banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Institut français de Dakar : La presse sénégalaise au cœur d’un panel

12 Mai 2018
414 times

Réunis dans le cadre du cycle de rencontres de l’Institut français sur le thème « Quelle presse pour le Sénégal ? », jeudi dernier, des journalistes ont ressorti les maux qui gangrènent le secteur de la presse. Les panélistes n’ont pas manqué de dégager des pistes de solutions pour redonner à la presse sénégalaise toute sa crédibilité et sa fiabilité.

Dans le cadre de son cycle de rencontres, l’Institut français a organisé, jeudi dernier, une conférence de sur le thème « Quelle presse pour le Sénégal ? ».  La rencontre, animée par les journalistes Pape Samba Kane, Oumy Ndour, Omar Diouf et Habib Sy, le modérateur, a permis de passer au crible les problèmes et difficultés rencontrés dans la presse sénégalaise. Pour certains, il est plus qu’impératif et urgent de revoir la façon de collecter, de traiter voire de diffuser l’information, la bonne.

L’un des panélistes, Pape Samba Kane, fait partie de ces professionnels de médias qui œuvrent et alertent souvent sur les problèmes qui gangrènent la presse et entachent la crédibilité de la production de certains organes de presse. Il en veut pour preuve la publication de son ouvrage titré « Les pages sombre de la presse ».

Dans cet essai, dit-il, il alertait déjà sur la situation des médias sénégalais. Une manière de prévenir qu’on allait droit vers le mur, si les choses ne changeaient pas inéluctablement.  D’après lui, à ces problèmes de l’époque sont venus s’ajouter aujourd’hui d’autres interrogations relatives à la formation, à la qualité de travail, au respect des normes, de la collecte et du traitement de l’information et de l’expression écrite.
« Le constat fait actuellement de la presse n’est pas très encourageant. Avec l’avènement des Tic, on ne sait plus qui est organe de presse et qui ne l’est pas. Pourtant, un organe de presse électronique peut aussi être respectable qu’un organe de presse écrite sur papier. Mais le problème, c’est qu’on ne sait plus qu’est-ce qui fait presse ou autre chose. Il y a une confusion entre les genres », a indiqué Pape Samba Kane.

A l’en croire, certes la liberté d’expression n’appartient pas exclusivement qu’aux journalistes, mais faut-il toujours revoir le cadre. « Par exemple ouvrir un site, le nommer juste site d’informations, ce serait comme ne pas avoir les compétences qu’il faut et faire un journal papier et vouloir le vendre. Sauf que dans ce cas, vous êtes soumis à des choses auxquels vous n’êtes pas soumis quand vous êtes en “online”. L’autre problème relatif aux sites, ce sont informations que le lecteur lambda ne distingue pas des autres informations qui sont soit papier soit électronique et  qui ont valu au journaliste un travail de validation, de traitement et de recoupement, ça pose problème. Il y a donc toutes ces nouvelles interpellations qu’il faut prendre en compte et revoir », a argué M. Kane.

Dans ses interventions, M. Kane a aussi évoqué le nouveau Code de la presse. Un projet qu’il trouve intéressant mais qui pose des problèmes certains sur son applicabilité. « S’il y a un certain volontarisme de l’Etat à soutenir d’une façon ou d’une autre non pas tout le monde de façon égalitaire et à faire une discrimination positive à regarder les journaux, qu’il aide les organes de presse électronique qui respecte les normes », a-t-il soutenu.
Optimiste, Omar Diouf, journaliste au quotidien Le Soleil, parmi les panélistes, pense que ce Code de la presse arrivera à assainir le secteur des médias. « J’ai  espoir que ce Code de la presse va réconcilier tout le monde et redresser une bonne partie des entreprises de médias en délicatesse », a-t-il confié.

Maguette Guèye DIEDHIOU

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.