banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Moins de parlementaires, plus de proportionnelle : La France réforme ses institutions

05 Avr 2018
756 times

Baisse de 30% du nombre de parlementaires, 15% de proportionnelle aux élections législatives, non-cumul des mandats : le gouvernement français a lancé, hier mercredi, la réforme emblématique des institutions promise par le président Emmanuel Macron, sous le feu des critiques.

Après des semaines de tractations entre majorité et opposition, et avec l’espoir d’un accord avec le Sénat, la Chambre haute tenue par la droite, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté cette «nouvelle ambition» pour les institutions.

Le président Macron, élu l’an dernier, en avait fait un de ses chevaux de bataille : après avoir dynamité le traditionnel bipolarisme politique français, il avait fait part de son souhait de moderniser des institutions vieillissantes. «Il ne s’agit ni de revenir à la IVe République, ni de passer à la VIe, il s’agit bien au contraire de revenir aux sources de notre Ve République» dans laquelle «le gouvernement gouverne, le Parlement légifère et contrôle», a affirmé le chef du gouvernement.

Le projet prévoit également la réduction de 30% du nombre de parlementaires pour le ramener à 404 députés et 244 sénateurs (contre 577 et 348 actuellement). Le nombre des parlementaires rapporté à la population française se situe dans la moyenne européenne. En outre, le non-cumul de plus de trois mandats «identiques, complets et consécutifs» dans le temps s’appliquera aux parlementaires et présidents d’exécutifs locaux, «à l’exception des maires des communes de moins de 9 000 habitants».

La Corse figurera par ailleurs dans la Constitution française, «ce qui permettra d’adapter les lois de la République aux spécificités insulaires et sous le contrôle du Parlement». Cette inscription a été une des rares revendications des nationalistes corses retenues par Emmanuel Macron.

Le projet devrait être adopté en 2019, a précisé M. Philippe, alors que le président avait fixé en juillet dernier une échéance à l’été 2018.

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.