banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Schémas de jeu : «Révolution» tactique en terre russe

30 Jui 2018
743 times

Kaluga : Les Lions avaient construit leur qualification au Mondial russe sur les solides bases d’un 4 – 2 – 3 – 1 modulable en 4 – 3 – 3. Un système qui avait fait ses preuves sur différents terrains d’Afrique.
Mais, une fois le ticket pour la phase finale est tombé au fond de leur gibecière, leur coach Aliou Cissé s’est mis à expérimenter un nouveau dispositif tactique. Son 3 – 5 – 2 testé en matches de préparation, histoire de varier les possibilités et les options sur les pelouses russes avait cependant très vite montré ses limites. Et face à des adversaires de moindre envergure (Luxembourg et Ouzbékistan) que ceux qu’il croiserait dans le Groupe H.

Des joueurs complètement à la rue, surtout les arrières d’aile qui ne savaient apparemment pas où se positionner. Une « révolution » tactique d’autant plus questionnable que l’essentiel des joueurs qui l’ont expérimentée étaient presque sûrs de ne pas être du voyage. Juste des cobayes ? On peut dire que « oui » puisque non seulement cela s’est vérifié, mais ce dispositif controversé voire décrié n’a jamais été utilisé durant les trois matchs disputés en phase finale. Le Sénégal a choisi d’aligner d’entrée de jeu, au stade du Spartak de Moscou, face à la Pologne, favori du Groupe H avec la Colombie, un inédit 4 – 4 – 2 qui avait causé beaucoup de soucis à Lewandowski et ses coéquipiers.

Bien en place avec ses deux lignes de 4 (Gana, Alfred, Sarr et Mané au milieu devant le quatuor défensif constitué de Wagué, Sabaly, Koulibaly et Sané) et Niang et Mame Biram aux avant-postes, l’équipe sénégalaise a contenu son adversaire pratiquement tout au long du match. Avec à la clé une victoire (2 – 1) qui promettait des lendemains de qualification. Grâce surtout à une bonne occupation du terrain, un repli efficace en cas de perte de balle et un pressing efficace dès que l’adversaire franchit la ligne médiane.

Malheureusement, au deuxième match à Ekaterinbourg, contre le Japon annoncé à tort ou à raison comme l’adversaire le plus prenable des Lions, Coach Cissé opta pour un 4 – 3 – 3 (avec la même ligne défensive, mais avec Pape Alioune Ndiaye titularisé aux côtés de Gana Guèye et d’Alfred Ndiaye et avec Mané, Niang et Sarr au front de l’attaque) qui a fait l’affaire des Samouraïs bleus. Surtout au milieu du terrain où ils ont régné en maîtres et les espaces entre les lignes dans lesquels ils s’infiltraient comme à la parade.

Assurément, le sélectionneur sénégalais avait mésestimé ses adversaires. A moins qu’il se fût simplement fourvoyé puisque, la veille du match, il avait soutenu que les Japonais avaient « une qualité collective technique bien maîtrisée et une qualité de passes au-dessus de la moyenne ». Dès lors, pourquoi leur opposer un schéma tactique face auquel ils pourraient s’exprimer avec la plus grande aisance ? Curieusement, dominés au plan du jeu, les Lions avaient été très heureux de mener à la marque. Deux fois plus qu’une d’ailleurs, avant de se faire rattraper. Ironie du foot, c’est ce jour là où ils avaient tactiquement (et techniquement) débordés qu’ils ont peut-être vendangé leurs chances de survivre au premier écrémage.

Titulaire et capitaine

Car, si au troisième match, avant-hier à Samara contre la Colombie, le technicien sénégalais était retourné à son 4 – 4 – 2 du premier jour, il avait fini par s’incliner. Comme le prédisaient d’ailleurs beaucoup de « spécialistes » de la météo sportive. Encore que c’était peut-être la rencontre la mieux maîtrisée par les joueurs de Cissé.

Défensivement, Gassama préféré à Wagué qui avait livré deux bons matchs, avait apporté son expérience pour contrer les Sud-Américains. Dans l’entrejeu, Capitaine Kouyaté redevenu titulaire et capitaine a abattu un énorme travail de sape auprès de son compère Gana Guèye qui a livré son meilleur match dans ce tournoi. Et Diao Baldé Keïta titularisé au front de l’attaque et Mbaye Niang ont plus ou moins rempli leurs tâches de premier rideau défensif à défaut d’être offensivement décisifs. Au point qu’on n’a pratiquement pas vu les Colombiens.

Leur puissance de feu tant vantée ne s’est guère vérifiée : Falcao n’a jamais vu la lumière, James Rodriguez, insuffisamment remis d’une blessure, a passé 30 mn à errer sur l’aile de jeu. Et Cuadrado s’est plus illustré en … plongeons au moindre contact avec un adversaire que dans le jeu. Finalement, c’est sur coup de pied arrêté qu’ils ont fait la différence. Au moins, eux avaient cette arme (pourtant pas si secrète que ça, tout le monde connaissant le jeu de tête ravageur du défenseur du Barça, Mina) parmi leur arsenal.

On ne peut malheureusement pas en dire autant des Lions au jeu stéréotypé.
Enfin que dire du gardien de but, Khadim Ndiaye ? Simplement qu’il n’a pas eu trop de boulot à faire durant ce Mondial. Juste deux ou trois ballons chauds à négocier par match. Cependant, les relances les moins travaillées de la compétition, se résumant à envoyer de longs ballons dans le camp adverse, sans destinataire précis. Mais surtout une bourde sur la deuxième égalisation japonaise qui a coûté cher à son équipe.

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR,
Samba Oumar FALL, B. Khalifa NDIAYE (textes) Abdoulaye MBODJ (photos)

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.