’analyse des reportages publiés dans les journaux occidentaux et dans des médias d’Afrique, le commentaire prend de plus en plus de place dans des sujets de reportage.

Pas de place pour les commentaires
« Le commentaire ne doit pas tuer l’âme du reportage. Nous voyons souvent un mélange de style de reportage et de commentaire dans le même papier », note Michael Obert. L’auteur est invité à cacher son opinion et à mettre l’accent sur la description, la présentation de la problématique sans prendre position.
« Le reportage est un trésor qu’il faut offrir au public. Il permet d’éveiller les émotions du public, de faire bouger des lignes et de déclencher des actions politiques », narre l’affectionné de ce genre. Malheureusement, les reportages perdent de l’espace dans les journaux, et du temps dans des radios et des télévisions. Les raisons sont multiples. Certains responsables des médias opposent la publication d’un reportage à la longueur du texte. D’autres se posent la question : Est-ce que les gens vont lire tout le texte ? « Contrairement aux idées rapportant que les gens ne lisent plus les textes longs, des études ont montré qu’au cours de ces trois dernières années, qu’il y a un besoin des textes longs chez les lecteurs », rapporte Michael Obert.

L’autre question abordée, c’est comment adapter les textes longs des reportages au support numérique ? Certains bénéficiaires de la formation croient qu’il est bien possible de rédiger un reportage court. D’autres ont suggéré le recours aux illustrations pour capter l’attention du lecteur. Du reste, la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté cherche à inciter des journalistes à recourir à ce genre de plus en plus délaissé dans une optique de mieux défendre les valeurs qui font toute société démocratique. « Nous nous sommes rendu compte que le reportage est un genre difficile qui n’est pas beaucoup enseigné dans des écoles de formation. C’est ce qui justifie cette formation. En plus, cela cadre avec notre esprit de défendre les valeurs de la démocratie ; un de ses principes de base, c’est la liberté de la presse », explique la responsable du Programme international de médias et dialogue à la Fondation Friedrich Naumann, Andréa Nuesse, basée à Berlin.


De notre envoyé spécial à Berlin, Idrissa SANE

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.