banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Elimination des Lions : Maillots, gadgets, drapelets ne trouvent plus preneur

07 Juil 2018
779 times

Si la Fifa a éliminé la double peine, elle ne peut rien contre l’amertume des vendeurs de maillots aux couleurs du Sénégal. En plus de vivre difficilement l’élimination des Lions, ils font face à des stocks d’articles maillots, gadgets, drapelets qui ne trouvent plus preneur.

Si les supporters sénégalais digèrent petit à petit l’élimination de l’équipe nationale, dès le premier tour de la Coupe du monde, chez les vendeurs de maillots, la peine est double. En plus de supporter cette mini-déception, ils font face à une équation de taille. En effet, la qualification de l’équipe du Sénégal avait donné de nouvelles idées aux vendeurs, ambulants ou gérants de magasins. La plupart d’entre eux avaient laissé leur activité de côté pour se consacrer à la vente de maillots. Un business qui marchait bien, même avant le début de la compétition. Vendeur de matériels importés à Colobane, Abdou Khadr, la quarantaine, avait aménagé un petit espace pour la vente de maillots. « J’en ai beaucoup vendu avant le début de la Coupe du monde. Et la bonne entrée en matière des Lions avec la victoire contre la Pologne a donné plus d’engouement. J’ai commandé un lot de 100 maillots en provenance du Maroc », dit-il. A peine que sa commande est arrivée, que le Sénégal est éliminé. Une pilule dure à avaler. « Je ne m’y attendais pas vraiment. Aujourd’hui, je n’arrive même pas à les vendre au prix d’achat. J’ai été obligé de trouver un vendeur de maillots à temps plein pour lui filer tout mon stock. J’ai accusé une perte d’au moins 60 000 FCfa. Je ne vois plus d’acheteurs, alors que mes articles étaient de très bonne qualité », se désole-t-il, non sans préciser qu’il n’est pas le seul à vivre une telle désillusion.

Non loin de là, les cantines se suivent, mais le décor est le même, les drapelets et autres gadgets aux couleurs nationales qui s’écoulaient comme de petits pains ont désormais trouvé place dans les étagères. « Ça ne se vend presque plus. On ne trouve pas preneur. Tous les deux jours, j’allais me ravitailler aux Allées du Centenaire. Ce qui nous soulage, c’est qu’entre le début de la Coupe du monde et le dernier match du Sénégal, nous nous sommes fait beaucoup d’argent. Par exemple, même avec le maillot de moindre qualité vendu entre 4.000 et 5.000 FCfa, on se faisait un bénéfice de près de 50%. C’est ce qui nous soulage, sinon ça allait être pire. Je me rappelle le lendemain de la victoire contre la Pologne, j’ai vendu au moins 30 maillots et près de 50 drapelets en une journée », révèle Cheikh Fall.

De 8.000, les prix des maillots ont chuté à 2000 FCfa
Le décor du Marché Sandaga est tout autre. A l’approche de la Coupe du monde, et même durant les deux premiers matchs des Lions, le Rond-point était presque coloré. Maillots, drapelets, brassards, gadgets…tous s’étaient mis au rythme de la Coupe du monde. En cette après-midi de mardi, la forte canicule s’abat sur le marché. Mais difficile d’apercevoir un article aux couleurs nationales. Les marchands ambulants ont repris leurs vieilles habitudes. A quelques mètres du rond-point, Modou Ngom tient sa cantine, à l’intérieur de ce lieu de vente de boubous d’art, les lots de maillots sont rangés dans un coin. C’est à peine si le commerçant veut en parler. « On ne voit plus de clients. J’ai ici des maillots que j’avais pris chez un commerçant en provenance de Turquie à 8.500 FCfa l’unité. Maintenant, je n’ose même plus marchander. La perte est évidente, il faut juste minimiser. J’ai vendu des maillots à moins de 2.500 FCfa après l’élimination et le pire, c’est que je peux rester pendant 3 jours sans en vendre. Les drapelets et autres gadgets, je n’ose même pas les sortir du sac», se désole-t-il.

Aujourd’hui, il estime le stock à près de 200.000 FCfa. Mais notre commerçant dit avoir retenu la leçon. « Il faudra prochainement y aller avec beaucoup de prudence», tempère-t-il.

Les vendeurs occasionnels payent le plus lourd tribut
Qu’ils soient vendeurs de chaussures, de friperie ou de vêtements de femmes, ils avaient tout abandonné, le temps de la Coupe du monde, pour faire le maximum de dividendes avec la vente des articles aux couleurs nationales. Aujourd’hui, ce sont eux qui souffrent le plus de l’élimination précoce du Sénégal. Trouvé dans sa cantine, non loin du Centre commercial Touba Sandaga, le vieux Guèye fait le point avec ses jeunes. Vendeurs de maillots à temps plein, il dit ne pas trop souffrir de la situation. « C’est mon quotidien. Ce sont ceux qui étaient dans d’autres secteurs et qui ont pris toutes leurs économies pour les mettre dans la vente de maillots qui souffrent le plus », dit-il.

Venu écouler son grand stock, Madou sort difficilement les mots. « Je suis vendeur de chaussures. Mais j’ai du mal à retrouver mon activité parce que j’avais mis beaucoup d’argent dans le business des maillots. Je suis maintenant obligé de tout bazarder », informe-t-il. Et la tournure du marchandage montre à suffisance la position de force du traditionnel vendeur de maillots.

« Je ne marchande pas par unité, si tu veux on discute du prix pour tout le stock », lance le vieux Guèye, avec beaucoup d’autorité. C’était alors parti pour un long marchandage. « Je suis obligé de le vendre à perte. Ce sont 5 lots de 20 maillots. Avec le prix qu’il me propose, c’est comme si je vendais le maillot à moins de 2.000 FCfa, alors que je refusais 4.500 FCfa avant notre élimination », souligne le vendeur, après avoir fait appel à la calculette.

Oumar FEDIOR

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.