banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Exposition : « Bois céleste » : Les pieux de Pascale Tayou en attraction à la galerie Le Manège

04 Jui 2018
844 times

Dans le cadre de la programmation « In » de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain, la galerie Le Manège a déroulé le tapis rouge à l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou pour son projet « Bois céleste ». Prévue jusqu’au 31 octobre 2018, cette exposition est une installation de poutres de bois faisant écho à la thématique du Dak’Art : « l’heure rouge ».

Impressionnant. Le mot n’est pas de trop pour qualifier le projet « Bois céleste » de l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou. Pour la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, il a préféré surseoir à ses assemblages, ses dessins et ses sculptures, pour proposer une installation monumentale dans le cadre somptueux de la galerie Le Manège de l’Institut français de Dakar. Cette exposition inscrite dans la programmation « In » du Dak’Art, qui a vu la participation de 12 étudiants l’Ecole des Beaux-arts de Paris associés à ceux de l’Ecole des Arts de Dakar, est une forêt de pieux suspendus au plafond. Entre équilibre et rigueur, elle donne l’impression d’une secousse programmée dans le temps. Évalués à plusieurs dizaines, ces pieux à la pointe aiguë et colorée annoncent un péril. Mais ce danger semble parfois amoindri par la configuration de certains troncs qui sont moins pointus que d’autres et touchant à peine le sol. Offrant parfois une vision en contre prolongée, ces bois attachés au plafond, dans une dimension inégale, portent un message, une histoire. En effet, conformément à la conception de son auteur, ici, chaque pieu représente un être humain se trimbalant au milieu de ses pairs. Si « l’homme et le remède de l’homme », Pascale Marthine Tayou veut montrer également comment nous constituons un danger, une menace, pour nous-mêmes. Et l’actualité quotidienne liée aux guerres, au terrorisme et au changement climatique en est une parfaite illustration.

Autodidacte
Face à ces menaces faisant le quotidien de l’humanité, l’artiste appelle à un apaisement ; à revoir nos relations humaines, pour construire un monde de paix ponctué par le respect de l’autre et du droit de chaque citoyen. « Bois céleste » avec sa flotte d’épine traduit le ressenti d’un artiste engagé et déterminé à partager ses expériences. L’expo fait écho au thème de la 13ème édition du Dak’Art : « L’heure rouge ». Une thématique, qui selon Pascale Marthine, traduit « l’heure de la rénovation, du changement, de la transformation, des impossibles, l’heure des calembours sauvages et même d’une devinette osée… ».

Né en 1967 à Yaoundé, au Cameroun, Pascale Marthine Tayou vit et travaille en Belgique. C’est au début des années 1990 qu’il commence à connaître une aura internationale et davantage encore après sa participation à la Dokumenta 11 en 2002 et à la Biennale de Venise en 2005 et 2009. Reconnu pour ses œuvres construisant des « ponts entre les civilisations et révélant les liens ambigus entre l’homme et la nature », l’artiste a pris un double nom au féminin au début de sa carrière. Une façon de distancier « ironiquement » de l’idée « d’artiste démiurge, de la catégorisation homme/femme et de toute limitation géographique ou culturelle ». Autodidacte, Pascale Martine Tayou est un artiste prolifique touchant à plusieurs expressions artistiques dont le dessin, la photographie, la sculpture, le graffiti. Son exposition « Bois céleste » est à découvrir jusqu’au 31 octobre prochain à la galerie Le Manège, 89 rue Joseph Gomis.

Ibrahima BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.