banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Actualités Internationales (2809)

Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé hier mercredi "jusqu'à nouvel ordre", après une violente manifestation des étudiants qui protestaient notamment contre l'exclusion de cinq de leur camarades en mars, a annoncé le gouvernement.

"Le campus est fermé jusqu’à nouvel ordre à compter de ce jour 18 avril 2018", a indiqué le ministère nigérien de l'Enseignement supérieur. Les activités académiques vont néanmoins "se poursuivre" et le restaurant universitaire restera ouvert, a expliqué à l'AFP une source du rectorat.

Des heurts ont opposé hier matin les forces de l'ordre à des étudiants de l'université faisant plusieurs blessés, selon les protestataires.

L'Université de Niamey avait été paralysée par une grève d'un mois des enseignants qui protestaient contre "l'agression" le 7 février dernier d'un des leurs par des étudiants.

Les enseignants avaient mis fin à leur mouvement le 17 mars, après avoir obtenu l'exclusion de cinq étudiants et le recours aux forces de l'ordre pour sécuriser le campus.

Les étudiants avaient évoqué une "altercation mineure" et non une agression. Jugeant ces exclusions "injustes, disproportionnées, illégales et arbitraires", ils avaient entamé un mouvement de grève.

Le président Mahamadou Issoufou a promis début mars dans un entretien à la télévision publique que "le gouvernement veillerait à ce que le calme revienne à l'université en rapport avec tous les acteurs".

AFP

Les soldats nigérians, qui combattent Boko Haram dans le nord-est du Nigéria, doivent s’adapter aux tactiques de guérilla du groupe jihadiste, ont estimé des responsables militaires en marge d’un sommet sur la sécurité en Afrique, cette semaine.

La guerre conventionnelle menée par l’armée nigériane ne suffit plus, face à des combattants qui se fondent parmi la population locale et disséminent des engins explosifs improvisés dans la région sahélienne du lac Tchad, selon Sean McClure, attaché de défense à l’ambassade américaine à Abuja. «Nous n’avons pas encore observé ce type de cycle d’adaptation» au sein de l’armée nigériane, a déclaré le lieutenant-colonel McClure à l’AFP, lors du sommet qui se tient en périphérie de la capitale fédérale. «Ils essaient de déterminer comment s’y prendre». «Leur approche du combat, à mon avis, reste sous le prisme de la guerre conventionnelle», a-t-il précisé. Les Etats-Unis, qui ont renforcé leur présence militaire en Afrique ces dernières années, espèrent partager l’expérience acquise au Moyen-Orient avec les pays du Sahel vivant sous la menace des groupes jihadistes, qu’il s’agisse de Boko Haram au Nigéria ou d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali et au Niger.

D’après le chef d’état-major de l’armée nigériane, Tukur Buratai, il ne fait «aucun doute que les terroristes de Boko Haram ont été vaincus». Pourtant, les insurgés ont multiplié ces derniers mois les attaques sanglantes visant l’armée et les civils, comme lors du week-end de Pâques, quand au moins 20 personnes ont été tuées à Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno.

AFP

La Guinée équatoriale a proposé, hier, la création «d’institutions de droits de l’homme dans chaque pays africain», au moment où le pays est pointé du doigt par des ONG pour ses manquements en matière de respect des droits humains.

«Je proposerai la création d’institutions de droits de l’homme dans chaque pays africain, à travers lesquelles on s’informera de la situation des droits de l’homme» dans chacun de ces pays, a déclaré, mercredi, le président Teodoro Obiang Nguema, à l’ouverture d’un colloque à Malabo. M. Obiang Nguema a émis ce souhait d’avoir des institutions nationales afin de remplacer les ONG internationales de défense des droits de l’homme, «utilisées», selon lui, pour «détruire les Etats africains comme la Guinée équatoriale». Lors de la parution du dernier rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW), qui estimait que l’éducation et la santé étaient sous-financées en Guinée, Malabo avait dénoncé un «rapport mensonger». Fin mars, des militants d’un parti d’opposition avaient affirmé avoir été «torturés» en détention. Un militant de ce même parti, Citoyens pour l’innovation (CI, dissous par la justice en février), est décédé en détention, «à la suite de torture», d’après son parti - ce que le gouvernement dément. Des ONG de défense des droits de l’homme ont corroboré l’usage régulier de la torture dans le pays, tandis que les autorités ont fermement démenti ces accusations.

En février, l’Union européenne s’était inquiétée de la «forte détérioration de la situation des droits de l’homme» en Guinée équatoriale. Ce colloque a été organisé par Malabo pour «apporter les réponses aux informations infondées contre la Guinée équatoriale», selon une note du gouvernement consultée par l’AFP. La Guinée veut, durant ce colloque, «contrecarrer la dérive médiatique faussement construite sur la situation des droits de l’homme et (la) liberté d’expression en Guinée équatoriale».

AFP

Le camp de la Minusma, la Mission des Nations unies au Mali et de l'opération Barkhane a été la cible d'une « importante attaque complexe » dans l’après-midi du samedi 14 avril, à Tombouctou, dans le nord du pays. Dimanche matin, on comptait au moins trois morts, un casque bleu et deux assaillants, ainsi qu’une vingtaine de blessés.

Après les frappes occidentales en Syrie vendredi soir, « la capacité de la Syrie à concevoir, produire et stocker des armes chimiques a été considérablement amoindrie », a affirmé Florence Parly, ministre de la Défense. Cette opération de courte durée et aux objectifs limités n'a pas donné lieu à de riposte de la part des Russes qui contrôlent une partie de l'espace aérien syrien. Visiblement de part et d'autre chacun savait jusqu'où aller pour ne pas entrer dans une dangereuse escalade. 

Le président philippin Rodrigo Duterte a menacé, hier, d’arrêter la procureure générale de la Cour pénale internationale (Cpi), qui enquête sur sa politique meurtrière de lutte contre la drogue.

La Cpi, basée à La Haye, a annoncé, début février, l’ouverture d’un «examen préliminaire», étape préalable à une enquête, sur la campagne antidrogue menée par M. Duterte, qui aurait conduit à des milliers d’exécutions extrajudiciaires de trafiquants et toxicomanes présumés. Les Philippines étaient ainsi devenues le premier pays d’Asie du Sud-est placé sous enquête de la seule instance permanente chargée de juger les crimes de guerre.

Dans la foulée, le président philippin, un ancien avocat, avait révoqué l’adhésion de son pays au traité fondateur de la Cpi. «Quelle est votre légitimité maintenant ? Si nous ne sommes pas signataires du traité (...), vous n’avez aucun droit pour exercer des poursuites judiciaires», a souligné, vendredi, Rodrigo Duterte, lors d’une conférence de presse dans son fief de Davao (sud).

«Vous, madame Fatou, n’essayez pas de venir ici parce que je vous en empêcherai. Pas parce que j’ai peur de vous, mais parce que vous n’avez aucun droit à enquêter ici, sur ma personne, ni maintenant, ni dans un million d’années. C’est illégal et je vous ferai arrêter», a-t-il ajouté, d’après la transcription officielle de son discours.

Elu dans un fauteuil en 2016, le président Duterte avait promis d’éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants.

Depuis son élection, près de 4 000 trafiquants et usagers de drogue présumés ont été tués par la police, d’après les statistiques officielles.

Les défenseurs des droits de l’homme affirment qu’il faut en fait multiplier par trois ces chiffres pour obtenir le bilan réel des morts.

Le retrait de l’archipel du traité fondateur de la Cpi ne deviendra effectif qu’au bout d’un an. D’après les spécialistes et les défenseurs des droits de l’homme, cela n’empêche pas des investigations sur les meurtres.

AFP

La France insoumise, Podemos et le Bloc de gauche (Bloco de Esquerda), représentants de la gauche radicale en France, en Espagne et au Portugal, ont annoncé jeudi, à Lisbonne, le lancement d’un mouvement européen commun, a-t-on appris, hier, auprès du parti La France Insoumise (Lfi).

L’ancien candidat à la présidentielle française Jean-Luc Mélenchon, Pablo Iglesias (secrétaire général de Podemos) et Catarina Martins, coordinatrice du Bloc de gauche, ont signé un manifeste intitulé «Maintenant le Peuple ! Pour une révolution citoyenne en Europe».

«L’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités européens qui imposent l’austérité et favorisent le dumping fiscal et social. L’heure est arrivée que ceux qui croient en la démocratie franchissent une nouvelle étape pour rompre cette spirale inacceptable», écrivent-ils.

«Nous lançons un appel aux peuples d’Europe pour qu’ils s’unissent sur la tâche qui consiste à construire un mouvement politique international, populaire et démocratique pour organiser la défense de nos droits et la souveraineté de nos peuples face à un ordre ancien, injuste et en échec qui nous emmènent droit au désastre», poursuivent-ils. «Nous en avons assez d’espérer. Nous en avons assez de croire ceux qui nous gouvernent depuis Berlin et depuis Bruxelles. Nous mettons la main à l’ouvrage pour construire un nouveau projet d’organisation pour l’Europe. Une organisation démocratique, juste et équitable qui respecte la souveraineté des peuples», affirment-ils encore.

Les trois formations lancent cette initiative quelques semaines après que l’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis et l’ex-candidat socialiste à la présidentielle française Benoît Hamon ont invité les gauches européennes à unir leurs forces pour promouvoir une Europe qui rompe avec l’austérité.

AFP

Le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a appelé devant le Conseil de sécurité à «une enquête indépendante et transparente» sur les événements violents survenus à Gaza entre Israéliens et Palestiniens.

«La violence récente à Gaza s’est achevée par des morts et blessés inutiles», a-t-il dit lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux menaces au Moyen-Orient, en particulier la situation en Syrie.

«J’appelle les parties à s’abstenir de tout acte qui pourrait mener à de nouvelles victimes, et à toute mesure qui pourrait mettre en danger des civils», a ajouté le patron de l’Onu. «Cette tragédie souligne l’urgence de relancer le processus de paix pour une solution à deux Etats qui permette aux Palestiniens et aux Israéliens de vivre dans deux Etats démocratiques côte à côte, en paix et en sécurité, dans des frontières reconnues» par tous, a aussi déclaré Antonio Guterres.

De nouveaux heurts ont éclaté, hier, à la frontière entre Israël et la bande de Gaza lors de protestations de milliers de Palestiniens pour le troisième vendredi consécutif, après des violences qui ont coûté la vie à 33 Palestiniens ces deux dernières semaines.

Plusieurs milliers de personnes ont assisté, hier, au retour de la dépouille de l’icône controversée de la lutte anti-apartheid Winnie Mandela à son domicile du township de Soweto, prélude aux funérailles nationales qui y sont prévues samedi.

L’ancienne épouse du premier président noir de l’histoire de l’Afrique du Sud, feu Nelson Mandela, est décédée le 2 avril à l’âge de 81 ans des suites «d’une longue maladie».

Le gouvernement a décrété un deuil national jusqu’à aujourd’hui samedi. A la veille de cette cérémonie, le cercueil de la «Mère de la nation» a été escorté en grande pompe, hier après-midi, de la morgue jusqu’à sa maison de Soweto, dans la banlieue pauvre de Johannesburg, où elle avait choisi de continuer à habiter. Précédé par des motards de la police, le convoi a été acclamé tout au long du parcours par de nombreux spectateurs. Le cercueil de «Mama Winnie», recouvert du drapeau sud-africain, a été porté jusqu’à son domicile, d’où il partira aujourd’hui à l’aube pour le stade du quartier d’Orlando où se tiendra la cérémonie, présidée par le chef de l’Etat, Cyril Ramaphosa.

Pendant les vingt-sept années d’emprisonnement de Nelson Mandela, «Winnie» est devenue l’égérie de la lutte anti-apartheid.

Mais, dans les années qui ont précédé la chute de l’apartheid en 1994, elle s’est attirée de vives critiques pour ses appels à la violence et les méthodes musclées de sa garde rapprochée.

AFP

Au total, 528 millions de dollars d’aide humanitaire ont été promis, hier vendredi, à Genève, pour l’aide humanitaire en République démocratique du Congo (RDC) lors d’une conférence des donateurs boycottée par Kinshasa, ont annoncé les trois organisateurs.

Le montant est bien inférieur aux attentes des organisateurs (Nations unies, Union européenne, Pays-Bas), qui espéraient entre 1,7 et 2,2 milliards de dollars pour aider 13 millions de Congolais dont 4,5 millions de déplacés, selon les Nations unies (230 000 d’après Kinshasa).

L’Onu et les Ong font aussi état de «7,7 millions de personnes touchées par l’insécurité alimentaire et plus de deux millions d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère». «Nous sommes déçus que trop peu de pays envoient un vrai message d’espoir aux millions de Congolais qui ont désespérément besoin d’aide», a réagi le secrétaire général d’une Ong présente en Rdc, Jan Egeland (Conseil norvégien des réfugiés). Le patron de la branche humanitaire des Nations unies, Marck Lowcock, s’est cependant déclaré «content» du résultat de cette conférence à laquelle ont participé 54 pays.

La communauté internationale a maintenu que «la République démocratique du Congo expérimente l’une des plus graves crises humanitaires» au monde, selon les mots du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans un message vidéo envoyé à Genève. Le ministre belge de la Coopération, Alexander De Croo, a lancé un appel aux «leaders congolais pour qu’ils prennent au sérieux la crise humanitaire qui sévit dans leur pays et s’attaquent aux causes intrinsèques de celle-ci». Une injonction qui risque de tendre un peu plus les relations entre Bruxelles et son ancienne colonie, voire ses «partenaires extérieurs» en général.

En cette année électorale, le gouvernement congolais du président Joseph Kabila, supposé quitter le pouvoir dans moins d’un an, accuse la communauté internationale d’exagérer la crise humanitaire et de faire fuir les investisseurs. Kinshasa a très mal supporté que les Nations unies déclenchent en octobre, pour six mois, le niveau d’alerte humanitaire 3 dans trois régions du pays (Kasaï, Sud-Kivu et Tanganyika). Pour Kinshasa, cette classification assimile la RDC à des pays en guerre sous le feu de bombardements quotidiens comme la Syrie et le Yémen. Le gouvernement congolais a récemment promis 100 millions de dollars pour aider sa population en détresse.

AFP

Dévasté par le génocide de 1994, le Rwanda est passé, en 24 ans seulement, d’un pays misérable et rural à un État moderne et relativement prospère. Le secret de cette transformation ? Le leadership et le pragmatisme d’un homme, Paul Kagamé, et la discipline et la fierté d’une population résolument engagée à se fabriquer, ensemble, un destin enviable que le roman africain couvre d’éloges.

Après plus de dix heures de vol ponctué par deux escales (Abidjan et Libreville) et une correspondance (changement d’avion à Cotonou), l’avion de Rwandair amorce enfin sa descente à l’aéroport international de Kigali. Du ciel, l’éclairage parcimonieux de la capitale rwandaise dessine des lumignons qui se découpent dans l’obscurité de la nuit. Pour rallier l’hôtel, le bus emprunte une route parfaite qui serpente  à travers les collines. Hormis le brouhaha propre à tout aéroport aussi fréquenté que celui de Kigali, la ville, curieusement, est enveloppée dans un ample silence. Tout semble dormir alors qu’il n’est que 22 heures. C’est peut-être l’effet du dimanche.  Le lendemain matin, le décor est tout autre. La sombre couverture d’une nuit sans lune de la veille s’est dissipée, dévoilant une ville recouverte d’une couche blanche comme de la cotonnade. Des maisons aux toits rouges, en enfilade sur les flancs abrupts des collines, se détachent de la grisaille matinale. A l’image de son histoire tragique faite de hauts et de bas et dont le point de non-retour est le génocide de 1994, le Rwanda a une géographie au relief abrupt et escarpé. Ici, rien n’est plat comme la paume d’une main, tout est dénivellement, pente, bref, collines.

Le Rwanda porte bien son nom de « pays des mille collines ». Sa capitale, Kigali, ne flétrit pas non plus sa réputation de ville propre. Il suffit de faire un tour dans les méandres de la ville pour s’en convaincre. Aucune impureté ne traîne. De toute façon, l’usage des sachets plastiques est interdit ici depuis quelques années et contrairement au Sénégal, cette mesure est très bien respectée. Et puis, il y a cette sensation de circuler au milieu d’un immense jardin bien entretenu. Tout respire la propreté et la discipline dans cette ville coquette où pour se déplacer, outre les classiques bus et taxis, on peut aussi emprunter des motocyclettes, à l’image des motos « Jakarta » de l’intérieur du Sénégal. Toutefois, à Kigali, le secteur est mieux organisé. Les conducteurs de ces engins portent tous un casque et arborent un gilet fluorescent. Même le client est obligé d’enfiler un casque. Pas de compromis, ni de compromission. C’est la règle, il faut s’y conformer.

De même, tout le monde est encouragé à s’impliquer, physiquement ou financièrement, chaque dernier samedi du mois, à l’activité« Umuganda », une opération de nettoiement organisée à travers tout le pays. « Entre 7 heures du matin et 11 heures, toutes les activités s’arrêtent et chacun participe, comme il peut, au nettoiement des quartiers. A la longue, tout est tellement propre qu’on n’a plus rien à balayer. Cela se transforme alors en des retrouvailles amicales où l’on discute de tout et de rien », explique Muyango Kelly-Thalia, une étudiante.

C’est à croire que cet attachement à la propreté traduit, inconsciemment, un besoin de jeter dans les poubelles de l’histoire ce passé douloureux. Comme si tout ce qui peut rappeler le Rwanda d’avant génocide est à balayer aussi bien des consciences que du quotidien. « Avant le génocide, Kigali était sale et les gens marchaient pieds nus. Aujourd’hui, personne n’ose le faire. Tous ces bâtiments flambant neufs que vous voyez, comme le Kigali Convention Center (Kcc), n’existaient pas, il y a cinq ans », souligne le Pr Romain Murenzi, enseignant d’origine rwandaise établi au Canada.

Leadership, pragmatisme et réconciliation, les recettes du «miracle»

« Ce qui a été réalisé, ici, n’est en rien différent de ce qui a été fait dans des pays plus avancés que nous : l’investissement dans le capital humain. Au lendemain du génocide, l’économie était détruite, les infrastructures n’existaient plus et nous avions un million de morts à enterrer, bref la situation était déprimante. Il a fallu ramasser les morceaux, reconstruire les écoles, bâtir les institutions, des hôpitaux, réconcilier les populations et mettre en place tout ce qui permet une vie normale. Aux premières heures de la reconstruction du pays, la priorité a été donnée à la sécurité. Une fois la sécurité et la paix instaurées, nous avons mis l’accent sur l’éducation, la santé et l’alimentation. C’est comme cela que nous nous sommes relevés de cette catastrophe de 1994 ». Voilà la réponse de Paul Kagamé à la question de savoir ce qui expliquait le « miracle rwandais », question qui lui a été posée lors du panel présidentiel du Next Einstein Forum qui s’est tenu du 26 au 29 mars dernier à Kigali.

De tous les défis relevés par le Rwanda ces 24 dernières années, le plus incroyable est sans aucun doute la réconciliation des populations. Ici, on ne se voit plus comme Tutsi ou Hutu mais juste comme Rwandais. La thérapie massive a commencé fin 2002. Elle reposait sur des programmes tels que le « Ndi Umuyarwanda » qui promeut le vivre ensemble et l’unité nationale. Mais aussi sur des tribunaux populaires appelés« Gacaca » pour solder les comptes du génocide. Tourner cette page a été un combat commun porté au rang de priorité par les Rwandais et leur président. « Aujourd’hui, tout le monde se voit sous l’identité rwandais et non plus sous une identité ethnique. C’est ce qu’il fallait d’abord changer et on l’a réussi. Tout le monde est fier aujourd’hui d’être Rwandais », se félicite Muyango Kelly-Thalia.

D’où vient donc cette capacité de résilience, cette force de pardon ? Peut-être qu’il faut en chercher le ressort dans les tréfonds de la cruauté dans laquelle ce pays et ses habitants ont plongé entre avril et juillet 1994. Plus de 800.000 morts en 100 jours à peine soit le génocide le plus rapide et le plus meurtrier de l’histoire, selon l’Onu. Le centre commémoratif de cet épisode sombre de l’histoire du Rwanda est « Kigali génocide memorial ». Implanté au quartier de Gisozi à quelques encablures de la cité résidentielle de Kacyiru qui abrite le palais présidentiel, ce musée est, en même temps, sépulture (plus de 250.000 personnes y sont enterrées) et lieu de recueillement. On s’engage dans les dédales de ce musée avec appréhension, on en sort complètement bouleversé. Bouleversé par les images de ces milliers de vies arrachées d’un coup de machette dont celles des nouveau-nés, et par les témoignages glaçants des rescapés. Au fronton de l’entrée de l’un des bâtiments, ce message qui invite à tirer les leçons du passé pour mieux asseoir les bases d’une nation rwandaise: « Se souvenir et apprendre ».

Kagamé, prophète chez lui

Cependant, le processus de réconciliation et de reconstruction du Rwanda post-génocide ne manque pas de susciter de vifs débats. En effet, vue de l’extérieur, la gouvernance de Paul Kagamé est sujette à controverse. Il est qualifié, par certaines chancelleries occidentales, de « dictateur » dont les méthodes fortes n’épargnent ni ministres, ni compagnons de route encore moins les opposants. Cette image de Kagamé, peint sous des dehors d’un despote froid régentant tout d’une main de fer, est loin d’être partagée par les Rwandais dans leur immense majorité. Ici, Paul Kagamé est plutôt vu comme l’homme qu’il fallait face à une situation qui exigeait de la fermeté. Et les critiques à l’encontre du leader du Front patriotique rwandais (Fpr) ne font que les renforcer dans leur conviction. « Si la dictature signifie travailler pour l’intérêt de son pays, alors nous voulons cette dictature. Les critiques contre Kagamé sont une source de motivation pour nous. Il travaille exclusivement pour le Rwanda, il ne s’enrichit pas sur le dos des populations. Au Rwanda, nous n’avons pas la même conception de la démocratie que l’Occident », martèle Kevin Sebineza, un étudiant.

Quant à Albert Rudatsimbura, il préfère en rire avant d’y aller dans un discours plein de dithyrambes. « Une dictature, c’est une oppression et aucun Rwandais n’est opprimé. Les seuls qui se plaignent des méthodes de Kagamé sont ceux-là qu’on a attrapés la main dans le sac dans des activités louches. Ce n’est pas pour rien que des millions de Rwandais sont allés dans les urnes pour changer la Constitution afin de permettre à Kagamé de se représenter à la présidentielle. C’est un homme intelligent, venu pour mettre du bon sens dans tout. Il nous fallait une main de fer pour appliquer la thérapie de choc dont le Rwanda avait besoin », dit-il. James Rushimisha, fonctionnaire au Rwanda Convention Bureau (Rcb), une structure en charge de l’organisation de toutes les rencontres et conférences internationales au Rwanda, fait chorus et loue les qualités de leader et de manager de Kagamé. « C’est un homme d’actions. Pour lui, il n’y a pas de barrières infranchissables. Quand il décide de quelque chose, les gens l’appliquent, quels que soient les obstacles. Il a beaucoup de mérite, car être président fédérateur dans le contexte post-génocide, ce n’est pas facile ».    

Fin connaisseur du « Pays des mille collines » dont il couvre l’actualité pour l’agence de presse chinoise Xinhua, le journaliste ougandais Mohamed Mupenda ne cache pas son « étonnement » face à l’évolution spectaculaire du Rwanda. Il l’attribue à deux éléments : le pragmatisme et le leadership de son président Paul Kagamé. « Quand il décide de quelque chose, les gens l’exécutent. Certains peuvent penser que c’est de la dictature, mais pour moi, c’est du leadership. Le peu de ressources disponibles est utilisé à bon escient», avance-t-il. Le Vice-président du Next Einstein Forum, le Sénégalais Youssef Travaly, qui vit au Rwanda une bonne partie de l’année, est aussi de cet avis : « Le Rwanda doit son essor à la vision et au leadership de son président. Il a su miser sur le capital humain et être réceptif aux innovations locales ». Toutefois, le Dr Travaly estime que le modèle de leadership rwandais n’est pas forcément transposable dans tous les pays, notamment au Sénégal. Et pour cause : « les deux pays n’ont pas la même trajectoire historique. Le Sénégal a toujours été un pays stable, ce qui n’est pas le cas du Rwanda. A chaque pays son type de leadership », argue-t-il.

A chaque histoire, son héros. Celui du Rwanda post-génocide s’appelle, sans aucun doute, Paul Kagamé. Certes, il y  a quelques rouspétances, des gémissements à son sujet, mais c’est le propre des personnalités de cette envergure qui inscrivent leurs noms, de manière décisive, dans le récit collectif.

El H. I. THIAM

Les travaux du Train express régional (Ter) dont la première phase (Dakar-Diamniadio) doit être livrée en janvier 2019, avancent comme prévu. A ce jour, le niveau d’exécution est de 25 %, selon le directeur du projet, Pape Momar Lô.

A ce rythme, le Train express régional (Ter) arrivera à la bonne gare en janvier 2019. A mi-avril, le niveau d’exécution des travaux a, en effet, atteint 25 %. Il s’agit là des travaux principaux composés des infrastructures (25 % d’exécution), du système (20 % d’exécution), des gares (30 % d’exécution, du matériel roulant 35 % d’exécution). Ce qui est un peu au dessus des prévisions concernant les délais de livraison, selon le directeur du projet, Pape Momar Lô. « On est même à 1 ou 2 % d’avance par rapport à ce qui était prévu. On peut donc dire que l’état d’avancement du projet est satisfaisant par rapport au planning », a-t-il précisé. Il co-animait, hier, un atelier de partage et de mise à niveau d’informations avec les journalistes. Des échanges à bâtons rompus ont permis de revenir, de long en large, sur ce projet d’infrastructure ferroviaire majeure. Pape Momar Lô se veut même plus précis en annonçant que les trois premiers trains parmi les quinze commandés au constructeur français Alstom, seront réceptionnés à partir du deuxième semestre de cette année, c’est-à-dire à partir du mois de juin. « Et, ensuite, selon le planning, deux trains arriveront par mois. Mais ce qui est important, c’est que le jour de la mise en service, nous aurons les trains nécessaires pour effectuer la desserte. Avec la deuxième phase, sept autres trains seront commandés. Ce qui portera le nombre de train à 22», a-t-il assuré. Quant au processus de libération des emprises qui concerne 12.000 personnes affectées par le projet, il avance bien également, si l’on en croit Yatma Dièye, directeur de l’environnement de la libération des emprises. A l’heure actuelle, 75 % des emprises ont été libérées. A Dakar, ce taux est de 93 %, à Pikine, il est de 70 % et à Rufisque, il a atteint 97 %. Pour indemniser tout ce beau monde, une enveloppe de 45 milliards de FCfa a été dégagée par l’État sur fonds propres. En plus des indemnisations, la plupart des personnes affectées par le projet bénéficient d’un appui financier à travers le Plan d’accompagnement social qui dispose d’une enveloppe de 6,5 milliards de FCfa, selon Mme Deffa Sy Sougoufara, sociologue en charge de ce plan. La plupart des bénéficiaires sont des personnes vulnérables habitant Pikine et Rufisque.

Les indemnisations sont incluses dans le coût de la première phase du Ter estimé à 568 milliards de FCfa. Celle-ci s’étire sur 36 kilomètres entre Dakar et Diamniadio. Quant au deuxième tronçon qui partira de Diamniadio jusqu’à l’Aibd, il est long de 19 kilomètres et n’en est qu’au stade des études. « Les études sont en cours de finalisation et les coûts sont en train d’être précisés. Entre Diamniadio et Aibd, nous ne traverserons pas une zone à forte densité de populations et nous n’aurons que deux voies, donc nécessairement les prix seront moindres. Nous les estimons entre 100 et 150 milliards de FCfa, mais c’est à confirmer », a souligné Pape Momar Lô. Sur les 568 milliards de FCfa du premier tronçon, le directeur du projet du Ter précise que les 20 % sont destinés aux rails. Le reste de l’enveloppe finance les aménagements connexes, les libérations d’emprises, les trains, les systèmes, etc. A propos des rails, M. Lô indique qu’on en aura quatre : deux voies en écartement standardisé (1,4 mètre), une voie métrique pour le transport fret et une voie de réserve.

Pour dénoncer le coût jugé « exorbitant » du Ter, certains Sénégalais le comparent au Tgv nigérian. Pour Pape Mor Lô, cette comparaison ne tient pas la route en ce sens que les deux projets ainsi que leurs contextes sont totalement différents. « Au Nigéria, c’est un Tgv qui va d’une ville à une autre ville avec un ou deux rails. Au Sénégal, nous en avons quatre. Nous avons plus de matériels roulants que le Nigéria. Notre Ter traverse la banlieue donc la zone la plus densément habitée du pays, nous avons 14 gares et autant de ponts et de passerelles piétons pour assurer la continuité de la circulation, sans compter les autres infrastructures connexes.  Au regard de tout cela, les deux projets ne peuvent pas être comparés. Il faut ramener le débat à sa juste proportion », a-t-il expliqué.

Elhadji Ibrahima THIAM et Abdou DIOP

 

Quelque 1500 militaires africains, américains et européens ont entamé, hier, des manœuvres dans l’ouest et le nord du Niger pour s’exercer face aux menaces terroristes qui planent sur ces régions, selon des sources diplomatique et militaires.

«L’exercice Flintlock 2018 vise à renforcer les capacités des pays de la région (sahélienne) à lutter contre les organisations extrémistes violentes», a expliqué l’ambassade américaine au Niger dans un communiqué.
Les opérations de simulations, qui vont durer jusqu’au 20 avril, permettront aux Etats engagés de «protéger leurs frontières», selon le communiqué. «La nouveauté» du Flintlock 2018, «c’est que nous avons orienté les opérations de formation sur les menaces réelles» présentes dans «le grand Sahel», expliquait, la semaine dernière, le général Mark Hicks, commandant des opérations spéciales des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom), lors d’une conférence de presse. Ces exercices aériens et terrestres, organisés chaque année par l’Africom,  regroupent, cette année, huit pays africains et douze pays occidentaux. Trois régions nigériennes sont concernées par l’exercice Flintlock : Tillabéri et Tahoua (ouest), proches du Mali, et Agadez au nord, proche de la Libye, de l’Algérie et du Mali. Parallèlement, «des antennes de formation» sont ouvertes au Burkina Faso, théâtre de plusieurs attaques terroristes, et au Sénégal qui, jusqu’ici, a été épargné, précise le communiqué.

Le 4 octobre 2017, quatre soldats américains et quatre militaires nigériens avaient été tués dans une embuscade dans la région de Tillabéri. Même si les Etats-Unis gardent leur distance vis-à-vis du G5 Sahel porté par la France, cette force, en construction, apparaît comme principale bénéficiaire des manœuvres. En effet, tous les pays membres du G5 (Mali, Niger, Mauritanie, Tchad et Burkina Faso) sont impliqués dans l’exercice Flintlock.
Le Nigeria et le Cameroun qui ont mis en place, avec le Niger et le Tchad, une autre force régionale pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram dans le bassin du lac Tchad y participent également. Il s’agit de «permettre au G5», avec ses modestes armées, «de prendre en charge les menaces plus directement et plus efficacement», a expliqué le général Mark Hicks. «Daech touche à sa fin en Iraq et en Syrie (...) l’Afrique reste une de ces terres fertiles» pour abriter des combattants, a-t-il prévenu.

AFP

Une coalition d'opposition ivoirienne a dénoncé,  hier, "une instrumentalisation de l'appareil judiciaire", à travers le maintien en prison d'un de ses responsables, malgré une décision de justice ayant prononcé sa relaxe.

Jean Gervais Tchéidé, vice-président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), a été interpellé le 22 mars dernier, en compagnie de 17 personnes lors d'une manifestation contre les élections sénatoriales, critiquées par l'opposition.

Ces personnes, incarcérées pour troubles à l'ordre public, ont été jugées vendredi et condamnées "à 12 jours de prison, 5 années de perte de leurs droits civiques et 3 ans d’interdiction de séjour en dehors de leur lieu de naissance".
17 personnes ont été mises en liberté, à l’exception de M. Tchéidé, au motif qu’"il est sous le coup d’un mandat d’arrêt servi depuis le 11 mars 2013". EDS "s'insurge contre cette honteuse instrumentalisation de l’appareil judiciaire pour écarter de la scène politique un opposant qu’on trouve gênant", selon un communiqué.

La coalition condamne "sans réserve cette façon d’agir qui est de nature à décrédibiliser l’appareil judiciaire qui devrait être le pilier principal de la démocratie à laquelle le peuple de Côte d’Ivoire aspire"
EDS est une coalition qui regroupe des partis politiques, des associations de la société civile et le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président Laurent Gbagbo. La plateforme, qui a été particulièrement active lors des protestations contre le nouveau Sénat dont l'élection a eu lieu en mars dernier, demande surtout une nouvelle commission électorale avant tout nouveau scrutin et notamment avant la présidentielle de 2020.

AFP

 

L'Algérie soutient la reprise de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario indépendantiste pour résoudre le vieux conflit du Sahara occidental, mais refuse d'y prendre part, a réaffirmé, hier, à Paris, le chef de la diplomatie algérienne.

Etendue désertique de 266 000 km2, le Sahara occidental, seul territoire du continent africain dont le statut post-colonial n'est pas réglé, est revendiqué par le Maroc - qui en contrôle la majeure partie - et le Front Polisario, dont les troupes s'y sont affrontées entre 1975 et un cessez-le-feu en 1991.
Après des années d'impasse, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a chargé, en août dernier, son nouvel envoyé spécial dans la région, Horst Koehler, de relancer les négociations directes entre Rabat et le Polisario - soutenu par Alger.

"Tout le monde s'accorde à ce qu'il n'y a pas d'alternative à la négociation entre le Front Polisario et le Maroc" et "tout le monde s'accorde à ce que cette négociation redémarre", a déclaré le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, à la chaîne France24.

Mais les pourparlers se sont toujours déroulés "entre des représentants du Front Polisario et du Maroc et cela ne changera pas", a ajouté le ministre, en visite officielle à Paris. "L'Algérie soutient les droits légitimes du peuple sahraoui", mais le conflit au Sahara occidental n'est « pas une affaire entre l'Algérie et le Maroc ». « C'est une affaire entre le Maroc et le peuple sahraoui, c'est une affaire entre le Maroc et les décisions des Nations unies », a-t-il fait remarquer.
Le Maroc a pris en 1975 le contrôle de la majeure partie du Sahara occidental au départ de la puissance colonisatrice espagnole. Le Polisario, qui luttait contre la domination espagnole, y a proclamé en 1976 une République arabe sahraouie démocratique (RASD) et combattu les troupes marocaines, jusqu'à un cessez-le-feu conclu sous l'égide de l'ONU en 1991.

Le Polisario réclame depuis la tenue prévue d'un référendum d'autodétermination, sans cesse repoussé en raison de désaccords sur le corps électoral. Rabat rejette toute autre solution qu'une autonomie sous sa souveraineté, que refuse le Polisario.
Rabat réclame régulièrement que l'Algérie prenne part aux négociations sur le Sahara, l'accusant depuis des années de financer, armer et accueillir sur son territoire le Polisario, et d'être donc une partie au conflit.

AFP

 

Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné, mardi, la libération de "tous les détenus politiques" emprisonnés dans son pays, pour la plupart arrêtés après des manifestations contre la hausse des prix, a rapporté un média d'Etat.

En janvier, des manifestations pour protester contre la hausse des prix - notamment du pain - avaient été réprimées par la police dans plusieurs villes du Soudan. Des centaines de dirigeants de l'opposition, de militants des droits de l'Homme et de manifestants avaient été arrêtés.

"Le président Omar el-Béchir a émis un décret stipulant la libération de tous les détenus politiques dans le pays", a indiqué l'agence officielle Suna, précisant que cette mesure s'inscrivait dans le cadre de "la promotion de la paix au sein de toutes les formations politiques".

Certains militants ont déjà été libérés mais plusieurs opposants politiques demeurent en détention, comme le secrétaire général du parti communiste soudanais, Mokhtar al-Khatib, et Khaled Omar, du parti du Congrès soudanais.
Les ambassadeurs des Etats-Unis et de l'Union européenne au Soudan avaient exhorté les autorités à libérer les dizaines de personnes arrêtées lors des manifestations.    

AFP

 

C'est une nouvelle semaine sociale agitée qui s'ouvre pour le gouvernement entre conflits à la SNCF, à Air France et dans certaines universités. Les discussions pourraient également prendre un tour plus politique avec le début de l'examen par les députés du projet de loi de réforme du rail.

Les Nations unies et les forces centrafricaines ont lancé, hier dimanche, une opération visant des groupes armés dans le quartier du PK5 à Bangui, au cours de laquelle au moins 2 personnes ont été tuées et 56 blessées, selon l’Onu et des sources médicales.

Au moins deux personnes ont été tuées et 45 blessées, selon des sources hospitalières locales et Médecins sans frontières.

Onze Casques bleus, en majorité des Egyptiens, figurent parmi les blessés, dans cette «opération commune» des forces de l’Onu (Minusca) avec les forces de sécurité centrafricaines, a déclaré à l’Afp Hervé Verhoosel, porte-parole de la mission de l’Onu en Centrafrique (Minusca). Visant «les bases de certains groupes criminels», l’opération menée en coopération avec les forces de sécurité centrafricaines, qui a débuté à 02h00 du matin (01h00 Gmt) dimanche «n’est pas terminée» et continuera «jusqu’à ce que l’objectif soit atteint», a souligné M. Verhoosel en fin d’après-midi.

Huit personnes appartenant aux groupes armés baptisés «Force» ou «50/50» ont été arrêtées par la Minusca, qui a également saisi de la drogue et des munitions après la prise de contrôle des bases, a ajouté le porte-parole.

Cette opération intervient après un regain de violences depuis plusieurs mois dans le PK5, le quartier musulman et poumon économique de la capitale centrafricaine, alors que Bangui était relativement épargnée par les violences des divers groupes armés dans le pays.

AFP

La procureure de la Cour pénale internationale (Cpi) a appelé, hier dimanche, à fin du bain de sang dans la bande de Gaza, avertissant que la cour pourrait juger les auteurs de crimes de guerre.

«Le recours à la violence doit cesser», a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué diffusé par la Cpi, dont le siège est à La Haye.

«Toute personne qui incite ou participe à des actes de violence, en donnant des ordres, en exigeant, en encourageant ou en contribuant de quelque manière que ce soit à la commission de crimes relevant de la juridiction de la Cpi est susceptible d’être poursuivie devant la Cpi», a mis en garde la procureure.

Israël a fait face à de vives critiques des organisations de défense des droits de l’homme, y compris israéliennes, pour son utilisation de balles réelles contre les manifestants de la «marche du retour» organisée par les Palestiniens.

Après la journée du 30 mars lors de laquelle 19 Palestiniens avaient été tués, l’Union européenne et l’Onu avaient demandé l’ouverture d’une enquête indépendante.

Vendredi, au cours d’une nouvelle journée de manifestations marquée par des heurts, neuf Palestiniens dont un journaliste ont été tués. L’Ue s’est de nouveau interrogée sur l’usage proportionné ou non de la violence par Israël face à ces manifestations. Au total, en incluant deux Palestiniens tués au cours de heurts distincts, le bilan des Palestiniens tués depuis le 30 mars est de 30, selon le ministère de la Santé de Gaza. Il n’y a eu aucune victime côté israélien. Israël affirme que ses soldats ont ouvert le feu seulement par nécessité contre des protestataires tentant de s’infiltrer sur son territoire et pour empêcher des attaques.

Le gouvernement de Benjamin Netanyahu accuse le Hamas d’être derrière ce mouvement de protestation.

AFP

Cinq jihadistes ont été tués, vendredi, dans une opération de la force française Barkhane près de Tombouctou dans le nord du Mali, a annoncé hier l’état-major français.

«Barkhane a mené une opération d’opportunité, vendredi, à environ 120 km au nord de Tombouctou», a indiqué le porte-parole de l’état-major, le colonel Patrik Steiger. Cinq jihadistes ont été mis «hors de combat», a-t-il ajouté, sans plus de précisions. Trente jihadistes ont été tués le 1er avril par des forces françaises et maliennes pendant une confrontation avec une soixantaine de combattants dans la zone d’Akabar, près de la frontière avec le Niger.

Depuis 2013, les groupes jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés du nord du Mali, mais des zones entières du pays échappent toujours au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’Onu (Minusma), régulièrement visées par des attaques. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

AFP

Un jihadiste malien a fait sa première apparition devant la justice internationale, hier, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité : des viols, tortures et destructions de patrimoine à Tombouctou.

Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud est accusé d’avoir participé en 2012 et 2013 à la démolition de mausolées dans la ville malienne et d’être responsable de viol et d’esclavage sexuel commis dans le contexte de mariages forcés. Des accusations de torture pèsent également contre le jihadiste, qui a été remis à la Cour pénale internationale (Cpi) par les autorités maliennes, samedi, et transféré au centre pénitentiaire de la Cour, à La Haye.

Lors de sa première apparition à la Cpi, Al Hassan, cheveux rasés et petit bouc, a confirmé en arabe son identité et a déclaré qu’il avait été informé des accusations portées contre lui et de ses droits.

Al Hassan, 40 ans, aurait été membre du groupe jihadiste Ansar Eddine et commissaire de la police islamique à Tombouctou. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la Cpi le 27 mars dernier. Il faisait partie des groupes armés qui ont pris le contrôle de la région reculée du nord du Mali en 2012 et «imposé leur vision de la religion, par la terreur, à une population locale qui n’y adhérait pas», selon le mandat d’arrêt. L’homme d’origine malienne avait sous son contrôle environ 40 policiers islamiques et «a joué un rôle de premier plan dans la commission de crimes, ainsi que dans la persécution religieuse et sexiste», poursuit-il. «Toutes les infractions» aux lois islamiques strictes étaient «punies par des flagellations, des tortures pendant la détention et la destruction de sites consacrés à des pratiques religieuses», précise le mandat.

On lui reproche aussi la participation «à la politique de mariages forcés dont des Tombouctiennes ont été victimes, qui ont donné lieu à des viols répétés et à la réduction de femmes et de jeunes filles à l’état d’esclaves sexuelles», indique le procureur de la Cpi, Fatou Bensouda. L’arrestation du jihadiste a été accueillie à bras ouverts à Tombouctou. «Dieu a fait son œuvre. Al Hassan aujourd’hui arrêté ! C’est l’œuvre de Dieu. Il ne dort pas. Il a toujours veillé sur Tombouctou. Ils (les jihadistes) ont profané des tombes. Ils ont violé des femmes. C’est maintenant à leur tour d’être jugés», s’exclame un ancien élu, qui a voulu rester anonyme «par peur de représailles». «C’est une avancée très importante dans la lutte contre l’impunité», abonde Moctar Mariko, président de l’Association malienne des droits de l’homme (Amdh). «Il faut absolument que justice soit rendue, que les autres assassins, criminels soient recherchés, arrêtés et jugés», déclare-t-il à l’Afp, ajoutant qu’il y avait des preuves accablantes contre Al Hassan.

AFP

La Cour d’appel de Tripoli a acquitté, mardi, Saadi Kadhafi, troisième fils de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, du meurtre en 2005 d’un entraîneur de football, a-t-on appris, hier, de source judiciaire.

«La chambre criminelle de la Cour d’appel de Tripoli a rendu une décision mardi (...) acquittant Saadi Mouammar Kadhafi», accusé notamment «d’homicide volontaire» et d’»atteinte à l’honneur», a indiqué cette source sous couvert de l’anonymat. Le fils Kadhafi était accusé du meurtre en 2005 de Bachir al-Rayani, ex-footballeur et entraîneur du club de football Al-Ittihad de Tripoli, où évoluait Saadi, qui rêvait de devenir un footballeur de renom. La source judiciaire a ajouté que le ministère de la Justice avait demandé au Conseil suprême de la magistrature un état de lieu des autres affaires dans lesquelles est impliqué Saadi Kadhafi. Extradé du Niger le 6 mars 2014, Saadi Kadhafi est également jugé, entre autres, pour son implication présumée dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin au régime de son père Mouammar Kadhafi en 2011, une affaire sans cesse ajournée.

Le fils de M. Rayani, Ali, a dénoncé dans des médias libyens la décision de justice, précisant que sa famille allait faire appel, «jusqu’à ce que justice soit rendue». «L’affaire est claire : toutes les preuves et les témoignages confirment la responsabilité de Saadi Kadhafi», a dit Ali al-Rayani à la chaine 2018News. «Comment est-ce possible qu’un criminel dont la culpabilité est confirmée par des preuves tangibles puisse être acquitté ? (...) C’est impossible !», s’est-il révolté. «Nous n’avons pas pu obtenir justice sous le régime de son père, nous l’obtiendrons maintenant, je suis confiant», a-t-il déclaré.

Sur les sept fils de Kadhafi, trois sont morts pendant la révolution, de même que leur père, tué par des rebelles en octobre 2011.

AFP

Un Casque bleu mauritanien a été tué et 11 blessés dans l’attaque mardi d’une base de l’Onu en Centrafrique où les corps de 21 civils ont également été retrouvés, illustrant la fragilité d’un pays toujours sous la coupe de bandes armées.

Une vingtaine d’agresseurs, appartenant à des milices «d’auto-défense» anti-Balaka, ont également été tués. Ces milices ont pris pour cible une base temporaire de Casques bleus à Tagbara, près de la ville de Bambari (sud), a annoncé le porte-parole de l’Onu, Stéphane Dujarric, évoquant «plusieurs heures d’échange de tirs». «Les Casques bleus ont riposté et après plusieurs heures d’échange de tirs, l’un d’eux a été tué et 11 autres ont été blessés», a-t-il précisé. «Plus de 22 agresseurs anti-Balaka ont été tués», a ajouté l’Onu dans un communiqué. Les blessés ont été évacués vers la capitale Bangui et la ville de Bria. L’attaque contre la base de la mission de l’Onu en Centrafrique (Minusca) s’est produite à l’aube. «Indépendamment» de cette attaque, la Minusca» a découvert, plus tard dans la matinée, les corps sans vie de 21 civils (13 hommes, 4 femmes et 4 enfants) près d’une église de Tagbara». «D’après les premières constatations, des armes traditionnelles ont été utilisées», selon la même source, semblant implicitement désigner des machettes et armes blanches.

AFP

Baisse de 30% du nombre de parlementaires, 15% de proportionnelle aux élections législatives, non-cumul des mandats : le gouvernement français a lancé, hier mercredi, la réforme emblématique des institutions promise par le président Emmanuel Macron, sous le feu des critiques.

Après des semaines de tractations entre majorité et opposition, et avec l’espoir d’un accord avec le Sénat, la Chambre haute tenue par la droite, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté cette «nouvelle ambition» pour les institutions.

Le président Macron, élu l’an dernier, en avait fait un de ses chevaux de bataille : après avoir dynamité le traditionnel bipolarisme politique français, il avait fait part de son souhait de moderniser des institutions vieillissantes. «Il ne s’agit ni de revenir à la IVe République, ni de passer à la VIe, il s’agit bien au contraire de revenir aux sources de notre Ve République» dans laquelle «le gouvernement gouverne, le Parlement légifère et contrôle», a affirmé le chef du gouvernement.

Le projet prévoit également la réduction de 30% du nombre de parlementaires pour le ramener à 404 députés et 244 sénateurs (contre 577 et 348 actuellement). Le nombre des parlementaires rapporté à la population française se situe dans la moyenne européenne. En outre, le non-cumul de plus de trois mandats «identiques, complets et consécutifs» dans le temps s’appliquera aux parlementaires et présidents d’exécutifs locaux, «à l’exception des maires des communes de moins de 9 000 habitants».

La Corse figurera par ailleurs dans la Constitution française, «ce qui permettra d’adapter les lois de la République aux spécificités insulaires et sous le contrôle du Parlement». Cette inscription a été une des rares revendications des nationalistes corses retenues par Emmanuel Macron.

Le projet devrait être adopté en 2019, a précisé M. Philippe, alors que le président avait fixé en juillet dernier une échéance à l’été 2018.

AFP

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a annoncé, hier, que son organisation souhaitait que la Cour pénale internationale enquête sur la mort de 18 Palestiniens la semaine dernière au cours de manifestations près de la frontière entre Gaza et Israël. «La Ligue arabe souhaite l’intervention de la Cour pénale internationale de La Haye pour enquêter sur la mort des Palestiniens en marge des manifestations de la semaine dernière», a déclaré Ahmed Aboul Gheit pendant une visite officielle au Portugal.

L’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Égypte a également soutenu l’appel du secrétaire général des Nations unies, le Portugais Antonio Guterres, qui encourageait la mise en œuvre d’une enquête indépendante et transparente sur ces événements, les plus sanglants depuis la guerre de 2014.

Vendredi, des dizaines de milliers de Palestiniens ont afflué vers la barrière séparant Israël de Gaza, au premier jour de «la marche du retour».

Ce mouvement de protestation, qui doit durer six semaines, vise à réclamer «le droit au retour» de quelque 700 000 Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui pendant la guerre qui a suivi la création d’Israël en 1948.

Israël avait prévenu par l’intermédiaire de son ministre de la Défense que ceux qui s’approchaient de la frontière mettaient «leur vie en danger».

AFP


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.