banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Livre : «Dynamique syndicale dans l’enseignement supérieur au Sénégal»

20 Jui 2018
1030 times

Moustapha Tamba dresse le bilan des 30 ans du Saes

Dans son dernier ouvrage intitulé « Dynamique syndicale dans l’enseignement supérieur au Sénégal », le sociologue Moustapha Tamba, président de la Commission des publications  de la revue Etudes de l’homme et de la société (Ethos) de la Faculté des Lettres de l’Ucad, dresse le bilan des trente ans du Syndicat autonome des enseignants du Supérieur (Saes).

Créé le 27 avril 1985 à l’Université de Dakar, le Syndicat autonome des enseignants du Supérieur (Saes) est le fruit de la vision de quelques enseignants du Syndicat unique et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) qui estimaient que leurs préoccupations n’étaient pas prises en compte dans les plateformes revendicatives existantes. Sans compter les querelles internes et de leadership auxquels était confronté le Sudes. Une aventure syndicale que retrace, avec minutie et érudition, le Pr Moustapha Tamba dans l’ouvrage qu’il vient de publier chez L’Harmattan, intitulé « Dynamique syndicale dans l’enseignement supérieur au Sénégal : l’exemple du Saes » (203 pages).

Se basant sur des données historiques et sociologiques, il montre, dans cette monographie, comment l’irruption du Saes dans l’espace universitaire est venue changer le peu d’intérêt que les autorités sénégalaises eurent, entre 1960 et le milieu des années 1980, pour la question de l’enseignement supérieur. Pourtant, les débuts furent difficiles, rappelle Moustapha Tamba. Surnommé « syndicat d’assistants » par ses détracteurs, le Saes a réussi, au fil des années, à réunir sans distinction de grade tous les autres ordres d’enseignants (maîtres-assistants, maîtres de conférences, professeurs titulaires). « Qu’il ait survécu à trente ans sans perdre de sa substance, de son dynamisme, de sa faculté de renouveler ses instances, de son autonomie, relève du miracle », écrit l’auteur.

L’ouvrage du Pr Tamba apporte une contribution utile sur la genèse et l’évolution d’un des syndicats les mieux structurés de l’enseignement supérieur en Afrique : le Saes est présent dans cinq universités sénégalaises et totalise 60,5% des enseignants-chercheurs. Mieux, il fait œuvre de pionnier puisqu’il n’existe pas à ce jour d’ouvrages traitant du syndicalisme dans l’Enseignement supérieur au Sénégal, hormis les travaux des historiens Omar Guèye et Babacar Diop Buuba (ce dernier a préfacé cet ouvrage).

Au-delà de l’analyse des contextes sociopolitiques, économiques, des dynamiques culturelles et idéologiques, des acteurs syndiqués et du développement institutionnel, Moustapha Tamba a ouvert, grâce à son double regard (de militant et de sociologue),  de grands chantiers. Comme le genre dans les syndicats du supérieur, les relations entre le Saes et d’autres secteurs comme la justice, les médias, les forces religieuses et coutumières, les élus ou les partis politiques. Autant de pistes sur lesquelles ne manqueraient pas de s’engouffrer d’autres chercheurs.
Seydou KA



 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.