banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mauritanie : 10 et 20 ans de prison pour mise en esclavage

31 Mar 2018
909 times

Trois personnes ont été condamnées cette semaine en Mauritanie à des peines de 10 et 20 ans de prison ferme pour pratiques esclavagistes, a-t-on appris hier de sources concordantes. Les ONG de défense des droits de l’Homme accusent la Mauritanie de “déni” et de “censure” face à la persistance de cette pratique, officiellement abolie en 1981.
La Mauritanie s’est cependant dotée en décembre 2015 de trois tribunaux spécialisés dans les affaires d’esclavage, à Nouakchott, Nouadhibou (nord-ouest) et Néma (sud-est). Ce dernier avait prononcé une première condamnation en mai 2016, à l’encontre de deux hommes, qui avaient écopé de cinq ans de prison ferme.

Dans deux affaires distinctes, le tribunal de Nouadhibou a condamné mercredi une femme à dix ans de prison pour esclavage de trois sœurs, et à vingt ans un père, décédé avant le jugement, et son fils, a indiqué à l’AFP une source judiciaire.

Dans cette seconde affaire, “le père Saleck Ould Oumar et son fils, qui n’a pas assisté au jugement, ont été condamnés par contumace pour avoir réduit en esclaves la famille Joumaa, de quatre membres, dont deux enfants”, a précisé la même source.
“Le procès s’est bien déroulé, dans le respect des règles, et la loi a été dite”, s’est réjoui l’avocat des victimes, El-Id Ould Mohameden, pour qui “l’espoir est né de pouvoir aboutir à une normalisation de la situation humanitaire dans le pays”.

Au premier procès, la prévenue, Ar-Rabiaa Mint Hammadi, avait fait valoir qu’elle n’avait pas d’enfant et avait assuré avoir élevé l’une des plaignantes comme sa fille, “satisfaisant à tous ses besoins sans sentir la nécessité de lui fixer un salaire précis”, selon les mêmes sources.
Ce à quoi le procureur de la République lui a répliqué : “Il n’y a pas un esclavage doux et un autre rugueux, c’est un crime”.
Le président de l’association SOS esclavage, Boubacar Ould Messaoud, s’est félicité de ce jugement qui “doit servir d’exemple pour une évolution normale des choses et pour enfin permettre à tous les Mauritaniens de dépasser cette tare et apprendre à vivre ensemble en toute quiétude”.

(AFP)

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.