banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Soupçons de financement libyen : Fin de la garde à vue de Sarkozy

22 Mar 2018
635 times

L’ancien président français Nicolas Sarkozy, placé en garde à vue mardi matin, a vu celle-ci se terminer hier en fin d’après-midi, au bout de 26 heures, dans l’enquête sur des soupçons de financement par la Libye de sa campagne électorale de 2007.

«La garde à vue de Nicolas Sarkozy est terminée», a déclaré une des deux sources proches du dossier consultées par l’Afp, sans préciser les éventuelles suites judiciaires décidées par les magistrats.
M. Sarkozy peut être remis en liberté, présenté à un juge en vue d’une éventuelle mise en examen ou convoqué ultérieurement.
L’ex-président était arrivé peu avant 08H00 (07H00 Gmt) à l’office anticorruption à Nanterre, près de Paris, selon des sources proches du dossier. Mardi, son audition, entamée dans la matinée, avait été interrompue vers minuit.
Egalement entendu, mais sous le statut de «suspect libre», Brice Hortefeux, un proche de l’ex-président qui occupa plusieurs postes ministériels pendant son quinquennat (2007-2012), avait été entendu, mardi, à l’office anticorruption. «M. Hortefeux a, de nouveau, assuré qu’il n’y avait pas eu de financement en provenance de Libye ou de quelque pays étranger. En répondant aux nombreuses questions qui lui ont été posées, il a démenti les erreurs et rumeurs qui ont couru sur cette affaire», a déclaré à l’Afp son avocat, Jean-Yves Dupeux.

Cette nouvelle étape dans un dossier instruit par des magistrats du pôle financier, depuis près de cinq ans, marque un «retour aux affaires» de Nicolas Sarkozy, mais à la rubrique judiciaire, a titré, hier, le quotidien Libération. Son confrère Le Parisien a parlé du «+cadeau+ posthume de (Mouammar) Kadhafi». Depuis la publication, en mai 2012, par le site d’informations Mediapart, d’un document libyen - attribué à l’ex-chef des renseignements Moussa Koussa - accréditant un financement d’environ 50 millions d’euros, pour permettre notamment à la Libye de sortir de son isolement diplomatique, les investigations des juges ont considérablement avancé. Plusieurs protagonistes du dossier, dont plusieurs ex-responsables libyens, ont accrédité la thèse de versements illicites. Le sulfureux homme d’affaires Ziad Takieddine a lui-même assuré avoir remis, entre fin 2006 et début 2007, trois valises contenant 5 millions d’euros venant du régime de Kadhafi à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, et à son directeur de cabinet, Claude Guéant. L’ancien chef de l’État a toujours rejeté ces accusations.

Circulation d’argent liquide
Les magistrats ont-ils rassemblé de nouveaux éléments pouvant mettre en cause directement l’ancien chef de l’Etat ?
Pendant sa garde à vue, Nicolas Sarkozy est susceptible d’avoir été interrogé sur les différents délits visés par l’enquête. Ouverte notamment pour «détournements de fonds publics» et «corruption active et passive», l’enquête a été élargie, en janvier, à des soupçons de «financement illégal de campagne électorale».
Cet élargissement fait suite à un rapport de l’office anticorruption, daté de septembre, qui évoque une circulation importante d’espèces dans l’entourage du candidat du parti Ump durant la campagne pour la présidentielle de 2007. «Tout le monde venait chercher son enveloppe», a relaté une ex-salariée, selon ce rapport dont l’Afp a eu connaissance, doutant qu’une distribution aussi massive ait pu se faire sans que Nicolas Sarkozy ait été au courant.

 

AFP -

 

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.