banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Yandé Codou Sène, huit ans déjà… : L’éternité d’une voix

15 Juil 2018
1278 times

Il y a justement 8 ans que le rossignol de Somb a cessé définitivement de chanter. Emportée par la faucheuse au royaume de l’éternité, Yandé Codou Sène s’est tue à jamais. La célébration de l’anniversaire de son décès, ce 15 juillet, réveille chez beaucoup de Sénégalais qui ont eu la chance d’être bercés par la voix de la cantatrice du Sine-Saloum le souvenir d’une chanteuse éclectique rappelant les prodiges du pays sérère.

Deux ans avant sa mort, en 2008, Yandé Codou Sène recevait l’un des derniers hommages de sa vie à travers le remarquable et touchant film documentaire de la réalisatrice sénégalaise Angèle Diabang Brener. « Yandé Codou, la griotte de Senghor », l’intitulé de cette production cinématographique consacrait, dans un  décor alliant poésie et tristesse, l’un des derniers mohicans ayant vécu comme témoin d’une partie si importante de l’histoire du Sénégal.

Yandé Codou Sène, décédée le 15 juillet 2010 à l’âge de 78 ans, a construit sa gloire autour de sa voix, de ses envolées lyriques et polyphoniques qui séduisaient tant le Président Léopold  Sédar Senghor. Cela, à tel point qu’elle devint la griotte attitrée du poète-président avec qui elle effectua de nombreuses tournées à  l’intérieur du pays. L’artiste se servait parfois de sa puissante voix pour traduire en sérère les messages de Senghor qu’elle seule pouvait interrompre les discours pour entamer un chant de louange.

La voix de Yandé Codou n’était ni aiguë, ni grave. Elle était exceptionnelle et avait cette puissance surnaturelle qui plaisait à tout le monde. C’est sans doute la raison pour laquelle, près d’une décennie après sa disparition, sa musique agrémentée par du riti, de la guitare et du tambour, continue de traverser le temps et les générations. Les chants de la diva étaient uniques en leur genre. Ils sont composés avec une infusion omniprésente du souvenir, en rappelant la profondeur des terroirs sérères  encore rebelles au train de la modernité, ces villages enchevêtrés dans des bosquets vierges et reliés par des pistes bordées de végétation qui font le charme du pays sérère. Mais également la richesse des cérémonies initiatiques dans le royaume du Sine-Saloum de naguère, les rites et pratiques religieuses de ces contrées perdues.

Née en 1932 à Somb, région de Fatick, département de Gossas, Yandé Codou Sène a très tôt été nourrie par la chanson sérère, du fait de ses origines griottes. Seulement, rien ne lui présageait un parcours musical de cette envergure. C’est à l’âge de 15 ans précisément qu’elle commença sa carrière dans les kassacks ou cérémonies d’initiation pour les circoncis. Toutefois, ce n’est qu’à 65 ans, en 1997, qu’elle va mettre sur le marché son premier album (Night sky in Sine-Saloum). Une production de 9 titres, dont « Salmon Faye », « Gaïndé », « Keur Mang Codou » ou encore le rythmique morceau « Gnaka Gniore Ndianesse », reflétant l’immensité de son talent. Flirtant avec la musique moderne, au début des années 1990 à la suite de sa rencontre avec Youssou Ndour, la dame aux lunettes noires a continué à inspirer la musique sénégalaise.

Yandé Codou Séne, ce n’est pas seulement une voix. C’est un élément du patrimoine culturel sénégalais. Un symbole de l’immortalité qui mérite d’être inscrit au panthéon des grands Hommes.

Porte-étendard de la culture sérère, la griotte était plus qu’un artiste. Elle avait cette chose que les autres n'ont pas et qui fait le génie. Son répertoire est d'une richesse prodigieuse. Et son chef d'œuvre tout simplement inimitable.

Ibrahima BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.