banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Spectacle « Madiba, le musical » au Grand Théâtre : Le combat et l’humanisme de Mandela retracés

07 Mai 2018
1853 times

La comédie musicale française « Madiba, le musical » s’est produite pour la première fois en Afrique. C’était vendredi dernier, au Grand Théâtre de Dakar, en présence du président de la République, Macky Sall, et du petit-fils de Mandela, Ndaba Mandela .

« J’ai des frissons », s’est exclamé un jeune homme, après une première partie jouée par « Madiba, le musical », vendredi, au Grand Théâtre de Dakar. Cette comédie musicale française a été interprétée en présence du président sénégalais, Macky Sall. A travers de la musique, de la comédie, ce groupe explique le parcours de Nelson Mandela, l’ancien président de l’Afrique du Sud. Mandela incarne le symbole de la lutte antiapartheid et de ce qui était l’Afrique du Sud pendant ce régime ségrégationniste. Un pays où les Noirs n’avaient aucun droit. Le spectacle a commencé par l’histoire d’un jeune noir du nom de Will tombé amoureux d’une fille blanche Helena. Mais les deux tourtereaux ne peuvent pas vivre pleinement leur amour dans un pays où règne la ségrégation raciale. Une histoire d’amour impossible. Helena est la fille du chef de la police sud-africaine.

Les populations noires qui ont voulu lutter contre cette discrimination ont, à plusieurs reprises, fait face aux forces de sécurité composées de Blancs. Sur scène, le face-à-face entre les policiers et les Noirs est rude. La police disperse toutes les manifestations en tuant certains par balles. D’autres sont arrêtés et puis transférés en prison parmi lesquels Nelson Mandela. « Madiba, le musical » alterne ainsi sur la scène du Grand Théâtre de Dakar comédie, musique, chants, pour rendre un vibrant hommage à cet homme multidimensionnel. Un personnage qui s’est battu pour son peuple. Pour mettre fin au régime de l’apartheid. Le spectacle est accompagné par des danses traditionnelles zoulous avec le drapeau de la nation Arc-en-ciel qui flotte derrière.

La vie du jeune avocat noir Nelson Mandela, de la prison de Robben Island où il est torturé tous les jours, jusqu’à son accession à la Présidence de la République, est retracée dans cette pièce bien interprétée, vendredi au Grand Théâtre. Depuis sa cellule où il a séjourné des années, Madiba assiste, impuissant, au massacre de ses concitoyens par un régime dictatorial. Le seul tort des populations noires est de réclamer la liberté. Une Afrique du Sud où Noirs et Blancs pourront vivre en parfaite harmonie.

La liberté ne se négocie pas
Un militant noir, Sam qui a rencontré Mandela en prison sera finalement libéré. A sa sortie, il déclare ceci : « On ne négocie pas la liberté. Le pouvoir au peuple ». Son message est fort et clair. Sam va continuer son combat pour la fin du régime de l’apartheid. Partout dans le monde, des voix s’élèvent pour dénoncer ce qui se passe dans le pays. Les soutiens au peuple sud-africain se multiplient. La lumière commence à jaillir.

Nelson Mandela, toujours en prison, attend encore ce grand jour. Dans les rues de Johannesburg, les étudiants noirs et blancs, tous demandent la libération de Mandela. Ils réclament la liberté, la démocratie et l’égalité. Le régime de l’apartheid ne pouvait plus résister à cette pression de la rue. Dans tous les coins du monde, les gens chantent le courage de Mandela et réclament sa libération. Ce grand jour est arrivé. Madiba est enfin libre. Depuis une petite cellule de circonstance implantée sur la scène du Grand Théâtre, on le voit sortir, marchant lentement. Les séquelles de son long séjour carcéral sont visibles. La ville est animée. Tout le monde est sorti pour chanter et danser. Pour fêter cette joie. La joie de voir le héros enfin libre. La première phrase prononcée par Mandela à sa sortie est : « Merci à tous ceux qui se sont battus pour ma libération ». L’heure est au regret du côté des dirigeants du régime apartheid. Cependant, Nelson Mandela en bâtisseur d’une nation arc-en-ciel libre et prospère appelle au pardon. Madiba est libre mais tout reste à faire dans une nation dévastée pendant 25 ans à cause du régime de l’apartheid. Mandela veut instaurer la démocratie où le pouvoir va revenir au peuple. Son credo : « Un homme, une voix » pour un gouvernement élu par le peuple. Une belle leçon de patriotisme doublée d’humanisme.

Une leçon d’humanisme
Le combat de Nelson Mandela au-delà de la libération de son peuple a réussi à changer le cours des choses. Will et Helena peuvent maintenant vivre leur amour sans le regard de l’autre. Pendant le régime de l’apartheid, cela était presque impossible. La famille d’Helena avait refusé d’admettre que leur fille épouse un « pauvre noir ». Pourtant, Helena faisait fi de tout cela. Elle ne voyait pas cette différence de peau (noire et blanche) que sa maman ne cessait de lui rappeler.

A travers cette pièce, « Madiba, le musical », les artistes rendent un vibrant homme à cette figure emblématique de l’Afrique du Sud et invitent le continent africain a raconté sa propre histoire. Les recettes tirées de ce spectacle organisé dans le cadre de la biennale de Dakar sont destinées à la Mutuelle des artistes sénégalais.

Aliou Ngamby NDIAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.