banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sur la Place Rouge où bat sans discontinuer le cœur du Mondial…

27 Jui 2018
515 times
Sur la Place Rouge où bat sans discontinuer le cœur du Mondial… Crédit photo : Abdoulaye Mbodj / © Le Soleil

Moscou : Le Mondial de football, ce n’est pas que sur les terrains russes. Autant que les joueurs, les supporters aussi participent à la fête. Sur les gradins, bien sûr. Mais également en dehors.

Notamment sur la Place rouge, l’emblématique cœur de la capitale russe, point de ralliement des fans de toutes les équipes présentes ; et pas que. Ici, l’amitié et le foot sont célébrés à longueur de journée.  

Déjà sur les vertigineux escalators de la station Okhotny Ryad qui donne sur la Place rouge de Moscou, le ton est donné, hier en milieu de matinée. Penchés vers l’avant pour ceux qui montent et vers l’arrière pour ce qui descendent (afin de garder l’équilibre sur la centaine de mètres à parcourir), les simples touristes et les fans des équipes participantes au Mondial russe, habillés de maillots aux couleurs de leur Nation, se croisent et se chahutent dans une ambiance bon enfant. Dehors, le chaud soleil qui inonde les lieux ne semble gêner personne. Les nombreuses queues devant les portiques d’entrée au saint des saints témoignent si besoin de l’intérêt pour tout le monde de faire un tour à la Place rouge. « Aller à Moscou sans passer par la Place rouge, c’est comme aller à la Mecque sans voir la Kabba », a presque blasphémé quelqu’un. Le bon Dieu, dans son immense miséricorde lui pardonnera, surtout si l’officiant dans un manteau vert et une coiffe immense qui officie là, dans la basilique Basile-le-Bienheureux consent à intercéder en sa faveur.      

A gauche et à droite, des scènes de fraternisation ! Clic ! Clac ! On cherche à sécuriser le maximum de souvenirs possible ! Soudain, une « Marseillaise » retentit au-dessus du brouhaha général. Un groupe de supporters de l’équipe de France salue à sa manière la qualification des Bleus aux huitièmes de finale. Alors que la grande horloge qui surplombe la Place rouge a fini de sonner 11 coups, un jeune garçon aux couleurs du Danemark élève la voix. « Allez les Rouges », ose-t-il comme pour tenter de donner la réplique à la cohorte de fans des joueurs de Didier Deschamps. Son groupe est trop restreint pour contrer la marée bleue et sa voix bien trop fluette pour perturber la cacophonie occasionnée par ses adversaires.

Ben oui, dans l’après-midi, la France et le Danemark se feront face à quelques kilomètres de là, au Lujniki stadium de Moscou ! Mais les fans le jouent déjà par avance. Et là, y a pas … match ! Qu’en sera-t-il sur le terrain ? « On va en faire une bouchée », pronostique Laurent venu de Lyon pour accompagner ses compatriotes joueurs le plus longtemps possible. « C’est cette suffisance totalement française qui vous jouera un tour », lui rétorque Larsen, un fan des Vikings danois à la face peinte en rouge et blanc. Des jeunes Coréens criant « Sadio Mané, Sadio Mané ! » nous abordent et nous proposent de nous photographier avec eux. A défaut de la star de l’équipe du Sénégal, le dernier de ses compatriotes ferait l’affaire… Clic ! Clac ! Et la ronde continue.

Mausolée Lénine
Supporters FranceA quelques mètres du Mausolée de Lénine, un supporter français se précipite pour poser avec une supportrice nigériane. Raté ! La fille en question est de nationalité … kényane. 

« C’est que j’aime bien ce maillot des Super Eagles. C’est pourquoi, je le porte. Mais je supporte toutes les équipes africaines, d’autant que mon pays, comme d’habitude, n’est pas présent à ce Mondial », explique cette fille trapue qui dit s’appeler Nancy. « Elle n’est pas nigériane ? Qu’importe, au moins, j’ai une belle photo avec quelqu’un affublé de ce beau maillot », rétorque le fan des Bleus. A sa décharge, nous-mêmes, censés être plus en mesure de reconnaître nos « compatriotes africains », nous nous étions fiés aux apparences, avant d’être « rectifiés », un joli sourire en prime. « Vous avez une très belle équipe. 

Et je vous vois passer l’obstacle colombien pour aller en huitième de finale », pronostique le supporter français. Et Nancy de confirmer, « vous portez bien les couleurs africaines et je sens que votre équipe peut réussir quelque chose de bien dans ce Mondial ». Amen ! Mais on attend de voir !  

Attablés aux bars qui bordent la célèbre place, d’autres visiteurs et fans étanchent leur soif après avoir déambulé sur les pavés, en regardant l’incessant ballet. Des Ougandais, convoyés sur Moscou et la Coupe du monde par une grande marque de boisson gazeuse, également partenaire de la Fifa, sont tout ouïe devant les explications en anglais de leur guide. Nous, nous n’avons pas eu cette chance. Un Russe qui allait à son boulot a dû se dérouter pour nous conduire dans l’énorme labyrinthe de Moscou. Avec forces gestes pour se faire comprendre (le fameux langage des signes) et quelques mots en anglais pour nous faire comprendre que les Russes ont un grand cœur et adorent les étrangers. Lui, en tout cas, est le énième exemple vivant de l’hospitalité russe rencontré à Kaluga, Ekaterinbourg et Moscou. Aux antipodes de ce à quoi on nous avait préparés !

Alors que le chassé-croisé d’arrivants et de partants se poursuit de plus belle, un vieil homme s’emmène vers nous en s’exclamant, les yeux exorbités de joie. De son sac, il extirpe un ballon et nous le tend. « Super, vous êtes Sénégalais ! Signez-moi ce ballon, s’il vous plaît ! ». Ce septuagénaire aux mains tremblantes est Américain, mais est habillé du maillot bleu de la France. 

Normal, c’est l’apôtre du « One ball, one world » (« un ballon, un monde). Le principe, selon lui, c’est d’avoir un autographe d’un supporter de chacun des 32 pays participant au Mondial. Il lui en restait deux : celui du Sénégal et celui de l’Islande. Mais le bon vieux John n’est pas sûr de faire aussi bien qu’il y a quatre ans au Mondial « Brésil 2014 », lorsqu’il avait pu décrocher toutes les 32 signatures. « Pour l’Islande, je n’y crois plus », lâche-t-il dans un sourire désabusé. Sait-on jamais ? Sur cette Place rouge, tout près du majestueux mur du Kremlin, toutes les rencontres sont possibles. La preuve par ces trois jeunes Malgaches qui ont chanté ensemble, à notre vue « Allez les Lions de la Taranga (sic) ». Et de crier, comme presque tout le monde « Sadio Mané !

Sadio Mané ». « Nous sommes de tout cœur avec vous, mais pour ce Mondial seulement, parce qu’en septembre prochain, ce sont nos Baréas que nous supporterons », soutient l’un d’eux en référence au match Madagascar – Sénégal, dans quatre mois à Antananarivo, pour le compte de la 2ème journée des éliminatoires de la Can « Cameroun 2019 ». Branchés foot, ces jeunes et fiers de leur pays ! C’est vrai que, depuis que leur compatriote Ahmad Ahmad a été porté à la tête de la Caf, tous les habitants de la Grande Ile sont devenus fans du ballon rond. Et se mettent à rêver d’une première présence à la Can et dès l’année prochaine. 

Les Lions qui avaient failli perdre à Tana leur préliminaire aller de ce Mondial « Russie 2018 » savent que ce n’est plus une utopie.  

Les 12 coups de midi ont sonné depuis longtemps lorsque, par grappes entières, les supporters français et danois commencent à quitter les lieux, direction le métro Ploschad-Revolyutsii où ils s’embarqueront pour le stade Lujniki où ils poursuivront leur match dans quelques heures. Sur la route, ils croisent un autre flux entrant de visiteurs dont des fans de la « Tri » affublés de leur célèbre Sombrero et non moins atypique Zarape mexicaine (sorte de grand boubou sans manche et pas cousu sur les bords).

Le vieux John peut ouvrir l’œil. Dans ce flot ininterrompu de curieux, il y a de réelles chances qu’il détecte le fameux supporter islandais sur les traces duquel il s’est lancé…

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar FALL,
B. Khalifa NDIAYE (textes) et Abdoulaye MBODJI (photos)
 
UNE PARADE MILITAIRE POUR AGRÉMENTER LA JOURNÉE
Parade Place RougeMoscou : Des milliers de supporters et autres curieux hier à la mi-journée à la Place rouge d Moscou, autre lieu où bat le cœur du Mondial russe. Un instant magique à immortaliser forcément, des lieux mythiques à visiter. Des selfies aussi à prendre pour fixer à jamais ces instants rares. Des souvenirs et des maillots qui s’échangent entre fans de foot venus du monde entier. Et, soudain la cerise sur le gâteau. Une surprise de taille : bien engoncés dans leurs uniformes et fiers dans leurs bottes, des soldats sortis tout droit de l’enceinte de l’imposant et majestueux Kremlin tout proche prennent possession des lieux. Dans leur foulée, la cavalerie ne se fait pas prier pour occuper un carré dans l’espace aménagé pour l’occasion.

Dans un superbe mouvement d’ensemble, ces soldats offrent à leurs spectateurs improvisés une parade bien synchronisée. 

Une chorégraphie pour le moins originale, rythmée en plus de la fanfare, par le bruit de leurs pas battant le macadam, leurs mouvements secs bien harmonisés et le cliquetis de leurs fusils. Une fois leur mise en scène commencée, de nombreux supporters jusqu’alors occupés ailleurs, se rapprochent pour profiter de cette scène improvisée ou alors programmée d’avance. Capables de s’accorder sans même se regarder, ces soldats, répartis en six rangs, offrent plusieurs numéros au grand ravissement de l’assistance multicolore. Un spectacle sublime sur une place mythique !

Tout ce beau monde est ravi du spectacle, personne ne veut rien perdre de ce délice pour les yeux. Et chacun veut en garder un souvenir éternel. Les flashes crépitent. Les vidéos tournent !

Aux premières loges, le nombreux public qui a l’impression d’assister à une partie de dominos en a pour sa curiosité et immortalise ces moments magnifiques, sublimes. Et chaque fois que la Place rouge viendra à l’esprit de ces supporters que la Coupe du monde a envoyés en Russie, ils penseront à cette représentation spectaculaire et fascinante, qui décidément ne les laisse pas indifférents.

La cavalerie s’y met aussi
Après la véritable démonstration des soldats, la cavalerie entre en piste pour son show. Dans une Place rouge transformée pour l’occasion en salle de spectacles, les cavaliers, très altiers, mettent à contribution leurs magnifiques et majestueux chevaux à la beauté sublime. 

Le raffinement et l’élégance sont au rendez-vous. Dans une symphonie sans musique, ces équidés, à la fière allure, évoluent avec grâce, maîtrise et panache sous les yeux d’une assistance toute émerveillée. Le spectacle est simplement impressionnant : les chevaux, en rangs serrés et sous la direction des cavaliers complices, effectuent des déplacements millimétrés et exécutent des pas de danse et des chorégraphies (dignes des chevaux de parade de nos temps anciens). Leurs sublimes chorégraphies mettent en lumière toute la symbiose existant entre l’homme et l’animal.  

Des hourras fusent de partout pour saluer cet ensemble d’effets techniques incroyables qui se sont articulés avec une précision chirurgicale sur les différents tableaux présentés. Des « magnifique ! » sont lâchés dans pratiquement toutes les langues pour magnifier ces combinaisons chorégraphiques inimaginables, ces tableaux grandioses. On aurait dit que ces cavaliers parlaient à l’oreille de leurs chevaux, tant la prestation est sublime. Plus peut-être que le spectacle offert sur les différents terrains de ce Mondial russe, les heureux bénéficiaires de cette exhibition de haute facture ont eu droit à un souvenir impérissable. Ce moment de pur bonheur, ils ne sont pas près de l’oublier…

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR, Samba Oumar FALL,
B. Khalifa NDIAYE (textes) et Abdoulaye MBODJI (photos)
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.