banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Après les regrets, la remobilisation

26 Jui 2018
932 times

Ekaterinbourg : A leur réveil hier matin, les Lions ont dû se convaincre, si besoin était, qu’ils sont vraiment passés à côté d’une victoire qui aurait pu leur ouvrir les portes des 8e de finale avant même le terme des matches de poule. Malheureusement, Sadio Mané et ses camarades ont raté le coche et devront attendre l’issue de leur match de jeudi contre la Colombie pour être édifiés. Parce que cette équipe colombienne qui avait été battue (1-2) en ouverture des matches de ce groupe H par le Japon s’est bien reprise dimanche en laminant la Pologne (3 – 0). Le Japon, pour sa part, est bien revenu dans le match contre le Sénégal grâce à un Keisuke Honda toujours buteur devant les équipes africaines lors des tournois mondiaux (contre le Cameroun en 2010 et face à la Côte d’Ivoire en 2014) et qui disputait son dernier mondial à 32 ans. Ce qui va rendre la tâche plus ardue aux Lions, alors qu’une victoire sur le Japon leur aurait permis de jouer tranquillement contre Radamel Falcao et ses coéquipiers. Mais voilà, dans ce match contre le Japon, les poulains de coach Aliou Cissé ont marqué deux fois avant de se faire rejoindre à deux reprises par l’adversaire. Ce qui promet de chaudes empoignades lors de la dernière journée, jeudi prochain à Samara (Sénégal-Colombie) et à Volgograd (Japon-Pologne). Pour le moment, seule la Pologne est éliminée, alors que sur les trois autres équipes, deux peuvent toujours espérer faire partie du second tour. En tout cas, le Sénégal s’en voudra d’avoir vendangé une belle victoire synonyme de qualification pour le second tour. C’est vrai que Sénégalais et Japonais tiennent le bon bout pour le moment au vu de leurs positions respectives dans ce groupe, mais ils devront cravacher davantage après–demain pour se débarrasser de leurs adversaires. Si le Japon aura à faire à une équipe polonaise déjà éliminée, la situation du Sénégal semble un peu plus compliquée avec cette large victoire de la Colombie sur la Pologne qui relance James Rodriguez et ses compagnons dans la course. En clair, les Lions du Sénégal ne doivent pas se louper s’ils veulent continuer leur chemin dans cette compétition. Sadio Mané qui a été élu homme du match, par la Fifa, devra donc redoubler d’efforts pour conduire son équipe vers le second tour. Le capitaine sénégalais, en effet, a touché 47 ballons et avait ouvert le score contre le Japon, dès la 11e minute avant de réussir 74% de passes et gagné 36% de ses duels. Maintenant, les Lions devront faire table rase de ce match contre le Japon, oublier ce qui s’est passé dimanche, pour mieux aborder le très important match de jeudi.

S’ils veulent continuer à écrire leur propre histoire, comme ils n’ont de cesse de le clamer, ils devront montrer un visage plus convaincant face aux terribles colombiens qui ont repris du poil de la bête après leur belle victoire contre la Pologne. L’heure est à la remobilisation et Aliou Cissé doit leur passer le bon message pour se débarrasser des Cafeteros (surnom de l’équipe de Colombie qui veut dire les producteurs de Café). En tout cas, ça va chauffer jeudi à Samara car un des deux devra quitter la compétition avant terme.

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar Fall, B. Khalifa NDIAYE (textes)
et Abdoulaye MBODJI (photos)

ALIOU CISSE, ENTRAINEUR : « CONTINUER À TRAVAILLER »
A Cisse RussieEkaterinbourg : « Nous n’avons pas vu un bon Sénégal ». L’aveu ne vient pas de n’importe qui. Mais bien d’Aliou Cissé, le sélectionneur national des  Lions, juste après le nul ayant sanctionné la deuxième sortie de son équipe dans le Groupe H du Mondial « Russie 2018 »  face au Japon (2 – 2). C’est dire que le constat est unanime. Tout feu, tout flamme lors de leur premier match contre la Pologne avec, à la clé, une belle victoire qui promettait monts et merveilles, les  Lions  ont perdu leurs crocs face à des Samouraïs bleus qui ont bien fait honneur à leur surnom. En fait, tout le mérite revient à ces diables de Nippons qui ont brillamment réussi à faire déjouer leurs adversaires. Misant sur leur vivacité et leur supériorité technique, ils ont mené la vie dure aux Lions, le plus clair du temps. Ces derniers ont cependant eu le mérite de n’avoir jamais abdiqué. Noyés dans l’entrejeu du fait de la mobilité et de la belle circulation de balle des joueurs du technicien Yoshida, les Sénégalais ont résisté et opposé un courage à toute épreuve, à défaut de génie dans le jeu. Avec un milieu de terrain trop bas (Gana et Alfred Ndiaye) et incapable d’assurer les relances Papa Alioune Ndiaye) les défenseurs ont dû « rallonger » le jeu comme cela tend malheureusement à être la « norme ». Les Japonais avaient la latitude de s’insérer dans les espaces libres entre les lignes pour dérouler leur jeu et construire leurs attaques. Pour quelqu’un qui n’a été porté à la tête de l’équipe nationale du Japon qu’à quelques semaines du début du Mondial russe, suite au licenciement du Bosniaque, Vahid Halilhodzic, l’ancien international devenu technicien, Akira Yoshida, a très vite appris.

En effet, à voir son équipe jouer dimanche face au Sénégal à l’Arena Ekaterinbourg, on se rend compte qu’il a parfaitement étudié son adversaire. Il a usé de toutes les ficelles dont il disposait pour compliquer la vie au Sénégal. Comme sur cette « défense montante » sur un coup franc à hauteur de la surface de réparation de son portier Kawashima et qui a pris au moins 4 Sénégalais au piège du hors-jeu.

Le gars savait certainement que sur les actions de ce genre la stratégie favorite des Lions est de chercher les grandes tailles. Au moins, cela a poussé les Sénégalais à tenter, en seconde mi-temps, de varier leurs options sur les balles arrêtées, même si ça sentait l’improvisation à plein nez.

Finalement, cette 2ème journée du Groupe H a consacré un (presque) statu quo qui laisse la porte ouverte à toutes les éventualités, excepté pour la Pologne l’ex-favori qui n’a pas été à la hauteur des attentes des spécialistes. Tout peut désormais arriver pour tous les autres.

« Maintenant, on va continuer à travailler. Nous savons que le résultat sera contre la Colombie. Donc, il va falloir se préparer pour ce match », a dit Aliou Cissé. Au moins, c’est clair dans sa tête. Le défi pour lui, c’est de pousser ses joueurs à se transcender.

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar Fall,
B. Khalifa NDIAYE (textes) et  Abdoulaye MBODJI (photos)

NE CRACHEZ PAS SUR CE POINT !
Lions Russie 2Ekaterinbourg : Le match nul que le Sénégal a concédé, dimanche dernier, contre le Japon au stade d’Ekaterinburg est tout sauf un mauvais résultat, tant sur le plan du score final (2-2) qu’au niveau de la prestation des joueurs. Avec quatre points, les Lions gardent encore intactes leurs chances de se qualifier en 8e de finale ; tout comme l’équipe nationale japonaise qui compte autant de points, le même nombre de buts marqués (4) et le même nombre de buts encaissés (3). Les deux sélections sont co-leaders dans le groupe H, suivies de près par la Colombie qui compte 3 points, soit une longueur de moins. Les Cafeteros, amenés par un Falcao des grands jours, ont sévèrement corrigé une équipe polonaise  peu inspirée. Un score de 3-0 qui a permis aux Sud-américains de se relancer dans la course après leur défaite-surprise contre le Japon à l’occasion de la première journée. Quant aux Polonais à qui certains avaient taillé le costume de favoris, aux côtés des Colombiens,  ils sont eux éliminés de la course, avec cette deuxième défaite d’affilée. Une sortie prématurée de Lewandowski et Cie à laquelle peu de gens s’attendaient. Et qui confirme une fois de plus qu’en Coupe du monde, il n’y a pas de petites équipes et que toutes les sélections se valent.

D’autant plus que pendant ce temps, l’Argentine court désespérément derrière sa première victoire dans cette compétition pour espérer se qualifier, au terme de la troisième et dernière journée. Si elle a gagné son deuxième match dans les ultimes minutes contre la Suède, l’Allemagne n’a toujours pas assuré sa qualification, obligée d’attendre elle aussi, la troisième journée pour connaître son sort. Tenu en échec lors de la première journée par les petits poucets islandais, le Brésil de Neymar se trouve dans la même situation. La Seleçao est en quête d’un point pour passer au prochain tour. Des favoris au sacre, il n’y a que l’Angleterre et la France qui ont déjà validé, après les deux premières journées, leur ticket pour les 8e de finale. Dès lors, il urge de relativiser un peu la performance des hommes d’Aliou Cissé « qui ont pris avant-hier un bon point », vu qu’ils auraient pu perdre, le Japon s’étant procuré pas mal d’occasions et touché même la barre transversale. Il est vrai que prendre l’avantage à deux reprises et se faire rattraper autant de fois peut susciter de la frustration et un peu de déception comme cela a d’ailleurs été le cas avant-hier dans le vestiaire sénégalais.

Il est vrai aussi que les joueurs ont péché dans la concentration, manqué d’agressivité et laissé, à un moment, l’initiative du jeu aux adversaires nippons. Pour autant, de là à vouloir cracher sur ce point, il y a un pas à ne pas franchir. La situation aurait été pire si les Lions avaient perdu et cela aurait bien pu arriver, compte tenu de la configuration de la rencontre. Surtout, l’autre aspect à ne perdre de vue est que le Japon, quoique classé 61e mondial au classement de la Fifa, reste une grande équipe. Et elle l’a prouvé dans ce Mondial russe, d’abord par son « hold-up » contre la Colombie puis ce nul arraché de haute lutte face à la bande à Sadio Mané. En outre, en termes de nombre de participations à la Coupe du monde, Kagawa et ses coéquipiers ont fait mieux que la sélection nationale du Sénégal, étant donné qu’elle en compte 6 alors que les Lions en sont à deux seulement. Depuis 1998 en France, les Samouraïs bleus n’ont plus raté cette compétition qui les a vus atteindre les 8e de finale à deux reprises. Une stabilité et un nombre de participations qui font que la sélection nipponne a une certaine expérience du haut niveau. Par ailleurs, sur le plan intrinsèque, c’est un effectif qui a de la qualité, avec une bonne maîtrise du jeu, un bon collectif, une rapidité et une agressivité qui font du Japon un adversaire difficile à jouer. Enfin, la sélection japonaise peut compter sur sa vieille marmite, le métronome Kagawa qui a démontré contre le Sénégal qu’il avait encore de la ressource à revendre, en dépit de son âge assez avancé.

Plutôt que d’avoir perdu deux points avant-hier, le Sénégal a peut-être gagné un point. Le défi est maintenant d’empocher un point supplémentaire pour se qualifier en 8e de finale. Et c’est un pari réalisable, vu le potentiel de l’équipe. En outre, les Samouraïs bleus ont démontré que la Colombie, malgré ses stars, Falcao, James Rodriguez, Cuadrado et Quintero, était bien prenable. Pourquoi pas les Sénégalais ?

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar Fall,
B. Khalifa NDIAYE (textes) et Abdoulaye MBODJI (photos)

ECHOS… ECHOS…
La capitale de l’Oural russe a d’abord été envahie par les « rouge et blanc » du Pérou. Au point de faire croire aux Bleus de France qui les y ont affrontés la semaine dernière, d’avoir eu l’impression de se produire à Lima. Puis les Japonais et les Sénégalais ont débarqués, certes moins nombreux et moins exubérants, mais assez « originaux » pour ne pas laisser indifférente la population locale.

Et hier, alors que les supporters des « Lions » et des Samouraïs bleus vidaient les lieux, après le match qui avait opposé la veille leurs deux équipes nationales, ils ont croisé en route leurs collègues suédois et surtout mexicains qui « s’expliqueront demain dans les travées du superbe Arena Ekaterinbourg.

Last modified on mardi, 26 juin 2018 09:37
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.