banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Respect des droits humains : La Guinée équatoriale propose la création d’instituts africains

19 Avr 2018
1189 times

La Guinée équatoriale a proposé, hier, la création «d’institutions de droits de l’homme dans chaque pays africain», au moment où le pays est pointé du doigt par des ONG pour ses manquements en matière de respect des droits humains.

«Je proposerai la création d’institutions de droits de l’homme dans chaque pays africain, à travers lesquelles on s’informera de la situation des droits de l’homme» dans chacun de ces pays, a déclaré, mercredi, le président Teodoro Obiang Nguema, à l’ouverture d’un colloque à Malabo. M. Obiang Nguema a émis ce souhait d’avoir des institutions nationales afin de remplacer les ONG internationales de défense des droits de l’homme, «utilisées», selon lui, pour «détruire les Etats africains comme la Guinée équatoriale». Lors de la parution du dernier rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW), qui estimait que l’éducation et la santé étaient sous-financées en Guinée, Malabo avait dénoncé un «rapport mensonger». Fin mars, des militants d’un parti d’opposition avaient affirmé avoir été «torturés» en détention. Un militant de ce même parti, Citoyens pour l’innovation (CI, dissous par la justice en février), est décédé en détention, «à la suite de torture», d’après son parti - ce que le gouvernement dément. Des ONG de défense des droits de l’homme ont corroboré l’usage régulier de la torture dans le pays, tandis que les autorités ont fermement démenti ces accusations.

En février, l’Union européenne s’était inquiétée de la «forte détérioration de la situation des droits de l’homme» en Guinée équatoriale. Ce colloque a été organisé par Malabo pour «apporter les réponses aux informations infondées contre la Guinée équatoriale», selon une note du gouvernement consultée par l’AFP. La Guinée veut, durant ce colloque, «contrecarrer la dérive médiatique faussement construite sur la situation des droits de l’homme et (la) liberté d’expression en Guinée équatoriale».

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.