banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (5275)

Sport

Cela n’arrive pas toutes les semaines. Alors, ça mérite forcément qu’on s’y attarde. 3 Sénégalais dans le onze-type des Africains d’Europe, c’est la preuve que les « Lions » ont frappé fort le week-end passé. Et dans les secteurs où ils excellent traditionnellement, la défense et l’attaque. En effet, d’une part Kader Mangane le capitaine de Rennes (France) a été associé, par un site spécialisé, à son compatriote de Lyon, Papa Malickou Diakhaté en défense centrale de « l’équipe de l’Afrique » et d’autre part, Papiss Demba Cissé (Fribourg, en Allemagne) a été classé à la pointe de l’attaque avec… le Camerounais Eto’o et le Nigérian Odemwingie.

Mangane a été « titularisé », parce que patron de la défense rennaise, il a été solide et précieux dans les airs. En un mot, il a retrouvé « ses (bonnes) habitudes ». Malickou, lui, a été « très présent défensivement » contre Lorient. Quant à Papiss Cissé, ses deux buts face à Sankt Pauli qui lui ont permis de sauver le nul pour Fribourg et en même temps de reprendre tout seul la première place du classement des buteurs de la Bundesliga, ont lourdement pesé sur la balance.

On attend la confirmation des « Lions » de France, d’Angleterre, d’Espagne, d’Italie et d’Allemagne, les semaines à venir. Car le test contre la Guinée, le 9 février à Dakar, approche à grands pas. Et surtout le très important match de la 3ème journée des éliminatoires de la CAN 2012, face au Cameroun d’Eto’o, est dans tous les esprits. On attend également que les milieux de terrain se mettent au diapason des attaquants et des défenseurs qui s’illustrent semaine après semaine sur les terrains européens.

L’équipe de la semaine : Idriss Carlos Kameni (Espanyol Barcelone, Cameroun) – Kolo Touré (Manchester City, Côte d’Ivoire), Kader Mangane (Rennes, Sénégal), Papa Malickou Diakhaté (Lyon, Sénégal), Taye Taïwo (Marseille, Nigeria) – Modeste Mbami (Almeria, Cameroun), Yaya Touré (Man. City, Côte d’Ivoire), Yacine Brahimi (Rennes, Algérie) – Peter Odemwingie (WBA, Nigeria), Papiss Demba Cissé (Fribourg, Sénégal), Samuel Eo’o (Inter Milan, Cameroun).



Les « Etalons » cadets du Burkina Faso ont composté hier leur ticket pour la finale de la CAN des moins de 17 ans qui se dispute au Rwanda. Hier, à Kigali, lors de la première demi-finale, ils ont disposé du Congo aux tirs aux buts (4 – 2) après un nul 1 but partout à l’issue du temps réglementaire. Pourtant, ce sont les Congolais qui avaient ouvert le score à la 33ème minute par Stevy Epako, mais les Burkinabés ont fait la jonction en début de seconde période par Bertrand Traoré. Le reste s’est joué aux tirs au but où les jeunes « Etalons » ont été les plus adroits.

Ce sera la deuxième finale dans cette CAN des moins de 17 ans pour le Burkina Faso qui avait déjà été battu à l’ultime étape, en 1999, par le Ghana (3 – 1). Le nom de son adversaire sera connu aujourd’hui à l’issue de la 2ème demi-finale entre la Côte d’Ivoire et le Rwanda, hôte de la compétition.

 

 

 

Les filles de l’entraîneur Souleymane Dia ont remporté leur première bataille dans le tournoi de handball qualificatif aux Jeux africains de Maputo qui a débuté hier à Thiès. Elles ont, en effet, nettement battu leurs homologues du Mali 30 à 19. Une bonne entame de compétition pour mettre en confiance les handballeuses sénégalaises qui disputent leur deuxième match demain jeudi face au Cap-Vert, avant la troisième confrontation face à la Guinée samedi prochain en clôture.

En attendant, la compétition se poursuit aujourd’hui avec la confrontation entre Cap-Verdiennes et Guinéennes à partir de 15h au stade Lat Diop de Thiès, avant la première opposition chez les hommes entre la Mauritanie et le Cap-Vert, à 17 heures. La première sortie des handballeurs sénégalais est prévue en début de soirée (19 heures). A cet effet, les protégés de Frank Bulleux défient les Guinéens dans la rencontre de clôture de la deuxième journée de la compétition.

A ce tournoi, participent quatre pays de la sous-région ouest africaine en plus des handballeurs locaux. Il s’agit du Cap-Vert et de la Guinée qui ont déplacé leurs équipes féminines et masculines, le Mali qui a amené ses filles et la Mauritanie qui n'a engagé que ses garçons. La compétition se joue sous forme de championnat qui doit désigner les vainqueurs en hommes et en dames, au terme des résultats obtenus en fin de compétition.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on vendredi, 09 septembre 2016 14:52

Après les responsables de l’AS Douanes qui avaient envoyé un courrier à la Ligue professionnelle pour signifier leur mécontentement pour avoir été ‘‘oubliés’’ dans la programmation des matches à retransmettre en direct à la télé, c’est au tour des dirigeants de l’équipe-fanion de Rufisque d’en faire autant. « Yakaar condamne pour dire que c'est inacceptable que des clubs aient la possibilité d'être vus deux ou quatre fois au moment où c'est l'écran noir pour le club de Rufisque », proteste le courrier envoyé hier au président de  la Ligue professionnelle et signé par le président de la formation, Ibrahima Faye. Dans ce courrier, il s’insurge contre le fait que « sur dix retransmissions, aucune ne concerne l'Asc Yakaar de Rufisque ». Il se demande, en effet, « pourquoi aurait-on offert à certains clubs la possibilité d'être vus deux ou quatre fois en direct à la télévision nationale, au moment où c'est l'écran noir pour notre club ? ». Le dirigeants de la formation rufisquoise se posent plusieurs questions liées au choix de la Ligue. Entre autres interrogations, ils  voudraient savoir si les choix des matches à diffuser sont liés aux « critères sportifs, ou s’ils sont liés aux efforts entrepris pour sortir la tête de l'eau, ou encore s’ils sont liés à la popularité du club, ou tout simplement s’ils sont définis pour encourager ceux qui se battent sportivement ». Dans l’attende de réponses, « nous persistons à croire que le choix que nous avons fait de rester fair-play et de ne jamais contester publiquement les décisions des instances de notre football, même quand ils sont manifestement injustes à notre endroit, que ce choix est le meilleur », poursuit le texte de l’Asc Yakaar. En cas d’avis défavorable à leur sollicitation pour réparer cette décision de la Ligue qu’ils considèrent comme « inacceptable », les responsables de l’Asc Yakaar estiment que « nous étudierons toutes formes d'action (rassurez-vous, nous resterons dans notre style) qui permettront qu'on nous mette au même niveau que les autres qui sont comme nous ou qui sont derrière nous (au plan des résultats sportifs) ».

Ainsi, avec cette sortie des dirigeants rufisquois, c’est une autre pierre dans le jardin de Louis Lamotte et compagnie après la réaction de l’As Douanes qui s’insurge contre la décision. Sans doute que d’autres formation s’estimant ‘‘lésées’’ emboîteront le pas à celles qui se sont déjà manifestées contre cette décision qui, rappelons-le, ne concerne que la phase Aller du championnat.

Ousseynou POUYE

 

 

Une très belle performance pour Sandra Bocandé lors de la 2ème course du championnat 2L du Sénégal tenue le week-end dernier sur le circuit Dakar Baobabs à Sindia. Seule femme de la course, elle a terminé sur la plus haute marche du podium, au terme des deux manches devant Michaël Sassine et Ignace Séne.

Il y a deux mois seulement, elle était présentée au grand public, alors qu'elle faisait son entrée sur le circuit automobile. Dimanche dernier, elle a savouré sa première victoire en sprint lors de la deuxième journée du calendrier du championnat 2L qui s’est déroulée sur le circuit Dakar Baobabs à Sindia et devant un public qui se fait de plus en plus nombreux. Sandra Bocandé a été classée première devant les autres pilotes en lice après deux manches d’une heure chacune. Une belle performance pour la pilote du Team 25 qui a été applaudie par ses pairs. « Ça prouve qu'en étant persévérante et en écoutant les conseils, on peut y arriver », s’est félicitée Sandra. En effet, après une accumulation d'erreurs lors de la première manche, son coach, Pierrick Legendre, a visiblement su lui transmettre les explications et conseils pour lui permettre de mieux appréhender la deuxième manche. Et le résultat est allé au-delà des espérances du Team 25. "Je suis très heureuse, mais la saison n’est pas finie et l’objectif reste le même. Je veux vraiment remercier mes partenaires, la presse, les organisateurs, le personnel du circuit et tous ceux qui m’encouragent, car même si c’est difficile à exprimer, c’est un soutien de taille pour moi", a lancé Sandra. Elle a certes réalisé des progrès dans ses chronos, mais le chemin est encore long, car il y a toujours une part de chance dans le sport mécanique.

Sandra Bocandé est la seule femme à disputer le Championnat 2L du Sénégal cette saison. Elle s’est également engagée dans le championnat d’endurance. Toujours à la recherche d’un « MASTER SPONSOR », afin de pouvoir aller au bout de son championnat, elle fait un appel du pied aux amoureux du sport.

La prochaine journée du championnat 2L se disputera les 12 et 13 février prochains toujours sur le circuit Dakar Baobabs de Sindia.

 

Résultats techniques : 2ème Journée championnat 2L du Sénégal :

1ère : Sandra Bocandé (Team 25) ; 2ème : Mickaël Sassine ; 3ème : Ignace Séne.

 

Last modified on mercredi, 07 septembre 2016 16:42

En raison du Magal de Touba qui sera commémoré dimanche prochain, la Fédération sénégalaise de football et la Ligue professionnelle ont décidé de reporter les matches des différentes divisions. Selon le président de la Commission d’organisation sportive, Mouhamed Djibril Wade, sont concernés les matches des ligues professionnelles 1 et 2, des ligues nationales amateurs 1 et 2 pour toutes les catégories. Les compétitions reprendront en fin janvier, selon le président de la commission d’organisation sportive de la ligue.

 

 

Le promu; Génération Foot; domine toujours le championnat national de Ligue 2, au terme de sa deuxième journée, clôturée hier. Derrière lui, se bousculent les autres formations dont la Sunéor, le Port et Diambars. Ces deux dernières équipes font leur entrée dans la compétition par des victoires.

Le centre de formation de Saly Portudal a remporté son premier match sur le terrain. Après avoir gagné sur tapis vert lors de la 1ère journée face à l’AS Saloum, Diambars est venu gagner à Dakar devant la Renaissance de Dakar, 3-2. Une victoire qui lui offre ses trois premiers points en attendant que la commission compétente statue sur la rencontre face aux Kaolackois qui n’avait pas fait le déplacement ; et qui lui fait également gagner quatre places au tableau (4ème contre 8ème au terme de la première journée). Comme les Mbourois, trois autres formations ont acquis des victoires à l’extérieur. Il s’agit de Génération Foot (sa deuxième hors de ses bases) qui est allé battre l’AS Saloum à Kahone (1-0). Avec cette victoire, le promu caracole en tête du classement avec six points, devant la Sunéor de Diourbel, autre équipe victorieuse à l’extérieur. Vainqueurs de Thiès FC au stade Maniang Soumaré sur la marque de 2-1, les Diourbellois se relancent après leur match nul à domicile en ouverture. La Renaissance sportive de Yoff s’est, elle aussi, redressée après son faux-pas de la première journée. Battue à domicile par Thiès FC au tour précédent, l’équipe reléguée en 2010 est allée se ‘‘venger’’ sur d’autres Thiessois, ceux de l’ETICS à Mboro, battus 0-1. Une victoire qui ne permet toutefois pas aux Yoffois de se rapprocher de la tête du classement, puisqu’ils sont en deuxième partie de tableau en 8ème position. Au chapitre des victoires enregistrées lors de ce deuxième tour, notons celle du Port autonome de Dakar qui effectuait, pour l’occasion, ses débuts. Au repos lors du premier tour en raison du report de leur match face à Mbargueth, les hommes de Tassirou Diallo ont obtenu une victoire et réussi du coup à se hisser au 5ème rang aux dépens de l’Etoile Lusitana qui perd pour l’occasion, son deuxième match de la saison. Elle est logée alors derrière au classement avec  le même sort que l’Asc Yeggo, elle aussi battue pour la deuxième fois d’affilée. Les Sicapois sont revenus de leur déplacement de Kaffrine avec une défaite (1-2) qui les fait dégringoler d’une place au tableau. Les autres rencontres de l’acte II du championnat se sont soldées par des matches nuls. Ce sont les oppositions Mbargueth-Stade de Mbour : (2-2) et Ndiambour-Olympique de Ngor : 1-1).

A noter qu’aucun nul vierge n’a été enregistré lors de cette 2ème journée. Le match le plus prolifique a été celui opposant Mbargueth de Kébémer (qui faisait ses débuts en Ligue 2) et le Stade de Mbour (2-2). Ce qui donne un total de vingt buts en huit rencontres, soit une moyenne de 2,5 buts par match. Le meilleur buteur du championnat est l’attaquant de Thiès FC, Amide Sall, auteur de trois réalisations de sa formation après deux matches joués.

Ousseynou POUYE

Résultats 2ème journée L2

Saloum-Génération Foot : 0-1 ; Port-Lusitana : 2-1 ; ETICS-RS Yoff : 0-1 ; Kaffrine-Yeggo : 1-0 ; Mbargueth- Stade de Mbour : 2-2 ; Renaissance-Diambars : 2-3 ; Thiès FC- Sunéor : 1-2 ; Ndiambour-Olympique de Ngor : 1-1.

EQUIPES

PTS

J

G

N

P

M

E

Diff.

1

GENERATION FOOT

6

2

2

0

0

3

0

+3

2

SUNEOR

4

2

1

1

0

3

2

+1

3

KAFFRINE

4

2

1

1

0

1

0

+1

4

DIAMBARS

3

1

1

0

0

3

2

+1

5

PORT

3

1

1

0

0

2

1

+1

6

ETICS

3

2

1

0

1

2

2

0

-

THIES FC

3

2

1

0

1

2

2

0

8

RS YOFF

3

2

1

0

1

1

2

-1

9

STADE DE MBOUR

2

2

0

2

0

2

2

0

10

NGOR

2

2

0

2

0

1

1

0

-

NDIAMBOUR

2

2

0

2

0

1

1

0

12

BARGUETH

1

1

0

1

0

2

2

0

13

RENAISSANCE

1

2

0

1

1

3

4

-1

14

SALOUM

0

1

0

0

1

0

1

-1

15

YEGGO

0

2

0

0

2

1

3

-2

-

LUSITANA

0

2

0

0

2

1

3

-2

Ryan Babel avait promis qu’on ne l’y reprendrait plus. Mécontent de la défaite de son club, Liverpool, en FA Cup contre Man U, il avait brocardé l’arbitre de la rencontre. « Et dire qu’il est considéré comme l’un des meilleurs arbitres. C’est une blague », avait-il balancé sur Twitter en légende d’une photo de Howard Webb, le referee incriminé que Babel avait même affublé d’un maillot de Man U. Eh bien, le Néerlandais avait beau se confondre en plates excuses, la FA ne s’est pas privée de sévir : 10.000 livres d’amende (soit, à peu près 10 millions de F Cfa) ! Salée non, pour une « blague » ?

Si cela ne suffisait pas à consoler Mister Webb, une belle distinction est venue hier lui remonter le moral. Il a été élu… meilleur arbitre du monde par la Fédération internationale de l’histoire du football et des statistiques (IFFHS). De quoi clouer définitivement le bec à Babel ? Je l’espère, à moins qu’il ait des millions en pagaille pour ses bons mots…

Le coach

 

La grande tournée du « roi des arènes », Yakhya Diop Yékini, à Joal, a battu le record de mobilisation et a aussi été une grande réussite samedi. En effet, de Dakar à Mbour et à Jaol, la foule a vivement acclamé et accompagné le triple tombeur de Bombardier.

Les supporters et sympathisants de Yakhya Diop Yékini, ont  magnifié la suprématie du « roi des arènes », samedi dernier lors de la tournée que celui-ci a faite à Joal, son village natal. En effet, il a drainé une foule immense, de Dakar à Joal en passant par Mbour. Et comparée à l’année dernière, cette tournée a battu le record de la mobilisation. Toujours égal à lui-même, le triple vainqueur de Bombardier, est venu pile à l’heure pour le départ. Habillé en veste noire et jean délavé, Yakhya Diop Yékini, a tenu à faire quelques petits réglages avec le promoteur Gaston Mbengue, avant que le convoi quitte les lieux. Ses fans club se sont mobilisés et ont rallié  le convoi à Nguékokh. Ils ont assuré l’ambiance, jusqu’au croisement de Saly, où une belle surprise était réservée au « roi des arènes ». En effet, Bombardier qu’il avait battu pour la 3ème fois, le 2 janvier dernier, l’attendait avec tout son entourage. Ensemble, les deux ténors ont paradé dans les rues de Mbour, devant une foule surexcitée. Le B 52 de Mbour et Yakhya Diop Yékini ont séduit le public de par leur geste, magnifié par des applaudissements. A la sortie de Mbour, Bombardier quitte le convoi et laisse le chef de file de l’écurie Ndakarou continuer sa tournée. L’ambiance a été grande de Ngazobil, à l’entrée de Joal, et la sécurité avait du mal à contenir l’ardeur des  supporters. « Je suis un fils de la Petite côte, et  j’ai beaucoup  de supporters dans les environs. J’ai cultivé de très bonnes relations avec mes sympathisants. Je me défonce à chaque fois pour leur faire plaisir, c’est pourquoi, ils ont hâte de m’accueillir. Et vous avez vu que la foule augmente chaque année », fait savoir un Yakhya Diop Yékini tout satisfait.

« La politique ? Cela ne m’effleure même pas l’esprit… »

Dans sa maison familiale, Yakhya Diop Yékini a tenu un petit point de presse. Ainsi, il est revenu sur les moments forts de sa tournée, mais aussi sur ses projets, et a donné son point de vue sur la vie politique nationale. D’emblée, le triple tombeur de Bombardier a rejeté l’idée de faire de la politique un jour. « Les hommes politiques ne peuvent pas mobiliser un monde », a-t-il déclaré en référence à la foule qui a jalonné son passage. Alors, il s’est voulu très clair : «  je ne fais pas de la politique. Je garde d’ailleurs une grande distance avec les politiciens, même si j’ai quelques amis parmi eux. Je suis un sportif et l’idée de faire de la politique ne m’effleure même pas l’esprit », a-t-il fait savoir.  Yakhya Diop Yékini, a aussi annoncé qu’il avait des projets à Joal, « mais je ne veux pas trop m’aventurer, car les politiciens ont peur. Ils pensent que si je m’investis dans certains domaines, ils seront en danger. Alors que si je décidais de faire de la politique, je viserais autre chose que la mairie de Joal ». Même après sa carrière dans l’arène, Yekini ne songe pas à s’engager en politique. « Je ferai autre chose et dans la plus grande discrétion », a-t-il promis. Concernant son souhait de construire une salle de musculation à Joal, Yakhya Diop Yékini a promis de démarrer les travaux d’ici peu de temps. « Nous avons déjà le matériel, mais il nous faut juste un peu de temps pour réunir tout le nécessaire ».

« Tapha Tine et Elton peuvent devenir de grands champions, vu leur morphologie »

Des espoirs qui pourront, dans quelques années, aspirer au titre de « roi des arènes », il n’en manque pas. Même si le protégé de Katy Diop a du mal à citer des noms, il n’a pas hésité à donner la clé de la réussite. « Je ne veux pas citer de noms de lutteurs, car d’autres pourront mal le prendre. Mais je peux, par contre, donner quelques conseils à la jeune génération. Pour devenir un grand champion dans l’arène, les jeunes lutteurs doivent redoubler d’efforts et consentir beaucoup de sacrifices ». Pressé de questions, Yakhya Diop Yékini, a révélé que Tapha Tine de Baol Mbollo et Elton de l’école de lutte Balla Gaye, ont le profil et la morphologie pour devenir de grands champions. « Les poids lourds se comptent sur les doigts d’une main dans l’arène. Si je ne me trompe pas, il y a Tapha Tine et Elton comme poids lourds. Mais, c’est à croire qu’ils sont un peu en retard par rapport aux lutteurs de leur génération. N’empêche, ils ont tout pour devenir de grands champions, surtout leur morphologie. Mais il leur faudra  travailler dur ». Selon Yekini, des lutteurs comme Lac de Guiers 2, Balla Gaye 2, entre autres, peuvent logiquement prétendre à régner dans l’arène. « Il suffit juste d’y croire pour réussir », leur a-t-il conseillé.

« Mystiquement Manga 2 ne peut rien contre moi… »

A une question sur sa relation avec les anciennes gloires de l’arène, Yakhya Diop Yékini a répondu par une autre question. « Pouvez-vous me citer un nom ? Car votre question est trop vague », a-t-il répliqué. Manga 2, alors, lui précisa-t-on. « Je n’ai aucune relation avec Manga 2. On ne se salue même pas, si l’on se croise. Et cela ne date pas d’aujourd’hui, c’est depuis 1995 lorsque je pratiquais la lutte simple », a-t-il révélé. Selon lui, «  nos problèmes ont débuté lorsqu’il a utilisé à sa guise, quelque chose qui m’était destiné et c’était en 1955. Depuis lors, nous ne nous adressons même pas la parole. Il essaie de me combattre par tous les moyens, mais sans succès. Et mystiquement Manga 2 ne peut rien contre moi, car je suis un sérère bon teint comme lui ». Yakhya Diop Yékini, a tenu à préciser, qu’il n’aime pas parler des gens en leur absence et que n’eût été l’insistance de la presse, il n’aurait jamais cité le nom de Manga 2. D’ailleurs, il n’a pas exclu une éventuelle  réconciliation entre Manga 2 et lui.

Reportage de Absa NDONG

 

En match de la 5e journée du championnat national de Ligue 1 de football disputé hier au stade Demba Diop, le Dakar Université Club et l’Asc HLM ont fait match nul 1-1. Score vierge à la mi-temps : 0-0 Buts : Cheikh Ndiaye (95e) pour le DUC et Alioune Fall (93e) pour HLM

Les équipes : DUC : Ousseynou Ndiaye, Fadel Fall, Diarga Fall, Mansour Badji (Cap), Abdoulaye Touré, Jean Rémi Bocandé, Pape Amadou Mbengue, Dembo Coly puis Youssoupha Koné, Pape Amadou Cissé puis Cheikhal K A Cissé, Cheikh Ndiaye, Souleymane Sadio. Entraineur : Abdou Karim Mané

HLM : Mamadou Ba, Aldiouma Gaye, El Hadj H. Ndiaye, Bakary Coulibaly, Khalifa A. S. Mbengue, Mouhamed F. Fall(Cap), Mohamed Dieye puis Mbaye Dieng, Maguette Diallo puis Mamadou Dieye, Amadou Bathily puis Alioune Fall, Médoune Mbaye, Mamadou Niang. Entraineur : Bassirou Seck

Avertissements : Mansour Badji pour le DUC

Arbitres : Malang Diédhiou assisté par Mamadou Fallilou Thiaré et Gana Dione, tous de la CRA de Dakar.

En ouvrant le score à la 92e minute de jeu par l’intermédiaire de l’attaquant remplaçant Alioune Fall, l’équipe des HLM croyait tenir sa première victoire de la saison. Mais, c’était sans compter avec une équipe estudiantine très déterminée qui ne s’est pas laissé faire. Le temps pour les joueurs adverses de jubiler et de récupérer un joueur blessé dans leur surface à la suite du cafouillage ayant occasionné le but, les hommes de Abdou Karim Mané ont réussi à arracher le point du match nul, dans l’ultime offensive de la rencontre. Sur une tête décroisée de Cheikh Ndiaye qui n’a laissé aucune chance au portier Mamadou Ba. Un fin de match incroyable puisqu’en l’espace de trois minutes, les deux formations ont réussi ce qu’elles n’avaient pu faire pendant plus de 90 minutes. Dans une rencontre très plaisant de la part des protagonistes qui se quittent dos à dos.

Ousseynou POUYE

 

 

Le match amical Sénégal-Guinée aura bel et bien lieu à Dakar le 9 février prochain. C’est du moins ce que croit le président de la Fédération sénégalaise de football. Me Augustin Senghor assure que les modalités de la venue des Guinées sont (presque) réglées. Dans cet entretien qu’il nous a accordé le patron de la FSF revient sur l’organisation de ce match et le choix du Sily national comme adversaire des « Lions », sans manquer d’évoquer le futur du football sénégalais. Entretien.

 

Président, on parle depuis plus d’un mois de la rencontre amicale Sénégal-Guinée. Mais, on ne sait pas avec exactitude si elle aura bien lieu ou non. A l’heure actuelle, que peut-on retenir dans les tractations entres les deux parties ?

 

Ecoutez, à ce niveau, je crois que la question de la tenue ou non du match est dépassée. Il y a un accord de volonté entre les deux parties ; au niveau des modalités également, on s’est entendu sur l’essentiel. Ce qui reste, c’est de prendre les dispositions pratiques des deux côtés pour que le match se tienne. Donc, je vous confirme que le match Sénégal-Guinée se tiendra ici (NDLR : à Dakar) le 9 février.

 

Qu’entendez-vous par dispositions pratiques ?

 

« Dispositions pratiques » veut dire qu’aujourd’hui, le Sénégal s’est engagé à prendre en charge le transport aérien des Guinéens. Il faudra que l’on voie comment mettre à leur disposition les titres de transports pour qu’ils puissent venir. L’autre aspect est relatif à la prise en charge au niveau local et là, en rapport avec le ministère (des Sports) le nécessaire est en train d’être fait.

 

Pouvez-vous nous parler un peu de la raison du choix de la Guinée pour ce match de préparation ?

 

Je dois dire qu’au début, on était en contact avancé avec l’Angola, mais tout nous poussait à privilégier le choix de la Guinée. Parce que, quand on regarde bien la trajectoire de cette équipe, elle est en train de monter en puissance comme le Sénégal, elle a également un public très chaud au Sénégal. Ce qui garantit aussi l’aspect spectacle et une mobilisation populaire. Et enfin, je crois qu’au niveau du style et de la qualité des joueurs, ils sont assez proches de notre adversaire en éliminatoires qui se trouve être le Cameroun. Donc, c’est autant de raisons qui ont fait que notre choix se soit porté sur le pays frère qu’est la Guinée.

 

Parlons un peu de l’équipe nationale. 2010 a été une grande année, comment imaginez-vous 2011 ?

 

J’espère seulement que ce sera une année de confirmation des tendances positives qu’on a notées lors de l’année 2010 avec nos équipes nationales qui, sur le plan international, ont eu à faire des résultats assez satisfaisants dans l’ensemble. Comme je le disais, 2011 sera une année charnière et ça nous permettra, une fois que le renouveau de notre football sera effectif sur le plan international, de confirmer, pourquoi pas en nous qualifiant pour les différentes compétitions, en faisant bonne figure éventuellement, au niveau du Chan (NDLR : Championnat d’Afrique des nations réservée aux joueurs évoluant dans leurs championnats locaux). Et puis, en mettant en avant la possibilité d’aller, pour la première fois, aux Jeux Olympiques avec notre équipe U 23 qui, en termes de potentiels, est assez intéressante quand on voit les joueurs locaux et nos juniors qui viennent de terminer une campagne, mais aussi tous les joueurs professionnels qui ont moins de 23 ans qui font des merveilles dans les différents championnats européens.

Recueillis par Wahany Johnson SAMBOU

 

 

 

Pour donner le coup d’envoi des demi-finales de la 9ème CAN des moins de 17 ans de foot qui se dispute depuis plus d’une semaine au Rwanda, les « Etalons » cadets font face aujourd’hui aux « Eléphanteaux » de Côte d’Ivoire au stade Amahoro de Kigali. Les jeunes Burkinabés avaient créé une petite sensation en terminant en tête du Groupe A, au terme des rencontres de poule, brûlant la politesse au Rwanda local 2ème, et à l’Egypte et au Sénégal renvoyés chez eux. Les Ivoiriens, eux, se sont contentés de la 2ème place de leur Groupe B, derrière le Congo.

C’est ainsi que les deux équipes ouest africaines, rescapées du premier tour, s’expliqueront pour une place en finale. Demain, sur le même stade, l’autre demi-finale mettra aux prises le Congo et le Rwanda. A noter que toutes ces 4 équipes demi-finalistes sont d’ores et déjà qualifiées pour le Mondial des cadets prévus en juin et juillet 2011 au Mexique.

 

 

 

Demba Bâ connaitra des semaines difficiles et des nuits plus longues que ses soirées arrosées de ces dernières années. Prince de Hoffenheim il y a deux ans, l’international sénégalais est devenu un banni appelé à flâner dans les tribunes pour se faire plaisir. 24 heures après son transfert avorté à Stoke City, le buteur sénégalais de Hoffenheim est déclaré persona non grata par les dirigeants du club allemand qui n’ont pas digéré le comportement peu exemplaire du joueur dans ses envies de quitter le club. Un vrai cauchemar pour le natif de Sèvres dont la carrière s’écrit désormais en pointillés.

Il était pourtant sur le point de réaliser son rêve. Mais, la vie n’est pas toujours ce que l’on voudrait qu’elle soit. Parfois, elle joue de bien mauvais tours dont beaucoup mettent du temps à se relever. Pour Demba Bâ, on attend la réaction qui découlera de ces semaines de malheur qui vont suivre la nouvelle tempête déclenchée dimanche par une soit disant, visite médicale avortée, alors que le l’attaquant sénégalais de Hoffenheim devait rejoindre le club anglais de Stoke City. « Nous renonçons à le faire signer à titre définitif », a expliqué Tony Scholes, manager général de Stoke, à l’issue de la visite médicale avortée du buteur sénégalais dont la vie et la suite de la carrière dépendaient fortement de ce transfert après des semaines de bras de fer avec son club.

 

Les examens médicaux auraient en effet révélé un « problème à une de ses jambes », qui compromettent les chances du joueur de voir son rêve d’évoluer en Premier League. Demba Bâ peut néanmoins regarder devant avec un mince espoir de fouler le Britannia Stadium, l’entraîneur des Potters ayant déclaré que « le transfert n’était pas complètement mort » et qu’il espérait toujours « trouver une issue à ce problème ». Des propos qui laissent donc entrevoir la possibilité d’un prêt après les « problèmes » de santé décelés par les tests médicaux. West Ham, où le buteur sénégalais était attendu, reste à l’affût pour enrôler l’ancien buteur de Mouscron (D 1 belge). Mais, le club anglais prendra-t-il le risque de faire signer un joueur dont l’état de santé ne serait pas des plus parfaits pour le haut niveau ? Quelle nouvelle destination pour le joueur formé à Rouen ?

Le nouveau chapitre de la vie de Demba Bâ n’est plus qu’interrogations et inquiétudes pour le joueur qui n’a jamais caché ses envies d’ailleurs depuis la fin de la première partie de la saison en Bundesliga. La situation est devenue d’autant plus compliquée pour l’attaquant des « Lions » du Sénégal, que son club d’origine ne souhaite plus le voir rentrer à la maison. Comme il y a quelques jours, l’entraîneur du club allemand a encore réitéré ses propos sur l’avenir du natif de Sèvres à Hoffenheim.

« Notre but est de conclure un transfert pour lui d'ici la fin du mercato… Nous sommes aussi certains que Demba ne rejouera pas avec nous… S’il devait revenir à Hoffenheim, il pourra s'entraîner, mais il suivra les matches des tribunes », a indiqué le manager général, Ernst Tanner, convaincu que « l’échec de la visite médicale n’est qu’un élément du spectacle autour du transfert de Demba ».

L’international sénégalais, auteur de six buts en 17 matches de championnat, paie donc cash ses envies de changer d’air qui l’ont poussé à aller au clash avec ses dirigeants pour quitter la Bundesliga. Le joueur de 25 ans avait même refusé de se rendre en Espagne où Hoffenheim devait effectuer un stage pendant la trêve hivernale. Comme explication, l’attaquant sénégalais avait alors donné comme raison que « le club m'avait donné le feu vert pour partir à certaines conditions, qui ont été rencontrées. J'espère maintenant que cette promesse va être tenue ». La promesse a été bien tenue malgré tout. Mais le destin en a décidé autrement. L’espoir n’est pas pour autant mort.

Wahany Johnson SAMBOU

La capitale du Rail accueille à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’au 22 janvier prochain, au stade Lat Dior, le tournoi de handball de la Zone 2. Quatre pays ont fait le déplacement de Thiès pour se disputer le seul ticket qui mène à Maputo. Du côté sénégalais, le mot d’ordre est de s’imposer pour bien démarrer le redressement de la discipline.

Pour le tournoi de la Zone 2 de la Confédération africaine de handball qualificatif pour les prochains Jeux africains, les Sénégalais, aussi bien chez les filles que chez les garçons, visent la première place. En conférence de presse mercredi dernier, le président de la fédération sénégalaise de handball l’a clairement bien exprimé : il faut « qualifier les garçons et les filles pour qu’ensemble les deux équipes sénégalaises aillent représenter la Zone 2 aux Jeux africains de Maputo ». Le premier responsable du handball national veut également faire de cette compétition sous-régionale, le premier acte de la reconstruction de la discipline au Sénégal. Pour ce faire, les représentants sénégalais doivent être au-dessus de tous leurs concurrents en hommes (Cap-Vert, Guinée et Mauritanie) et en dames (Cap-Vert, Guinée et Mali). Des adversaires à la portée des représentants locaux qui accueillent leurs pairs du voisinage immédiat, quelques neuf mois après que leurs cadets en avaient fait de même avec leurs homologues africains pour les JOJ de Singapour 2010. Ce tournoi est également le premier test pour les nouveaux staffs à la tête des équipes sénégalaises. Ainsi, Frank Bulleux, qui est en charge des garçons et Souleymane Dia qui a comme mission de redresser la barre chez les filles, sont en route pour leurs premiers challenges. Le dernier nommé a même fait appel à un groupe de seize handballeuses composé en grande majorité d’expatriées (10 venant de France et une ‘‘Italienne’’) et de cinq pensionnaires du championnat local. Son compère en charge des garçons a également constitué un effectif à large base d'expatriés. Le président Seydou Diouf avait « personnellement appelé » tous ces expatriés afin qu’ils participent au redressement du handball sénégalais. Et donc pour le tournoi de Thiès, les « Lions » et les « Lionnes » auront en tête une participation aux Jeux africains prévus en septembre prochain au Mozambique, où seules les équipes classées première en hommes et en dames seront invitées.

Le premier test des nouveaux staffs à la tête des équipes nationales est également la première pierre de l’édification du nouveau handball sénégalais. Déjà l’an dernier, les jeunes handballeuses cadettes avaient réussi à se hisser en finale du Challenge Trophy à Bamako, dans le tournoi qui mettait aux prises les petites catégories de la Zone 2. Pour la présente compétition, il s’agira pour leurs aînés de faire mieux en remportant les trophées et se procurer du coup, les tickets pour les Jeux africains de Maputo.

Ousseynou POUYE

Last modified on vendredi, 19 août 2016 15:37

Deux galas de lutte traditionnelle ont été disputés le week-end dernier, aux arènes Adrien Senghor de Grand-Yoff pour le compte des 13ème et 14ème journées de cette saison. Ces deux compétitions ont été remportées par Ndiol Ansou, qui réalise ainsi le premier doublé de cette saison et Ngane Seck qui en est à son premier trophée cette année.

Après avoir remporté son premier trophée de la saison, il y a plus d’une semaine, aux arènes Adrien Senghor, Ndiol Ansou Ndour a remis ça samedi dernier, à l’occasion de la 13ème journée. Sur les 24 lutteurs qui ont pris activement part à cette compétition organisée par les ressortissants du village de Thiombi (Fatick), il a été le plus méritant pour avoir pris le dessus sur tous ses adversaires. Ce gala de lutte a pourtant été très relevé avec notamment la présence de gros calibres dont Soulèye Babou dit Mône 1 et l’ancien champion du Sénégal dans la catégorie des poids légers, Saliou Pouye.

Pendant plusieurs tours d’horloge, le nombreux public qui a pris d’assaut le temple de la lutte traditionnelle, a eu droit à de chaudes empoignades. Au terme des éliminatoires qui ont tenu toutes leurs promesses, les amateurs se sont vu proposer des affiches de rêve pour les demi-finales. Ainsi Ndiol Ansou, le futur vainqueur de cette compétition croisait le fer avec Soulèye Babou dans la première affiche, tandis que dans l’autre, Elage Faye faisait face à Saliou Pouye.

A l’arrivée, Ansou (Joal-Fadiouth) et Saliou Pouye (Ponto Mbour) ont eu le dernier mot sur leurs adversaires respectifs. En finale, le « Joalien » a pris le dessus sur l’ancien champion du Sénégal dans la catégorie des poids légers empochant du coup la somme de 240.000Fcfa  contre 120.000Fcfa pour le malheureux finaliste. En remportant ce trophée, Ndiol Ansou réalise en même temps le premier doublé de cette saison.

Le deuxième gala de lutte traditionnelle qui a eu lieu ce week-end aux arènes Adrien Senghor a été à l’initiative de la promotrice Louise Senghor qui organisait la deuxième édition du drapeau El Hadj Ousseynou Diouf doté d’une mise de 500.000Fcfa. Cette fois-ci, c’est Ngane Seck qui a créé la sensation en faisant le vide autour de lui. Il a battu en finale Soulèye Babou qui court toujours après son premier sacre de la saison aux arènes Adrien Senghor. Pour avoir remporté cette compétition, Ngane Seck a empoché la somme de 300.000Fcfa contre 150.000Fcfa pour sa victime en finale. Pour leur part, Omar Ndiaye et le vétéran Samba Ndeleng ont reçu 25.000Fcfa.

Diégane SARR

 

Résultats et classement 5e journée :

CSS-As Douanes 0-0 ; Dahra-As Pikine 0-2 ; Yakaar-JA 0-0 ; US Gorée-Linguère 2-0; US Ouakam-Touré Kunda 2-1 ; GFC-Diaraf 0-0; Casa Sports-Niary Tally 1-0 ; DUC-HLM 1-1

 

EQUIPES

PTS

J

G

N

P

M

E

Diff.

1

USO

13

5

4

1

0

5

1

+4

2

CASA SPORTS

10

4

3

1

0

4

0

+4

3

PIKINE

9

5

2

2

0

3

0

+3

4

YAKAAR

8

5

2

3

1

4

2

+2

5

NIARY TALLY

8

5

2

2

1

3

2

+1

6

TOURE KUNDA

7

5

2

1

2

7

6

+1

7

GFC

7

5

1

4

0

2

1

+1

8

CSS

6

5

1

3

1

1

1

0

9

DUC

5

5

1

2

2

4

4

0

10

GOREE

5

5

0

2

2

3

3

0

11

HLM

4

5

0

4

1

3

4

-1

12

DIARAF

4

5

0

4

1

2

3

-1

13

LINGUERE

3

4

0

3

1

4

6

-2

14

DOUANES

3

5

0

3

2

1

3

-2

15

JA

3

5

0

3

2

1

5

-4

16

DAHRA

2

5

0

2

3

2

8

-6

 

Meilleurs buteurs :

4 buts : Mamadou Thiam (Touré Kunda) ; 3 buts : Pape Jean Koukpaki (USO +2) ; 2 buts : Serigne Sène Ndiouck (Linguère), Moussa Konaté (Touré Kunda), Aloïse Thiaw (Casa Sports), Aliou Coly  (Casa Sports +1), Mouhamed Rémi Gomis (Linguère), Séga Diop (Yakaar)

Seul Sénégalais engagé dans le rallye Dakar 2011 qui s’est achevé dimanche à Buenos Aires, le motard Mame Less Diallo (KTM n°136) a fait « un excellent Dakar », selon une source proche de l’épreuve. Malheureusement, le recordman africain au nombre de participations à cette compétition n’a pu aller au bout de l’aventure. A trois jours de l’arrivée de la boucle dans la capitale argentine, Mame Less Diallo a chuté et s’est cassé le poignet.

Pour son 12ème Dakar et son deuxième d’affilée en Amérique latine, le célèbre motard sénégalais du Team Africa a donc joué de malchance. Comme l’année dernière où il avait dû abandonner dès la troisième étape. C’est à croire que l’Argentine et le Chili ne lui réussissent pas…

A rappeler que le Dakar 2011 a été enlevé en motos par l’Espagnol Marc Coma pour la 3ème fois (après 2006 et 2009) et en autos par le Qatari Nasser Al-Attiyah (VW) pour une grande première.

 

 

Avec la création de l’institut sénégalais de plongée sous-marine (Ispsm), le Sénégal devrait être le premier pays africain, voire mondial, à obtenir des résultats concrets auprès de sa population par la mise à disposition directe de moyens de constat de la dégradation de l’environnement. Tel est l’avis de M. Amadou Moctar Mbaye, maître nageur, initiateur et promoteur de l’Ispsm qui a été nommé récemment par le chef de l’Etat à la tête de cet Institut. Une structure à vocation sous-régionale (Mauritanie, Gambie, Guinée Bissau, Cap-Vert...) avec une compétence transversale qui devrait donner aux futurs moniteurs la dimension panafricaine de la protection des ressources halieutiques.

 

Sa mission sera également de développer la plongée sous-marine dans les écoles, les universités ainsi que chez les populations locales pour une meilleure sensibilisation sur la protection de l’environnement côtier et marin. Activité sportive, mais aussi économique, la plongée sous-marine devrait être également enseignée dans les clubs pour les encourager à avoir des sélections. Le projet a déjà été ficelé pour Gorée, à l’ancienne Université des Mutants. Mais l’ambition est de l’étendre progressivement à d’autres centres secondaires de plongée dans les différentes localités du pays.

 

« Des bailleurs de fonds sont prêts à le financer. Nous voulons également envoyer des adeptes, par le biais de la plongée sous marine, effectuer la nage avec palme, le hockey subaquatique, l’apnée ; ce sont des disciplines pour lesquelles on pourrait participer aux JO », a indiqué Amadou Moctar Mbaye. Cependant, il a souligné que pour pouvoir plonger, il faut savoir nager. Dans ce cadre, il a déclaré que l’Institut va collaborer avec la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage pour la formation en natation, mais également avec la Fédération sénégalaise de pêche sportive pour l’aménagement des côtes en grands récifs artificiels pour le repeuplement des poissons.

 

 

Et certains ressortissants des diverses collectivités locales, recrutés et formés comme moniteurs de plongée à l’Institut, seront des relais sportifs, professionnels, culturels et linguistiques, réduisant ainsi les barrières administratives et géographiques par rapport aux grands centres urbains comme Dakar et les capitales régionales. « Le plan de formation des moniteurs est réparti sur 5 ans. L’institut de Gorée accueillera 50 élèves en internat : 30 seront Sénégalais et les 20 autres viendront de pays africains en commençant par les pays limitrophes » a indiqué M. Mbaye.

 

C F KEITA

Last modified on mardi, 30 août 2016 13:46

La deuxième partie du championnat national débute comme la première partie avait terminé pour Diambars. Les champions du Sénégal en titre continuent leur razzia alors qu’en D2, Guépar cède la 1ère place à Yeumbeul.

Après avoir bouclé la phase Aller du championnat national avec un sans faute (30 points sur 30 possibles), l’équipe des Diambars ouvre la dernière ligne droite de la saison par une victoire contre les S'en Fout le Score (24 à 3). Les vainqueurs ont obtenu quatre essais, 2 transformations et un bonus offensif contre une pénalité pour les vaincus. Avec cette septième victoire d’affilée en sept matches, l’équipe entraînée par Adama Bakhoum prend le large, même si sa dauphine, la formation des Pompiers s’accroche toujours grâce à sa victoire sur l’Asfa dans le duel entre frères d’armes.

Battus lors de la précédente journée par Diambars, les Pompiers se sont ressaisis à l’occasion de ce tour en venant à bout des champions de D2 en 2010 sur la marque de 25 à 6 (quatre essais, une transformation, une pénalité et un bonus offensif pour les Pompiers contre deux pénalités pour l’Asfa). Avec cette victoire, les Pompiers consolident leur deuxième place derrière Diambars avec 28 points contre 35 pour les leaders. En troisième position, arrive l’équipe des Tigres du Bima qui, malgré sa défaite face aux Requins dans la dernière rencontre de cette journée (13-17) garde sa position (avec 19 points) devant son bourreau. Les Sicapois restent 4èmes avec 14 points en dépit de leur victoire, mais réduisent l’écart qui les sépare de leur victime du jour.

En D2, le premier fauteuil change d’occupant avec la prise de pouvoir des Aigles de Yeumbeul à la double faveur de leur victoire face à la Renaissance de Yoff (29 à 3) et de la défaite de l’Entente Guédiawaye Parcelles assainies (Guépar) contre le Fass Rc (8 à 6). Cette défaite confine Guépar à la 2ème place avec 17 unités devant Yoff qui stagne à la troisième marche du podium avec 10 points au compteur. Avec ce 2ème de la saison, le Fass Rc revient à la hauteur de Yoff avec 10 points, mais reste 4ème place du fait d’une différence de buts défavorable.

A l’occasion de la reprise, les formations des Caïmans (D1) et de Pikine (D2) étaient au repos. Pour rappel, la dernière rencontre de cette phase aller de première division qui doit opposer les Caïmans à l’Asfa qui n'avait pu se jouer en fin d'année 2010 a été programmée par la commission d’organisation de la Fsr pour  le vendredi 28 janvier prochain à 19h30 au stade Iba Mar Diop.

Ousseynou POUYE

RÉSULTATS :

8e tour de la D1 : S'en Fout le Score-Diambars 3-24 ; Asfa-Pompiers 6-25 ; Tigres-Requins 13-17;  

6e journée de la D2 : Fass Rc-Guépar 8-6 ;  Yoff-Yeumbeul 3-29 

 

Les inconditionnels de la lutte avec frappe se sont bien régalés avant-hier, au stadium Iba Mar Diop à l’occasion de la première édition du drapeau Abdourahmane Dabo,  organisée par Tiger Productions que dirige l’ancien lutteur Moustapha Guèye. Quatre combats de lutte ont été disputés dont le choc tant attendu entre Sa Cadior 2 et Saloum-Saloum. Un face-à-face qui a finalement plaidé en faveur du poulain de Mor Fadam à l’issue de 4 mn de corps à corps.

Saloum-Saloum, « borom kourou baye fall » a été méconnaissable samedi, lors de son face-à-face contre Sa Cadior 2.  Face au poulain de Mor Fadam, le sociétaire de l’écurie Lansar n’a vu que du feu. Dès l’entame de la partie, les deux lutteurs optent pour une confrontation rapprochée ; ce qui laissait présager d'un combat très rapide.

Et c’est le pensionnaire de l’école de lutte Mor Fadam qui ouvre les hostilités en envoyant quelques crochets gauches à son adversaire qui, contre toute attente bat en retraite. Après quelques minutes marquées par des calculs tactiques et peu d’initiatives des deux côtés, Sa Cadior 2 passe à la vitesse supérieure et parvient à imposer le corps à corps à son vis-à-vis. Fort de sa fraicheur et de sa puissance physique, il tente de contrebalancer Saloum Saloum en mettant à profit sa force, mais ce dernier résiste. Le poulain de Mor Fadam parvient finalement à mettre son adversaire dans une posture défavorable, au terme de plusieurs tentatives.

Le reste de la partie n’a été qu’une formalité pour le lutteur de Guédiawaye qui n’avait plus qu’à imposer sa puissance physique à son adversaire qui s’est retrouvé le séant au sol. Une chute que le sociétaire de l’écurie Sakku Xam Xam a vite contestée avant de se raviser après avoir visionné la cassette devant le plateau de la 2Stv. Pour Sa Cadior 2, la victoire sur Saloum-Saloum, un sacré client qui traîne par ailleurs une réputation de bagarreur hors pair, constitue sans nul doute, une très grande opération. Ce qui n’est pas le cas pour sa victime pour qui cette défaite, la 10ème de sa carrière, représente une énorme contreperformance. Saloum-Saloum a fait sensation l’année passée lors du Claf, en terrassant Garga Mbossé, Aliou Mané et Assurance et en allant jusqu’en demi-finale.

Des levers de rideaux  très disputés

Avant le combat entre Saloum-Saloum et Sa Cadior, les amateurs ont eu droit à des levers de rideaux très disputés. Lors du premier combat, Nguissaly des Tigres, a pris le dessus sur Robot de Diacksao, sur décision médicale, après l’avoir envoyé à deux reprises chez Ardo. La deuxième confrontation qui mettait aux prises Bara Ndiaye de l’écurie Fass à Tapha Tine 2 de Thiaroye, bien que déséquilibrée a également répondu à toutes les attentes du public, avec notamment beaucoup d’engagement de part et d’autre.

Le poulain de Tapha Guèye a finalement eu le dernier mot, en mettant à contribution sa puissance physique pour triompher du lutteur de Thiaroye. A l’image de la deuxième affiche, le dernier combat des levers de rideau qui opposait Canadien de l’écurie Fass et Ndiaga Sarr de l’école de lutte Mor Fadam a mis aux prises des forces disproportionnées. Côté gabarit Ndiaga Sarr est de loin mieux loti que le Fassois. Il n’empêche, le corps à corps entre les deux jeunes lutteurs a été rude. Cependant cette affiche a finalement tourné à l’avantage du sociétaire de l’école de lutte Mor Fadam qui a essentiellement misé sur sa force pour se défaire du protégé de Tapha Guèye.

Lors de ce gala de lutte, la violence a encore fait parler d’elle. Après la défaite de Saloum-Saloum, des supporters mécontents ont jeté des pierres dans l’enceinte du stadium et un journaliste a ainsi a été blessé.

Diégane SARR

Ils étaient attendus en ce début d’année, ils ont confirmé. Moussa Sow et Papiss Cissé ont profité de la reprise pour ajouter des banderilles à leurs compteurs. Avec 15 buts chacun, Sow et Cissé, auteur d’un doublé, sont respectivement meilleurs buteurs de la Ligue 1 et de la Bundesliga.

Si Lille réalise actuellement une saison pleine, c’est avant tout à son attaquant sénégalais qu’il le doit. La force de percussion de Moussa Sow, son sens du but, sa vision du jeu, sa finesse technique font de lui l’un des principaux artisans du joli parcours des Dogues. Comme pour le début de la saison, Moussa Sow a entamé l’année 2011 de la meilleure des manières. Absent la semaine dernière à Forbach en Coupe de France (3-1), l’ancien Rennais a retrouvé la compétition samedi, face à Nice battu 2 à 0. Et le goléador Lillois a démarré les phases retour sur les mêmes bases qu’il y a cinq mois. Intenable depuis le début de la saison, Moussa Sow a fait le break à la 50e minute. Rien de mieux pour se mettre en confiance avant le match en retard à jouer après-demain, mercredi, contre Nancy.

Meilleur buteur de Ligue 1 à la trêve, Sow a été samedi à l’origine d’un tir imparable, inscrivant par la même occasion son 15e but de la saison en championnat, consolidant ainsi sa position de meilleur buteur. Avec cette victoire, les Dogues, invaincus depuis la 10e journée (5 victoires, 3 nuls), conservent leur place de leader de la Ligue 1. Il ne reste aujourd’hui à Moussa Sow qu’à inscrire une première ligne sur un palmarès encore vierge. Et 2011 pourrait bien lui en donner l’occasion.

Doublé

Papiss Cissé est décidément au sommet de son art. Il a démarré la deuxième partie de la saison en réussissant un doublé lors de déplacement de son équipe sur la pelouse de Sankt Pauli (2-2). Depuis qu’il est arrivé à Fribourg, l’ancien Messin, qui a gagné ses galons de titulaire au sein du club est sur une pente ascendante. Mieux, il a prouvé au fil des matches qu’il n’était plus un espoir, mais bien l’atout principal de cette équipe. Avec talent, l’attaquant sénégalais a embrasé les stades et guidé sa formation vers les succès.

Une trajectoire qui fait de lui cette saison l’un des tout meilleurs avants-centres de la Bundesliga. Dans la continuité de ses dernières sorties en 2010, le Sénégalais a tout simplement été énorme samedi, malgré le nul (2-2) concédé par son équipe. Cissé a d’abord montré la voie de l’espoir en égalisant à la 61e minute alors que son équipe était menée 1 à 0. Cissé va égaliser une seconde fois et renvoyer les deux équipes dos-à-dos (2-2) à la 75e minute. Avec ce doublé, Papiss Cissé, qui comptabilise désormais 15 buts, reprend la tête du classement des buteurs et peut, d’ores et déjà, entrevoir cette deuxième partie de la saison qui risque d’être palpitante.

 

 

 

Samba Oumar FALL

 

 

 

KIGALI (Rwanda) - La 9è édition de la CAN des Cadets a livré ce week-end le tableau des demi-finales : Burkina-Congo et Côte d’Ivoire-Rwanda. Dès demain donc, place à la première demi-finale entre le Burkina Faso et le Congo. La deuxième demi-finale se disputera mercredi entre Ivoiriens et Rwandais. Les quatre équipes sont ainsi qualifiées du coup pour la prochaine Coupe du monde des moins de 17 ans, prévue au Mexique du 18 juin au 10 juillet 2011 ?

Dans les vestiaires des Etalons cadets, en fin de match, l’enthousiasme est total. Les jeunes joueurs, bidons d’eau en main, sautillent, chantent, crient et arrosent littéralement leur entraîneur, Rui Viera, qui ne pouvait que prendre cette douche obligatoire. Dehors, sur le gazon du stade régional de Kigali, les Pharaons sont abattus. L’image est triste pour les supporters égyptiens. Les Pharaons viennent d’être boutés hors de la compétition par des jeunes Etalons qui ont galopé de façon admirable : 4 buts inscrits contre zéro d'encaissé.

C’est d’abord le frêle et technique Burkinabé, Bertrand Traoré, qui ouvre le score du pied gauche à la 39ème mn. C’est la joie dans les rangs des supporters burkinabés subitement grossis à l’occasion de ce match. La pause va intervenir sur cette marque. L’artillerie burkinabé de retour des vestiaires prend l’option de ne pas viser le nul qui les qualifiait. Ils avaient tellement l’appétit des buts que Zaniou Sana, profitant de la bourde du défenseur égyptien Ahmed Sarwat, à la 50ème mn, hérite d’un ballon en or et trompe le portier Ibrahim Hassan. C’est le 2ème but burkinabé (le 3ème du joueur dans cette compétition). Dès lors, les héritiers de Hossam Hassam sont dans le désarroi, à commencer par le banc de touche.

Pendant ce temps, les Etalons déroulent admirablement leur jeu offensif, tout en jouant efficacement la défense en ligne qui mettait régulièrement les attaquants égyptiens en position de hors jeu. Dans cette confiance d’un grand jour, Bertrand Traoré lance Patrice Zoungrana qui trouve le pied magique de Fayçal Ouédraogo pour l’inscription du 3ème but. On joue  la 65ème mn. Les Burkinabés sont aux anges. Les Egyptiens sont l’anxiété. Pas de pitié pour les Pharaons ! Les Etalons galopent et violent les filets égyptiens pour la 4ème fois, à la 74ème mn. Là, le jeune Bertrand qui ne s’était pas encore illustré depuis le début de cette CAN, prend la responsabilité de se faire valoir : des dribbles à succession devant des défenseurs égyptiens aux abois, puis, une balle soigneusement rangée dans les buts du pauvre Hassan. C’est le doublé de Bertrand Isidore Traoré dans cette partie ! La messe est dite : 4 à 0 ! Extase ! Victoire éclatante ! Brillante qualification ! Et comme le bonheur ne vient jamais seul, les Etalons cadets, non contents de se qualifier, se classent leader du groupe A où le Rwanda s’est laissé surprendre le Sénégal sur le score de 1 but à 0. A égalité de points (6 points), les Etalons devancent les Rwandais au goal différentiel  (+4 contre +1).

Au même moment, les Lionceaux du Sénégal réussissaient la victoire de l’honneur sur l’autre stade, Amahoro stadium de Kigali contre le pays organisateur (1-0). Cette victoire sénégalaise permet au Burkina Faso de se classer premier du groupe à égalité de points (6 points) avec le Rwanda qui est pénalisé par un goal différentiel moindre ( +1 contre +4 pour le Burkina).  Il fallait donc attendre les derniers matches du groupe B pour être situés sur les oppositions des demi-finales. La lutte pour la première place était serrée entre la Côte d’Ivoire et le Congo. La Côte d’Ivoire bat la détentrice du trophée, la Gambie (4-1) et le Congo s’impose devant le Mali (2-1). La Côte d’Ivoire et le Congo sont donc qualifiés à égalité de points (7 points) comme dans le groupe A, et à égalité aussi au niveau du goal différentiel (+4) pour chacun ; mais la première place revient aux Eléphanteaux grâce au nombre de buts marqués (8 contre 7 pour le Congo). Les éliminés ont pour noms : Sénégal, Egypte, Mali et Gambie

Première pour Gorée, nouvelle chute de Touré Kound

Cette 5èm journée du championnat pro de ligue 1 a été celle des « premières » pour certaines équipes. Gorée qui gagne enfin, mettant unterme à une série de contre-performances, la Linguère et Niarry Tally qui chutent pour la première fois et l’Uso qui confirme sa bonne santé devant Touré Kounda qui aligne sa deuxième défaite de série. Tels sont les faits marquants de cette 5ème journée qui permet à l’Uso de consolider sa première place de leader, alors que le Casa Sports se rapproche de même que l’As Pikine. Inquiétudes aussi du côté du Diaraf, de la Ja et de la Douane tous trois tenus en échec, alors que le promu Dahra continue sa descente aux enfers. La dernière rencontre de cette 5ème journée se disputera cet après-midi à Demba Diop, à 18h, entre le Duc et les Hlm

Les résultats enregistré

Dahra-As Pikine : 0-2, Css-Douane : 0-0, Yakaar-Ja : 0-0, Gfc-Diaraf : 0-0, Casa Sports-Niarry Tally : 1-0, Gorée-Linguère: 2-0, Uso-Touré Kounda : 2-1. Cet après-midi à 18h à Demba Diop: Duc-Hlm.

ASC YAKAAR- JEANNE D’ARC (0 – 0) : Un nul au goût amer pour les Rufisquois

Samedi dernier à Ngalandou Diouf, les Rufisquois de Yakaar ont vu la victoire leur filer sous la barbe devant la Jeanne d’Arc. Ce match comptant pour la cinquième journée de ligue pro a été âprement disputé dès les premières minutes. Face à des « Bleu et blanc », plus grands et plus physiques, les poulains de Momar Thioune ont dû faire de la résistance. De bout en bout d’ailleurs. La « Vieille dame » ne s’est pourtant procuré aucune occasion de but digne de ce nom devant la cage de Yakaar. Idem pour les Rufisquois en première mi-temps. C’est surtout après la pause qu’on a noté de vraies occasions ; notamment à la 84ème mn, sur un coup franc en faveur de Yakaar. Séga Diop sert El Hadj Ousmane Diallo qui, nez à nez face au gardien de la Jeanne d’Arc, met la balle au-dessus des buts. Auparavant, la défense de la Jeanne d’Arc avait commis une faute de main qui a échappé à la vigilance des arbitres.

Ce qui occasionnera quelques huées du public à la fin de la rencontre en direction des « maîtres du jeu ». Le match finit ainsi par un nul vierge. Mais Yakaar a réellement manqué de chance.

Maguette NDON

Gfc-Diaraf 0-0

Un nul qui satisfait tout le monde

En match comptant pour la cinquième journée du championnat et joué au stade Amadou Barry, le Gfc a fait nul  avec le Diaraf. Avertissement : Mouhamadou Dieng 55 mn pour Gfc Arbitres : Dame Diagne (Cra Kaolack) assisté de Moussa Diakhaté et Insa Sagna.

Les équipes : Gfc : Abdoulaye Ndiaye, Mor Ndiaye, Abdoulaye Dieng, El Hadji Ndiogou Guèye,  Souleymane Sané, Mouhamadou Dieng (puis Pape Amadou Gassama 80mn), Moustapha Mendy, Abdou Guèye (Cap), El Hadji Pape Sèye Diallo, Ousmane Biaye (puis Seyni Fall 50mn), Adama Kanté (Gorgui Assane Diouf 87 mn). Entraîneur : Alassane Dia

Diaraf : Khadim Diop, Bocar Demba Fall, Abdou Chaffi Sow, Mor Soumaré, Pape Amadou Touré, Dominique Gomis, Issa Sarr, Ismaëla Niang (Cap), Ibrahima Ndoye, Pape Macou Sarr, Pape Sané (puis Eric Traoré 81 mn). Entraîneur : Lamine Dieng

Lamine Dieng l’entraîneur du Diaraf, peut nourrir quelques regrets, lui dont l’équipe a presque dominé toute la rencontre, mais n’a pu avoir une occasion franche de mener au score. Il peut également s’estimer heureux vu que le lob de l’attaquant de Guédiawaye, Moustapha Mendy, à la 80ème minute, s’est écrasé sur la barre transversale de Khadim Diop, alors que tout le monde voyait la balle au fond des filets. Mais, dans l’ensemble, l’équipe de la Médina a fait preuve d’une bonne maîtrise dans le jeu. Tandis que Guédiawaye a peiné dans la relance avec une défense assez fébrile. Mais pour Alassane Dia, les deux équipes « ont le même style de jeu et une tactique identique, ce qui fait la différence, c’est l’expérience du haut niveau et la technique individuelle des joueurs ». Le système mis en place par le Gfc était simple, selon son coach, « faire tout pour que nos ailiers, sous la pression du Diaraf, ne se muent  jamais en latéraux, car il fallait qu’ils aient un certain apport offensif ».

A.M. NDAW

Casa Sports – Niarry Tally : 1 – 0

La différence en première mi-temps

En match comptant pour la 5ème journée du championnat national de L1 de foot, le Casa Sports a battu Niarry Tally par 1 but à 0, hier au stade Aline Sitoë Diatta de Ziguinchor. Temps chaud, public nombreux, pelouse en bon état, arbitrage correct.

Les équipes : Casa sports : Moussa Soukouna, Mame Saër Thioune, Pierre Coly, Abdoulaye Diallo, Mamadou Kidiéra, Stéphane Badji, Assane Dramé, Abdou Sagna, Aloïse Thiaw, Aliou Coly, Yaya Sonko. Entraîneur : Demba Ramata Ndiaye.

Niary Tally : Cheikh Thioub, Ass Mandaw Sy (puis Mamadou Diop), Djiby Diaw Tiréra, Alioune Cissé, Pape Abdoulaye Diakité, Augustin Ndiaye ( puis, Pape Youssouph Badji), Yoro Lamine Ly, El hadji Diop, El hadji Ndiassé Thiaw (puis Abdoulaye Badiane), Mamadou Ndiaye (puis Mohamed Diop) Coach : Moustapha Seck.

Arbitres : Daouda Guèye, assisté de Victor Dieng et Amadou Konté (tous de la CRA de Thiès.)

Le Casa Sports a été plus entreprenant dans ce match, prenant les initiatives d’entrée de jeu certes, beaucoup de ses actions ont été annihilées par la défense adverse ou le portier, mais l’option offensive a fini par payer. Suite à un corner, la balle parvient à Aliou Coly qui la prolonge tout bonnement dans les buts de Niary Tally (30ème mn). A la  reprise, l’équipe visiteuse s’est révélée plus convaincante, avec l’entrée en jeu de Mamadou Diop puis d’Abdoulaye Badiane qui l’ont tonifiée. Elle s’employa donc à revenir au score, en se battant dans tous les compartiments de jeu, se payant même quelques face-à-face avec le goal du Casa Sport, Moussa Soukouna, sans pouvoir concrétiser.

Reconnaissant la suprématie du Casa Sports sur son équipe hier, l’entraîneur de Niary Tally, Moustapha Seck, a promis après la rencontre que les enseignements seront tirés. Selon lui, l’objectif cette saison est de faire partir des 5 premiers du championnat de Ligue 1, et de gagner une coupe, au moins. Quant au coach Demba Ramata Ndiaye et au président du club sudiste Nouha Cissé, ils se sont réjouis de cette victoire de leur équipe, encourageant leurs joueurs à poursuivre sur cette lancée.

Moussa SADIO

Ils étaient attendus en ce début d’année, ils ont confirmé. Moussa Sow et Papiss Cissé ont profité de la reprise pour ajouter des banderilles à leurs compteurs. Avec 15 buts chacun, Sow et Cissé, auteur d’un doublé, sont respectivement meilleurs buteurs de la Ligue 1 et de la Bundesliga.

Si Lille réalise actuellement une saison pleine, c’est avant tout à son attaquant sénégalais qu’il le doit. La force de percussion de Moussa Sow, son sens du but, sa vision du jeu, sa finesse technique font de lui l’un des principaux artisans du joli parcours des Dogues. Comme pour le début de la saison, Moussa Sow a entamé l’année 2011 de la meilleure des manières. Absent la semaine dernière à Forbach en Coupe de France (3-1), l’ancien Rennais a retrouvé la compétition samedi, face à Nice battu 2 à 0. Et le goléador Lillois a démarré les phases retour sur les mêmes bases qu’il y a cinq mois. Intenable depuis le début de la saison, Moussa Sow a fait le break à la 50e minute. Rien de mieux pour se mettre en confiance avant le match en retard à jouer après-demain, mercredi, contre Nancy.

Meilleur buteur de Ligue 1 à la trêve, Sow a été samedi à l’origine d’un tir imparable, inscrivant par la même occasion son 15e but de la saison en championnat, consolidant ainsi sa position de meilleur buteur. Avec cette victoire, les Dogues, invaincus depuis la 10e journée (5 victoires, 3 nuls), conservent leur place de leader de la Ligue 1. Il ne reste aujourd’hui à Moussa Sow qu’à inscrire une première ligne sur un palmarès encore vierge. Et 2011 pourrait bien lui en donner l’occasion.

Doublé

Papiss Cissé est décidément au sommet de son art. Il a démarré la deuxième partie de la saison en réussissant un doublé lors de déplacement de son équipe sur la pelouse de Sankt Pauli (2-2). Depuis qu’il est arrivé à Fribourg, l’ancien Messin, qui a gagné ses galons de titulaire au sein du club est sur une pente ascendante. Mieux, il a prouvé au fil des matches qu’il n’était plus un espoir, mais bien l’atout principal de cette équipe. Avec talent, l’attaquant sénégalais a embrasé les stades et guidé sa formation vers les succès.

Une trajectoire qui fait de lui cette saison l’un des tout meilleurs avants-centres de la Bundesliga. Dans la continuité de ses dernières sorties en 2010, le Sénégalais a tout simplement été énorme samedi, malgré le nul (2-2) concédé par son équipe. Cissé a d’abord montré la voie de l’espoir en égalisant à la 61e minute alors que son équipe était menée 1 à 0. Cissé va égaliser une seconde fois et renvoyer les deux équipes dos-à-dos (2-2) à la 75e minute. Avec ce doublé, Papiss Cissé, qui comptabilise désormais 15 buts, reprend la tête du classement des buteurs et peut, d’ores et déjà, entrevoir cette deuxième partie de la saison qui risque d’être palpitante.

Samba Oumar FALL

 

 

Les « Lionceaux » cadets sont sortis de la CAN rwandaise avec une victoire (1-0) sur le pays hôte. Une victoire pour l’honneur qui permet aux poulains de Boucounta Cissé de relever la tête, après leurs deux revers.

La dernière sortie des « Lionceaux » en coupe d’Afrique des nations cadets qui se déroule présentement au Rwanda s’est soldée par une victoire (1-0) sur les « Amavubi cadets ». Battus par l’Egypte et le Burkina Faso, les hommes de l’entraîneur Boucounta Cissé ont dompté les Rwandais par le petit score, hier, au stade Amahoro de Kigali. Une victoire qui permet aux Sénégalais de sauver l’honneur et de sortir du coup de la compétition par la grande porte. Même si le Sénégal ne sera pas en demi-finale, cette victoire contre le pays organisateur devant son public n’est pas à négliger. Toutefois, on peut avoir des regrets, surtout quand on sait qu’à la même heure, le Burkina Faso balayait l’Egypte par 4 buts à 0 ! Ces mêmes « Pharaons cadets » qui nous ont battus, alors que c’est nous qui avions ouvert le score avant de s’incliner 1-2.

Ces trois points pris sur les poulains du technicien français, Richard Tardy, prouvent bien que le groupe de Boucounta Cissé a de la qualité et du mental. A preuve, après la raclée administrée par les « Etalons cadets » (3-0) à la mi-temps, le capitaine Roger Gomis et ses amis ont trouvé l’énergie nécessaire pour apporter la réplique aux Burkinabè (3-2, score final). Des qualités qui font la force des grandes équipes. Malheureusement, l’expérience nous a fait défaut. Ou plutôt le manque de compétition.

En effet, le technicien sénégalais a déclaré, sur les ondes de la radio privée Rfm, que c’est le manque de compétitions qui a eu raison de ses poulains.  Et il n’a pas tort. Après la double défaite contre le Mali (aussi éliminée de la compétition), Boucounta Cissé louait les qualités techniques et surtout athlétiques des Maliens qui faisaient défaut à ses joueurs. Malheureusement, le délai trop court qui le séparait de la compétition ne lui permettait pas de trouver un remède à cette situation. Autre handicap, c’est que le groupe n’a pas un long vécu. Il n’a que six mois, et l’écrasante majorité des joueurs sont des pensionnaires du centre de formation, Aspire.

A présent, tout le monde est conscient que le miracle est quasi inexistant dans le football et que seul le travail paie. Pour la première fois, le Sénégal joue une phase finale de coupe d’Afrique des nations cadets. Une performance qui n’est pas le fruit du hasard. C’est le résultat d’une synergie d’efforts entre la Fédération, la Direction technique nationale et le Ministère des Sports. Aujourd’hui, le défi est de maintenir le flambeau. Et les plus hautes autorités du pays sont interpellées.

François MENDY


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.