banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Belgique, une élimination qui passe mal

12 Juil 2018
238 times

Saint-Pétersbourg : « Je préfère perdre avec le jeu de cette Belgique que gagner avec celui de cette équipe de France ». Eden Hazard, le capitaine des Diables rouges n’a même pas cherché à cacher son dépit après l’élimination de son équipe, avant-hier à Saint-Pétersbourg, en demi-finale de la 21ème Coupe du monde de football (0 – 1 pour la France). Il est vrai que lui et ses partenaires ont déroulé un jeu plaisant, de grande qualité et bien construit. Ils sont presque tout le temps acculé les Bleus, les ont bousculés parfois et même mis en danger en certaines occasions. Sans jamais trouver la faille. En face, la muraille bleue a tenu le coup, ployé par moments sans jamais céder. Et les rares fois où il lui arrivait de se fissurer, Hugo Lloris, le dernier rempart, jouait à merveille son rôle avec des arrêts dignes du grand gardien de but qu’il est.

« Jouer en bloc bas et laisser le contrôle du ballon aux Belges, c‘était la seule façon de les battre », a d’ailleurs reconnu le capitaine et portier de l’équipe de France. Leur laisser la possession du ballon et répliquer par rapides contres ou miser sur les coups de pieds arrêtés pour faire la différence, telle était donc la tactique adoptée par le coach français Didier Deschamps. Même si, sur ce second aspect, ce n’était pas gagné d’avance face à des Belges dont pas moins de 5 culminent à plus de 1,90 m, avec en plus dans les buts une sorte de pieuvre aux bras interminables.

Pourtant, cela a fini par marcher avec ce but de la tête de Samuel Umtiti (51ème mn) sur un corner botté de la droite. Et malgré leurs efforts et un Eden Hazard décidé à inverser le cours des événements, les choses en restèrent en l’état.

Au grand bonheur de la France qui disputera, dimanche prochain, la troisième finale de son histoire après celle enlevée il y a 20 ans à domicile contre le Brésil et celle perdue en 2006 en Allemagne face à l’Italie.
Seule la victoire est belle, pourront rétorquer les Bleus. Encore qu’on ne peut même pas dire qu’ils ont volé la qualification. Dominés dans le jeu ils l’ont été, il est vrai. Mais jamais écrasés. Et puis, peut-on simplement reprocher à une équipe de s’adapter au style de jeu de son adversaire pour mieux le contrer ? D'adopter une stratégie de circonstance pour faire déjouer le vis-à-vis et le battre ? Savoir positionner son équipe en fonction du dispositif d’en  face, de la qualité des éléments opposés, construire sa force sur les faiblesses de l’autre, l’empêcher de tirer le meilleur de son potentiel. D’ordinaire, on appelle cela un bon coaching ou du talent voire un génie tactique.

Et c’est ce que Didier Deschamps, le coach français, a su faire pour empêcher les Diables rouges de sortir de leur boite. En « bouchonnant » le jeu belge dans sa verticalité grâce à une bonne occupation de l’espace, il a contraint Eden

Hazard, le leader technique adverse, à s’exiler sur l’aile gauche (en première mi-temps, du moins). Et a, en même temps, considérablement réduit les possibilités de De Bruyne d’alimenter son attaque en ballons négociables. Ce qui a totalement isolé Romelu Lukaku. Un joli coup tactique du coach français que les Belges auront longtemps encore en travers de la gorge. « Ce n’est pas la meilleure équipe qui a gagné », s’est même plaint Vincent Kompany, le défenseur central des Diables rouges. A voir…

Car le football peut parfois prendre les allures d’une partie d’échecs. Et c’est à celui qui sait le mieux déplacer ses pions que revient alors la victoire.
Mercredi à Saint-Pétersbourg, Martinez le coach espagnol de la Belgique qui avait réussi un gros coup contre le Brésil en quarts de finale a trouvé à qui parler. Le maître du jeu, c’était Didier Deschamps.


De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA, Diégane SARR,
Samba Oumar FALL, B. Khalifa NDIAYE (textes) Abdoulaye MBODJ (photos)

Echos… echos…

God save…  Croatia :
Les Anglais ont encore démontré hier leur patriotisme. Quoi de plus grand que leur hymne national « God save the Queen » pour fouetter leur orgueil.
Les Three Lions ont été poussés par leurs infatigables supporters qui ont épuisé leurs répertoires de chansons, se sont donnés à fond. L’ambiance était survoltée au stade Luzhniki. Le douzième homme anglais  a chauffé comme jamais les travées de ce mythique temple du football.

Et les Russes se souviendront longtemps encore de cette rencontre où les supporters anglais, à l’image de leurs joueurs, infatigables sur le terrain, ont donné du rythme à cette belle confrontation. L’ouverture du score des Three Lions a donné du tonus aux milliers de supporters qui peuvent se targuer d’avoir bien réussi leur mondial. Même si à l’arrivée, les dieux du football avaient choisi la Croatie qui disputera la première finale de Coupe du monde de son histoire dimanche contre la France.

Les supporters anglais toujours fidèles à leur réputation :
Moscou avait hier des airs de … Londres. Et pour cause, il y avait des Anglais partout. Les supporters des Three Lions ont envahi la capitale moscovite pour soutenir leur équipe.

Peu nombreux lors des matchs de groupe, leur nombre a explosé avec la qualification en demi-finale de L’Angleterre.
Ils étaient partout visibles avec leurs maillots blancs, rouges, leurs drapeaux. Les usagers des métros ont été émerveillés par leur capacité de mobilisation. De la station Komsomolskaya à celle de Sportivnaya menant au stade Luzhniki, ils ont mis du rythme et fait un boucan de tous les diables. Et chanté à pleins poumons.  Ils ont entonné sans répit « Don’t take me home ».
Mais leur équipe n’ira pas plus loin que cette demi-finale. Harry Kane et ses coéquipiers se consoleront avec la petite finale.

Les Croates hués par… leurs supporters :
Très confiants avant le coup d’envoi, les supporters  croates refroidis par le but matinal de Trippier ont été par la suite très dépités. Au lieu d’encourager leur équipe et pousser leurs joueurs à revenir au score, ils n’ont rien trouvé de mieux que de les huer. Chaque fois que Modric et compagnie manquaient de solution pour remonter la balle et revenaient dans leur camp pour reconstruire, ils étaient copieusement hués. Mais ce traitement très spécial n’a pas pour autant dé-stabilisé les hommes de Mario Dalic. Les supporters Croates sont par la suite revenus à de meilleurs sentiments.
Et ont donné de la voix en seconde période et galvanisé leurs joueurs qui ont trouvé de la ressource pour égaliser avant de remporter le gain de la rencontre. 

Tribune de presse.. Comme à Saint-Pétersbourg, la presse est venue en très grand nombre pour la couverture de la deuxième demi-finale entre l’Angleterre et la Croatie, au stade Luzhniki de Moscou. Il n’y avait pas assez de place pour tout le monde dans la tribune réservée aux medias. Mais une tribune spéciale a ainsi été réservée à la centaine de journalistes venus de tous les horizons. Il n’y avait pas tout le confort pour de travailler dans de très bonnes conditions. Mais c’était mieux que de rester debout pendant toute la rencontre.

Retrouvailles :
Si la finale France-Croatie aura un parfum de retrouvailles, la petite finale le sera aussi. La Belgique et L’Angleterre s’affrontent samedi pour la troisième place, au stade Kretovsky de Saint Pétersbourg. Le chemin des deux équipes s’est déjà croisé lors du tournoi le 28 juin dernier, à Kaliningrad, pour le leadership du groupe G. Les Diables rouges s’étaient imposés 1 à 0 grâce à un but d’Adnan Januzaj.

 

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.