banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3972)

Sport

Le démarrage de la saison 2017-2018 de football a été reporté d’une semaine. Ce, avec la tenue du Tournoi du Parlement qui se tiendra finalement du 27 et 29 octobre prochain, en lieu et place du week-end du 20 au 22 de ce mois. Un report que la Fédération sénégalaise de football justifie par la demande des autorités de l’Assemblée nationale allant dans ce sens. L’institution parlementaire, principal partenaire de l’instance fédérale dans cette organisation, a sollicité de la Fsf, le report du tournoi d’une semaine, selon le chargé des compétitions nationales au secrétariat général de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), Mamadou Joe Samba joint par Radio Futurs Médias.

Le responsable fédéral ajoute que l’option de la Fédération, cette année, est de démarrer tôt les compétitions pour terminer au plus tard le 31 mai pour le championnat. 2018 est une année de Coupe du monde et la Fédération ne devrait pas traîner dans l’organisation des compétitions de cette année ; d’où la nécessité de bien maîtriser le calendrier. Pour rappel, quatre équipes sont en lice pour ce tournoi. Il s’agit du champion en titre, Génération Foot, du vainqueur de la Coupe nationale, Mbour PC, du Stade de Mbour, vainqueur de la Coupe de la ligue, et de Keur Madior, le champion du National 1. Les rencontres se dérouleront au stade Alassane Djigo de Pikine. Les demi-finales sont programmées vendredi avant le match de classement et la finale sera jouée le dimanche.

Ousseynou POUYE

Dans sa dynamique d’adoption d’une politique RSE pour accompagner le sport en général et plus particulièrement le basket-ball, Wakola Hôtels a parrainé le week-end dernier, un tournoi de basket en partenariat avec Fass Basket Club. Une compétition de jeunes qui a réuni au terrain de la localité quelque « 200 joueurs de 20 équipes féminines et masculines des petites catégories (minimes et cadettes) venus de 5 clubs de basket : Delafosse, Iba Mar, Diaraf, Dieng Academy, et enfin Fass BC », annoncent les organisateurs.

Réunir un maximum de clubs à l’occasion d’un événement sportif, tel est le pari fou que s’était lancé le club organisateur en partenariat avec l’établissement installé dans la localité en mettant en exergue des jeunes qui « se sont retrouvés autour de la balle orange pour communier dans la sportivité, le fair-play mais aussi dans un esprit de convivialité ».

La journée du samedi a été réservée aux éliminatoires alors que les finales ont lieu le dimanche. Dans la poule A en minime fille, la finale a été remportée par Fass BC et chez les garçons Delafosse Basket Club a remporté le trophée. Toujours en minime mais dans le groupe B, l’Asc Diaraf de la Médina a réalisé le doublé (garçons et filles).

Dans la catégorie cadette, la finale des filles a été remportée par Dieng Academy tandis que chez les garçons, Iba Mar Basket Club a eu le dernier mot. Ces finales ont été présidées par le Directeur de Cabinet du maire de Fass Gueule Tapée Colobane en présence des responsables de Wakola et des dignitaires qui ont tous salué cette excellente initiative fédératrice tendant à développer le basket-ball.

A travers cette initiative, Wakola Fass amorce une collaboration pour amener Fbc à rayonner sur le plan national. Pour ce tournoi, le partenaire a soutenu à l’association dans l’organisation en assurant la logistique, l’achat de maillots, de ballons, de trophées, de tee-shirts entre autres.

O. POUYE

Après la coupe du ministre des Sports disputée le week-end dernier, les tireurs se retrouveront encore samedi et dimanche sur le champ de tir de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie nationale de Ouakam pour disputer le trophée du Haut Commandant de la Gendarmerie nationale, Directeur de la Justice Militaire, le général de division Meïssa Niang. Une compétition bien calée dans l'agenda fédéral et pour laquelle les tireurs veulent honorer un parrain avec qui ils ont cheminé pendant un bon bout de temps. Pour ce faire, la fédération sénégalaise de tir va mettre les petits plats dans les grands avec des épreuves de haute dimension hommes et dames.

Et même les hommes de tenue seront de la partie (militaires, gendarmes, policiers, douaniers, sapeurs-pompiers). Arme de défense, pistolet calibre 22, skeet ball-trap (fusil) avec trois parcours de 25 plateaux chacun, le combiné 22 olympique dames etc. Sans oublier le parcours de chasse qui mettra les tireurs dans une véritable situation de chasse. En somme, tous les ingrédients seront réunis ce week-end pour permettre aux tireurs de rivaliser d'adresse au niveau des stands.

Les hostilités vont débuter dès samedi avec les éliminatoires, avant les finales prévues dimanche. La fédération est prête donc à honorer un homme qui l'a toujours soutenue et se veut redevable envers un corps qui a permis l'érection en son sein d'un stand de tir.

En infériorité numérique, le Fc Barcelone a expédié l'Olympiakos (3-1) mercredi avec le 100e but européen de Lionel Messi, s'échappant en tête du groupe D de Ligue des champions, dans un Camp Nou agité par la crise politique catalane et les slogans indépendantistes.

AFP - Malgré l'exclusion de Gerard Piqué pour un but marqué de la main et aussitôt refusé (42e), le Barça a outrageusement dominé l'équipe du Pirée. Dimitris Nikolaou a ouvert le score contre son camp (18e) avant de sauver l'honneur des Grecs (89e). Entretemps, Messi avait envoyé au fond un coup franc direct (61e) avant d'être passeur décisif pour le latéral français Lucas Digne (64e). Ce but de Messi, son 3e en C1 cette saison, est son 100e en compétitions européennes de clubs et son 97e pour la seule C1. Le petit Argentin permet ainsi au Barça (1er, 9 pts) de poursuivre son sans-faute en tête de la poule, avec trois longueurs d'avance sur la Juventus Turin (2e, 6 pts), victorieuse 2-1 du Sporting Portugal (3e, 3 pts). Bref, sur le plan sportif, tout semble sourire au club catalan, solide leader du Championnat d'Espagne et bien parti pour briguer la première place de son groupe en C1. Mais impossible de faire abstraction du contexte extrasportif. La crise entre le gouvernement central espagnol et la Catalogne a rattrapé mercredi le club blaugrana, emblème de l'identité catalane. "La situation que vit la Catalogne est extraordinaire. Nous demandons un dialogue, avec le dialogue les gens peuvent se comprendre", a exhorté le président barcelonais, Josep Maria Bartomeu au micro de beIN Sports Espagne.
« Liberté »

Cette rencontre avait valeur de symbole pour le Barça puisque c'était le premier match au Camp Nou ouvert aux supporters depuis le référendum d'autodétermination du 1er octobre dernier. Ce jour-là, les violences policières ayant émaillé cette consultation interdite avaient conduit le club à jouer à huis clos son match de Liga contre Las Palmas (3-0). Mercredi, les fortes pluies qui se sont abattues sur les gradins à ciel ouvert du stade (99.000 places) ont quelque peu douché l'affluence, limitée à 55.026 personnes. Mais cela n'a pas empêché les supporters présents de faire bruyamment entendre leur voix dans le bras de fer entre Barcelone et Madrid. Alors que le Barça, officiellement favorable au "droit à décider" de la Catalogne, avait fait déployer une bâche géante appelant au "dialogue" et au "respect", les supporters ultras sont allés plus loin. Ils ont déplié une banderole avec la mention "Freedom for Catalonia" ("Liberté pour la Catalogne"). Et des chants et slogans indépendantistes ont retenti dans les travées au fil de la rencontre, avec également des appels à la démission visant Bartomeu, jugé pas assez impliqué dans la cause séparatiste. Ce qui promet une ambiance animée lors de l'assemblée générale annuelle des "socios" (supporters-actionnaires) samedi... Quant à Gerard Piqué, connu pour ses positions en faveur d'un référendum en Catalogne, il a vu son match écourté pour une faute de débutant : un premier carton jaune sur un tacle en retard, un second pour avoir marqué de la main (42e). Mais même à 10 contre 11, le Barça a été bien meilleur que son rival du soir.

Défait par Lac de Guiers 2, lors de sa dernière sortie en 2015, Papa Sow compte regagner dès cette saison, sa place au sein de la cour des grands. Le lieutenant de Gris Bordeaux devra, par conséquent, battre impérativement Ama Baldé, son prochain adversaire. Un pari à hauts risques, le fils de Falaye Baldé étant resté sur une longue série victorieuse. 

Papa Sow, le « puma de Fass », a effectué deux pas en avant, un pas en arrière. En 2013, sa fulgurante victoire face à Baye Mandione lui ouvrait les portes de la cour des grands. Un couronnement qui faisait suite à une belle série victorieuse du coéquipier de Gris Bordeaux, auteur de deux gros succès consécutifs notamment aux dépens de Zoss et du « fou de Thiaroye Gueum sa bopp ». Sauf qu’en 2015, le numéro 2 de l’écurie Fass se faisait battre à plate couture par Lac de Guiers 2, « le puncheur de l’écurie Walo ». Une défaite lourde de conséquences, en ce sens qu’elle lui faisait perdre sa place dans la cour des grands acquise de haute lutte, un an plutôt. Cette saison, il devra en découdre avec « un bleu » de ce cercle restreint des ténors, en l’occurrence Ama Baldé, l’objectif étant de retrouver sa place parmi les ténors. L’affiche ficelée par le promoteur Assane Ndiaye est prévue le 19 novembre au stade Demba Diop. Toutefois, elle pourrait être délocalisée au stade Léopold Sédar Senghor étant donné que le stade Demba Diop pourrait ne pas être rouvert en raison des travaux de réfection toujours en cours et qui pourraient aller au-delà de la date du combat. S’il est délocalisé au stade Léopold Sédar Senghor, le combat aura lieu après le match entre le Sénégal et l’Afrique du Sud comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018.

Défait lors de sa dernière sortie et auteur de deux années blanches d’affilée, Papa Sow a l’obligation de renouer avec la victoire. Et pour cause, un retour victorieux lui permettrait de redonner le sourire à ses supporters et de ramener, en même temps, la confiance et la sérénité dans son écurie Fass dont la tête de file, Gris Bordeaux peine à convaincre. Surtout, un succès aux dépens d’Ama Baldé lui permettrait de regagner sa place parmi les « gros bras », dans l’espoir d’aller ensuite à la conquête du trône. A l’inverse, une nouvelle défaite serait une très mauvaise opération ; d’autant plus que le fils de Falaye Baldé, sacré champion du tournoi de la Tnt (Télévision numérique terrestre), vient à peine d’intégrer le cercle restreint des ténors. Il faut néanmoins souligner que le pari de Papa Sow sera à hauts risques. En effet, Ama Baldé n’a plus perdu de face-à-face depuis son revers contre Gouye Gui en 2012. Depuis, il a engrangé plusieurs victoires d’affilée parmi lesquelles un gros succès contre Malick Niang, sans compter sa fulgurante prestation à l’occasion du tournoi de lutte de la Tnt qui l’avait vu réaliser un sans-faute avec trois succès en autant de sorties. Aujourd’hui, Ama Baldé fait office de néo-pensionnaire de la cour des grands ; du coup, il voudra conforter sa place dans ce cercle et poursuivre sa marche vers le trône.

Un enjeu qui rend davantage compliquée la mission du Fassois. Toutefois, impossible n’est Fassois ! Papa Sow a démontré en une décennie de présence dans l’arène toutes ses qualités d’as de la lutte et son palmarès en dit long sur son talent. Va-t-il sceller son retour en force ?

Diégane SARR

On ne change pas une équipe qui gagne. Cette vérité, Aliou Cissé se la fait sienne. Après son opération commando réussie de fort belle manière, à Praia le 7 octobre dernier, il a reconduit, en effet, le même groupe pour l’expédition à très hauts risques à Polokwane, en Afrique du Sud dans moins d’un mois. Même Sadio et Kara Mbodj, pressentis absents, sont maintenus. Le groupe est attendu à Paris le 6 novembre à midi, et le départ pour l’Afrique du Sud, le lendemain 7 novembre. Retour à Dakar, juste après le match pour préparer la manche retour, le 14 novembre au stade Léopold Sédar Senghor.

Pour sa mission commando en Afrique du Sud, Aliou Cissé a renouvelé sa confiance à son groupe. Excepté Ismaïla Sarr, initialement convoqué contre le Cap Vert puis forfait à la dernière minute pour cause de blessure, tous les autres sont reconduits. Même Sadio Mané et Kara Mbodj, annoncés non partants pour des raisons diverses, sont dans le groupe pour le déplacement périlleux en Afrique du Sud. Le premier nommé, incertain pour cause de « blessure à la cuisse », pourrait figurer sur la feuille de match, voire titulaire.

En effet, d’après le sélectionneur, « Sadio Mané a repris les entrainements individuels.

Depuis le début de la semaine, il a commencé à courir, je crois qu’à partir de la semaine prochaine il commencera l’entrainement avec ballon. Donc, pour moi, il n’y a aucun doute qu’il soit opérationnel pour la double confrontation contre l’Afrique du Sud dans trois semaines », rassure le coach. Mieux, Aliou Cissé espère que l’attaquant de Liverpool arrivera dans la Tanière « à 100% » de ses capacités physiques. Autant de raisons qui expliquent la convocation de Sadio Mané, pour la redoutée mission en Afrique du Sud, dans trois semaines. En fait, sur ce cas, Aliou Cissé se veut très rassurant. « Sadio Mané, je le connais, après avoir discuté avec lui, je connais son sentiment. Il se sent prêt à être sélectionné et pourrait être prêt à 100% le jour du match », rassure-t- il. Blessé le 7 octobre dernier contre le Cap Vert à Praia (2-0) lors du match retour, l’attaquant des Lions était annoncé indisponible pour « six semaines ». Concernant le cas de Kara Mbodj, sa convocation n’est pas une surprise, d’autant qu’il n’est suspendu que pour le match aller de Polokwane, le 10 novembre prochain.

Quatre jours plus tard à Dakar, le défenseur des Lions pourra disputer le match retour, le 14 novembre à domicile. Recalé au dernier moment pour cause de blessure, Youssouf Sabaly a été aussi rappelé pour le voyage à hauts risques en Afrique du Sud.

« Un match très spécial »
Aliou Cissé s’attend à un séjour difficile en Afrique du Sud dans trois semaines. « Nous allons vers un match très difficile, un match très spécial, voire très compliqué. Cette équipe fera tout pour nous barrer la route, mais mes joueurs savent que ce ne sera pas un match facile. On a l’habitude de jouer ce genre de matches, on fera tout pour livrer un très bon match à Polokwane.

Il va falloir beaucoup de concentration pour achever le travail qu’on a entamé depuis deux ans et demi », rassure le coach. Et pour les deux derniers matches encore au programme, le sélectionneur national promet de le jouer « sans arrière-pensée, sans calcul, et revenir avec le meilleur résultat possible ».

Et le meilleur résultat possible, « ce sont les 3 points, mais ça peut être aussi un point », martèle Aliou Cissé qui rappelle que « l’objectif final c’est la qualification.

Nous sommes conscients que nous avons potentiellement 6 points à prendre. Pour l’instant, l’heure n’est pas au calcul.

Il faut prendre match après match », recommande le technicien des Lions qui tient à rappeler que les deux équipes se connaissent déjà. « On les a joué trois ou quatre fois », précise Aliou Cissé qui s’attend donc à un match « très compliqué » en Afrique du Sud. Malgré ce respect qu’il doit à cette équipe des Bafana Bafana, Aliou Cissé promet de mettre en place un plan pour les « empêcher de jouer leur jeu. Ils nous connaissent, nous les connaissons, nous savons comment les gérer. Si nous les laissons des espaces nous aurions de sérieux problèmes », reconnait Aliou Cissé.

« Nous sommes dans un groupe où rien n’est encore fait.
Tout le monde est capable de se qualifier dans notre groupe. Donc c’est un groupe très équilibré où le suspense reste encore entier où l’aspect mental, psychologique et athlétique sera très important. Il nous faut alors des joueurs très costauds psychologiquement, prêts à être au-dessus de la pression, des joueurs mentalement prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes. Le match de Ouaga et celui de Praia sont derrière nous, il faut les oublier et penser à celui d’Afrique du Sud. C’est un match très difficile, parce que la qualification n’est pas encore acquise. C’est donc deux matches importants qui nous attendent ». 

Logique de continuité
Tout porte à croire que le coach tient désormais son groupe pour une éventuelle et très probable participation au Mondial en Russie, dans huit mois. Même s’il ne ferme pas les portes du groupe, le coach reconnaît qu’il préfère travailler dans « une logique de continuité ». Fort de ses résultats probants, il n’entend pas changer de direction.

« La philosophie reste la même : c’est de prendre les matches les uns après les autres. Nous savons que le match du Cap Vert est passé, maintenant nous avons ce match aller contre l’Afrique du Sud, nous le préparons avec beaucoup de détermination, de sérénité et d’humilité. Le match contre le Cap Vert a démontré qu’il y a de la profondeur dans le groupe, nous avons un groupe large.

Il y a des joueurs qui sont capables de venir, d’autres de sortir. Les joueurs qui sont sur le banc ont démontré qu’ils sont capables d’être sur le terrain. Les joueurs sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes pour avoir les meilleurs résultats possibles ».

Cas Diao Baldé
Il avait déjà manifesté des signes d’égo à travers son comportement lors de la dernière Can au Gabon. A Praia, l’attaquant de l’As Monaco s’est à nouveau offert en spectacle à sa sortie (80e).
Interpellé sur son cas, le coach préfère calmer le jeu. « Diao Baldé, il faut le comprendre, il est encore jeune. Il n’a que 21 ou 22 ans.

Je n’ai pas été témoin de son comportement puisque j’étais dans le match. On me l’a raconté après.

Mais il faut le comprendre. Moi, j’ai été joueur professionnel comme lui. Ce qu’il faut lui faire comprendre, c’est qu’une équipe ce n’est pas seulement les 11 joueurs de départ. C’est 24 ou 25 joueurs qui sont tous capables de rentrer et de sortir.

C’est à nous de l’encadrer pour qu’il sache les comportements qu’il faut avoir en équipe nationale. Il y a des attitudes qu’il faut éviter dans le groupe. A son âge, il y a des garçons plus matures, mais c’est notre rôle, en tant que techniciens, de l’aider. Parce que le fait qu’il découvre la Tanière peut vraiment l’aider dans sa progression dans sa carrière tout simplement. Mais on gérera ça en interne », promet le coach.

Ansoumana SAMBOU

La Liste des 25 Lions
Gardiens (3) : Clément Diop (Los Angeles Galaxy, Usa), Khadim Ndiaye (Horoya Ac, Guinée), Alfred Gomis (Spal 2013, Italie).

Défenseurs (8) : Kalidou Koulibaly (Naples, Italie), Lamine Gassama (Alanyaspor, Turquie), Serigne Modou Kara Mbodj (Anderlecht, Belgique), Fallou Diagne (Fc Metz, France), Adama Mbengue (Caen, France), Moussa Wagué (Kas Eupen, Belgique), Saliou Ciss (Angers Sco, France), Youssou Sabaly (Bordeaux, France).

Milieux (6) : Cheikh Tidiane Ndoye (Birmingham City, Angleterre), Salif Sané (Hanovre 96, Allemagne), Alfred Ndiaye (Wolverhampton Fc, Angleterre), Idrissa Gana Guèye (Everton, Angleterre), El H. Assane Dioussé (As St Etienne, France), Cheikhou Kouyaté (West Ham, Angleterre).

Attaquants (8) : Moussa Konaté (Amiens, France), Diafra Sakho (West Ham, Angleterre), Mbaye Hamady Niang (Torino, Italie), Moussa Sow (Al Ahly, Dubai), Opa Nguette (Fc Metz, France), Sadio Mané (Liverpool, Angleterre), Diao Keita Baldé (Monaco, France), Pape Alioune Ndiaye (Galatasaray, Turquie).

La vente des billets du match Afrique du Sud-Sénégal du 10 novembre a débuté depuis hier, annonce la Fédération sud-africaine de football (Safa) sur son site officiel. Le coup d’envoi du match qui aura lieu au stade Peter Mokaba de Polokwane est prévu à 19h locales, soit 17h à Dakar.

Les billets dont les prix sont fixés à 30 rands (un peu plus de 1230 Cfa) peuvent être achetés dans les magasins Shoprite et Checkers sur le territoire sud-africain. L’officialisation de la tenue de la rencontre par l’instance dirigeante du football sud-africain contredit des informations parues sur des sites et des journaux faisant état de la décision de l’Afrique du sud de ne pas jouer la rencontre. Après avoir constaté que le résultat du match joué entre les deux équipes, en novembre dernier, a été manipulé par l’arbitre, la Fifa a décidé de reprogrammer le match pour le 10 novembre prochain. En novembre dernier, les Bafana-Bafana avaient battu les Lions par 2-1 sur des décisions jugées contestables. Le Burkina Faso qui évolue dans le groupe D que ces deux équipes, a interjeté appel de la décision de la Fifa de rejouer le match auprès du Tribunal arbitral du sport (Tas).

C’est cette juridiction saisie par l’arbitre du match, le Ghanéen Joseph Lamptey qui avait confirmé la décision de la Fifa de le radier à vie de toute activité liée au football.

La sélection sud-africaine s’envolera dès le lendemain de son match du vendredi 10 novembre de Polokwane pour Dakar où aura lieu la rencontre retour entre les deux équipes mardi 14 novembre, a ajouté le site de la Safa. Leader du groupe avec 8 points (+4), le Sénégal obtiendra sa qualification en phase finale de la Coupe du monde 2018 en cas de victoire le 10 novembre prochain contre l’Afrique du Sud (4 points) à Polokwane.

(APS)

La clôture de la 3ème journée de la phase de poule des la Ligue européenne des Champions a consacré le carton plein de trois formations sur les quatre qui en avaient encore la possibilité.
Il s’agit du Paris Saint-Germain, du Fc Barcelone et de Manchester United  qui ont battu respectivement Anderlecht, l’Olympiakos et le Benfica. Pour les Parisiens dans le Groupe B, c’est un nouveau carton (4-0) qui a sanctionné son déplacement en Belgique où ils rendaient visite aux partenaires de Serigne Modou Kara Mbodj.

Une nouvelle démonstration pour le club de la capitale française qui poursuit son sans-faute dans cette compétition en étant la meilleure attaque (12 buts) et la meilleure défense (aucun encaissé) après trois journées.

Le Fc Barcelone et Manchester United lui ont emboité pas en s’imposant respectivement par 3 à 1 et 1 à 0. Chelsea qui avait les mêmes visées en début de soirée a concédé le nul (3-3) face à l’As Rome. Le Bayern Munich a pour sa part, repris le chemin de la victoire en dominant le Celtic Glasgow (3-0) alors que la Juventus a dû s’employer pour renverser la tendance face au Sporting Lisbonne (2-1) après avoir concédé l’ouverture du score.

MERCREDI 18 OCTOBRE
GROUPE A : CSKA Moscou – Fc Bâle 0-2 ; Benfica – Manchester United 0-1 ;
GROUPE B : Anderlecht – Paris SG 0-4 ; Bayern Munich – Celtic Glasgow 3-0 ;
GROUPE C : Karabakh – Atlético Madrid 0-0 ; Chelsea - AS Rome 3-3 ;
GROUPE D : Juventus – Sporting 2-1 ; Barcelone – Olympiakos 3-1.

MARDI 17 OCTOBRE
GROUPE E : Spartak Moscou – Fc Séville 5-1 ; Maribor – Liverpool 0-7 ;
GROUPE F : Manchester City – Naples 2-1 ; Feyenoord – Shakhtar 1-2 ;
GROUPE G : Monaco – Besiktas 1-2 ; Leipzig – Fc Porto 3-2 ;
GROUPE H : Apoel Nicosie – Dortmund 1-1 ; Real Madrid – Tottenham 1-1.

Le sélectionneur national des Lions, Aliou Cissé, a publié, mercredi à Dakar, une liste de 25 footballeurs en perspective de la double confrontation avec l’Afrique du sud le 10 et 14 novembre prochain comptant pour les 2e et 6e journées du groupe D et du 3e tour des préliminaires de la Coupe du monde Russie 2018.

Les joueurs sélectionnés pour ces matchs internationaux sont :

  • Clément Diop (Los Angeles Galaxy, Etats-Unis)
  • Khadim Ndiaye (Horoya Athletic Club, Guinée)
  • Alfred Gomis (Spal 2013, Italie)
  • Kalidou Koulibaly (SSC Naples, Italie)
  • Lamine Gassama (Alanyaspor, Turquie)
  • Pape Alioune Ndiaye (Galatasaray, Turquie)
  • Cheikh Tidiane Ndoye (Birmingham City, Angleterre)
  • Cheikhou Kouyaté (West Ham, Angleterre)
  • Idrissa Gana Guèye (Everton, Angleterre)
  • Keïta Baldé (As Monaco Fc, France)
  • Moussa Sow (Al Ahly, Dubaï)
  • Moussa Konaté (Amiens Sporting Club Football, France)
  • Moussa Wagué (Kas Eupen, Belgique)
  • Salif Sané (Hanovre 96, Allemagne)
  • Alfred Ndiaye (Wolverhampton Fc, Angleterre)
  • Opa Nguette (Football Club de Metz, France)
  • Fallou Diagne (Football Club de Metz, France)
  • Sadio Mané (Liverpool, Angleterre)
  • Adama Mbengue (Caen, France)
  • Diafra Sakho (West Ham, Angleterre)
  • Saliou Ciss (Angers SCO, France)
  • El hadji Assane Dioussé (As Saint-Etienne, France)
  • Mbaye Hamady Niang (Torino Football Club, Italie)
  • Youssouf Sabaly (Girondins de Bordeaux, France)
  • Serigne Modou Kara Mbodji ( Anderlecht, Belgique)

Source : APS

C’est désormais confirmé, le combat Modou Lô-Lac De Guiers 2 aura lieu au stade Léopold Sédar Senghor. L’annonce a été faite hier par le promoteur Pape Abdou Fall, après une rencontre avec le ministre des Sports Matar Bâ, les membres du Cng et les directeurs des stades Demba Diop et Iba Mar Diop. « Les autorités n’ont pas voulu prendre la responsabilité d’organiser cet événement au stade Demba Diop le 29 octobre. Le stadium Iba Mar Diop ne peut, non plus, abriter le choc pour des mesures sécuritaires. Il est retenu alors, après discussion, que Léopold Sédar Senghor fera l’affaire. Nous sommes en train, maintenant, de réfléchir sur une nouvelle date », a-t-il précisé hier dans l’émission « Dionganté ». Reporté une première fois à cause du drame survenu au stade Demba Diop le 15 juillet dernier, le combat Modou Lô-Lac 2 devait avoir lieu le 29 octobre prochain. Seulement, en visite samedi, au stade Demba Diop pour constater l’état des travaux de réfection, le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye a confirmé que cette infrastructure ne pourra pas accueillir le grand combat. « Je suis venu pour apprécier moi-même l’état du stade suite aux différentes recommandations qui ont été faites par la Direction de la protection civile. Nous avons effectivement vu l’état du stade et ce que nous avons retenu, c’est que nous ne pouvons pas organiser le combat qui y était programmé les jours à venir ».

Et même si une nouvelle date n’a pas encore été retenue, certaines indiscrétions soutiennent que le face-à-face sera organisé après le match entre le Sénégal et l’Afrique du Sud du 14 novembre.

Du côté de l’écurie Walo cependant, c’est le flou total après ce deuxième report. « Ce qui est sûr, c’est que maintenant le combat n’aura plus lieu ce 29 octobre. Aujourd’hui, le promoteur est en train de perdre des millions. Il faut oser le dire, on pouvait trouver d’autres alternatives au lieu de reporter le combat », a fait savoir Lac de Guiers, l’ancien chef de file de l’écurie Walo. Même son de cloche dans l’autre camp, car selon Khadim Gadiaga le bras droit de Modou Lô, les organisateurs devaient prendre toutes les dispositions nécessaires avant de fixer une date. « Vraiment, il faut arrêter l’amateurisme dans la lutte. On a l’habitude de vivre ces situations. Néanmoins, ce report ne peut pas déstabiliser Modou Lô. Nous allons poursuivre nos entrainements et essayer de gérer son état de forme parce que, quelle que soit la situation, le combat aura lieu ».

Absa NDONG

La capitaine de l’équipe nationale de volley-ball féminin, Fatou Diouck, met un terme à sa carrière internationale pour se consacrer uniquement à son club sud-coréen de Gs Caltex.

’’Après 16 ans de bons et loyaux services au poste de capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, j’ai pris la décision de mettre un terme à ma carrière internationale’’ a dit Fatou Diouck dans un message envoyé à l’Aps, depuis Séoul, en Corée du Sud.

"J’ai choisi la fin des championnats d’Afrique des nations pour rendre publique une décision mûrement réfléchie’’ a-t-elle dit, ajoutant qu’il « est temps de laisser la place à la jeune génération’’.

Le Sénégal a terminé à la quatrième place du championnat d’Afrique féminin de volley-ball. Fatou Diouck a été désignée meilleure scoreuse du tournoi de Yaoundé qui s’est achevé samedi dernier.

Sacrée meilleure joueuse de la Ligue des champions asiatique de volley-ball la saison passée, elle avait quitté le club des Supreme Vc de Thaïlande pour le Gs Caltex, de Corée du Sud.

La volleyeuse avance comme raison pour mettre fin à sa carrière internationale "le niveau élevé de concentration qu’exige les championnats asiatiques’’.

D’après Fatou Diouck, "les championnats asiatiques demandent énormément de ressources.

Je souhaite donc aujourd’hui me concentrer uniquement et pleinement sur les compétitions en club’’ a confié la native de Rufisque.

(APS)

Bien portant en Italie dont il domine le championnat avec 8 victoires en 8 matchs, Naples de Kalidou Koulibaly ne connaît pas la même réussite en Ligue des champions. Déjà défaite lors de la 1ère journée face au Shakhtar (1-2), la formation italienne a encore perdu hier sur le terrain de Manchester City (1-2). Une défaite qui peut faire nourrir des regrets dans le camp italien où Dris Mertens a raté le pénalty qui devait permettre à son équipe de réduire la marque en première période. Finalement, c’est le Guinéen Amadou Diawara qui y parviendra en seconde période.

Comme Koulibaly, Diao Baldé Keïta a concédé la défaite ce mardi avec l’As Monaco qui accueillait le Besiktas Istanbul. Une défaite amère pour les Monégasques qui avaient pourtant ouvert le score par Radamel Falcao à la 30ème minute. Mais la joie de son équipe a été de courte durée puisque les Turcs ont égalisé quatre minutes plus tard par Cenk Tosun ; ce dernier portera également le coup de grâce à la 54ème minute. Avec ce nouveau revers, le champion de France s’enfonce dans les profondeurs du Groupe G dont l’autre match opposant le RB Leipzig et le Fc Porto a tourné à l’avantage du premier (3-2). En l’absence de Sadio Mané, Liverpool a fait le boulot en Slovénie sur le terrain de Maribor écrasé 7 à 0. Avec une belle prestation de l’Egyptien Mouhamed Salah, auteur de deux buts et une passe décisive ; tout comme le Brésilien Roberto Firmino. Les Reds prennent du coup la première place du Groupe E dont ils délogent le Fc Séville dominé par le Spartak Moscou (5-1). Dans la poule du tenant du titre, aucune victoire n’a été enrégistrée sur les deux terrains. A Madrid, le Real a arraché le match nul par Cristiano Ronaldo sur pénalty à la 43ème minute après l’ouverture du score par Tottenham sur un but contre son camp de Raphael Varane (28). Pendant ce temps, Dortmund n’a pas réussi à se défaire de l’Apoel à Nicosie d’où le vice-champion allemand a fait match nul (1-1).

Après la sortie des Lions d’hier, c’est au tour de Kara Mbodj d’entrer en lice ce soir. Son club Anderlecht qui n’a pas marqué le moindre point dans le Groupe B accueille le Paris Saint-Germain, leader de la Poule avec deux victoires en autant de sorties. Une rencontre difficile en perspective pour la formation belge face à une équipe parisienne qui n’a pas concédé le moindre but pour le moment. Dans ce même groupe, le Bayern Munich accueille le Celtic de Glasgow pour se relever de la défaite (0-3) concédée au tour précédent, à Paris. Et qui avait valu son poste à l’entraineur italien Carlo Anceloti désormais remplacé par Jupp Hunckes. Comme le Psg, trois autres formations ont fait carton plein lors des deux premières journées et aspirent à réussir la passe de trois.

Dans le Groupe A, Manchester United se rend à Lisbonne sur le terrain du Benfica dans le match des extrêmes ; le club lisboète ayant perdu ses deux matchs. Dans ce même groupe, le Fc Bâle (2ème, 3 pts) se rend en Russie où l’accueille le Cska Moscou qui compte le même total. Dans la Poule C, les Anglais de Chelsea (1er, 6 pts) accueillent leurs dauphins italiens de l’As Rome (4 pts) pour rester sur la lancée de leurs deux premières sorties victorieuses ; en particulier le match gagné en déplacement sur le terrain de l’Atlético de Madrid. Ce dernier sera en Azerbaïdjan où il sera l’hôte de Karabakh, dernier du Groupe sans aucun point pour se remettre du revers concédé à domicile. La Poule D est, pour le moment, dominée par le Fc Barcelone qui a remporté ses deux matchs ; il tentera de gagner à nouveau cet après-midi au terme de la réception de l’Olympiakos qui n’a pas marqué le moindre point en deux matchs.
Ousseynou POUYE

RESULTATS DE MARDI
GROUPE E : Spartak Moscou – Fc Séville 5-1 ; Maribor – Liverpool 0-7 ;
GROUPE F : Manchester City – Naples 2-1 ; Feyenoord – Shakhtar 1-2 ;
GROUPE G : Monaco – Besistas 1-2 ; Leipzig – Fc Porto 3-2 ;
GROUPE H : Apoel Nicosie – Dortmund 1-1 ; Real Madrid – Tottenham 1-1.

PROGRAMME D’AUJOURD’HUI
GROUPE A : Cska Moscou – Fc Bâle ; Benfica – Manchester United ;
GROUPE B : Anderlecht – Paris SG ; Bayern Munich – Celtic Glasgow ;
GROUPE C : Karabakh – Atlético Madrid ; Chelsea - AS Rome ;
GROUPE D : Juventus – Sporting ; Barcelone – Olympiakos.

Le FC Barcelone déploiera une banderole géante appelant au « dialogue » dans la crise catalane cet après-midi au Camp Nou (18h45) en Ligue des champions, premier match ouvert au public depuis le début de ce bras de fer politique. « Sera déployé un tifo de 45x46 mètres dans la tribune latérale du Camp Nou, où on pourra lire les mots Diàleg, respecte i esport (Dialogue, respect et sport, en catalan) », a fait savoir le Barça dans un communiqué.

Après la mise en détention de deux importants responsables d'associations indépendantistes inculpés de sédition, le club a aussi décidé d'un geste fort en faveur de ces associations : le Barça a invité dans sa tribune d'honneur mercredi (aujourd’hui) Agustí Alcoberro, vice-président de l'Assemblée nationale catalane (Anc), et Jordi Bosch, secrétaire d'Omnium Cultural. Cette rencontre contre l'Olympiakos est le premier match du Barça au Camp Nou, ouvert aux supporters catalans depuis le référendum d'autodétermination du 1er octobre. Les violences policières qui ont émaillé cette consultation interdite et contestée avaient conduit le club catalan à jouer à huis clos son match de Liga contre Las Palmas ce jour-là (3-0).

L’Equipe (avec AFP)

La ville de Salt Lake City confirme son intérêt pour une éventuelle candidature à l'organisation des jeux Olympiques d'hiver en 2026 ou 2030 en formant une commission d'exploration
La capitale de l'Utah (centre-ouest des Etats-Unis), veut organiser les Jeux Olympiques d'hiver en 2026 ou 2030. Elle a déjà mis en place, une commission d'exploration, depuis en formant lundi.

Cette commission, co-présidée par l'un des organisateurs des JO-2002 de Salt Lake City, Fraser Bullock, doit rendre ses conclusions d'ici le 1er février 2018. "C'est un grand pas en avant", a expliqué M. Bullock selon des propos rapportés par la presse locale. D’après M. Bullock Salt Lake City part avec "un avantage", puisque le Comité international olympique est "très concentré sur le recours aux villes organisatrices qui disposent déjà de sites de compétition (...), cela réduit les risques". La semaine dernière, le Comité olympique américain a confirmé que les Etats-Unis étaient intéressés par l'organisation des Jeux d'hiver, en préférant l'échéance 2030 "pour qu'il n'y ait aucune confusion avec les préparatifs pour 2028", date où les Jeux d'été auront lieu à Los Angeles, en Californie. "Nous nous devons d'être ouverts à toutes les options", a de son côté estimé M. Bullock.

Outre Salt Lake City, Denver (Colorado) et Reno-Tahoe (Nevada/Californie) ont fait part de leur intérêt alors que le Comité olympique américain (Usoc) s'est fixé comme date-butoir le 31 mars 2018 pour décider d'une candidature. En 2012, Salt Lake City avait formé une commission d'exploration similaire pour être candidate à l'organisation des JO-2022, mais l'Usoc avait préféré se concentrer sur une candidature à l'organisation des JO d'été. Cette commission avait alors assemblé un projet avec un budget d'1,7 million de dollars, financés par des fonds privés. La question du financement des JO décourage les candidatures européennes face à la fronde des populations locales, comme l'a encore illustré le week-end dernier le référendum organisé sur la question à Innsbruck, en Autriche, pour les JO-2026 où le Non l'a emporté à plus de 53% des suffrages. Plusieurs postulants (Hambourg, Boston, Rome, Budapest) avaient, tour à tour, renoncé aux JO d'été 2024 attribués à Paris, Los Angeles héritant de l'édition 2028. Face à cette pénurie de candidatures, le Cio pourrait procéder à une double désignation pour les JO d'hiver 2026 et 2030. Outre une candidature américaine, Sion (Suisse), Calgary (Canada) et Stockholm (Suède) pourraient être également sur les rangs.

Avec AFP

En direction de la double confrontation Afrique du Sud – Sénégal, comptant pour les 2e et 6e journées des éliminatoires de la Coupe du Monde, Russie 2018, le sélectionneur national dévoile ce matin la liste des Lions.

Aliou Cissé fera face à la presse lors du traditionnel point de presse, dans les locaux de la Fédération sénégalaise de football pour défendre ses choix. Notamment ses solutions pour résoudre l’équation des absences de Serigne Modou Kara Mbodj et Sadio Mané, deux pions essentiels de son dispositif tactique. Le premier est suspendu pour cumul de cartons contre le Cap Vert à l’aller (8 octobre 2016) à Dakar et au retour, un an après (7 octobre 2017) à Praia. Quant à Sadio Mané, il est indisponible pour cause de blessure à la cuisse. La pépite de Liverpool est écartée des terrains pour une durée d’un mois et demi. Il manquera donc à la double confrontation entre les Lions et les Bafana Bafana, contrairement à Kara Mbodj qui, sauf cas de force majeure, sera présent à Dakar le 14 novembre prochain lors de la 6e et ultime journée des éliminatoires. A moins que ce match retour ne soit plus décisif pour la qualification.

En effet, si les Lions confortent leur première place par un succès, le match retour serait sans enjeu. Aliou Cissé pourrait donc aligner une équipe B pour le match de gala, le 14 novembre au stade Léopold Sédar Senghor.

A. SAMBOU

Quelle équipe pour le déplacement périlleux en Afrique le mois prochain ? La réponse tombera demain dans la matinée. Et dans la liste qui sera publiée par Aliou Cissé, c’est le remplacement de Kara Mbodj et Sadio Mané qui retiendra l’attention du public.

La préparation de l’opération commando à Polokwane débute demain. Le coach national va, en effet, dévoiler son plan de combat pour ce match décisif sur le chemin de Moscou dans quelques mois. Face à la presse demain matin dans les locaux de la Fédération sénégalaise de football, Aliou Cissé va d’abord publier sa liste de commando pour le déplacement à haut risque du 10 novembre prochain en Afrique du Sud. Dans cette liste, le remplacement de Kara Mbodj et de Sadio Mané retiendront l’attention de la presse. Notamment le premier nommé, puisque cet avant-dernier duel sera un match de défense. Or, compte tenu de son expérience, les solutions de rechange ne sont pas légion dans la Tanière. Suspendu pour cumul de cartons jaunes, le libéro et vice-capitaine de la sélection national est une pièce indispensable dans le dispositif d’Aliou Cissé. Fallou Diagne, souvent convoqué mais jamais utilisé, a sa chance à saisir. Le défenseur du Fc Metz ne manque pas d’expérience. A 28 ans, le Messin a connu plusieurs clubs dont le Werder de Brême et Fribourg dans la Bundesliga (Allemagne).

En France, Fallou Diagne a aussi défendu les couleurs de Rennes. Zarco Touré de Lorient (L2) pourrait aussi être rappelé pour pallier l’absence du défenseur d’Anderlecht. L’autre équation qui peut faire pousser des cheveux blancs à Aliou Cissé, c’est l’absence de Sadio Mané. Même s’il a des solutions de rechange, mais disposer de Sadio Mané dans un match qui sera à coup sûr ouvert, serait souhaité. Face à des adversaires qui sont dans l’obligation d’attaquer puisque seule une victoire peut encore leur permettre de garder l’espoir d’aller au Mondial, Sadio Mané serait l’arme fatale. Mais ce ne sont pas les solutions de rechange qui manquent dans la Tanière pour réussir une bonne opération le 10 novembre à Polokwane. Un point suffirait aux Lions pour s’ouvrir les portes de la Russie, à condition que dans l’autre duel du groupe, les Etalons soient tenus en échec par les Requins bleus du Cap Vert, à Ouagadougou. Un tel scenario ferait du match retour à Dakar, le 14 novembre, un duel sans enjeu. Autant donc déduire que les Lions ont leur destin entre leurs pieds.

Ansoumana SAMBOU

L’attaquant sénégalais Keita Baldé, titularisé pour la première fois vendredi par l’As Monaco contre Lyon (perdu 2-3), a marqué des points et pris date, de l’avis de nombreux observateurs de la Ligue 1 française.

Ancien gardien de but de l’As Monaco, Jean-Luc Ettori, interrogé par le quotidien sportif français, L’Equipe dans son édition de samedi, estime que l’international sénégalais est le seul joueur pouvant être considéré comme « un titulaire en puissance », parmi les nouveaux joueurs ayant démarré vendredi en Ligue 1 française. "Des quatre nouveaux, c’est le seul que je vois comme un titulaire en puissance", a commenté l’ancien gardien de but de l’As Monaco et des Bleus dans les années 1980.

"Il est capable de garder la balle, c’est un combattant, il est puissant, il me plaît", a fait remarquer l’ancien gardien français demi-finaliste du Mondial 1982. "Avec Falcao (absent contre Lyon), ça peut faire quelque chose de très bien, car le Colombien a besoin de quelqu’un qui va perturber les défenses, lui ouvrir des brèches", a-t-il dit, ajoutant que Stevan Jovetic, l’attaquant monténégrin de l’As Monaco est certes "plus technique mais moins percutant" que l’attaquant sénégalais. Acheté 30 millions d’euros (environ 20 milliards de francs), l’ancien attaquant de la Lazio de Rome était attendu depuis un certain moment du côté du Rocher, où il est arrivé vers la fin du marché estival des transferts. "Sa condition physique précaire, due à une préparation perturbée par un transfert à rallonge, a retardé son exposition mais vendredi, en l’absence de Falcao, revenu épuisé d’Amérique du Sud, Baldé a joué seul devant, le plus souvent dos au but, où il a fait parler son jeu de corps dans des belles séquences de conservation", écrit L’Equipe.

"Son combat avec (Mouctar) Diakhaby (le défenseur de Lyon) a été difficile, il a eu plusieurs fois l’occasion de prendre l’avantage mais sans réussite. Il a dribblé, bougé, essayé, il s’est donné sans broncher, pour l’équipe", ajoute la même publication.

"Présenté comme un joueur brillant mais capricieux, Baldé fut hier un équipier modèle. Qu’on devrait revoir", conclut le quotidien sportif français.

(APS)

En introduisant un recours auprès du Tas pour annuler la décision de faire rejouer le match Afrique du Sud – Sénégal, le Burkina perd son temps. D’après un expert suisse en matière de justice sportive, la saisine de la Fédération burkinabè a peu de chance de connaitre une issue favorable. Car, il voit mal comment le Tas qui a entériné la condamnation de l’arbitre Joseph Lamptey aurait accepté la requête du Burkina.

Le match Afrique du Sud-Sénégal comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018 devrait pouvoir se jouer comme programmé le 10 novembre prochain malgré la saisine par la fédération burkinabè de football du Tribunal arbitral du sport (Tas) a indiqué Pierre Cornu, expert suisse en matière de justice sportive. « Je ne suis pas très bon en pronostic, mais je serais très surpris si la saisine du Tas par le Burkina Faso aboutisse à quelque chose’’ a dit Cornu, ancien procureur du Canton de Neuchâtel et actuel président du Conseil de Fondation du Centre International d’Etudes du Sport (Cies) de l’Université de Neuchâtel. Son explication tient plus au fait que « c’est comme si le Burkina demande au Tas de se dédire » après que le tribunal arbitral ait pris une première décision confirmant la suspension à vie de l’arbitre Ghanéen, Joseph Lamptey. Pierre Cornu participait samedi à Dakar au panel sur le football professionnel sénégalais en célébration du 10e anniversaire du programme Cies-Fifa-Ucad. « Je rappelle juste que la décision de suspendre à vie l’arbitre n’a pas été attaquée au tribunal fédéral Suisse, seule instance en mesure de juger en dernier ressort les décisions prises par le Tas’’ a dit M. Cornu, spécialiste pendant plusieurs années des matchs truqués au sein de la justice helvète et ancien conseiller juridique de l’Uefa.

« Un match s’est joué, une décision de suspension à vie a été prise avant que le mis en cause attaque cette décision au Tas.

Le Tribunal arbitral du sport a déjà pris la décision de confirmer la radiation à vie de l’arbitre », a-t-il expliqué, ajoutant que c’est « comme si on demande au Tas d’infirmer la première décision qu’il a déjà prise ».

La fédération de football du Burkina Faso a saisi le Tas pour une requête en annulation de la décision de la Fifa de faire rejouer le match Afrique du Sud-Sénégal, entaché d’irrégularités et qui a abouti à la radiation à vie de l’arbitre Joseph Lamptey.

Le Tas a déclaré recevable la requête du Burkina Faso qui a satisfait aux conditions de forme de saisine du Tribunal arbitral, mais le spécialiste Cornu pense que "c’est peine perdue".

« Le Tas s’arrange toujours pour que ses décisions ne puissent être attaquées au niveau de la justice fédérale suisse, seule habilitée à les traiter en appel mais qui ne se prononce que sur le plan formel’’ a dit Cornu qui pense que ’’le Tas ne va pas renier une première décision qu’il a prise’’.

(APS)

Arrêter le championnat à mi-parcours et se projeter sur la future saison, c’est l’actualité de l’heure dans la famille du handball. En particulier les décisions qui concernent la suite des activités pour terminer la saison et la mise en place des repères de la saison 2017-2018 ont été au cœur de la rencontre des dirigeants de la discipline.

Des dates ont été arrêtées et des décisions prises pour la suite des activités fédérales de handball, annonce un communiqué du secrétaire général de la Fédération sénégalaise de handball, Chérif Ndiaye. Pour cette présente saison, la Fédération a décidé de faire jouer les finales de la Coupe nationale le 4 novembre prochain ; une journée dont l’après-midi est également prévue, une réunion du Comité directeur.

Le lendemain (5 novembre) consacre la fin des tournois de zones qui devrait décider des représentants de ces entités dans les tournois de montée. Sur ce fait, il a été sollicité « des coordonnateurs de zone de nous faire parvenir les Pv de validation des tournois de zone en indiquant les équipes qualifiées, au plus tard le 10 novembre, pour l’organisation du tournoi de montée à la date prévue ». Aussi, la note annonce qu’une décision a été prise concernant la suite à réserver au championnat national de D1 qui a déjà bouclé sa phase aller. C’est dans ce sens qu’une rencontre avec les présidents de clubs concernés a été convoquée « pour la suite à réserver au championnat élite, vu le grand retard accusé et les différents événements à venir, notamment l'ouverture des classes, le Magal, le Maouloud, Noël etc., en plus de la mise en place pour le démarrage de la nouvelle saison ». Un conclave de concertation tenu le 8 octobre à Dakar auquel ont pris part 13 présents : « Un seul a demandé à poursuivre le championnat, deux sont restés indécis et dix ont demandé l’arrêt du championnat en sollicitant un accompagnement de la fédération », renseigne le secrétaire général. Cherif Ndiaye poursuit en soulignant que la réunion a suivi la majorité des clubs dans ce sens. « Nous avons décidé d’arrêter le championnat à la phase aller avec un accompagnement sportif et matériel laissé à la discrétion de la Fshb, en attendant la validation de tout cela par le comité directeur lors de la réunion du 04 novembre 2017 », précise le Sg de la Fshb. En plus de ces décisions qui concernent la présente saison, d’autres questions qui intéressent le prochain exercice ont également été soulignées.

Ainsi, la date du 15 novembre a été retenue pour le début des actes administratifs, la fin étant prévue le 31 décembre.

Les dates des 18 et 19 novembre sont arrêtées pour le tournoi de montée et le début de la saison 2018 dans la première quinzaine de janvier.

Ousseynou POUYE

Classé 33e au classement général le 14 septembre dernier, le Sénégal occupe désormais la 32e place. Au niveau africain, le Sénégal occupe le 3e rang derrière la Tunisie et l’Egypte.

La Rd Congo et le Nigeria complètent le Top 5 de la zone Caf. Les Allemands dominent toujours ce classement Fifa publié chaque mois. Le Brésil, le Portugal, l’Argentine et la Belgique compètent le Top 5 mondial. Les adversaires directs dans le groupe D des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018 connaissent des fortunes diverses. En effet, si le Burkina Faso, 9e africain, a rétrogradé de 6 rangs, le Cap Vert (11e) et notamment l’Afrique du Sud (16e) ont, respectivement, progressé de 3 et 6 rangs.

A SAMBOU

Comme en 2011, 2013 et 2015, les Lionnes du Sénégal terminent le Championnat d’Afrique de volleyball au pied du podium.

L’équipe nationale a perdu samedi, le match de la troisième place du tournoi continental qui se disputait depuis le 7 octobre dernier à Yaoundé, au Cameroun. Une fois encore, les filles du coach Amadou Sène bouclent la compétition sans médaille en terminant à la 4ème place, battues qu’elles étaient par les Egyptiennes par 3 sets à 0. Comme une journée plus tôt, en demi-finales, contre les Camerounaises, un réveil tardif a été fatal aux Lionnes. Elles ont été dominées sur les deux premiers sets par leurs vis-à-vis (25-20, 25-19) avant de tenter l’impossible lors de la troisième manche pour revenir dans la partie. Mais, avec une avance confortable, les Nord-Africaines n’ont pas lâché le morceau et ont fini par avoir gain de cause. Elles s’imposent finalement par 25 à 23 dans cette ultime manche pour s’adjuger la médaille de bronze.

Ainsi, comme en 2011, l’Egypte prive le Sénégal de podium puisque cette année-là, elle s’était déjà imposée au Kenya en match de classement par 3 sets à 2. Comme pour atténuer la déception née de cette nouvelle défaite au pied du podium, le Sénégal peut se consoler au niveau des récompenses individuelles, avec notamment le sacre de sa capitaine, Fatou Diouck, désignée meilleure réceptionneuse du tournoi. Un tournoi remporté en fin de compte par les Camerounaises qui ont dominé en finale, les Kényanes, triple-championnes d’Afrique sortantes. C’était au terme d’une rencontre qui s’apparentait à un passage de témoin entre les deux formations. Ainsi, après avoir perdu le titre en 2013 face à leurs adversaires du jour, les joueuses locales ont pris leur revanche samedi en s’imposant par 3 sets à 0 (25-22, 25-19 et enfin, 29-27). Une consécration pour l’équipe camerounaise qui n’avait jusque-là, jamais remporté le tournoi continental dont elle a terminé 2ème aux tournois de 2013 à Nairobi et de 1999 à Lagos derrière la Tunisie.

En plus de la médaille d’or, le Cameroun place trois de ses joueuses parmi les actrices qui se sont distinguées dans la compétition. Il s’agit de Laéticia Moma Bassoko qui a été désignée meilleure joueuse, Nadège Koulla, meilleure passeuse et Raïssa Nasser, meilleur libéro du tournoi.

O. POUYE

 

Last modified on lundi, 16 octobre 2017 10:55

Le stade Demba Diop, fermé et en cours de réfection depuis l’affaissement d’un pan de son mur, lors de la finale de la coupe de la Ligue en juillet dernier, ne pourra pas accueillir, le 29 octobre prochain, le face-à-face entre Modou Lô et Lac de Guiers 2. La sentence est tombée avant-hier à l’issue de la visite du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouye Ndiaye, et de son homologue des Sports, Matar Bâ, pour constater l’état des travaux de rénovation.

Le combat entre Modou Lô et Lac de Guiers 2 n’aura finalement pas lieu le 29 octobre prochain comme convenu. Le stade Demba Diop, qui devait abriter cette affiche, est toujours en cours de réfection. La Direction de la protection civile, après une inspection du site, a donc recommandé de ne pas y organiser ce combat à cette date. Toutefois, selon une source officielle qui a gardé l’anonymat, le face-à-face sera organisé au stade Léopold Sédar Senghor après le match entre le Sénégal et l’Afrique du Sud du 14 novembre, comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018.  Notre source n’a cependant pas précisé la nouvelle date retenue pour abriter l’affiche. Le combat entre Modou Lô et Lac de Guiers 2 était initialement prévu le 16 juillet dernier avant d’être annulé à la dernière minute suite à l’affaissement d’un pan de son mur avec son lot de morts lors de la finale de la coupe de la Ligue et débouché sur la fermeture du stade.

En visite, samedi, au stade Demba Diop pour constater l’état des travaux de réfection, le ministre de l’Intérieur a confirmé que cette infrastructure ne pourra pas accueillir le choc tant attendu entre les deux ténors le 29 octobre. « Je suis venu pour apprécier moi-même l’état du stade suite aux différentes recommandations qui ont été faites par la Direction de la protection civile. Nous avons effectivement vu l’état du stade et ce que nous avons retenu, c’est que nous ne pouvons pas organiser le combat qui y était programmé les jours à venir », a expliqué Aly Ngouye Ndiaye.

Selon lui, des techniciens seront commis pour un diagnostic plus approfondi de l’état des lieux concernant le chantier. Il a écarté toute précipitation, l’essentiel étant que les travaux de rénovation soient menés dans les règles de l’art, en vue de mieux assurer la sécurité des acteurs y compris des supporters. Pour Aly Ngouille Ndiaye, il faut que le drame qui avait frappé Demba Diop à la mi-juillet dernière puisse servir de leçons aux Sénégalais. Il ne désespère cependant pas de voir le stade devenir bientôt opérationnel, même si « les mesures à prendre ne sont pas simples ».   Le ministre des Sports Matar Bâ a demandé aux acteurs sportifs de ne pas être inquiets, ajoutant que le gouvernement s’emploie à trouver des solutions aux problèmes qui les interpellent. D’après lui, la Direction de la protection civile et même des cabinets privés sont impliqués pour que le stade Demba Diop puisse continuer à accueillir des manifestations sportives en toute sécurité.

« Nous avons vu ce qui s’est passé et c’est pourquoi nous ne voulons pas de précipitation. Il faut que les experts nous aident à prendre en charge toutes les questions… Nous sommes à la recherche rapide, mais sûre, de solutions quant aux problèmes qui nous interpellent tous.

Diégane SARR

 

Le Maroc a été désigné, ce samedi à Lagos (Nigeria), par le Comité d’urgence de la Confédération africaine de football (Caf), pays hôte de la 5ème édition du Chan (Championnat d’Afrique des nations), annonce le site officiel de l’instance dirigeante du football africain. "Réuni le 14 octobre à Lagos au Nigeria, le Comité d’urgence de la Caf sous la présidence de M. Ahmad a décidé à l’unanimité des membres présents, d’octroyer l’organisation de la 5ème édition du Chan à la Fédération royale du Maroc", indique un communiqué de la Caf. Cette dernière s’était portée candidate à la suite du retrait de l’organisation de cette compétition au Kenya, décidé le 23 septembre dernier à Accra (Ghana) par le Comité exécutif qui, conformément aux statuts et au regard des délais, avait le même jour donné mandat au Comité d’urgence pour conduire le processus de sélection d’un nouveau pays hôte, poursuit le communiqué. "La candidature du Maroc a été préférée à celle de la Guinée Equatoriale, autre pays à avoir soumis un dossier de candidature valide", ajoute le même document.

Quant à la Fédération éthiopienne qui avait déposé sa candidature, elle n’a pas fourni la lettre de garantie du gouvernement de son pays, "qui est un document impérativement requis d’après le règlement d’application des Statuts de la Caf". Le Chan 2018 aura lieu du 12 janvier au 4 février et va rassembler 16 sélections nationales composées exclusivement de joueurs évoluant dans les championnats nationaux pays respectifs. Pour rappel, le Sénégal a été éliminé par la Guinée (5-0, 1-3). Outre le Maroc, qui accueille désormais la compétition, la Libye, l’Ethiopie, l’Ouganda, le Cameroun, le Congo, la Guinée Equatoriale, la Guinée, la Mauritanie, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, l’Angola, la Namibie, la Zambie, et l’Egypte, repêchée dans la foulée pour remplacer le Kenya, sont les pays qualifiés. La Rd Congo, tenant du titre, ne défendra pas son bien, écarté par son voisin, le Congo Brazza.

A. SAMBOU (avec Aps)

 

A défaut de l’Or, les Lions se sont parés de la médaille du Bronze hier à l’issue de la Coupe du monde de mini-foot. Battus samedi par le Mexique en demi-finale (3-1), les Lions ont pulvérisé l’Espagne (5-0) hier lors du match de classement. Les protégés de Cheikh Sidy Bâ terminent à la 3e place et se consolent ainsi avec la 3e place du podium mondial. Un rang honorable pour les coéquipiers de Momo Cissé qui sont crédités d’une bonne participation dans ce sport méconnu au Sénégal. Pour y arriver, les Lions ont écarté respectivement l’Inde, puis la France en quart de finale. En finale, le Mexique a laissé le dernier mot à la République Tchèque, vainqueur de l’édition.

C’est l’appréciation du président de la Fédération sénégalaise de football, qui intervenait samedi en marge du panel de organisé par le Cies à l’Ucad.

Le lancement, en 2009, d’une ligue de football professionnel n’a pas encore permis de gagner des titres mais il a impacté positivement sur le devenir du football national, a laissé entendre le président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), Augustin Senghor.

"Il est clair qu’il y a un passif sur ce lancement mais il ne faut pas oublier tous les aspects positifs", a dit le président de la FSF qui intervenait samedi au panel organisé sur le sujet par la branche de Dakar du Cies (Centre international des études de sport) basé à Neuchâtel (Suisse).

Comme impact positif, le président de la Fsf a mentionné les bons résultats obtenus par l’équipe nationale des moins de 20 ans, doublement finaliste de la Can de la catégorie en 2015 et en 2017. "Ces joueurs évoluent pour la majorité dans nos clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 et la compétitivité de leurs championnats leur a permis de concurrencer valablement leurs adversaires", a dit le président Senghor. Ce n’était pas le cas dans un passé récent, a-t-il rappelé, ajoutant à cela la présence massive de joueurs du cru dans la sélection nationale.

"Actuellement l’ossature de l’équipe nationale A est constituée de joueurs ayant débuté leur carrière dans nos ligues professionnelles", a ajouté le président de la Fédération, rappelant que dans un passé récent, les sélections nationales faisaient appel à des binationaux ou des joueurs formés par des académies européennes. "Nos internationaux commencent désormais leur carrière sur le plan local avant de s’expatrier", a-t-il relevé, soulignant que ce sont des aspects positifs liés au lancement de la Ligue professionnelle. La Ligue professionnelle a aussi permis de légaliser le paiement de salaires qui était une donnée réelle même quand le championnat était amateur. "Moi, je payais déjà des salaires en 2002 quand j’ai pris la présidence de l’Us Gorée", a rappelé Me Senghor.

Alors que les présidents de clubs piochaient dans leurs cagnottes personnelles pour gérer leurs clubs, l’installation des clubs professionnels a permis à certains d’obtenir des rentrées d’argent, a-t-il dit. "Il est vrai que cela affaiblit nos clubs mais on est obligé d’agir de la sorte", a-t-il par ailleurs ajouté.

Avant Augustin Senghor, les deux premiers présidents de la ligue professionnelle, à savoir Louis Lamotte et Saër Seck, ont lié ses difficultés "à une naissance mal préparée". "Nous avons mal préparé son arrivée", a dit Louis Lamotte tandis que Saër Seck évoquait "une naissance mal accompagnée".

Ce panel a été organisé en marge de la cérémonie de sortie de la 11-ème promotion des auditeurs du Cies de Dakar qui a eu lieu dans un amphithéâtre de la Faculté de droit de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

(APS) 

 

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.