banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lutte contre le djihadisme au Sahel : Un Malien poursuivi pour crimes de guerre présenté à la Cpi

05 Avr 2018
634 times
Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud face au Tribunal. Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud face au Tribunal.

Un jihadiste malien a fait sa première apparition devant la justice internationale, hier, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité : des viols, tortures et destructions de patrimoine à Tombouctou.

Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud est accusé d’avoir participé en 2012 et 2013 à la démolition de mausolées dans la ville malienne et d’être responsable de viol et d’esclavage sexuel commis dans le contexte de mariages forcés. Des accusations de torture pèsent également contre le jihadiste, qui a été remis à la Cour pénale internationale (Cpi) par les autorités maliennes, samedi, et transféré au centre pénitentiaire de la Cour, à La Haye.

Lors de sa première apparition à la Cpi, Al Hassan, cheveux rasés et petit bouc, a confirmé en arabe son identité et a déclaré qu’il avait été informé des accusations portées contre lui et de ses droits.

Al Hassan, 40 ans, aurait été membre du groupe jihadiste Ansar Eddine et commissaire de la police islamique à Tombouctou. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la Cpi le 27 mars dernier. Il faisait partie des groupes armés qui ont pris le contrôle de la région reculée du nord du Mali en 2012 et «imposé leur vision de la religion, par la terreur, à une population locale qui n’y adhérait pas», selon le mandat d’arrêt. L’homme d’origine malienne avait sous son contrôle environ 40 policiers islamiques et «a joué un rôle de premier plan dans la commission de crimes, ainsi que dans la persécution religieuse et sexiste», poursuit-il. «Toutes les infractions» aux lois islamiques strictes étaient «punies par des flagellations, des tortures pendant la détention et la destruction de sites consacrés à des pratiques religieuses», précise le mandat.

On lui reproche aussi la participation «à la politique de mariages forcés dont des Tombouctiennes ont été victimes, qui ont donné lieu à des viols répétés et à la réduction de femmes et de jeunes filles à l’état d’esclaves sexuelles», indique le procureur de la Cpi, Fatou Bensouda. L’arrestation du jihadiste a été accueillie à bras ouverts à Tombouctou. «Dieu a fait son œuvre. Al Hassan aujourd’hui arrêté ! C’est l’œuvre de Dieu. Il ne dort pas. Il a toujours veillé sur Tombouctou. Ils (les jihadistes) ont profané des tombes. Ils ont violé des femmes. C’est maintenant à leur tour d’être jugés», s’exclame un ancien élu, qui a voulu rester anonyme «par peur de représailles». «C’est une avancée très importante dans la lutte contre l’impunité», abonde Moctar Mariko, président de l’Association malienne des droits de l’homme (Amdh). «Il faut absolument que justice soit rendue, que les autres assassins, criminels soient recherchés, arrêtés et jugés», déclare-t-il à l’Afp, ajoutant qu’il y avait des preuves accablantes contre Al Hassan.

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.