banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Livraison d'armes chinoises à la Centrafrique : Refus de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis à l’Onu

16 Jui 2018
607 times

La France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis se sont opposés, jeudi, aux Nations unies, à une demande d'importation d'armes chinoises de la Centrafrique soumise, depuis 2013, à un embargo sur les armes.

La ministre centrafricaine de la Défense, Marie-Noëlle Koyara, avait déposé, le 5 juin, auprès du Comité des sanctions de l'Onu, une demande d'exemption à cet embargo pour autoriser l'importation de matériel chinois : véhicules blindés, mitrailleuses, grenades lacrymogènes et autres équipements et munitions pour sa police et son armée.

La France et les Etats-Unis ont notamment fait remarquer qu'il n'y avait pas de menace d'attaque aérienne contre la Centrafrique pouvant justifier l'acquisition d'armes anti-aériennes. Le Royaume-Uni s'est, pour sa part, inquiété du transit, par le Cameroun, des cargaisons d'armes concernées sans escorte jusqu'à la frontière centrafricaine.

En 2017, une exemption avait été accordée à la Centrafrique par le Comité des sanctions pour l'importation d'armes en provenance de Russie.

L'équipement dont la Chine voulait faire don à Bangui incluait notamment 12 véhicules blindés légers, quatre véhicules d'assaut, 50 pistolets, six fusils de précision, une quarantaine de mitrailleuses de divers calibres, 300 roquettes, 500 grenades antichars, 15 grenades lacrymogènes et 750 000 munitions de divers types.

La demande d'exemption de Bangui était soutenue par la mission d'entraînement en Centrafrique de l'Union européenne et par la Minusca, la mission de l'Onu dans ce pays qui subit régulièrement des attaques de groupes armés. La Minusca a perdu cinq soldats en Centrafrique depuis le début de l'année.

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.