Print this page

« Islam, science et société » : Ahmadou Makhtar Kanté partage sa pensée d'imam africain

16 Jui 2018
1103 times

«Islam, Science et Société» est le cinquième ouvrage de l'imam Ahmadou Makhtar Kanté. Cet expert en Environnement et en Economie solidaire met sa plume au service de toutes les sciences portées à sa connaissance, en particulier celle islamique. La Charia, le Coran et les Hadiths sont l'essence de ses illustrations.

L'ouvrage « Islam, Science et Société » est, d'un côté, le regroupement de vingt-six textes dans lequel l’auteur, Imam Ahmadou Makhtar Kanté, reste constant dans ses efforts de réflexions aux fins d'apporter sa propre compréhension des enjeux du monde contemporain à la lumière des enseignements de l'Islam. Les « écrits d'un imam africain », comme il définit son ouvrage, sont la compilation de de ses productions traitant de l'Islam, de la science et de la société. Des concepts qui reflètent les sujets développés dans le livre.

« Le temps ne peut pas dépasser l'Islam mais peut dépasser des oulémas paresseux », telle est une conviction de l'auteur. Un imam qui se veut être à l'ère de son temps. Afin d'être en phase avec sa société et le monde, il s'ouvre aux autres sciences avant de retourner sur la science islamique pas qu'avec « son islam », mais l'Islam. Cette religion, dit-il, qui n'est pas que « notre mais universelle ».

La reconnaissance est fondamentale en Islam, qu'elle soit divine, prophétique, celle de la Chahada ou simplement la reconnaissance envers son prochain. Ce dernier découle de la règle de réciprocité, notamment ne pas faire à son prochain ce qu’on n’apprécie pas pour soi. En plus de se conformer au Hadith qui dit : « Celui qui n'est pas reconnaissant envers les gens ne l'est pas envers Dieu ». Cette inter-connectivité de reconnaissances de l'individu à son prochain, de l'individu à son créateur, prouve le Hadith du prophète Muhamed (Psl) : « Quiconque n'est pas reconnaissant envers les hommes ne l'est pas envers Dieu », lit-on à la première page du livre. Celle-ci, selon l’auteur, passe par le savoir, donc « Ikra » (Apprenez), un mot essentiel en religion islamique. Nonobstant la clarté des références scriptaires, des controverses se posent au sein de la Oummah islamique et de l'incompréhension au regard des autres.

Abordant les malaises de fin du mois de Ramadan au Sénégal, l’imam Ahmadou Makhtar Kanté note que de science exacte, la Charia commande « à tous les musulmans de chercher à déterminer le mois lunaire et non d'attendre que certains pays le fassent pour les autres ». M. Kanté de souligner cette manie sénégalaise de se baser sur l'Arabie Saoudite qui est paradoxale aux textes. Il notifie dans son livre qu'il est utile de savoir qu'on fait « injustice à l'Arabie Saoudite. Pourquoi ? Parce que ce pays n'a jamais demandé officiellement à un autre pays de s'aligner sur ses décisions relatives à la détermination des mois lunaires ».

En perceptive, l'auteur décline la possibilité d'un consensus dans l'immédiat « si la volonté existe de la part des gouvernants et des oulémas de l'astronomie et de la Charia, et si les masses sont sensibilisées à cette fin, de disposer d'un calendrier musulman perpétuel aussi bien civil que religieux et d'en finir avec les malaises de lunes » pour une célébration de la fête de Korité dans la communion.

Par ailleurs, les écrits de l’imam Kanté interpellent sur des questions nationales et internationales. L'auteur évoque des thématiques liées à la politique, l'éducation, la santé l'environnement, les relations avec le reste du monde...

Le prêche religieux n'est pas que son champ de prédilection. Ahmadou Makhtar Kanté invite à la valorisation de la culture et des langues nationales, ainsi qu’à l'appui du secteur sportif et des salles et lieux convenables pour les arts. En outre, la citoyenneté est dans sa ligne de mire. En illustration, M. Kanté attend du votant, en période d’élections législatives, de l'éthique et du discernement. Ce type de citoyens qui promeut des députés qui défendent les valeurs culturelles, religieuses et traditionnelles. A travers son ouvrage, l’imam Kanté contribue aux problématiques de la bonne gouvernance sur des principes tels que la séparation des pouvoirs, le train de vie de l'Etat et des institutions publiques. En résumé, Ahmadou Makhtar Kanté a fait un tour des interrogations contemporaines et anciennes. Cet ouvrage est sa contribution écrite dans la bonne gestion de la société.

Yaye Awa Ly Ngoné SARR (stagiaire)

Rate this item
(0 votes)

Related items