banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Exposition «Off» a la bu de l’Ucad : Le peintre Abdoulaye Diallo s’interroge sur l’avenir du monde

08 Mai 2018
772 times

L’artiste-peintre Abdoulaye Diallo dit « le Berger de l’île de Ngor » expose en « Off » dans le cadre de la 13ème Biennale de Dakar. Ses œuvres sont visibles à la Bibliothèque de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, du 05 mai au  02 juin. En prélude à l’événement, l’artiste a réuni d’éminents universitaires et chercheurs sur le thème de son exposition, « Quelle humanité pour demain ? ».

L’exposition « Off » de l’artiste peintre Abdoulaye Diallo, à la Bibliothèque de l’Ucad, est un prétexte pour d’éminents chercheurs et universitaires de réfléchir et d’échanger sur le thème retenu, «Quelle humanité pour demain ?», animé par le Pr Maguèye Kassé. Ont également pris part à ce colloque le recteur de l’Ucad, le Pr Ibrahima Thioub, le Pr Sakhir Thiam de l’Université Dakar Bourguiba...

Introduisant ce thème, le Pr Maguèye Kassé, par ailleurs commissaire de l’exposition, a indiqué que ce thème ne pouvait être mieux choisi dans le cadre de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain pour présenter en « Off » des œuvres qui résument le propos artistique de Abdoulaye Diallo, dénommé « le Berger de l’île de Ngor », celui dont le talent mêlé de générosité souligne à suffisance des préoccupations centrées sur l’Humain, qu’il faut toujours interroger pour en dégager les lignes de forces de son action salvatrice pour un bien-être en harmonie avec son environnement.

Pour le Pr Kassé, ce thème, «Quelle humanité pour demain ?», arrive dans sa forme interpellative qui peut s’en dégager à un moment où l’humanité doit, en effet, se poser de bonnes questions au vu de son parcours contradictoire.
«Ce parcours est fait d’avancées majeures dans tous les domaines de la pensée et de sa transformation qualitative et quantitative pour maîtriser la nature en vue de sa transformation. On y enregistre également, voire dans le même temps, des reculs qui génèrent parfois angoisse et appréhension, considérant les menaces qui pèsent sur le devenir de l’Homme depuis l’Homo Sapiens», a affirmé Pr Maguèye Kassé dans ses propos.

Le Pr Kassé a fait savoir que l’évolution de l’humanité, qui ne peut être rappelée ici que de manière allusive et sommaire pour ne pas s’y attarder outre mesure, nous révèle deux phénomènes dont le développement marque la marche de l’humanité à travers les siècles. C’est, d’une part, du rôle historiquement dévolu à l’argent. Et, d’autre part, tout ce qui est lié au mode de production qui a porté cette nouveauté dans les rapports sociaux de manière jamais vécue jusqu’à l’avènement de la révolution industrielle et ses conséquences sur l’apparition et le développement de la mondialisation capitaliste.

A son avis, le maître-mot, c’est la course effrénée au profit qui a mis en péril la survie de l’humanité dans une mesure jamais égalée depuis le début du siècle précédent. «Quelle humanité pour demain? » sonne dès lors comme un cri et un avertissement, un appel à l’introspection universelle, à la raison et à l’émotion, à l’empathie et à des actions de caractère global partant du local et de ce qu’il porte en commun avec l’humain partout où sa présence bienfaisante peut se faire sentir. L’objectif, c’est agir dès maintenant sur les forces obscures», a-t-il révélé.

Nouvelle humanité

Revenant sur l’artiste, le commissaire de l’exposition a indiqué que Abdoulaye Diallo fait partie de ceux qui s’interrogent sur le présent et l’avenir du monde, sur le sens des vastes mouvements et des métamorphoses qui s’accomplissent et s’annoncent sur tous les continents. « Il ne se contente pas en tant que scientifique de s’interroger, mais il donne à l’œuvre, avec ses interrogations, une autre fonction, celle d’universalité d’une pensée progressiste parce que profondément humaine », selon le commissaire de l’expostion.

Présidant cette rencontre, le ministre-conseiller du président de la République, El Hadj Hamidou Kassé, s’est également prononcé sur le thème, faisant savoir que Abdoulaye Diallo donne des pistes.

A travers ses œuvres, dit-il, l’artiste  trace les contours de la nouvelle humanité aussi bien dans la souffrance que dans l’espoir. Toutefois, El Hadj Kassé a reconnu qu’il y a une sorte de dégénérescence ;  il n’y a plus que de tentatives éparses pour une nouvelle humanité.  
« Nous ne sommes plus dans l’ère de ces grands récits, ces machineries idéologiques qui ont façonné la marche des sociétés avec des prétentions comme le capitalisme, le communisme, etc. », a-t-il soutenu.

Maguette Guèye DIEDHIOU

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.