banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3675)

Sport

Pauvre Diodio ! Elle a ciré le banc hier après une petite dispute avec l’entraîneur Moustapha Gaye en cours de match lors du premier quart temps. 
En fait, elle a répondu sur le même ton que le coach, qui l’avait fait sortir après une perte de balle. « Tu vas voir, je vais te régler ton compte », a, par la suite, menacé Moustapha Gaye.  Des propos exécutés à la minute puisque la meneuse de jeu du Sénégal n’a plus remis les pieds sur le terrain jusqu’à la fin du match ; l’entraîneur l’ayant complètement zappé ! « Je ne suis pas content de ce qu’elle a fait, je l’ai sortie. Diodio est une joueuse majeure dans notre équipe, une joueuse que je respecte beaucoup et que j’apprécie. Maintenant, dans le jeu, s’il y a des choses qui ne conviennent pas, je la mets dehors et je n’ai pas besoin de votre permission ! » a coupé net le coach. Une situation « bénéfique » pour Ndéye Séne qui en a profité pour faire un grand match.

Moustapha Gaye a le sang chaud !
« Chassé le naturel, il revient au galop », Moustapha Gaye, le sélectionneur national, ne peut pas s’empêcher de s’énerver lors des matchs. Il ne pardonne aucune petite erreur et le fait savoir à sa manière, c’est-à-dire en criant. Même pendant les temps morts, on n’entend que sa voix. A la question de savoir pourquoi il était particulièrement si nerveux hier, lors de la rencontre contre l’Egypte, le coach a dit à qui veut l’entendre qu’il est exigeant et c’est sa nature : « Voilà des choses qui vont nous polluer, on regarde les petits détails qui ne nous font pas avancer. Depuis que je suis Tapha je suis comme ça. J’ai 53 ans et ce n’est pas maintenant que je vais changer. Il faut prendre le contenu de ce que je dis mais pas la manière. On a gagné en 2009 et j’étais comme ça, 2015 la même chose, pourquoi je vais changer en 2017. Je suis exigeant, mais Dieu m’est témoin, je commence par moi-même ». D’après lui, quant l’équipe veut gagner, il ne faut rien négliger. Raison pour laquelle, dit-il, si les choses ne marchent pas, il le fait savoir à sa manière. « Je n’ai pas besoin de mes lunettes pour montrer aux joueuses que je ne suis pas content. Nous sommes dans une compétition et nous nous devons d’être très exigeants. 
Vous avez peur de quoi ! Je ne suis pas un sauvage ».  

Moustapha Gaye persiste d’ailleurs qu’il est beaucoup facile de le virer que d’essayer de changer son tempérament. 
« Vous n’avez qu’à me virer pour amener quelqu’un de doux et calme qui va vous tapoter.

Ce n’est pas mon genre, et ne comptez pas sur moi pour changer. Vraiment, je vous l’assure, n’essayez même pas de rentrer dans ce domaine-là. Si vous avez peur, restez à la maison. 
Nous avons le Nigeria ce mercredi, si on a peur, on va se faire piétiner ». L’entraîneur du Sénégal est conscient cependant qu’il a en face de lui des femmes, mais qu’il considère comme de grandes compétitrices.

De notre envoyée spéciale : Absa NDONG (Textes et Photos)

Le Fc Barcelone a déposé plainte contre Neymar devant un tribunal espagnol pour non-respect de contrat et réclame la restitution d’une partie d’une prime touchée par l’attaquant brésilien, transféré début août au Paris SG, ainsi que 8,5 M Eur de dommages, a annoncé mardi le club catalan. «Le club réclame au joueur la partie déjà versée correspondant à sa prime de prolongation de contrat, en raison d’un non-respect dudit contrat ; 8,5 millions d’euros au titre des dommages et préjudices; et 10% supplémentaire pour les intérêts» de retard, a écrit le Barça dans un communiqué. Le club précise qu’il réclame que le PSG verse ces sommes si le joueur n’est pas en mesure de le faire.

AFP

Les boulistes thièssois impriment leur rythme actuellement dans le championnat du Sénégal de pétanque. En remportant, ce week-end, la 28ème édition du mémorial Alfousseyni Sané, leur troisième succès en quatre compétitions après les titres de champions du Sénégal en doublettes le 9 août et celui en triplettes il y a un peu plus d’une semaine. Les pensionnaires de la Boule amicale thièssoise se sont illustrés à nouveau, ce dimanche, en remportant le tournoi qui porte le nom de l’ancien président de la Fédération sénégalaise de sports boules.

Une compétition couplée à la première «Spéciale Tabaski» qu’organise annuellement la Fssb. La paire composée de Boubacar Samoura et Latyr Wade a remporté, pour l’occasion, la mise en s’imposant en finale face à la doublette constituée par Cheikh Séye de Diourbel Pétanque Club et Mamadou Bâ de Saly Bouliste sur le score de 11 à 1.  Une domination des boulistes thiessois qui ont été les plus en vue parmi les 60 équipes de doublettes à la mêlée, soit 120 joueurs venus des différentes régions du Sénégal et de la Mauritanie qui ont pris part à la compétition. Les quatre joueurs finalistes (vainqueurs comme perdants) ont ainsi reçu chacun un mouton pour la Tabaski en plus d’une enveloppe pour bien préparer la fête. Les autres ont l’occasion de se rattraper ce dimanche puisque la 2ème partie de cette «Spéciale Tabaski» est au programme. Cette manifestation prévue au boulodrome Papa Arona Diagne (ex-Saldia) est également l’occasion pour les responsables fédéraux d’organiser la Coupe du ministre des Sports qui va clôturer la présente saison. La veille, ce sont les vétérans qui seront en lice dans le Tournoi des 60 ans qui leur est exclusivement réservé.    

O. POUYE

L’Uruguay et l’Argentine officialiseront le 30 août leur candidature conjointe au Mondial de football 2030, qui marquera le centenaire de la première Coupe du monde qui avait été organisée à Montevideo, a annoncé le président uruguayen Tabaré Vazquez. «Le 30 août prochain, le président (argentin) Mauricio Macri se rendra en Uruguay (...) afin que les deux gouvernements, les deux pays, annoncent leur candidature officielle (...) pour la Coupe du monde de football de 2030», a-t-il ajouté lundi. «Il pourrait y avoir quelques surprises intéressantes» au moment de l’annonce, a-t-il aussi glissé aux journalistes. Les deux chefs d’Etat se réuniront dans la matinée du 30 août au sein de la résidence présidentielle de Anchorena, à 200 kilomètres à l’ouest de Montevideo. La ministre du Tourisme d’Uruguay, Liliam Kechichian, avait récemment dit souhaiter que l’Argentin Lionel Messi et l’Uruguayen Luis Suarez, les deux stars du Fc Barcelone, soient les promoteurs de cette candidature conjointe.

Les deux pays ont déjà manifesté à plusieurs reprises leur désir d’organiser ensemble la Coupe du monde, 100 ans après le premier Mondial, organisé en 1930 dans le stade Centenario de Montevideo et marqué par la victoire de l’Uruguay en finale contre l’Argentine.

AFP

Le Tribunal arbitral du sport (Tas) a confirmé lundi les suspensions à vie infligées par la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) à Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de l’Iaaf, et deux anciens responsables russes, Valentin Balakhnichev et Alexei Melnikov.

Les trois hommes avaient été suspendus le 7 janvier 2016 dans le cadre du scandale de dopage et de corruption qui ébranle l’athlétisme. La commission d’éthique de l’Iaaf les soupçonne d’avoir reçu de l’argent en contrepartie de leur silence sur des faits de dopage, principalement en Russie.

Les arbitres du Tas ont conclu que les charges retenues contre Papa Massata Diack, Valentin Balakhnichev et Alexei Melnikov étaient «établies, au-delà d’un doute raisonnable, et que les sanctions devaient être confirmées». Papa Massata Diack est l’un des 15 enfants de Lamine Diack, ancien président de l’Iaaf. Ex-consultant en marketing à l’Iaaf, il a été placé par Interpol sur sa liste des personnes les plus recherchées après un mandat d’arrêt émis par la France.

Il est recherché notamment pour fraude, blanchiment d’argent et corruption. Valentin Balakhnichev est l’ex-trésorier de l’Iaaf et ex-président de la Fédération russe, et Alexei Melnikov l’ex-entraîneur de l’équipe nationale de marche.

AFP

Le Tribunal administratif du sport espagnol (Tad) a rejeté mardi l’ultime recours de l’attaquant du Real Madrid Cristiano Ronaldo contre les cinq matches de suspension dont il a écopé pour avoir bousculé un arbitre, rendant la sanction définitive, a-t-on appris mardi auprès du Tad. «Les parties ont été informées, que ce soit le Real Madrid ou la Fédération. Le Tribunal administratif du sport a rejeté le recours du Real Madrid contre ces cinq matches de suspension», a dit à l’Afp un porte-parole du Tad.

Le Portugais, incrédule, a évoqué «une nouvelle décision incompréhensible» et «une injustice» sur son compte Twitter, promettant de revenir «plus fort».
Ronaldo, exclu dimanche 13 août lors du match aller de la Supercoupe d’Espagne face au Fc Barcelone (3-1), a d’ores et déjà purgé deux de ces cinq matches: d’abord lors du match retour remporté par le Real (2-0) et ensuite lors de la 1re journée du Championnat d’Espagne contre le Deportivo La Corogne (3-0). Le quadruple Ballon d’Or portugais doit donc encore purger trois rencontres en Liga et il manquera les matches contre Valence, Levante et la Real Sociedad. Ronaldo peut, en revanche, être aligné contre la Fiorentina mercredi (20h45 Gmt) en amical à l’occasion du «Trophée Bernabeu», un match de gala au stade Santiago-Bernabeu, et jouer la première journée de la phase de groupes de Ligue des champions le 12 ou 13 septembre. Le maintien de cette sanction est un coup dur pour le Real Madrid, dont l’entraîneur Zinédine Zidane s’était dit très «contrarié» par cette sanction, la jugeant disproportionnée par rapport au geste commis.

Ronaldo a écopé d’un carton jaune pour avoir enlevé son maillot en célébrant son but (80e) puis d’un second avertissement discutable pour simulation dans la surface. Incrédule, Ronaldo a poussé dans le dos l’arbitre avant de quitter la pelouse. Après sa suspension, la semaine dernière, la star portugaise a vivement réagi sur les réseaux sociaux, criant à «la persécution» et jugeant la sanction «exagérée et ridicule». Cette procédure disciplinaire a fait d’autant plus jaser en Espagne que l’attaquant barcelonais Luis Suarez, coupable d’une simulation grossière pour obtenir un penalty, n’a pour sa part pas été sanctionné. Et la polémique a redoublé dimanche après l’exclusion sévère du capitaine du Real Madrid Sergio Ramos à La Corogne pour un second carton jaune dû à un duel aérien trop engagé.

AFP

 

Le match retour des qualifications du Championnat d’Afrique des nations 2018 entre la Guinée et le Sénégal, prévu mardi à Conakry, a été reporté à mercredi en raison de fortes pluies qui s’abattent sur la capitale guinéenne, a annoncé la Fédération guinéenne. De fortes pluies tombent depuis lundi sur la capitale guinéenne et ont rendu la pelouse du Stade du 28 septembre impraticable, selon la même source. A l’aller, le Sénégal l’avait emporté 3 à 1. La phase finale de la 5e édition du Chan, réunissant des joueurs évoluant sur le continent de 16 pays, se déroulera au Kenya, du 11 janvier au 2 février.

AFP

Le ministère des Sports a pris en charge la restauration de l’équipe de basketball du Sénégal à l’Afrobasket féminin (18-27 août) depuis qu’il a été mis au courant des difficultés d’alimentation des basketteuses, a annoncé mardi à l’APS le Directeur de la haute compétition, Souleymane Boune Daouda Diop.
«Après le premier match, nous avons été mis au courant des problèmes de restauration» de l’équipe, a rappelé le Dhc.

Selon lui, les services du ministère des Sports ont ensuite discuté avec le comité d’organisation de l’Afrobasket féminin 2017 et ont décidé de prendre en charge la restauration de l’équipe sénégalaise.

«Dès le lendemain de l’entrée en lice des Lionnes dans la compétition, grâce à l’assistance de l’ambassade du Sénégal au Mali, nous sommes entrés en contact avec une restauratrice sénégalaise établie à Bamako, qui se charge désormais d’amener à manger à toute la délégation» du Sénégal, a assuré le Dhc dans un entretien téléphonique avec l’Aps.

L’alimentation servie aux Lionnes du Sénégal et aux membres de leur staff technique passera «sous le contrôle du staff médical» de l’équipe, a souligné Souleymane Boune Daouda Diop.
L’Etat, via le ministère des Sports a payé à l’instar de tous les pays participants les frais de participation de toutes les basketteuses à cette compétition, a-t-il assuré. «Il est demandé 60 dollars Us (environ 33.000 francs Cfa) par jour et par personne pour l’hébergement, la restauration et le transport interne de la délégation», a ajouté le Dhc.

APS

Nous sommes tout le temps confiants. Aujourd’hui, nous avions en face une équipe égyptienne assez jeune et qui joue ensemble. De notre côté, nous avons essayé de faire la même chose en jouant collectivement. Nous avons aussi fait un jeu rapide et cru en nous pendant les 40 minutes. En un moment donné, nous avons voulu suivre le rythme de l’Egypte qui est une équipe jeune, mais avec notre expérience, nous avons pris du recul. Il est temps pour nous de faire moins de perte de balles et gérer les matchs. Tout le monde a eu un jour de repos, ce n’est pas seulement le Sénégal. Notre fort, c’est que nous respectons toutes les équipes, c’est ce qui nous motive à nous battre.
Le match est passé et nous avons remporté la victoire.
Il faut penser maintenant à notre prochain duel. Les matchs se suivent mais ne se ressemblent pas. L’équipe nigériane est forte, elle a aussi fait ses preuves. Ce sera notre dernier match de poule, un match assez important. Je pense que si nous jouons à notre niveau, nous pourrons nous en sortir.

Moustapha Gaye, coach des Lions : « Nous avons utilisé notre expérience »
Je félicite mes joueuses, elles ont livré le match qu’on attendait d’elles. Elles ont fait un match très sérieux, même s’il y a eu des pertes de balle, ce sont des résidus qui sont liés au jeu. Quand on veut jouer vite, il y a de petits déchets mais ce n’est rien de méchant. Nous avons joué face à une très bonne équipe d’Egypte et, en un moment donné, nous avons utilisé notre expérience pour remporter le match.

Une rencontre n’est jamais facile, il faut respecter les adversaires et jouer à fond. Et ce n’est pas le score qui est important mais gagner les deux points.
J’ai apprécié l’implication de mes joueuses lors de ce match, la recherche de la solution collective nous a donné victoire.
Elles ont été très solidaires. Mais ce n’est pas parce que nous avons battu l’Egypte qu’elle est une petite équipe.
 
MouhaMed Hani Hassan, coach de l’Egypte : «Le Sénégal a une bonne défense et un jeu agressif»
Nous avons fait un match difficile. L’équipe du Sénégal est forte et est à l’aise dans les tirs à distance. Elle a une très bonne défense et un jeu agressif. Le Sénégal a également de bonnes joueuses et un système de jeu qui n’est pas mal. Nous avons une équipe jeune et nous avons essayé de prendre des joueuses qui ont participé au championnat du monde U 19.
Nous voulons construire quelque chose avec ces joueuses à l’avenir. Je pense que le Sénégal, le Mali, le Nigeria et l’Angola peuvent aller loin dans cette compétition car ils ont de bonnes équipes. Ce sont les quatre équipes qui m’ont impressionné pour le moment de par leur jeu.
 
Deghady Mouhamed Soraya, capitaine de l’Egypte : « Nous avons une équipe jeune qui manque d’expérience »
C’était un match très difficile contre le Sénégal. Nous avons une équipe qui manque d’expérience. Nous n’avons pas également de professionnel. Nous avons fait de notre mieux mais nous avons été bloquées par l’équipe adverse. Notre point fort, c’étaient les contre-attaques mais nous n’avons pas pu développer cela face au Sénégal. Même le fait de vouloir jouer avec nos intérieures n’a pas été possible. Nous sommes venues pour apprendre et nous allons en tirer des leçons.

De notre envoyée spéciale : Absa NDONG (Textes et Photos)

 

Ramata Daou : Le réveil

23 Aoû 2017
5 times

Depuis le début de la compétition, Ramata Daou, l’intérieure de l’équipe nationale féminine, avait du mal à s’imposer dans le jeu. Un peu nonchalante, elle était à la fois effacée et inefficace dans la raquette. Son temps de jeu était d’ailleurs limité, et le coach Moustapha Gaye ne cessait de lui remonter les bretelles pour qu’elle réagisse. Seulement, hier, lors du match contre l’Egypte, Ramata Daou s’est réveillée… Alléluia ! Elle a été décisive et a livré un très bon match. Porteuse du N°14, la Sénégalaise a enregistré au total 12 rebonds (6 offensifs et 6 défensifs), fait une passe décisive et marqué 7 sur les 8 tirs tentés (87% de réussite). Ramata Daou est également la deuxième meilleure marqueuse de l’équipe (17 points) derrière Astou Traoré (26 points) dans ce match.

Les Lionnes ont repris confiance en elles, hier, au palais des sports Salamatou Maiga en livrant un excellent match contre l’équipe de l’Egypte. Elles ont remporté la confrontation sur un large score (93-61).

Les protégées de Moustapha Gaye ont montré un nouveau visage hier, lors de leur match contre l’Egypte. Elles ont, en effet, donné le ton dès le premier quart temps, face à des Egyptiennes très rapides dans le jeu (21-10) en faveur du Sénégal.

Dominée dans l’intensité et dans l’agressivité, l’équipe de l’Egypte n’a pas trouvé de réponse face à la défense spectaculaire des championnes en titre, présentes sur toutes les lignes de passe. Mohamed Helwa Mai Hussein (N°69) a bien joué des muscles dans la raquette pour garder son groupe dans le match, mais l’équipe du Sénégal, très adroite, s’est détachée dans le sillage d’une Astou Traoré irrésistible en deuxième quart temps (43-22). Loin de se reposer sur leur avantage, les Lionnes ont continué à mettre la pression sur leurs adversaires, toujours en délicatesse aux tirs (29, 4 % au final). Menant par 88 à 68 lors du troisième quart temps, elles pouvaient aborder avec sérénité le dernier quart temps.

Certes, les Egyptiennes ont eu quelques occasions marquées, mais la fin de match a été totalement à l’avantage des protégées de Moustapha Gaye. L’écart a atteint 20 points (79-58 à 5 minutes de la fin) pour se conclure à 32 points au coup de sifflet final (93-61). Le dernier quart temps a ressemblé à un entraînement grandeur nature.

Dominatrices aux tirs à trois points (33,3% contre 29, 4), aux passes (26 contre 15),  tirs à 2 points (47, 4 % contre 30, 7) et aux rebonds (59 contre 34), les Lionnes n’ont finalement été battues qu’aux interceptions (15 pour l’Egypte et 10 pour le Sénégal). Elles ont commises beaucoup de pertes de balles (23 au total) lors ce match.

Et 9 des 12 joueuses ont marqué, avec Astou Traoré (26 points et meilleure marqueuse), Ramata Daou (17 points) et Aya Traoré (14 points), au sommet de la feuille de statistiques.

De notre envoyée spéciale : Absa NDONG (Textes et Photos)

Le match Guinée-Sénégal, initialement prévu ce mardi à partir de 16h30 à Conakry, dans le cadre du dernier tour qualificatif du CHAN 2018, a été reporté à mercredi, suite à des intempéries dans la capitale guinéenne, a annoncé à l’APS le secrétaire général de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Victor Ciss.

"C’est en raison des fortes pluies qui ont toujours cours dans la capitale guinéenne’’ que le match a été reporté, a indiqué Victor Ciss dans l’entretien téléphonique.

Selon la réglementation en vigueur, la rencontre peut-être reprogrammée dans les 24h suivantes.

Le Sénégal avait battu la Guinée 3-1, lors de la manche aller jouée le mardi 15 août dernier au stade Alassane Djigo de Pikine, dans la grande banlieue dakaroise.

Au total 15 équipes ont déjà validé leur ticket pour la phase finale du Championnat d’Afrique des nations 2018, prévu au Kenya, en janvier prochain.

Les deux finalistes de l’édition précédente, à savoir la RD Congo et le Mali, ont été éliminés.

Après avoir pris part aux deux premières éditions en 2009 et en 2011, le Sénégal a raté les deux suivantes, en 2014 et 2016.

Spurce : APS

Les Lions locaux sont arrivés dimanche à Conakry pour livrer, contre la Guinée, la dernière manche de leur double confrontation en direction de la phase finale du Chan 2018. Avec une avance confortable de deux buts d’écart, le coach Moustapha Seck et ses joueurs ont les cartes en mains pour la qualification. Coup d’envoi aujourd’hui à partir de 16h30 au stade du 28 septembre de Conakry pour un duel de feu qui désignera le dernier qualifié à la phase finale.

Le dernier ticket qualificatif pour le Chan 2018 au Kenya reviendra au Sénégal ou à la Guinée à l’issue de la confrontation entre ces deux équipes demain au stade du 28 septembre à Conakry. A l’aller à Dakar, les Lions du Sénégal s’étaient imposés sur le score de trois buts à un et attendent fébrilement la manche retour qui les opposera à un Sily National de Guinée qui n’a pas encore dit son dernier mot, comme l’a souligné son entraîneur Lappé Bangoura à l’issue du match de Dakar. L’option prise par le Sénégal pour la qualification à la phase finale au Kenya devra cependant être concrétisée à Conakry ce mardi.
C’est pourquoi, à l’issue du match aller disputé il y a une semaine à Alassane Djigo, l’entraîneur sénégalais, Moustapha Seck, ne faisait pas la fine bouche malgré le score de trois buts à un pour son équipe. Pour être clair, l’avantage de deux buts d’écart ne doit être ni surestimé, ni sous-estimé.

C’est vrai que dans ce match contre la Guinée à Dakar, les Lions locaux ont montré un bel caractère et beaucoup d’envie de gagner. Une performance qui devrait cependant se traduire par beaucoup plus de buts si les joueurs s’étaient mieux appliqués dans le dernier geste. C’est d’ailleurs par le caractère imprimé dans leur jeu que les jeunes Sénégalais n’ont point tremblé après l’égalisation guinéenne. C’est à partir de là aussi qu’ils ont fait montre de sang-froid et de sérénité pour remonter le cours du jeu et s’imposer avec un avantage conséquent qui pourrait peser sur la balance dans le match d’aujourd’hui, à Conakry. Maintenant qu’il faut aller chercher la qualification au stade du 28 septembre, les Lions locaux devront se mettre dans les conditions pour décrocher la qualification ; car comme l’a dit leur entraîneur, Moustapha Seck, le match est loin d’être plié malgré le score de trois buts à un de l’aller. Des mots qui ne sont pas tombés dans le vide puisque l’entraîneur guinéen, Lappé Bangoura, a embouché la même trompette en soulignant que les chances de son équipe sont intactes.

Pour Lappé Bangoura, «Le Sénégal a mérité sa victoire mais nous avons encore une grande chance de pouvoir nous qualifier», avait-il déclaré à l’issue du match aller de Dakar. Maintenant, avec ce match retour de Conakry, le technicien guinéen a mis les bouchées doubles en apportant quelques retouches à son groupe. A commencer par le gardien de but Moussa Camara qui a été écarté par le coach pour prestation moyenne. A sa place, Abdoulaye Sylla dit « Séguélé », le gardien international du Hafia Fc. On notera aussi les retours, notamment ceux de l’attaquant Sékou Amadou Camara dit « Trézeguet » et du défenseur Ismaël Sylla qui s’étaient blessés lors du match de Dakar. Mais au-delà de ces changements apportés dans l’effectif guinéen, le match en lui-même promet beaucoup. Parce que les Sénégalais, éliminés par cette même équipe de Guinée en 2016 sur la route du Chan « Rwanda 2016 », tiennent bien une revanche qu’ils ne voudront pas lâcher. La Guinée devant son public n’entend pas se faire éliminer à un pas de « Kenya 2018 ». Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce rendez-vous du stade du 28 septembre un explosif « règlement de comptes ».
Car le vainqueur complétera le groupe des 16 équipes pour la phase finale de « Kenya 2018 ».

C. F. KEITA

Après les dames qui étaient en lice dimanche pour disputer les quarts de finale de la Coupe nationale de handball, les hommes seront à l’honneur ce mercredi pour disputer ce même tour dans la compétition. Après le dernier match du premier tour programmé dimanche dernier entre l’Us Rail, vainqueur de la dernière édition, et le Stade de Mbour, le tirage au sort des quarts de finale a été effectué hier, au siège de la Fédération sénégalaise de handball. Ainsi, le tenant du titre, l’Us Rail, sera l’adversaire de l’Olympique Diourbel au stadium Lat Dior de Thiès.

Une rencontre qu’il faudra bien négocier par les locaux pour poursuivre la défense d’une couronne chèrement acquise l’an dernier aux dépens de l’Asfa. Une formation militaire qui sera, pour sa part, en déplacement au stade Mawade Wade de Saint-Louis où elle fera face à l’Université Gaston Berger. Dans la ville du nord, les militaires iront chercher la qualification qui serait un premier pas pour la reconquête du titre national.

Au stadium Amadou Barry de Guédiawaye, deux rencontres sont prévues avec dès 15 heures, l’Union sportive de Gorée accueille le Saltigué de Rufisque. Cette dernière formation tentera d’emboiter le pas à son homologue féminine qui avait franchi le cap dimanche.

En seconde heure (17 heures), la Jeanne d’Arc de Dakar fera face au Stade Mbour pour une place dans le Top 4 de la compétition. Pour les uns, il s’agira, à travers ces rencontres, de confirmer leur bonne tenue en championnat et pour les autres, de se refaire une santé puisqu’étant mal en point.

A rappeler qu’au niveau des filles, le Saltigué de Rufisque poursuit la défense de sa couronne. L’équipe entrainée par Chérif Tall a sorti le Diisoo Hbc de Guédiawaye dans le match phare des quarts de finale alors que le Dakar Université Club s’est qualifié après le forfait de Diadji Sarr.
Les deux autres qualifiés pour les demies sont la Renaissance Hbc de Tivaouane et l’Université Gaston Berger qui ont écarté respectivement le Diaraf et Keur Massar Hbc.

O. POUYE

PROGRAMME DES ¼ FINALES
Mercredi 23 août au stadium Lat Dior à 16h : Us Rail – Olympique Diourbel ; à Amadou Barry à 15h : Us Gorée – Saltigué ; à 17h : Jeanne d’Arc – Stade Mbour ; à Mawade Wade à 16h : Gaston Berger – Asfa.

Bamako : Après une pause bien méritée hier, la compétition va reprendre ce mardi avec, au programme, les rencontres du groupe B et du groupe A. C’est le Sénégal qui va donner le ton comme lors de la première journée en croisant l’Egypte dès 9h30. Avec trois victoires en autant de sorties, les Lionnes ont le vent en poupe. Il s’agit maintenant de continuer sur la lancée pour mieux préparer le second tour.

 Le choc Sénégal-Egypte est très attendu par les amateurs du ballon orange, ce mardi à 9h30 au palais des sports Salamatou Maiga de Bamako. Les deux équipes se sont, en effet, taillé une bonne réputation lors de cette 25ème édition de l’Afrobasket 2017. Les Egyptiennes n’ont enregistré qu’un seul revers contre le Nigeria (106-72) en trois matchs. Elles ont battu la Guinée (109-78) et la Rd Congo (99-72) et attendent de pied ferme le Sénégal pour un match revanche.

En fait, les Lionnes, championnes d’Afrique, avaient battu l’Egypte (84-72) lors de l’Afrobasket 2015 à Yaoundé. Une victoire qui avait boosté leur moral après leur revers contre le Nigeria. D’ailleurs, les deux équipes avaient clôturé leur phase de poule avec un bilan de 3 victoires et 2 défaites en 2015. Ce mardi, elles vont encore se retrouver en match de poule dans le groupe B qu’elles partagent  avec la Guinée, la Rd Congo, le Nigeria et le Mozambique. Seulement, contrairement aux Egyptiennes, les protégées de l’entraîneur Moustapha Gaye n’ont encore enregistré aucun revers.

Elles ont battu la Guinée lors de la première journée (105-39), le Mozambique (76-67) et avant-hier, la Rd Congo (70-63).

Les championnes d’Afrique vont donc mettre les bouchées doubles, ce mardi, pour remporter leur quatrième match afin d’être en tête de la poule B (Le Nigeria est classé premier pour le moment avec également trois victoires).

De notre envoyée spéciale, Absa NDONG

Jour de repos ce lundi, à Bamako, à l’Afrobasket dames 2017. Après 3 jours de compétition et 3 matchs pour chacune des 12 équipes, on fait le point. Avec notamment le Nigeria, l’Angola et le Sénégal déjà certains de disputer les quarts de finale.
Dans le groupe A, l’Angola survole les débats. Les Palancas Negras ont signé 3 victoires en autant de matchs et comptent 6 points. Le Mali, pays hôte, suit derrière avec 5 points, soit 2 victoires et une défaite. La Côte d’ivoire suit avec deux victoires et une défaite puis le Cameroun est 4è avec une victoire et 2 défaites.

La Tunisie traine à égalité de points avec les Lionnes indomptables tandis que la Centrafrique est en apprentissage avec 3 défaites en autant de matchs. Dans le groupe B, le Nigeria fait le plein de points après 3 rencontres, tout comme le Sénégal. L’Egypte est 3e avec 2 victoires et une défaite devant le Mozambique qui compte 2 défaites. La Rd Congo et la Guinée n’ont pas encore enregistré le moindre succès. A noter que les 4 premiers de chaque groupe disputeront les quarts de finale, donc le tableau final. La meilleure performance du tournoi jusque-là est à mettre à l’actif de l’Egyptienne Soraia Mohamed Yahia A. Deghady, auteure de 33 points contre la Rd Congo (99-72). L’Afrobasket dames 2017 se poursuit jusqu’au 27 août.

africatopsport.com

L’entraîneur du Sénégal, Moustapha Gaye, prépare les deux derniers matchs de la phase de poule dans le groupe B avec beaucoup de sérieux. Conscient que l’Egypte et le Nigeria ont des styles de jeu différents, il compte mettre toutes les chances de son côté. « Je les respecte, elles ont du potentiel et ont deux styles différents. Ce mardi, on va rencontrer un style arabe fait de technicité et d’adresse. Après, c’est le Nigeria, qui monte tout en puissance, une équipe redoutable, mais que nous ne craignons pas », a-t-il souligné. D’après lui, le Sénégal va affronter toutes les équipes avec courage et détermination comme lors de l’Afrobasket 2015. « Je ne peux pas quitter le Sénégal, prendre le drapeau et venir en spectateur. Je n’ai peur de personne ! On va jouer contre tout le monde ». Concernant l’état physique des Lionnes qui ont eu quelques difficultés à gérer les deux derniers matchs contre le Mozambique et la Rd Congo, Moustapha Gaye trouve le problème dans la gestion technico-tactique de l’équipe.  Il refuse cependant de tomber, d’après lui, dans un débat stérile sur l’âge des joueuses.

« Astou Traoré est la plus âgée de mon équipe et elle n’est pas la plus mauvaise. Tant que les filles arrivent à jouer dans le haut niveau, je ne vois pas pourquoi en faire un débat. Imaginez notre équipe nationale sans Astou Traoré, Aya Traoré, Mame Diodio Diouf, Mame Marie Sy Diop entre autres, on allait perdre lamentablement certains matchs ». Le sélectionneur national trouve en fait que la joueuse, tant qu’elle est compétitive, doit être sélectionnée. « Maintenant, la gestion des efforts pendant le tournoi, c’est autre chose. Je pense que l’ossature de l’équipe tient encore, il faut juste améliorer le jeu. Les anciennes donnent entière satisfaction ». Moustapha Gaye fait savoir également qu’en Afrique, les équipes travaillent et qu’il devient difficile de gagner juste un match lors de cette compétition. « Les équipes que nous avons rencontrées n’étaient pas des manchots. Nous sommes le Sénégal mais il nous faut de l’humilité. Il faut reconnaître qu’en Afrique, les gens travaillent ; regardez le match Angola-Tunisie, rien n’a été facile. Le Mali, de son côté, a perdu son duel contre l’Angola ». Pour terminer, le coach des Lionnes reconnaît que l’absence de Maimouna Diarra porte préjudice à l’équipe et qu’il est en train de voir comment gérer cela.

 

Le Rwanda a annoncé, ce lundi, sa décision de porter sa candidature pour l’organisation du Mondial U17 en 2019. «Nous avons déjà formulé une requête officielle à la Fifa pour abriter l’événement. Ils l’ont enregistré et nous ont fait parvenir les documents de candidature», a indiqué Vincent Nwamzita, le président de la Ferwafa. C’est le 25 août prochain que les pays désireux d’organiser la compétition sont tenus de faire parvenir leur dossier de candidature. «Abriter un tournoi d’une telle envergure serait profitable non seulement pour le Rwanda mais aussi pour toute la région», a précisé le patron de la fédération rwandaise de football. Le Rwanda sort de l’organisation du Chan 2016 avec succès et a déjà abrité respectivement les Can U20 et U17 en 2009 et 2011. En attendant, c’est en Inde que le Ghana, la Guinée, le Mali et le Niger vont représenter le continent au Mondial U17 de cette année. C’est du 6 au 28 octobre avec 24 équipes.

L’international français Samir Nasri, dans l’impasse à Manchester City où le meneur de 30 ans était arrivé en 2011, s’est engagé pour deux ans avec Antalyaspor, a annoncé lundi le club turc.
L’ex-Bleu (5 buts en 41 sel.), plus sélectionné depuis 2013, était arrivé dimanche dans la station balnéaire du sud de la Turquie après avoir été prêté la saison dernière au Séville Fc par l’entraîneur Pep Guardiola qui ne comptait plus sur lui chez les Citizens.

AFP :

WTA - Muguruza sur le podium

22 Aoû 2017
41 times

L’Espagnole Garbine Muguruza a retrouvé lundi la 3e place du classement Wta au lendemain de sa victoire à Cincinnati, un titre qui lui a permis de gagner trois rangs et de revenir sur les talons de la Roumaine Simona Halep, finaliste malheureuse.
A une semaine de l’Us Open, 4e et dernier Grand Chelem de l’année, la Tchèque Karolina Pliskova conserve de justesse la 1re place de la Wta malgré son élimination en demi-finales à Cincinnati par Muguruza. Au contraire, l’Allemande Angelique Kerber paye cher son élimination dès son entrée en lice dans l’Ohio avec une chute de 3 places au 6e rang Wta.

AFP

Rafael Nadal a officiellement retrouvé lundi à 31 ans la tête du classement Atp qu’il avait cédée le 7 juillet 2014, alors que le Bulgare Grigor Dimitrov se hisse dans le Top 10 (9e, +2) après son titre à Cincinnati.

Tombé au 12e rang mondial à l’été 2015, l’Espagnol était assuré de détrôner le Britannique Andy Murray (2e, -1) depuis le forfait de Roger Federer (3e) avant le Masters 1000 de Cincinnati. Nadal a été éliminé en quarts dans l’Ohio par le futur finaliste australien Nick Kyrgios qui retrouve ainsi le Top 20 (18e, +5). Dimitrov, intraitable pour remporter son premier Masters 1000 à une semaine de l’Us Open, quatrième et dernier Grand Chelem de l’année, n’est plus qu’à un rang de son meilleur classement, une 8e place mondiale atteinte le 4 août 2014.

L’Allemand Alexander Zverev, éliminé dès son entrée en lice à Cincinnati alors qu’il avait battu trois jours plus tôt Federer en finale à Montréal, gagne néanmoins une place pour atteindre son meilleur classement en carrière: le 6e rang.
L’Américain John Isner, battu en demi-finales à Cincinnati par Dimitrov, gagne 5 places au 14e rang, tandis que l’Espagnol David Ferrer, l’autre demi-finaliste malheureux, progresse de 6 places au 25e rang mondial.

AFP

Les Lionnes du Sénégal ont réussi leur deuxième sortie de la compétition, samedi, contre le Mozambique au stade Salamatou Maiga de Bamako. Un match remporté de manière laborieuse devant des Mozambicaines qui ont joué sans complexe. Même si elles étaient un peu déstabilisées lors du premier quart (21-7) en faveur du Sénégal, elles ont pu remonter le score avant la mi-temps (48-25). Le troisième quart temps a été catastrophique pour les championnes d’Afrique car malgré une nette domination, elles ont livré un jeu désordonné, rythmé de maladresses. L’équipe du Mozambique en a profité pour grignoter l’écart et sortir le grand jeu.

Le Sénégal a alors débuté le quatrième quart en menant juste de 9 points d’écart (55-46), mais s’est ressaisi en fin de match (76-67). L’entraîneur Moustapha Gaye a reconnu que l’équipe a mal joué, surtout lors du troisième quart temps. « On a eu un match à deux vitesses ; les joueuses ont fait une excellente première mi-temps, mais les deux derniers quarts temps ont été très laborieux. On va en tirer les leçons et corriger certaines erreurs ». Ce dernier se méfie d’ailleurs de l’équipe du Congo qui a tenu le Nigeria sur trois quart temps. « Il faut se méfier, le Congo est un adversaire très physique ; il a de grandes tailles. C’est un basket totalement diffèrent de celui du Mozambique.  

Oumoul Khairy Thiam
« Nous allons nous battre pour remporter les matchs »

« Nous avons joué un match difficile. Le Mozambique est une bonne équipe. Nous avons dominé au premier quart temps mais elles sont revenues. Il faut apprendre de cela pour ne plus se confronter à ce genre de situation. A part le premier match, aucune rencontre ne sera facile. Nous allons nous battre pour essayer de gagner tous les matchs. Cela ne va pas être facile mais nous nous sommes entraînés aussi pour aller loin ».

Aya Traoré
« C’était un match difficile »

« C’était un match difficile. C’est la réalité de la compétition. Toutes les équipes se valent, donc aujourd’hui, c’était un test pour nous et voilà, nous avons appris qu’il faut jouer pendant 40 minutes. Dieu merci, nous sommes sorties victorieuses. Les Mozambicaines sont de bonnes joueuses. Les matchs Sénégal-Mozambique n’ont jamais été faciles, cela s’est répété encore. Il ne faut pas sous-estimer les équipes. Je ne pense pas qu’il y avait un problème de fatigue, car après notre match contre la Guinée, nous avons eu toute la journée pour nous reposer. Ce n’est pas parce que nous avons battu la Guinée avec un écart important qu’aujourd’hui, cela sera la même chose. C’est la réalité de la compétition, rien ne va être facile ».

 

ECHOS

Diarrhée !
« Nous mangeons très mal ici au Mali. La moitié de l’équipe a la diarrhée ! Je ne vais pas en dire plus mais comprenez que ça ne va pas », a révélé l’entraîneur de l’équipe nationale du Sénégal, Moustapha Gaye, samedi, après la rencontre contre le Mozambique. En effet, à la question de savoir pourquoi Aminata Fall n’a pas joué lors du match, ce dernier est allé droit au but : « Elle a la diarrhée et nous tous d’ailleurs ». Le coach des Lionnes n’a pas voulu en dire plus, surement pour ne pas créer de polémique à juste deux jours de compétitions. A noter que l’équipe nationale est logée à l’hôtel Olympique de Bamako avec les autres équipes (sauf le Mali et l’Angola).

Supporters maliens
Décidément, les supporters maliens sont infatigables. Venus nombreux au stade Salamatou Maiga pour supporter leur équipe nationale, ils ont rivalisé d’ardeur. Divisés en deux groupes, ils ont, face à face, fait un « battle » de feu. Acrobaties, chorégraphies, chants etc., les supporters ont impressionné les amateurs de basket venus nombreux au stade.
Rassemblés par

 


• AU-DESSUS DU PANIER

MALINA ITALEE LUCAS

«El phenomeno» angolaise !
C’est le phénomène de la compétition ! Elle s’appelle Malina Italee Lucas (n° 1), et est la meneuse de jeu de l’équipe angolaise. Ce bout de femme aux nombreux tatouages (sur le bras gauche) a séduit en seulement deux matchs tous les amateurs du ballon orange lors de cette 25ème édition de l’Afrobasket féminin Bamako 2017. En effet, elle a un style de jeu fluide et une façon impressionnante de se mouvoir dans le camp adverse. Meilleure « scoreuse » lors du match Angola-Cameroun (remporté d’ailleurs par son équipe, 78 à 56), Lucas avait mis la défense camerounaise sens dessus dessous. Le tir primé et les passes décisives sont ses spécialités. Contre le Mali, la meneuse de jeu angolaise a eu des difficultés à imposer son jeu lors du premier quart temps (pressing oblige), mais elle s’est défoulée le reste du match (21 points) que son équipe a remporté finalement sur le score de (68-59). L’Angola qui partage la poule A avec le Mali, le Cameroun, la Centrafrique, la Tunisie et la Côte d’Ivoire n’aura surement pas du mal à se qualifier pour la deuxième phase, avec son équipe dirigée par une Malina Italee Lucas explosive.

A. NDONG

Résultats de samedi
Poule A : Centrafrique-Tunisie : 51-96,
Cameroun-Côte d’Ivoire : 54-57, Mali-Angola : 59-68
Poule B : Egypte-Guinée : 109-78, Nigeria-Rd Congo : 84-47,
Sénégal-Mozambique : 76-67

Résultats d’hier
Poule A : Angola-Tunisie : 62-55, Côte d’Ivoire-Mali : ,
Cameroun-Centrafrique :  
Poule B : Nigeria-Egypte : 106-72, Mozambique-Guinée : 88-47,
Rd Congo-Sénégal : 63-70
NB : Aujourd’hui journée de repos

La finale de la Coupe du Sénégal proposera une affiche 100 % mbouroise. Mbour Petite Côte (MPC) s’est qualifié samedi, aux dépens de Teungueth Fc, et retrouvera le Stade de Mbour, tombeur ce dimanche du Port en demi-finale. Une formidable récompense pour le football mbourois. Pour la première fois de l’histoire du football sénégalais, la finale de la Coupe du Sénégal opposera deux clubs d’une même ville de Mbour.

Cette prouesse est à mettre à l’actif des Mbourois qui ont déjoué tous les pronostics pour arriver à ce stade de la compétition. Si les confrontations entre deux clubs de deux régions ne sont pas si rares, une opposition entre deux clubs d’une ville constitue une sacrée performance. Car les rares fois où une équipe de la capitale n’a pas été au rendez-vous, c’était en 1999 et en 2011. En 2009, l’affiche avait alors opposé le Ndiambour à la Sonacos, avec une victoire (1-1, 3 tab 0) du club lougatois. En 2011 également, Casa Sports et Touré Kounda avaient privé les clubs dakarois de finale. Rebelote pour cette édition où Mbour sera à l’affiche. Vainqueur de l’épreuve en 2010 en battant Gorée (11, 5 tab 4), Touré Kounda, devenu Mbour Petite Côte, qui a perdu (0-1) l’année suivante face au Casa Sports, est au rendez-vous. Samedi déjà, au stade Caroline Faye, les joueurs de Badara Sarr, dominateurs à l’issue du temps réglementaire face à Teungueth Fc, ont dû batailler pendant les prolongations pour décrocher leur sésame pour la finale. Suite à un coup franc bien exécuté par Ansoumana Kujabi, Mame Adama Guèye, en bon capitaine, délivre les siens (106e) en catapultant la balle d’une tête piquée au fond des filets rufisquois.

Suffisant pour offrir au club mbouois une troisième finale en coupe nationale. Neuf ans après la finale perdue (0-1) contre Diaraf, le Stade de Mbour a obtenu dimanche, toujours au stade Caroline Faye, le droit d’en disputer une deuxième. Vainqueur par forfait de la Coupe de la Ligue qui a été émaillée d’incidents regrettables, la qualification des « Stadistes » n’a pas été du tout facile face à une équipe du Port qui a défendu crânement ses chances. Les protégés de Youssouph Dabo ont souffert avant de trouver la faille. La délivrance intervient à la 75e minute à la suite d’un corner d’Amdy Moustapha Bèye bien repris par Ousmane Lamine Ndiour. Les efforts des portuaires pour revenir au score ont été vains. Ainsi, le Stade de Mbour rejoint Mbour PC pour un derby mbourois qui était très attendu par les supporters locaux.

Les deux clubs mbourois vont ainsi écrire un chapitre inédit de l’histoire du football national puisque le triomphe de Mbour est assuré. Et cette finale inédite promet, car cette saison les deux équipes se sont affrontées à deux reprises.

Lors de la 7e journée, les deux formations se sont quitté dos à dos (1-1).  Stade Mbour s’est ensuite largement imposé (3-1) lors de la seconde confrontation comptant pour la 20ejournée. MPC et Stade de Mbour s’affronteront pour la troisième fois pour succéder à Niary Tally, vainqueur de l’édition 2016, mais aussi pour écrire l’histoire.

Samba Oumar FALL

Le Sénégalais Balla Dièye a été récemment élu au comité exécutif de l’Association francophone des comités nationaux olympiques (Afcno) comme représentant des athlètes à l’issue des assemblées générales ordinaire et extraordinaire de cette instance. C’était en marge des 8e Jeux de la Francophonie que la capitale ivoirienne, Abidjan, avait abrités du 21 au 30 juillet dernier. Les Olympiens francophones avaient aussi saisi l’occasion pour modifier les statuts de la structure afin de permettre à un représentant des athlètes d’intégrer le comité exécutif. Ce qui fut fait puisque notre compatriote Balla Dièye, plusieurs fois champion d’Afrique de taekwondo, a été choisi par ses pairs pour les représenter au sein du comité exécutif de cette association francophone. Il faut souligner également que deux unions francophones sont devenues organisations associées de l’Afcno ; c’est-à-dire l’association des fédérations francophones de lutte et la confédération internationale francophone de sport adapté et culture.

Un nouveau comité exécutif a également été élu :
Président : Prof Alain Ekra (Côte d’Ivoire)
Vice-présidents : M. Idriss Dokony (Tchad), M. Hamid Lahlou Kamal (Maroc)
Secrétaire général : M. Denis Masseglia (France)
Trésorier : M. André Angwe Aboughe (Gabon)
Représentant des athlètes : Balla Dièye (Sénégal)

Last modified on lundi, 21 août 2017 11:25

Le dernier tour retour des éliminatoires du Chan 2018 a réservé de grosses surprises. Respectivement tenant du titre et vice-champion, la Rd Congo et le Mali ont été éliminés et manqueront la phase finale !

Même si elle est passée dans un trou de souris, la Côte d’Ivoire est quant à elle parvenue à éviter le piège ! En danger après leur défaite 2-1 au Niger à l’aller, les Eléphants ont renversé la vapeur en arrachant la victoire face au Mena (1-0) à Abidjan. Ça passe aussi pour le Nigeria ! Surpris 1-0 au Bénin à l’aller, les Super Eagles locaux sont parvenus à renverser la vapeur à domicile au retour (2-0), validant ainsi leur billet. Pas de problème non plus pour le Cameroun. Comme à l’aller, les poulains de Rigobert Song ont disposé de Sao Tomé-et-Principe sur le score de 2-0 ce samedi à Limbé. Grosse déception en revanche pour l’Afrique du Sud. Accrochés à domicile à l’aller (2-2), les Bafana Bafana se sont inclinés 2-0 à Ndola face à la Zambie au retour, s’ajoutant ainsi à la liste des éliminés qui comprend aussi l’Algérie et l’Egypte.

Les résultats du dernier tour retour des éliminatoires
Zone Centre : Rd Congo 1-1 Congo (0-0), Cameroun 2-0 Sao Tome (2-0)
Zone Centre-Est : Rwanda 2-0 Ouganda (0-3), Soudan 1-0 Ethiopie (1-1)
Zone Nord : Libye 1-1 Algérie (2-1), Maroc 3-1 Egypte (1-1)
Zone Sud : Zambie 2-0 Afrique du Sud (2-2), Angola 1-0 Madagascar (0-0), Namibie 2-0 Comores (1-2)
Zone Ouest A : Mali 0-1 Mauritanie (2-2). Mardi 22, Guinée vs Sénégal (1-3)
Zone Ouest B : Ghana 1-2 Burkina Faso (2-2), Nigeria 2-0 Benin (0-1), Côte d’Ivoire 1-0 Niger (1-2)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.