Print this page

« Dobrii dan » : Et maintenant, l’apothéose !

15 Juil 2018
1009 times

«La meilleure coupe du monde de tous les temps » ! Les rideaux ne sont pas encore tombés sur la 21ème édition du Mondial de football que le président de la Fifa en personne, Gianni Infantino, adresse déjà un satisfécit sans réserve à la Russie. Il est vrai que, côté organisation, tout a été presque parfait ; pas un seul couac n’a été relevé dans aucune des onze villes hôtes de la compétition. Sur les terrains, tous les stades ont été pleins et sur les aires de jeu, le jeu n’a pas toujours été folichon mais il a été de bonne qualité. Et surtout, en demi-finales, on a assisté à des rencontres de très haut niveau, avec d’abord un France - Belgique qui restera longtemps encore dans les annales et un somptueux Croatie - Angleterre. Avant donc ce dernier weekend, on peut dire à la suite du président Infantino que la Russie a bel et bien réussi son Mondial. Au-delà même des attentes, au grand dam (encore une fois) de ses nombreux détracteurs qui lui avaient prédit un échec retentissant.

Il reste donc à mettre la cerise sur le gâteau. A offrir à la Planète Foot, une apothéose à la dimension du formidable mois qu’elle vient de vivre. Et l’on peut espérer qu’il en sera ainsi, avec aujourd’hui une « petite finale » qui aurait bien pu être la grande. La Belgique et l’Angleterre qui s’affrontent à 15 heures à Saint-Pétersbourg méritaient autant que leurs tombeurs, la France et la Croatie, d’être présentes à l’ultime étape de demain. Même si ce jour, les Diables rouges et les Sujets de Sa Gracieuse Majesté afficheront un visage différent de celui auquel ils nous avaient habitués, cela ne devrait pas affecter la qualité du spectacle annoncé. Car, ces deux sélections sont suffisamment riches en talents pour pouvoir nous sortir, même du bout de leur banc, des éléments capables de faire grimper aux rideaux tous les amoureux du jeu.

  En attendant donc le clou, demain dans la majestueuse enceinte du stade Luzhniki de Moscou. Avec d’un côté, une France à qui rien ne semble résister et de l’autre une Croatie qui, justement, résiste et survit à tous les scenarii. Une France conquérante face à une Croatie qui sait faire le dos rond pendant les moments de doute et sur qui les matches à rallonge ne semblent avoir aucun effet. Une France talentueuse, joueuse qui sait aussi, au besoin, laisser l’initiative à son adversaire pour mieux le prendre à son jeu. Et une Croatie accrocheuse servie par des artistes de la trempe de Modric ou Rakitic, une sorte de mélange de hargne et de « génie » qui lui a permis de se tirer de tous les guêpiers ayant jalonné son parcours vers la finale. Une France efficace qui, en cas de panne sèche de ses attaquants, peut compter sur des défenseurs buteurs (Varane, Umtiti) qui lui ont permis de passer les derniers obstacles sur la route du rendez-vous de demain. En face, une Croatie difficilement manipulable et au souffle inépuisable qui se bonifie au fil des minutes là où d’autres se seraient liquéfiées.

C‘est dire que cette Coupe du monde qui est déjà une belle réussite a, en cette affiche, tout ce qu’il faut pour nous proposer un final inoubliable.

B. Khalifa Ndiaye

Rate this item
(0 votes)

Related items