banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Expo : « éclosion » à Keur Meïssa Une créativité, message de foi

02 Jui 2018
1202 times

Dans le cadre de la 13 ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, le Centre culturel Keur Meïssa de Liberté VI présente l’exposition « Eclosion ». Programmée dans le « Off » du Dak’Art, cette exposition regroupant près une dizaine d’artistes est un mélange de formes, de nuances et couleurs qui exaltent la créativité dans la diversité.

Peinture, sculpture, artisanat… à Keur Meïssa, l’exposition « Eclosion » fait une sublimation de la créativité humaine. Elle installe l’art au cœur des activités occupant l’homme dans son quotidien et qui l’humanise en perfectionnant ses sentiments et son rapport avec son prochain. Ce travail, à l’initiative du collectif « Has’Art » regroupant plusieurs artistes, se veut un message de foi traçant les sillons d’un avenir flamboyant. Entre nuances, formes et couleurs, chaque artiste a voulu présenter, dans la diversité, une certaine conception qu’il a sur des enjeux contemporains, des faits de sociétés, des croyances. Bref, une vision artistique de la chose, du monde. Dans sa sculpture, Diab Diop fait un clin d’œil au Mouridisme, Nfally Dédhiou parle de ses origines diolas ainsi qu’une partie de nos valeurs traditionnelles qu’on a l’habitude de perdre au contact de la modernité. Quant à l’artiste Idrissa Camara, il se sert de ses toiles pour replonger dans l’histoire de notre pays. La peinture figurative d’Amadou Moustapha Sambou, par de subtiles touches d’ombres et de taches de lumière, verse dans une superbe allusion au réel, à l’affectif, au mystique, à la sensibilité, à la sensualité, à l’esprit pur.

La jeune plasticienne, Marie Laure Faye, a voulu, elle, s’inscrire dans la continuité, en présentant un travail qui est la suite de son mémoire à l’Ecole nationale des arts sur l’habillement singulier et multicolore de Daara J Familly, l’un des groupes de rap majeurs au Sénégal. Ce qui est frappant et que l’artiste essaie de ressortir, ce sont ces jeux de formes dans l’habillement de Daara J familly qui a fait des émules, surtout au début des années 1990. Ses autres toiles : « Union », « Fécondité » sont centrés sur la place de l’homme dans la société mais aussi sa capacité et sa force à vaincre l’adversité et à se prendre en charge. Marie Laure Faye travaille sur le collage, le patchwork, en accordant une place de choix aux formes géométriques ; l’expression la plus simple de l’abstraction géométrique.

Rapports controversés

« Mon travail s’articule autour de l’abstraction géométrique pour faire découvrir un autre aspect des formes qui nous entourent dans une composition plastique différente et pleine de vibrations. L’articulation des formes naturelles et artificielles sous une riche structure graphique et chromatique nous renvoie parfois au rapport que l’homme a par rapport à son prochain, vecteur d’un développement humain et d’une cohésion sociale dans notre société », soutient-elle. De son côté, Patrick Mounaty Coly, connu pour la magie de ses compositions créant un univers de dialogue grâce à ses assemblages de fragments découpés de revues et de catalogues, offre une immersion inédite dans des réalités ordinaires qui passent souvent inaperçues. Ses œuvres traduisent une quête permanente de perfection. Ce qui permet d’observer une parfaite harmonie de couleurs, de figures et formes. Patrick excelle dans le collage qu’il pratique depuis 1993. En décidant de représenter un oiseau divisé en plusieurs parties, il montre à travers son œuvre « Diversité » que l’humain, pour atteindre la réussite, doit faire un cumul de connaissances, d’expériences positives et négatives.

Car, seul la foi en Dieu, en nous-mêmes, à l’avenir et au travail acharné, permet de bâtir la réussite. « Savoir vivre » montre comment des figures historiques comme Malcom X, Cheikh Amadou Bamba, Nelson Mandela ont dédié leur vie à l’humanité pour la perfectionner. Enfin, sa dernière toile « Nord-Sud » évoque les rapports souvent controversés entre l’Afrique et l’Europe. Les barrières que l’Occident a réussi à installer pour asseoir sa domination sur le continent.
L’exposition « Eclosion » est le fruit d’un programme de formation « Libert’Art » qui a regroupé 50 artistes. Elle regroupe aussi bien des artistes autodidactes que des sortants de l’Ecole nationale des arts. Parmi les autres participants à cette exposition, ouverte depuis le 9 mai dernier, figurent Salif Ly, Boubacar Ndaw, Issakha Gaye et Lucienne Imelda Biagui.

 

Mgr Benjamin Ndiaye, archèveque de Dakar
«L’art fait partie de la religion»

Accompagné par la secrétaire générale de la Biennale, Marième Bâ, l’Archevêque de Dakar, a visité, hier, l’exposition « Eclosion » du collectif « Has’Art ». Monseigneur Benjamin Ndiaye s’est félicité de la multiplicité des expressions ainsi que l’énergie qui se dégage à travers le travail des différents artistes. Selon lui, l’art permet de découvrir une dimension intérieure à laquelle on ne fait pas souvent attention. Il a insisté sur l’importance d’accorder une bonne place à l’éducation artistique pour mieux intéresser les jeunes à l’art qui fait partie de la religion et qui est le reflet de ce que l’homme vit. « La politique à sa place dans la vie quotidienne, mais l’art aussi à la sienne au sein de la société », a souligné Mgr Benjamin Ndiaye.

Ibrahima BA

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.