banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Saison 2017-2018 : Après une année morose, les ténors reviennent en force

02 Mar 2018
1481 times

Alors que l’année dernière, peu d’entre eux avaient trouvé chaussures à leurs pieds, les ténors devraient tous disputer des combats cette saison. Une bonne nouvelle pour les férus de lutte qui ne demandent pas mieux.

La saison de lutte 2017-2018 est partie pour battre les records en termes de chocs opposant les ténors. D’ores et déjà, plusieurs affiches mettant aux prises les pensionnaires de la cour des grands ont été disputées. C’est Tapha Tine, le «géant du Baol» et Yékini Jr, le leader de l’écurie «Door waar», qui ont ouvert le bal lors de leur face-à-face le 1er janvier dernier. Une confrontation qui a tourné à l’avantage de l’enfant de Réfane qui signait ainsi sa deuxième victoire contre l’ex-pensionnaire de l’écurie Ndakaru en autant de combats. Pour rappel, Tapha Tine avait déjà disposé de Yékini Jr à l’occasion d’un championnat de lutte avec frappe organisé en 2007-2008.  

Après cette belle affiche, les amateurs de lutte ont ensuite eu droit à un autre corps à corps de rêve le 28 janvier au stade Léopold Sédar Senghor entre Lac de Guiers 2 et Modou Lô. Et c’est le chef de file de l’écurie Rock Energie qui a, à l’image de leur première rencontre en 2012, eu le dernier mot à la faveur des points. Le «puncheur du Walo» qui avait à cœur de prendre sa revanche et poursuivre sa belle série victorieuse voyait par conséquent son rêve se briser. Au grand bonheur du champion des Parcelles Assainies, plus que jamais en bonne position dans son opération conquête du trône. En 2014, la première tentative de Modou Lô de monter sur le trône s’est avérée infructueuse ; battu qu’il était par le roi des arènes Serigne Ousmane Dia dit Bombardier.

Un troisième face-à-face sulfureux a opposé le 3 février deux athlètes très portés vers le «show», à savoir Modou Anta de Thiès Mbollo et Baye Mandione surnommé le «fou de Thiaroye Gueum sa bopp». Au finish, le fougueux athlète thiessois, sur ses terres, n’eut aucune peine pour surclasser le lutteur lébou qui ne compte plus ses revers, tant ils sont nombreux. Le porte-drapeau de la cité du rail remportait en même temps son deuxième succès consécutif, à la suite de son rachat la saison passée aux dépens de Zarco (écurie Grand-Yoff Mbollo).

L’autre gros choc disputé ce mois-ci concerne celui qui a mis aux prises Ama Baldé et Papa Sow. Après moult reports, les deux ténors se sont enfin croisés le 17 février dernier. Très attendue par les férus de lutte, cette confrontation a tenu toutes ses promesses. A l’arrivée, le fils de Falaye Baldé enregistrait sa sixième victoire consécutive. Mieux, il dominait le «Puma de Fass» en seulement 26 secondes ! Un fulgurant succès qui permet au champion de Pikine de conforter sa place parmi les ténors. En 2015, son sacre au tournoi de lutte organisé par RDV Productions et sa victoire contre Tapha Tine avaient permis à Ama Baldé d’entrer dans le cercle restreint des ténors. En revanche, Papa Sow ratait son pari de renouer avec la gagne. Le poulain de Moustapha Guèye a été défait en 2015 par Lac de Guiers 2 et était resté sur deux saisons blanches d’affilée.

Enfin, le 24 février Abdou Diouf, le «géant du Walo» et Forza de l’écurie Fass ont vidé leur vieux contentieux au stade Elimanel Fall de Diourbel. Après une longue absence de l’arène, les deux vieux routiers voulaient, chacun, sceller leur retour en force. Finalement, les dieux de l’arène étaient du côté du Fassois qui n’a eu besoin que d’une minute pour sceller le sort de son antagoniste battu à plate couture. Alors que «la grande université de Fass» est, depuis quelques temps, en eaux troubles, cette victoire vient à point nommé. Une éclaircie qui pourrait doper les ambitions de Gris Bordeaux en pleine préparation de son face-à-face crucial contre Balla Gaye 2 le 31 mars prochain. Car, au-delà des chocs qui ont déjà livré leur verdict, de nombreuses autres confrontations entre ténors sont prévues d’ici la fin de la saison. Et parmi celles-ci, le combat tant attendu entre le fils de Double Less et le «troisième tigre de Fass».

Tombeur de l’inamovible Yékini en 2012, Balla Gaye 2 veut retrouver sa couronne qui lui a été ravie par Bombardier. Il reste sur deux cinglants revers successifs en autant de saisons blanches. Le 31 mars, il aura à cœur de résoudre l’équation Gris Bordeaux afin de poursuivre son opération reconquête du trône. Sauf qu’un tel pari ne sera pas chose aisée face à un adversaire condamné lui aussi à gagner, au risque de mettre une croix définitive sur ses intentions affichées d’être Calife à la place Calife. Gris Bordeaux a été battu lors de sa dernière sortie qui l’opposait à Modou Lô en 2016. Le deuxième combat de titans prévu le 31 mars verra Reug Reug, «le fils de Pape Kane» et Elton, le «bulldozer» de Guédiawaye, se jauger. Inamovible roi de la lutte sans frappe, Reug Reug, plusieurs fois champion de la Cedeao, reste également sur une longue série de victoires contre deux sans verdict. A ce titre, il est l’un des rares ténors à n’avoir pas encore connu de défaite en lutte avec frappe. Tombeur de Jordan la saison dernière, le lutteur de Thiaroye voudra se défaire du coéquipier de Balla Gaye 2 pour continuer son envol. Cependant, il devrait compter avec une ferme opposition du poulain de Balla Gaye 1, qui voudrait faire connaître à son jeune adversaire, le même sort que celui qu’il avait réservé au champion Tyson 2, il y a deux ans.  

Quand Lewto Productions apporte un souffle nouveau à la lutte avec frappe !

Bien avant la date du 31 mars, Sa Thiès et Boy Niang 2 vont en découdre dans une confrontation annoncée comme électrique. Les deux jeunes loups aux dents longues sont dans une bonne dynamique de victoires et ne cachent plus leurs ambitions de s’asseoir sur le fauteuil. Boy Niang 2 qui réclamait à cor et à cri «le lion de Guédiawaye», devra d’abord prouver qu’il n’est pas l’égal du petit frère Sa Thiès. Une mission fort risquée face à un athlète réputé être l’un des plus talentueux et les plus compétitifs de l’arène.

Le régal des amateurs se poursuivra au mois d’avril avec l’affiche des «show men» entre Sitteu et Gouye gui. Vainqueur de son duel contre Zoss, le champion de Guinaw Rail vise un deuxième succès consécutif ; alors que le «Roi du Simpi», qui a perdu de sa superbe, aura à cœur de se racheter après avoir été humilié la saison dernière par Boy Niang 2. Le clap de fin de cette saison sera marqué par le «choc de l’année» entre le roi des arènes Bombardier et Eumeu Sène. Auteur de deux saisons blanches, le colosse de Mbour renouera avec la compétition en mettant en jeu sa couronne, dans l’espoir de poursuivre son règne. Autant dire que l’ex protégé de Mohamed Ndao dit Tyson aura une occasion en or pour réaliser son vieux rêve en passant d’«empereur autoproclamé à roi des arènes !»

Il faut dire qu’au vu des confrontations déjà disputées et des affiches prévues, tous les ténors devraient entrer en lice cette saison. Tout le contraire de la saison précédente, où peu avaient réussi à trouver chaussures à leurs pieds.
Si la lutte avec frappe se porte bien en 2017-2018, c’est en partie grâce à Lewto Productions, une structure nouvellement créée, qui a réussi à apporter un souffle nouveau à cette discipline sportive qui payait déjà les frais des départs de certains grands promoteurs tels que Gaston Mbengue et Aziz Ndiaye ; sans oublier les déboires judiciaires du promoteur de la Petite-Côte, Luc Nicolaï. Et pour cause, à elle seule, cette structure a ficelé, entre autres affiches, les face-à-face Modou Anta Baye-Mandione, Forza-Abdou Diouf, Sa Thiès-Boy Niang, Reug Reug-Elton et Eumeu Sène-Bombardier.

Diégane Sarr

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.