banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

«Dobrii dan» : L’occasion ratée

12 Juil 2018
255 times

Les Bleus de France attendaient de savoir. Depuis hier, ils savent. Ils savent que dimanche prochain, c’est la Croatie qu’ils affronteront en finale de la 21ème Coupe du monde de football. L’Angleterre qui aurait pu leur disputer la succession de l’Allemagne a commis le péché d’orgueil d’avoir pris les « Blazers » pour morts après leur avoir planté une banderille matinale. Mal lui en prit parce que ces Croates qui ont étrillé l’Argentine de Messi et ramené sur terre la « Sbornaya » russe ont de la ressource. Ils ne s’avouent jamais vaincus et à l’image des moteurs diésel, montent en puissance au fil du temps. Comme le prouvent leurs deux victoires aux tirs au but en huitième de finale contre les Vikings danois et en quart de finale aux dépens du pays hôte. 

Les voici donc en position de disputer leur première grande finale internationale. Mondiale, même. Un coup de force pour cette équipe croate, issue de l’éclatement de l’immense réservoir de footballeurs talentueux qu’était la Yougoslavie, née seulement en 1991 et affiliée à la Fifa trois ans plus tard. Et après une demi-finale de Coupe du monde en 1998, elle a franchi une étape supplémentaire. Vingt ans après, elle retrouve la France qui lui avait barré la route chez elle, avant de décrocher son seul titre dans la compétition. Cela rappelle forcément de bons souvenirs aux Bleus et à leur coach, Didier Deschamps, alors capitaine d’équipe. Mais, ce serait peut-être une erreur de croire que c’est déjà dans la poche. Car, ces Croates ont montré tout au long de leur parcours qu’en plus du talent, ils avaient du cœur. Ce dont ne manquent cependant pas leurs adversaires de dimanche prochain. Ce qui promet, du coup, une finale très ouverte entre une France décidée à réécrire l’histoire, deux décennies après (presque jour pour jour, le 12 juillet en 1998 et le 15 du même mois cette année) et une Croatie motivée à laver la défaite d’alors.

Deschamps sur le banc tricolore et Davor Suker comme président de la fédération croate de football qui s’étaient croisés, il y a 20 ans au Stade de France, auront des histoires et de belles à raconter à leurs héritiers. Dans un camp comme dans l’autre, on a donc tout ce qu’il faut pour se motiver, au-delà de l’honneur et du privilège de disputer une finale de Coupe du monde. Modric, Rakitic, Mandzukic d’un côté ; Mbappé, Griezmann et Lloris de l’autre, en plus d’autres artistes et guerriers dans chaque camp, la finale de 2018 ne souffre pas de la comparaison avec ses précédentes.

Elle a tout pour plaire aux amoureux du beau foot, avec en filigrane un contentieux daté d’il y a 20 ans à régler. Chez elle, la France avait peut-être l’avantage du terrain. Cette fois, ce sera en zone neutre. Et si les Croates ont la rancune aussi tenace que leur cœur est gros, les Bleus peuvent s’apprêter à souffrir.

B. Khalifa NDIAYE

 

Last modified on jeudi, 12 juillet 2018 10:27
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.