banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

13ème édition du «Dak’art» : L’Institut français annonce une programmation diversifiée

26 Avr 2018
1235 times

 

Dans le cadre de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain (Dak’Art), l’Institut français de Dakar compte présenter une programmation riche et diversifiée à partir du 3 mai prochain. Avec des expositions en « In » et « Off », il offrira aussi d’autres activités parallèles dont une programmation de cinéma spéciale biennale, du design à travers l’organisation d’un atelier sous la houlette de Keur design.

Partenaires classiques de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, l’Institut français et l’ambassade de France au Sénégal s’associent, cette année encore, pour accompagner cet évènement phare du continent dédié aux arts visuels. Pour cette édition 2018, une programmation large et diversifiée a été élaborée pour contribuer à la réussite de ce grand rendez-vous de la créativité africaine. A Dakar et sa banlieue comme dans certaines régions dont Kaolack et  Ziguinchor, de nombreuses activités sont prévues pour rythmer le Dak’Art. Déjà dès le 3 mai, jour de l’ouverture officielle de la Biennale, la galerie Le Manège, dans le cadre du « In », va dérouler le tapis rouge  à l’artiste camerounais Pascale Martine Tayou pour son projet « Bois céleste ». Lequel est une installation faisant écho au thème de cette 13ème  édition de la Biennale de l’art africain contemporain : « L’heure rouge ».  

Ainsi, avec ses 12 étudiants de l’Ecole des Beaux-arts de Paris associés à ceux de l’Ecole des Arts de Dakar, ils mèneront des expériences artistiques autour de l’installation. Dans le même temps, explique Delphine Calmettes, responsable de la galerie Le Manège, un restaurant éphémère sera installé dans la cour avec la complicité de Fati Niang, qui y garera son food-truck dénommé « Black spoon ». Il s’agit d’une façon de faire découvrir « aux Biennalistes les saveurs subtiles de la gastronomie africaine », notamment celle sénégalaise.  

Aussi, une « Box vidéo » va offrir l’opportunité de voir des films d’artistes en boucle dans les jardins de l’Institut « tandis que la 43ème nuit du cinéma fera son grand retour au restaurant le Bideew ». A cela, s’ajoutent les projections du « In » avec le collectif « Zam Zam » et « Les larmes miraculeuses » de Jean Pierre Békolo. Non sans oublier, comme l’a rappelé Mme Calmettes, le projet « Ex libris Artis », lequel constitue « un grand fond documentaire en libre accès sur les arts visuels constitué grâce aux contributions des artistes de la Biennale ». Une restitution des ateliers Keur Design menés en partenariat avec le Goethe-Institut va rythmer également l’évènement.

Dans le cadre de la programmation « Off », l’Alliance française de Ziguinchor va accueillir une exposition collective regroupant des artistes du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau, du Cameroun,… A Kaolack, l’artiste Ibrahima Diokhané proposera une exposition de peinture. S’y ajoute une exposition collective de Khalifa Dieng, Ousmane Ndiaye Dago et  Ibrahima Kébé.  Enfin, à Saint-Louis, à la Galerie du fleuve de l’Institut français, « Le pavillon de l’exil », qui est une exposition nomade, dévoilera une quarantaine d’œuvres autour de la thématique de l’exil, de la situation des exilés, des diasporas… L’autre activité phare des « Off » sera le vernissage de l’exposition collective « La Cloche des fourmis » du laboratoire « Agit’Art », le 4 mai prochain.

Pour l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, le Dak’Art est un « évènement essentiel » et c’est pourquoi il est « important » de l’accompagner. Une trentaine d’inspecteurs du ministère de la Culture française sont attendus à Dakar durant la biennale.

Ibrahima BA

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.