banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Pologne – Sénégal à 15 heures à Moscou : Heure de vérité pour les Lions

19 Jui 2018
1114 times
Pologne – Sénégal à 15 heures à Moscou : Heure de vérité pour les Lions Crédit photo : Abdoulaye Mbodj / © Le Soleil

L’heure de vérité a sonné pour les Lions qui affrontent, cet après-midi, la Pologne, au stade du Spartak de Moscou. Ce premier match, sans être déterminant, aura son importance pour la suite de la compétition qui verra le Sénégal affronter le Japon, puis la Colombie.

Après les défaites successives de trois des cinq représentants du continent africain (Egypte, Maroc et Nigeria), l’équipe du Sénégal qui dispute la deuxième Coupe du monde de son histoire, est fortement attendue. Quelque part même, elle rêve de rééditer l’exploit de 2002, lorsqu’elle avait battu la France en ouverture du tournoi. Mais, ce ne sera pas une partie de plaisir  car, en face, il y aura la Pologne qui n’a pas senti l’odeur d’une Coupe du monde depuis 2006, et qui retrouve les joies d’une phase finale, en Russie, et avec de grosses ambitions. Le coach Adam Nawalka comptera sur son attaquant-vedette, Robert Lewandowski, meilleur buteur de l’histoire des "Bialo-czerwoni" (rouge-blanc), l’un des buteurs les plus efficaces de sa génération, qui joue la Coupe du monde pour la première fois, mais aussi sur des valeurs sûres comme Szczęsny, Piszczek, Zielinski, Milik et autres Teodorczyk.

Si la Pologne affiche une belle efficacité offensive, elle est cependant loin d’être invincible et a du mal à conserver ses cages inviolées. Lors des phases éliminatoires, sa défense a encaissé 14 buts et 5 autres buts lors des matchs de préparation. 

Face à cette équipe qui est loin de faire partie des cadors, malgré son 10e rang mondial, le Sénégal a de sérieux arguments à faire valoir.  Avec un Sadio Mané, Diafra Sakho, Ismaïla Sarr et Mbaye Niang des grands jours et une efficacité retrouvée, l’équipe d’Aliou Cissé devrait pouvoir faire douter et déstabiliser l’adversaire qui part toutefois avec la faveur des pronostics.

Cependant, il faut qu’en défense, Kalidou Koulibaly, Kara Mbodj, Youssouf Sabaly et compagnie sortent un match propre et ne se laissent pas piéger par cette équipe polonaise qui joue beaucoup par contre et mise sur les débordements.

Et pour ne pas se faire surprendre, les joueurs d’Aliou Cissé devront mettre davantage d’intensité et de vivacité dans leur jeu et aussi se montrer très agressifs en allant chercher leurs adversaires très haut.
Aux yeux d’Aliou Cissé, ce premier match, même s’il n’est pas décisif, est très important. « Nous avons envie de rentrer dans cette compétition de la plus belle des manières en faisant le meilleur résultat possible. Nous allons faire un bon match. Nous faisons partie des meilleures équipes africaines. Nous sommes venus ici avec beaucoup d’arguments à faire valoir et beaucoup de détermination », a fait savoir le sélectionneur national qui attend beaucoup de ses joueurs.

Tout le peuple sénégalais aussi qui espère revivre les instants de bonheur de la Coupe du monde 2002.

ALIOU CISSÉ, LE DÉFI D’UNE REVANCHE SUR L’HISTOIRE
Kaluga (Russie) : Capitaine de l’équipe nationale en 2002, à l’époque de la fabuleuse épopée des Lions, Aliou Cissé et ses coéquipiers avaient laissé aux Sénégalais un sentiment de goût d’inachevé, au bout d’un parcours époustouflant à la Can malienne et au Mondial Corée-Japon. 18 ans après, l’ancien aboyeur, désormais aux commandes de l’équipe nationale sera encore sous le feu des projecteurs à l’occasion de cette deuxième participation du Sénégal à une Coupe du monde. En  homme de défi, cet homme, un brin revanchard sur l’histoire, ne s’est fixé aucune limite et rêve d’offrir au peuple sénégalais des raisons d’être fiers de leur équipe.

Aliou Cissé a-t-il une revanche à prendre sur l’histoire ? Sans doute, dans son subconscient, l’ancien capitaine des Lions voudra-t-il bien faire oublier définitivement le goût d’inachevé qui avait, en définitive, sanctionné la fabuleuse épopée de 2002, laissant un peu les Sénégalais sur leur faim (le Sénégal était finaliste de la Can malienne et quart de finaliste au Mondial Corée-Japon). Et cela passe impérativement par un sacre à une équipe d’Afrique ou une belle performance à cette coupe du monde de la sélection nationale dont il est officiellement devenu l’entraîneur depuis le 04 mars 2015.  Un pari qu’il pense bien réalisable. Avant de prendre les rênes de l’équipe nationale A, Aliou Cissé avait d’abord conduit les Olympiques en quarts de finale des Jeux de Londres 2012-une première pour le Sénégal-et c’est d’ailleurs ce groupe qui forme aujourd’hui l’ossature de son effectif. La bande à Moussa Konaté avait été éliminée par l’équipe olympique du Mexique future médaillée d’or devant le Brésil ; non sans voir séduit plus d’un observateur du ballon rond. L’homme aux dreadlocks, surnommé l’aboyeur du temps où il portait le brassard de capitaine, succédait donc ensuite au Français Alain Giresse après une campagne désastreuse du Sénégal à la Coupe d’Afrique de 2015, en Guinée équatoriale. Sans doute, une récompense de la Fédération sénégalaise de foot après son examen de passage réussi chez les Olympiques ! Homme de défi, coach Cissé qualifiait ensuite l’équipe à la Can Gabon 2017 avant de mener ses hommes jusqu’en quarts de finale. Une étape que le Sénégal n’avait plus atteinte depuis la Can 2006 en Egypte où Diomansy Kamara et Cie s’étaient arrêtés en demi-finale. Au Gabon, l’histoire a donc encore bégayé, car c’est le Cameroun, tombeur du Sénégal en 2002 en finale de la Can malienne qui a encore mis fin au parcours des Lions. Et comme lors de cette mémorable finale à Bamako, il a fallu encore procéder à la série fatidique des tirs aux buts pour départager les deux équipes.

Ainsi, Aliou Cissé perdait l’occasion de prendre sa revanche sur les Lions indomptables, de faire oublier son pénalty raté face au gardien camerounais, Alioum Boukar, en 2002, mais également d’offrir enfin une première couronne continentale au Sénégal.  Homme qui ne baisse pas les bras, il a continué le travail et réussit outre cette place de quart de finaliste de la dernière Can, à qualifier le Sénégal à cette 21e édition de la Coupe du monde Russie 2018. 16 ans après la saga de 2002, les Lions prennent donc part à une deuxième Coupe du monde ce mardi contre la Pologne, au stade du Spartak Moscou.  Et une fois de plus, l’ancien milieu défensif sera, sous le feu des projecteurs. Battra-t-il le record de Bruno Metsu, l’entraîneur qui avait mené les Lions en quarts  de finale ? Dans tous les cas, le successeur d’Alain Giresse n’entend pas se fixer de limite et pense pouvoir soulever des montagnes…russes. « Mon rêve, c’est d’amener la coupe au Sénégal », avait-il dit, lors d’une conférence de presse organisée pour dévoiler la liste de ses 23 joueurs. Patriote jusqu’au bout des ongles, Aliou Cissé donnerait sans aucun doute tout pour réaliser son pari et faire plaisir aux Sénégalais. Reste à savoir si cette fois-ci les dieux du foot seront enfin du côté des Lions.


DERNIER GALOP AU SPARTAK : LA TANIÈRE AFFICHE UNE BELLE SÉRÉNITÉ
Moscou : L’équipe du Sénégal s’est entraînée hier au stade du Spartak de Moscou qui sera, cet après-midi, le théâtre de son match contre la Pologne. Une rencontre qui promet, surtout que les deux équipes vont batailler ferme pour décrocher une des deux places du Groupe H qualificatives au deuxième tour. Après trois semaines de préparation sanctionnées par trois matchs amicaux (une victoire, un match nul et une défaite), c’est une équipe toute requinquée qui a découvert ce stade dans lequel elle affrontera l’un de ses plus redoutables adversaires. La sérénité était perceptible chez les joueurs d’Aliou Cissé qui ont rivalisé de vigueur, de vitalité à l’échauffement. L’équipe était au grand complet comme l’a confirmé le sélectionneur national, lors de la conférence de veille de match. Le remplacement de Saliou Ciss était donc effectif. Adama Mbengue qui a rejoint ses coéquipiers s’est entraîné avec eux. « L’équipe est au complet. On s’est bien préparé et j’ai vraiment confiance en eux », a lâché Aliou Cissé.   Le capitaine, Cheikhou Kouyaté, est revenu sur l’état d’esprit de l’équipe lors de la conférence d’avant-match. « Le coach ne nous a pas lâchés. Nous avons travaillé comme des « chiens » et nous sommes vraiment prêts pour en découdre avec la Pologne », a laissé entendre Kouyaté. Ce match contre la Pologne, a-t-il dit, sera la première finale de l’équipe. « C’est un match de Coupe du monde et nous sommes vraiment prêts. Nous nous battrons pour faire plaisir au peuple sénégalais », a assuré capitaine Kouyaté.
De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar Fall,
B. Khalifa NDIAYE (textes) et Abdoulaye MBODJI (photos)
Last modified on mardi, 19 juin 2018 10:30
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.