banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Le padel au Sénégal : Une discipline qui se cherche un espace d’expression

23 Mai 2018
678 times

Une nouvelle discipline sportive fait son petit bonhomme de chemin sur la Petite-Côte. Il s’agit du padel qui, bien que pratiqué par quelques entités, compte déjà plusieurs adeptes qui espèrent voir la discipline prendre de l’ampleur à travers le Sénégal. Ce qui devra passer par une reconnaissance en tant que structure fédérale pour participer ensuite aux compétitions internationales.

A Saly Portudal, un petit espace aménagé derrière les bois à l’entrée de la station balnéaire connaît une ambiance festive en ce début d’après-midi. Les va-et-vient des voitures qui déposent leurs passagers qui s’engouffrent dans une maison qui fait office de site de loisirs se poursuivent. Ici, trois terrains sont disposés avec des mômes qui s’adonnent à leurs récréations favorites.

En attendant l’arrivée des plus grands, un peu tard dans la soirée. En tenant de sport, ils tapent dans la balle avec leurs raquettes perforées sous la supervision de leur moniteur.

Ici, le padel a le vent en poupe et occupe aussi bien les jeunes joueurs que leurs parents qui surveillent leurs agissements sous les ordres des moniteurs et les encouragent au besoin. Ils constituent ainsi le futur de cette discipline qui a intégré le paysage sportif national, ou du moins, dans cette partie du pays.

Le padel, « un sport qui unit le tennis et le squash. Il se joue en double sur un demi-terrain de tennis (20m de long sur 10m de large) », renseigne Christopher Chavanne, président de l’Association sportive Padel Sénégal. Les règles sont pratiquement les mêmes qu’au tennis ; « c’est un service à la cuillère et on compte les points de la même manière. La seule différence est que le terrain est entouré par des vitres et des grillages, ajoute-t-il. La balle a la possibilité de rebondir sur la vitre et être remise en jeu ».

C’est un plus dans ce sport qui fait qu’il est un peu plus dynamique que le tennis, a-t-il dit.

Il souligne également que la différence entre les raquettes est que celle du padel est plus petite que celle du tennis. Tout comme les balles qui sont similaires à celles du tennis, mais elles sont légèrement moins gonflées et ont moins de pression. La discipline est actuellement animée par un groupe composé de Sénégalais, Espagnols et Français qui vivent depuis plusieurs années au Sénégal.

Avoir la reconnaissance de la tutelle et investir le monde
Depuis son introduction dans le pays en novembre 2015 par l’Espagnol Jordy Rovira Arimany, elle compte déjà comme club de padel à Dakar Saly, Ngaparou et Nguerigne.

Avec l’ambition de se projeter vers d’autres localités. « C’est notre volonté mais nous avons besoin de développer les clubs. Et cela passe par la volonté d’un entrepreneur qui décide de monter un club », a ainsi souligné M. Chavanne. Pour qui, si on a des gens intéressés à Ziguinchor, Cap-Skirring et autres, « on va les aider et éventuellement organiser des tournois là-bas. Ce qui va permettre de promouvoir la région ».

Aussi, l’Association fait des démarches pour une reconnaissance par la tutelle : « On est en relation avec le ministère des Sports ; on travaille avec eux parce qu’on est encore une association et on n’a pas encore de Fédération ». Avant même que ces démarches aboutissent, l’Association sénégalaise qui est la première africaine reconnue par la Fédération internationale a reçu une autorisation de cette dernière d’envoyer une équipe nationale pour les qualifications au Championnat du monde où le Sénégal sera alors le seul représentant africain.

« Mais on attend l’accord du ministère pour confirmer notre participation et chercher les moyens d’y aller », a précisé le président.

Le padel a tout de même organisé en janvier et mars derniers, des tournois internationaux qui ont permis à des joueurs étrangers de se produire au Sénégal. Une initiative que la structure compte rééditer, selon Marie José Gensse, secrétaire générale adjointe de l’Association. Pour qui, « on espère avoir un ou deux événements comme ça par an au minimum », pour braquer les projecteurs du padel sur le Sénégal

Ousseynou POUYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.