banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Exposition «Sénétopia» à Saint-Louis : Le photographe Assane Sow zoome la spiritualité des «Yaye Fall»

14 Mai 2018
1006 times

Dans le cadre de l’exposition photographique collective « Senetopia », organisée à Saint-Louis, avec l’appui du programme Acerca de la Coopération espagnole, le photographe Assane Sow du quotidien Le Soleil a présenté des œuvres autour des séances de « Zikr » (évocation multiple des noms d’Allah) des « Yaye Fall ». Des photos d’une grande dévotion, qui font voyager dans la vie de ces talibés, lors des sessions de ferveur spirituelle.

Entre la spiritualité qui se dégage dans la mise d’Assane Sow (boubou Baye Lahad atypique de la communauté mouride) et cette fine dévotion, qui suinte de ses œuvres, la frontière est assez lisse. Chez lui, la dimension est juste spirituelle, confrérique, mieux, religieuse. La dévotion, il le vit et à cette belle faculté de contaminer, toute personne sur son passage. Avec ce photographe, on plonge dans les méandres de la vie de « sa » communauté, à Touba.
Assane Sow est saisissant dans sa démarche et sa capacité à éblouir. Ses œuvres pour cette exposition font un focus sur la communauté des « Yaye Faal », ces dames qui font partie intégrante de la confrérie mouride, dont le sacerdoce se résume au travail et au « Zikr », pour le Seigneur, son prophète (Psl) et Cheikh Ahmadou Bamba fondateur de la Mouridiya. Aux couleurs noires et blanches, qui colorient leurs habits et autres accessoires, Assane Sow sublime également les sentiments qui assaillent ces dernières, au moment du « Zikr ». Mains sur les tempes, la bouche ouverte et distillant des paroles sacrées, les yeux mi-clos, ces photos vous transportent dans ces moments, où le corps tremble, avec ces sons qui vous saisissent jusqu’aux tripes. Cette mise des « Yaye Fall », une communauté qui a pour guide Cheikh Ibra Fall, fidèle compagnon de Serigne Touba, est complétée par la multitude de chapelets au coup, accompagnée de cette écharpe bicolore (noir-blanc toujours), en évidence sur la tête.

Ces clichés, de 60×40, font partie d’un ensemble qu’Assane Sow avait commencé a immortalisé, depuis 2010. Lui, est passé allégrement de la photo à vocation informative à celle qui transmet des émotions, celle typiquement artistique. Dans une autre expo, Assane Sow dit avoir présenté les hommes, ces « Baye Fall », qui étaient dans la cour du marabout Serigne Cheikh Ndiguël Fall. Cette exposition est le fruit de photos prises lors du mois de Ramadan, et durant lequel les "Baye Fall" et « Yaye Fall », dans une belle symphonie, se lançaient dans des louanges, avant et après avoir amené le repas de la rupture.

Une autre vie pour les talibés

Outre la contemplation de son terroir et la recherche de la paix intérieure (il est talibé mouride avant tout), Assane Sow s’engage dans des clichés, avec comme base l’ésotérisme et la spiritualité. C’est pourquoi Pedro Pablo Viñuales, responsable de programmes à l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (Aecid), a salué cette exposition comme le fruit d’une approche où Assane Sow assiste comme acteur-spectateur aux cérémonies religieuses et aux rituels dont les chants, danses et prières mobilisent des centaines d’initiés, comme il le montre dans son projet sur les « Baye Fall » et les « Yaye Fall ».

Dans le cadre de cette exposition, outre Assane Sow, 8 autres créateurs, parmi lesquels la photographe Ndeye Astou Beye « Bey-A », partagent leurs œuvres avec le public. L’artiste, avec ses 4 photos, sensibilise sur les conditions des enfants de la rue. Dans ces photos, on y voit ces petits, un pot en guise de sébile, arpenter les routes, à la recherche de piécettes. Pour Bey-A, à travers ces images, « il est important de sensibiliser sur les conditions de ces enfants qui ont le droit à une famille, un toit et au bien-être ».

Amadou M. NDAW

 

Last modified on lundi, 14 mai 2018 15:41
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.