banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

« Dobrii dan » : Paradoxe

07 Juil 2018
442 times

Le paradoxe du football, c’est qu’il est le sport collectif par excellence qui, en même temps, magnifie peut-être plus que dans toutes les autres disciplines, la performance individuelle. Si bien que même dans une épreuve comme la Coupe du monde dont la 21ème édition se dispute actuellement en Russie, on épilogue autant sur les chances de telle ou telle autre équipe de décrocher le titre final que sur celles de telle star de marquer des points décisifs dans la course à l’attribution du Ballon d’or. Messi et Ronaldo qui ont trusté ces dix dernières années la récompense individuelle suprême, renvoyés à la maison, on cherche depuis le joueur qui pourrait interrompre ce mano-à-mano. Peut-être que les derniers jours de compétition permettront à quelqu’un de sortir du lot.

Pour l’heure, et comme le Brésil il y a quatre ans suite à la blessure et au forfait de Neymar, on peut bien noter que l’absence hier de Cavani a été préjudiciable à l’Uruguay. Devenue une équipe quelconque sans son meilleur buteur, l’Uruguay est totalement passé à côté de son sujet contre la France. Un peu comme les « Auriverde » en demi-finale de « leur » Mondial en 2014 face à l’Allemagne (1 – 7). Et également à l’image de l’Argentine tout au long de ses trois matchs en terre russe, plombée par un fantomatique Lionel Messi. Pour parler de ce qui nous concerne de plus près, l’Egypte n’a-t-elle pas fait les frais du manque de rythme de Mohamed Salah, son maître à penser technique et buteur efficace ? Ses compatriotes connaissaient à ce point l’importance du joueur de Liverpool dans la performance d’ensemble des Pharaons, que certains d’entre eux n’avaient pas hésité à manifester devant l’ambassade d’Espagne au Caire pour s’en prendre à Ramos, le défenseur et capitaine du Real et de la « Roja » qui avait « démonté » leur pharaon en finale de la Ligue européenne des champions.

Et pour balayer devant la porte de notre Tanière, avec un Sadio Mané au même niveau de performance qu’en club, le Sénégal n’aurait-il pas passé le cap des matchs de groupes de ce Mondial ?

Puisque personne n’aura jamais la réponse exacte, on peut prendre la liberté de répondre que … si. Dans tous les cas, il n’y a jamais à y redire aussi longtemps que la dépendance d’une équipe d’un de ses éléments porte ses fruits. Cependant, quand ça commence à ne plus marcher comme espéré, on se fait fort de se rappeler que le football est avant tout un sport collectif. N’empêche des individualités sortiront toujours du lot et auront la responsabilité de porter leur équipe. Et de perpétuer ce joli paradoxe autour du foot.

B. Khalifa NDIAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.