banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Autres (772)

Les ½ finales du 3e Open international féminin de tennis de Dakar qui se disputeront ce matin à partir de 11h devraient être indécises jusqu’au bout. Et pour cause ! A ce stade de la compétition, les têtes de série seront sur les différents courts de l’Olympique club pour essayer de décrocher le billet pour la finale de demain (à partir de 16h). Ainsi, sur le tableau final de 32 joueuses qui s’étaient alignées au départ, il n’en reste que quatre pour les matches de simples.

Mais heureusement que sur les 8 têtes de séries, il en reste encore quatre, même si des joueuses comme la suissesse Conny Perrin (1), les Allemandes Swan Katie (5) et Dart Harriet (6) et l’Ukrainienne Strakhova Valeriya (8) n’ont pu aller jusqu’au bout. La grande surprise a été l’élimination de la Suissesse vainqueur en 2015 par la Sud-africaine Simmonnds Chanel (7) en ¼ de finale, alors que la Française Clothilde de Bernardi finaliste en 2015 abandonnait à cause de douleurs au ventre au profit la Norvégienne Stoke Mélanie (4). Cette dernière affrontera la Sud-africaine Simmonds pour ces ½ finales.

C’est dire que cet Open 2017 n’a pas fait que des heureuses sur les courts de l’Olympique Club ; aujourd’hui cependant sera une autre paire de manches car il faudra encore gagner pour espérer monter sur le podium. Le duel le plus attendu sera celui qui opposera la Grecque Grammatikopoulous Valentini, tête de série n°2, à l’Espagnole Garcia Perez Georgina tête de série n°3. Mais l’autre demi-finale ne manquera pas aussi de piquant car la Norvégienne Stoke Mélanie qui a réussi jusqu’ici le meilleur parcours sera opposée à la Sud-africaine Simmonds Chanel, seule représentante de l’Afrique à ce stade de la compétition. Les autres Africaines, trois Nigérianes et l’autre Sud-africaine, ayant été éliminées avant terme. Dans le tableau des doubles dames, la finale se disputera aujourd’hui entre la paire Sizikova Yana/Veselinovic Ana fera face au duo Grammatikopoulou Valentini/Van Der Hoek Rosalie.

C. F. Keita

 

Last modified on samedi, 18 novembre 2017 13:12

L’ambassadeur du Japon au Sénégal, son Excellence Shigeru Omori, a rappelé, hier, au cours d’une réception offerte à sa résidence, l’importance de l’Open de Dakar qui démarre aujourd’hui. Il a également indiqué que cette compétition s’inscrit dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.

L’ambassade du Japon a organisé, hier, une réception dans le cadre de l’Open de Dakar qui démarre aujourd’hui. Il a rappelé que son pays se prépare activement à accueillir les Jeux olympiques et paralympiques à Tokyo en 2020 et c’est dans cette perspective que s’inscrit cette réception qui a vu la participation du ministère des Sports, du Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss) de l’Union africaine de judo (Uaj) etc.

« La Fédération internationale de judo et l’Union africaine de judo ont bien voulu confier l’organisation au Sénégal, à travers la Fédération sénégalaise de judo et disciplines associées. Il s’agit d’une compétition importante, d’autant qu’elle constitue des qualifications aux Jeux olympiques qui se tiendront à Tokyo en 2020 », a rappelé le diplomate japonais.

Selon lui, c’est la première fois qu’une telle compétition est organisée au Sénégal, à l’instar de l’Open de Tunis ou de celui de Casablanca. M. Omori en a profité pour féliciter le président de la Fédération sénégalaise de judo, Babacar Wade, pour l’organisation de l’Open international de judo à Dakar. Il a, par ailleurs, encouragé tous les athlètes présents à Dakar pour participer à cette compétition, les appelant à combattre vaillamment dans l’esprit Budo. D’après le diplomate nippon, le Japon compte apporter son soutien à tous les sportifs à travers le monde, et c’est dans ce sens qu’il a créé le programme « Sport for tomorrow ». Il s’agit, à son avis, d’une initiative qui vise à renforcer les liens d’amitié et de solidarité avec les peuples du monde entier, grâce à la puissance du sport, en soutenant plus de 10 millions de personnes originaires de plus de 100 pays d’ici aux olympiades de 2020.

Le président de la Fédération sénégalaise de judo et disciplines associées, Babacar Wade, a réitéré sa reconnaissance au Japon pour son appui constant aux arts martiaux et au judo sénégalais. Il a indiqué que l’organisation de cette réception témoigne de l’intérêt pour les arts martiaux du chef de la diplomatie japonaise au Sénégal.

Le directeur de cabinet du ministre des Sports, Ibrahima Ndao, a souligné les relations exemplaires entre le Sénégal et le Japon. Il a magnifié les qualités de militant de la cause des arts martiaux de l’ambassadeur du Japon, soulignant les nombreux efforts que ce pays a consentis pour développer le judo sénégalais

Notons que les compétitions de judo se dérouleront au stadium Marius Ndiaye avec les éliminatoires qui débutent samedi matin puis les finales dans l’après-midi. Demain dimanche, les compétitions se poursuivront dans les autres catégories avec toujours des éliminatoires avant les finales prévues dans l’après-midi.

Diégane SARR

 

Last modified on samedi, 18 novembre 2017 13:09

L’équipe féminine de bobsleigh du Nigeria s’est qualifiée pour les prochains jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, devenant ainsi la première équipe africaine à participer à l’évènement dans cette discipline.
La fédération nigériane de bobsleigh et de skeleton a posté vendredi sur son compte instagram une photo des trois membres de l’équipe, se tapant dans les mains en signe de victoire.

Les trois jeunes femmes, Seun Adigun, Ngozi Onwumere et Akuoma Omeoga, anciennes sprinteuses - Adigun avait notamment participé au 100 m haies aux Jo de 2012 — nées et élevées aux Etats-Unis mais concourant pour le Nigeria, ont réussi leur dernière descente de qualifications jeudi à Calgary.  
«Nous sommes littéralement en extase. C’est le moins que l’on puisse dire. Nous sommes tellement fiers de notre équipe féminine de bobsleigh, qui s’est qualifiée pour les jeux Olympiques d’hiver», s’est réjouie la fédération nigériane.

Les trois Nigérianes n’ont d’ailleurs rien fait pour stopper la comparaison. Elle ont récolté via le crowd-funding les 150.000 dollars nécessaires pour s’entraîner et participer aux compétitions, et ont réussi via une campagne marketing active notamment sur les réseaux sociaux à attirer des sponsors prestigieux comme Visa ou la marque de vêtements de sport Under Armor.

AFP

 

Last modified on samedi, 18 novembre 2017 12:48

A moins de 15 jours du tirage au sort de la phase de groupes du Mondial 2018 qui aura lieu le 1er décembre, Afrik-Foot a imaginé le meilleur et le pire groupe qui pourraient attendre les 5 qualifiés africains en Russie.

Jeudi, la Fifa a révélé la composition des quatre chapeaux qui seront utilisés le 1er décembre à Moscou pour le tirage au sort de la phase de groupes du Mondial 2018. En partant de là, Afrik-Foot s’est amusé à vous concocter le groupe de rêve et le pire groupe qui peuvent attendre les 5 représentants africains en Russie.
Pour ce faire, nous avons établi deux tirages distincts, un pour les sélections placées dans le pot 3 (Tunisie, Egypte et Sénégal) et un pour celles du pot 4 (Nigeria, Maroc). Nous avons également tenu compte de la règle de la Fifa qui interdit à deux sélections issues d’une même confédération de se retrouver dans le même groupe (sauf pour la zone UEFA où un maximum de deux sélections par groupe est permis).
Pot 3 : Tunisie, Egypte
et Sénégal

Malgré leur présence dans le pot 3, la Tunisie, l’Egypte et le Sénégal ne sont pas à l’abri d’un tirage cauchemardesque qui mettrait par exemple les deux derniers champions du monde, l’Allemagne et l’Espagne, sur leur route. Dans le pot 4, une équipe comme le Japon qui a l’expérience de ce type de rendez-vous ne représente pas un cadeau.
  Exemple de pire tirage possible :
Allemagne-Espagne-Tunisie/Egypte/Sénégal-Japon
A l’inverse, les sélections du pot 3 peuvent aussi espérer un tirage plus clément en tirant par exemple la Russie, qui aura l’avantage de jouer à la maison mais qui va de déception en déception ces dernières années. Le Pérou reste abordable dans le pot 2 tandis que le Panama, qui disputera son premier Mondial, semble tout à fait prenable.

Exemple de meilleur
tirage possible : Russie-Pérou- Tunisie/Egypte/
Sénégal-Panama
Pot 4 : Nigeria, Maroc
Placés dans le dernier pot, celui qui ne protège pas du tout lors du tirage, le Nigeria et le Maroc peuvent s’attendre à tomber sur du lourd. Un tirage Brésil-Espagne-Suède est par exemple possible et serait vraiment cauchemardesque avec deux des favoris au titre et la Suède, qui reste solide et qui vient de priver l’Italie de Coupe du monde pour la première fois depuis 60 ans en barrage. Un vrai groupe de la mort !
 Exemple de pire tirage possible : Brésil-Espagne-Suède-Nigeria/Maroc
Malgré tout, l’espoir reste de mise pour les équipes du pot 4 et un groupe du type Russie-Pérou-Costa Rica n’aurait rien d’insurmontable pour les Super Eagles et les Lions de l’Atlas. Rendez-vous le 1er décembre pour le vrai tirage.
  Exemple de meilleur
tirage possible :
Russie-Pérou-Costa Rica- Nigeria/Maroc

Source : www.afrik-foot.com

Les qualifications de la Can-2019 repoussées de mars à octobre 2018
La Confédération africaine de football (Caf) a accepté de déplacer les qualifications de la Can-2019 de mars à octobre 2018 pour permettre aux cinq équipes du continent qualifiées pour le Mondial en Russie (14 juin-15 juillet) de disputer des matches amicaux de préparation à cette période.

Le Nigeria, le Sénégal, l’Egypte, la Tunisie et le Maroc sont qualifiés pour la Coupe du monde 2018. «Les équipes africaines (qualifiées) pour la Coupe du monde disposeront maintenant de la fenêtre internationale de la Fifa pour les matches amicaux après que le Comité exécutif de la Caf eut approuvé une proposition du Nigeria qui a demandé à ce que les qualifications de la Can-2019 fixées à cette période soient déplacées en octobre 2018», a déclaré le porte-parole des Super Eagles, Toyin Ibitoye.

«La Can-2019 sera disputée en juin 2019 au lieu de janvier (la date habituelle pour la Can, ndlr) comme prévu pour qu’il y ait plus de temps pour les qualifications, a-t-il ajouté.

CHAN 2018

Last modified on samedi, 18 novembre 2017 12:48

La Caf a effectué le tirage au sort du Chan 2018, ce vendredi, à Rabat. Pays-hôte, le Maroc hérite d’un groupe A abordable mais piégeux avec la Guinée, le Soudan et la Mauritanie. Placée dans la poule B, la Côte d’Ivoire bénéficie, en revanche, d’un tirage plus clément tandis que la Libye et le Nigeria s’affronteront dans le choc du groupe C.

Comme prévu, la Caf a procédé, ce vendredi, au tirage au sort du Chan 2018. A la manette pour ce tirage, Mustapha Hadji n’a pas eu la main légère pour le pays-hôte marocain en lui réservant un groupe abordable mais piégeux avec pour adversaires dans le groupe A la Guinée, 4e de la précédente édition, le Soudan, de retour après sa 3e place en 2011, et la Mauritanie qui a éliminé le Mali, finaliste de la précédente édition. Sans doute le «groupe de la mort» de cette édition...

Opposée à la Zambie, l’Ouganda et la Namibie, qui va découvrir la compétition, la Côte d’Ivoire fera logiquement figure de favori dans la poule B. Le groupe C s’annonce quant à lui relevé avec le seul vainqueur de l’épreuve en lice cette année, la Libye, qui fera face au Nigeria, toujours un client, au Rwanda, pays-hôte de la précédente édition et qualifié après les barrages, et à la Guinée Equatoriale qui va découvrir la compétition. La poule D enfin se présente comme la plus ouverte avec l’Angola, le Cameroun, le Congo, tombeur du tenant du titre, la Rdc, dans les éliminatoires et le Burkina Faso.

Équivalent de la Can pour les joueurs locaux, la compétition aura lieu du 13 janvier au 4 février 2018.

La composition des 4 groupes
Groupe A : Maroc, Guinée, Soudan, Mauritanie (à Casablanca)
Groupe B : Côte d’Ivoire, Zambie, Ouganda, Namibie (à Marrakech)
Groupe C : Libye, Nigeria, Rwanda, Guinée Equatoriale (à Tanger)
Groupe D : Angola, Cameroun, Congo, Burkina Faso (à Agadir)

 

Last modified on samedi, 18 novembre 2017 13:06

L’Américain Patrick Reed a pris la tête de la finale du circuit Epga jeudi à Dubaï avec un coup d’avance sur l’Australien Scott Hend et l’Anglais Justin Rose, à l’issue du premier tour.
Le leader de la «Race to Dubai», qui sacrera dimanche le meilleur joueur européen, l’Anglais Tommy Fleetwood, pointe en 46e position à huit coups du leader et sept de Rose, l’un de ses deux derniers rivaux en mesure de le détrôner.

L’Espagnol Sergio Garcia, qui doit absolument s’imposer pour avoir une chance de reprendre in extremis la tête du classement à Fleetwood, est 21e, à cinq coups du leader.
Reed, 23e mondial, a terminé en août à la 2e place du Championnat Pga, la meilleure performance dans un Majeur du Texan de 27 ans.

AFP

 

Last modified on vendredi, 17 novembre 2017 13:25

La cinquième journée du Masters de Londres a été marquée par l’abandon de la paire française Nicolas Mahut/Pierre-Hugues Herbert, tandis que Roger Federer a fait le plein de confiance avant les demi-finales en battant Marin Cilic dans un match sans enjeu.
Dans la soirée, l’autre simple du groupe Boris Becker opposera Alexander Zverev, le numéro 3 mondial, à l’américain Jack Sock, numéro 9, pour une place en demi-finale.
Côté français, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut ne verront pas les demi-finales du tournoi de double, pour la troisième année consécutive : après avoir ressenti une douleur au dos lors de l’échauffement, Pierre-Hugues Herbert a préféré déclarer forfait pour leur troisième match de poule.

Un abandon qui tombe au plus mal, à huit jours seulement de la finale de la Coupe Davis face à la Belgique (24-26 novembre), pour laquelle les deux joueurs ont été retenus au sein d’une équipe élargie. Leur participation est désormais compromise, même si les deux joueurs veulent y croire.
Roger Federer, qui avait abandonné avant la finale du Masters il y a trois ans, une semaine avant de jouer, et remporter, la finale de la Coupe Davis contre la France, a commenté cette situation. Côté simples, Roger Federer a terminé la phase de groupe invaincu, après une victoire en trois sets, 6-7 (5/7), 6-4, 6-1, contre le croate Marin Cilic, dans un remake de la finale de Wimbledon.

AFP

Last modified on vendredi, 17 novembre 2017 11:00

Les pronostics ont été déjoués: la France, pourtant non recommandée par World Rugby, a été choisie mercredi pour organiser en 2023 la deuxième Coupe du monde de rugby de son histoire, après celle de 2007, coiffant sur le poteau le favori sud-africain et l’Irlande. Les deux hommes forts de la candidature tricolore, le président de la Fédération Bernard Laporte et le directeur de France-2023, Claude Atcher, avaient donc raison de se montrer optimistes: à Londres, les votants n’ont pas suivi les recommandations de World Rugby, le 31 octobre, de confier la compétition à l’Afrique du Sud, qui l’avait eue en 1995. La France accueillera donc en moins d’un an deux compétitions mondiales majeures: à la Coupe du monde de rugby en septembre-octobre 2023 succèderont en août 2024, les jeux Olympiques de Paris.
Le dossier français, pourtant classé deuxième du rapport d’évaluation, a convaincu les fédérations et confédérations membres du conseil de World Rugby dès le premier tour: il y a récolté 18 voix (contre 13 pour l’Afrique du Sud et 8 pour l’Irlande), et 24 au second, contre 15 pour l’Afrique du Sud.

AFP

Last modified on jeudi, 16 novembre 2017 13:04

« Vous avez eu l’embarras du choix, mais c’est un privilège pour moi d’être parrain de vos zones et je tâcherai de mériter ce choix qui est un honneur », a déclaré samedi, au centre Espace-Jeunes de la capitale du Nord, le Pr Mary Teuw Niane.

Devant un auditoire fort attentif, composé essentiellement des responsables des Asc des zones 4 et 9, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a signé une convention avec ces derniers, avant de se réjouir du choix porté sur lui pour parrainer ces zones.

Il a, à ce propos, rappelé l’importance du capital humain, qui occupe une place importante dans l’axe 2 du Pse. « On ne peut réussir le développement sans la jeunesse. Nous remercions vivement l’Odcav qui contribue à façonner positivement la jeunesse », a-t-il ajouté.

Plaçant ce parrainage sous le signe de l’éducation et de la formation, le Pr Niane compte ainsi travailler avec les responsables de ces zones en vue de leur permettre de contribuer au développement du sport dans la région Nord. « Faisons de ces compétitions sportives du Navétane des moments de joie, de communion, d’apprentissage, de connaissance, mais n’oublions pas que l’école doit être placée au centre de tout ce que nous faisons », a-t-il indiqué. Selon lui, ce parrainage est loin d’être un acte politique, « c’est un honneur pour la ville et les fils de Saint-Louis ».

Les présidents desdites zones, Mamadou Niang et Amadou Mbodj, se sont engagés à respecter les termes de cette convention de deux ans et se sont dit prêts à accompagner ce partenariat tripartite, en vue de relever, ensemble et à travers le sport, les défis de la promotion d’une jeunesse instruite.

Ils ont enfin invité le ministre à mettre en place à Saint-Louis des filières de formation sur les ressources extraites, qui pourraient accompagner l’exploitation du pétrole et du gaz découverts au large de Saint-Louis.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

 

Last modified on jeudi, 16 novembre 2017 13:40

Le ministre des Sports Matar Bâ a ouvert, hier, les travaux des sessions de renforcement de capacités des coordonnateurs et des nouveaux membres des cellules nationales de la Confejes. Une occasion mise à profit par le ministre Matar Bâ pour remercier la Confejes d’avoir porté son choix sur le Sénégal.

« Nous sommes heureux d’accueillir ces quatre sessions de haute portée stratégique, pour le renforcement des capacités des intervenants dans les secteurs de la jeunesse et des sports. Je nourris déjà le vœu qu’après cette importante rencontre, les secteurs de la jeunesse et des sports renforceront substantiellement leur apport dans le développement ».

A noter que des experts venus du Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Tchad, Togo, Mali, Rdc, Mauritanie, Guinée Bissao, Niger, Burundi, Centrafrique, Madagascar, Gabon, Seychelles et de la Guinée Conakry prennent part à cet atelier qui prend fin aujourd’hui. Le ministre des Sports a, dans cette même lancée, répondu à la requête du secrétaire général de la Confejes, Bouramah Ali Harouna, concernant la relance de l’éducation physique et sportive dans les écoles.

« Avec le ministre de l’Education nationale, nous avons mis en place les stratégies et instruments qu’il faut pour la relance de l’éducation physique, mais également pour celle du sport universitaire et scolaire ».
En fait, Bouramah Ali Harouna est convaincu du rôle important de l’éducation sportive dans le développement, l’éducation, la santé et même dans l’économie. « L’éducation physique et sportive demeure une matière importante. Beaucoup de nos partenaires en sont convaincus.

C’est un défi que nous voulons relever car cette discipline doit être relancée ». Le secrétariat général de la Confejes poursuit la mise en œuvre de la convention tripartite signée en février 2013, avec la Conférence des ministres de l’Education de la Francophonie (Confemen) et la Fédération internationale des associations d’athlétisme (Iaaf).

Absa NDONG

 

Last modified on jeudi, 16 novembre 2017 13:39

Johan Van Herck, le capitaine de la Belgique, a dévoilé une sélection sans surprise, emmenée par David Goffin, 8e joueur mondial, pour la finale de la Coupe Davis face à la France, du 24 au 26 novembre à Lille, sur surface dure en salle. Outre Goffin, en forme et qui vient de battre lundi soir un Rafael Nadal certes amoindri au Masters, Steve Darcis (76e mondial), Ruben Bemelmans (106e), Arthur De Greef (174e), et Joris De Loore (279e comme réserviste, ont été retenus. La Belgique disputera sa 2e finale en trois ans après celle perdue en 2015 à Gand face à la Grande-Bretagne d’Andy Murray. La France, elle, briguera son 10e Saladier d’argent, mais son dernier succès remonte à 2001.

AFP

 

 

Last modified on jeudi, 16 novembre 2017 13:01

Les parcours de golf de la Pointe des Almadies (ex-Méridien) à Dakar et de Saly accueillent dès ce mardi, les compétitions dans le cadre de la 13ème édition de l’Open du Sénégal de Golf.

Une compétition à laquelle doivent participer quelque 200 golfeurs dont 53 professionnels qui vont se disputer le titre remporté l’an dernier par le Ghanéen Korriah Amos.
La Fédération sénégalaise de golf organise, à partir de ce mardi, la 13ème édition de son Open international intitulé ‘‘Open de Golf du Sénégal Tigo Business’’.
Une compétition qui regroupera quelque 200 joueurs d’une dizaine de pays (Cameroun, Côte d’Ivoire, France, Gambie, Ghana, Guinée Equatoriale, Nigeria, Sierra Leone, Sénégal, Zimbabwe) et qui aura pour cadre le parcours de golf de Saly et celui de la Pointe des Almadies.

Le premier site accueille d’ailleurs dès aujourd’hui, les premières parties puisque les professionnels y seront à l’œuvre pour deux jours, annoncent les organisateurs. En conférence de presse ce lundi, le comité d’organisation dirigé par Youhanidou Wane Ba a expliqué les contours de la manifestation. Ainsi, dès 7h30, le coup d’envoi sera donné pour entamer la première des deux journées au programme. Deux jours au terme desquel « un cut sera établi pour retenir les 18 meilleurs joueurs au classement », renseignent les organisateurs. Qui ajoutent que ces derniers feront ensuite le déplacement de Dakar où « ils joueront les 3ème et 4ème tours au golf de la Pointe des Almadies » entre jeudi et vendredi pour désigner le successeur à Korriah Amos du Ghana, sacré l’an dernier. Cette année encore, les golfeurs sénégalais seront de la partie puisqu’ils seront 17 chez les professionnels en plus des engagés parmi les amateurs. Avec cette nouvelle organisation, la Fédération sénégalaise de golf poursuit sa politique de promotion de la discipline mais aussi son ancrage dans les instances internationales. Puisque l’Open est désormais inscrit dans l’agenda international de la discipline.

Les organisateurs ont également souligné que la tenue de la compétition servira de prétexte à la Fédération pour « officialiser son partenariat avec l’Uassu pour promouvoir la discipline à l’école ». Un programme de promotion pour assurer la relève qui s’inscrit dans un vaste programme avec notamment la mise en place d’académies à Dakar et au Cap-Skirring où de jeunes adeptes seront formés. « En effet, l’année golfique 2018 sera marquée par le lancement d’une académie de golf dont l’objectif est la détection de jeunes talents qui vont assurer la relève », soulignent les responsables de la Fsg. Qui n’ont pas manqué de plaider pour la réhabilitation du Golf Club du Technopole.

Ousseynou POUYE

Last modified on mardi, 14 novembre 2017 14:57

La superstar du judo mondial Teddy Riner a enrichi son monumental palmarès avec une dixième couronne de champion du monde conquise en toutes catégories, samedi à Marrakech.
En atteignant la symbolique «decima» (huit titres en +100 kg, deux en toutes catégories), Riner (28 ans) imprime encore un peu plus son empreinte dans l’histoire du judo, et dans celle du sport en général: il reste sur 144 succès consécutifs.

La dernière défaite en date du Français remonte à plus de sept ans. Précisément au 13 septembre 2010, en finale des Mondiaux toutes catégories à Tokyo, face au Japonais Daiki Kamikawa, sur décision des arbitres. Déjà le judoka le plus titré aux Mondiaux (hommes et femmes confondus) depuis son huitième sacre en 2015, le double champion olympique des poids lourds (2012 et 2016) en a ajouté deux de plus en l’espace de deux mois, début septembre à Budapest (+100 kg), puis samedi au Maroc. Il peut désormais se tourner sereinement vers son objectif ultime : obtenir un troisième sacre olympique consécutif au pays du judo, à Tokyo en 2020. Du jamais vu chez les lourds. Un seul judoka a réussi cet exploit : le Japonais Tadahiro Nomura en -60 kg (1996, 2000 et 2004).

AFP



A deux jours du début de la 3ème édition de l’Open international féminin de Tennis de Dakar, les organisateurs ont fait le point sur les préparatifs de l’événement. Une occasion, pour Daouda Ndiaye et ses collaborateurs au premier rang desquels, le président de la Fédération sénégalaise de Tennis, de souligner que 42 joueuses ont confirmé leur participation.

La 3ème édition de l’Open féminin de Dakar de Tennis s’ouvre samedi par les matches de qualification à l’Olympique Club de Dakar. Après quelques semaines de préparation, Daouda Ndiaye, le Directeur du Tournoi a ainsi annoncé, en conférence de presse tenue hier, que plusieurs joueuses sont déjà arrivées à Dakar depuis mercredi où une Tchèque, une Française et trois Nigérianes avaient rallié la capitale ; alors que 17 autres sont attendues ce jeudi.

Ce, afin de disputer les qualifications prévues samedi et dimanche. En tout, il souligne qu’en fin de compte « 42 joueuses sont inscrites pour prendre part à la compétition dont 20 sont qualifiées d’office pour le tableau final. Les qualifications seront alors disputées par 22 joueuses dont les 8 meilleures rejoindront le tableau final. Ils seront complétées par les 4 Wild Card que nous allons distribuer aux joueuses invitées », a indiqué Daouda Ndiaye.

Tout ce beau monde représente 29 pays dont l’Afrique du Sud et le Nigéria qui sont les nations africaines présentes. Ce qui lui a fait dire que « le plateau sera relevé avec la tête de série n°1, la Suissesse Conny Perrin, vainqueur d’une des deux premières éditions et finaliste de la précédente édition ». Il n’a pas manqué de rappeler l’importance, pour lui et au-delà, la Fédération sénégalaise de Tennis, de tenir la manifestation à savoir « accueillir une compétition  d’envergure internationale une fois par an, accueillir un maximum de joueuses professionnelles et leur permettre de montrer la beauté du sport ».

Des objectifs qui recoupent ceux du président de l’instance fédérale, Issa Mboup qui estime que le Tournoi permettra d’avoir de grands rendez-vous, va participer à l’animation de la Fédération et favorisera l’émulation chez les jeunes pratiquantes. Pour une bonne tenue de la manifestation, il a souligné que tout est au point en particulier au site d’accueil. « Je suis passé à l’Olympique Club où toutes les conditions sont réunies pour tenir le Tournoi. Les responsables ont fait des efforts incommensurables pour une bonne tenue du Tournoi », a-t-il notamment souligné.

Le Général Mouhamadou Mansour Seck, président d’honneur de la Fédération sénégalaise de Tennis et du Tournoi a, pour sa part, magnifié les efforts du promoteur qui, à ses yeux, a le mérite d’inviter des filles dont le nombre a quasiment doublé par rapport à la précédente édition, passant de 26 à plus de 40.  Ce qui n’est pas évident, selon lui, parce que « la prise en charge des filles est plus importante avec le défi sécuritaire à relever. Mais malgré le contexte, elles ont confiance en notre pays », dira le Général Seck. Le Directeur du Tournoi a révélé qu’en marge de la manifestation, des actions sociales seront menées en faveur de la Pouponnière de Mbour.
Il s’agira de « dons en quantité d’eau mais aussi un pourcentage dans la participation des joueuses à remettre à la structure. Nous avons décidé de le faire à tour de rôle à des associations qui en ont besoin », a souligné Daouda Ndiaye.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on vendredi, 10 novembre 2017 13:48

Roger Federer figure dans le même groupe que l’Allemand Alexander Zverev au Masters qui débute dimanche à Londres, alors que Rafael Nadal, incertain pour le tournoi, se trouve avec Dominic Thiem, selon le tirage au sort effectué mercredi.

En plus de l’Espagnol Nadal, assuré de conserver le trône de N.1 mondial quels que soient ses résultats à Londres, et de l’Autrichien Thiem (N.4), le Bulgare Grigor Dimitrov (N.6) et le Belge David Goffin (N.7) figurent dans le «groupe Pete Sampras». Le Croate Marin Cilic (N.5) et l’Américain Jack Sock (N.8), qui a décroché le dernier billet grâce à son titre au Masters 1000 de Paris, dimanche, ont, eux, été versés dans le «groupe Boris Becker» avec le Suisse Federer (N.2) et l’Allemand Zverev (N.3). Nadal, en quête d’un premier trophée à Londres, n’est pas certain de pouvoir participer en raison d’une blessure au genou droit qui s’est réveillée la semaine dernière lors Masters 1000 de Paris-Bercy où il a dû déclarer forfait avant les quarts de finale. Federer, qui a fait l’impasse sur le tournoi de Paris-Bercy pour ménager son dos avant le «tournoi des maîtres», détient le record de victoires dans la compétition avec six titres (2003, 2004, 2006, 2007, 2010, 2011).

AFP

Le secrétaire général d’Interpol s’est inquiété, mardi, de l’augmentation des menaces terroristes et de cyber sécurité pesant sur les grands évènements sportifs internationaux dont la Coupe du monde et les Jeux olympiques. S’exprimant en marge d’une conférence sur la sécurité, à Doha, où doit se tenir la Coupe du monde de football en 2022, Jurgen Stock a fait état d’un «spectre de menaces». «Et, malheureusement, ces menaces augmentent», a déclaré à la presse M. Stock.

«Cela devient plus international et plus complexe, et nécessite plus que jamais la coopération entre les organismes chargés de l’application de la loi», a-t-il ajouté. M. Stock a cité des menaces récentes comme le hooliganisme lors de l’Euro 2016, des cyber-crimes aux Jeux olympiques de Rio en 2016 ainsi que des informations sur le risque d’attaques terroristes lors de la Coupe du monde de football de 2018 qui se tiendra en Russie.

De son côté, Hassan al-Thawadi, patron du comité d’organisation de la Coupe du monde au Qatar, a assuré que son pays va organiser, en 2022, un évènement très «sécurisé».

AFP

 

La 10e et dernière étape du Tour du Faso, disputée entre Korsimoro et la capitale du Burkina Faso Ouagadougou (environ 110 kilomètres), a été remportée en 2 heures 38 minutes et 47 secondes par Benjamin Stauder. L’Allemand conclut ainsi son Tour avec 5 succès d’étapes. La victoire finale de cette 30e édition du Tour du Faso revient au Marocain Salaheddine Mraouni, vainqueur en 31 heures 25 minutes et 56 secondes. L’Erythréen Symon Musie prend la 2e place du classement final (31 heures 26 minutes et 21 secondes) et le Burkinabè Matthias Sorgo complète le podium (31 heures 27 minutes et 46 secondes).

Last modified on mardi, 07 novembre 2017 11:25

Le Britannique Andy Murray et le Serbe Novak Djokovic, qui ont mis un terme à leur saison il y a plusieurs semaines, sont tous deux sortis du top 10 à l’Atp, échouant respectivement aux 16e et 12e places de la hiérarchie mondiale.
Murray, blessé à une hanche, avait dû déclarer forfait à l’Us Open début septembre, indiquant qu’il ne rejouerait «très probablement plus» d’ici la fin de la saison. Il était alors numéro deux mondial. Le Britannique devrait toutefois faire son retour sur les courts mardi lors d’un match caritatif à Glasgow, face à Roger Federer. Quant au Serbe, 30 ans, blessé à un coude et qui n’a plus joué depuis son abandon en quarts de finale de Wimbledon en juillet, il sort pour la première fois du top 10 depuis 10 ans.

Ces rétrogradations bénéficient à l’Espagnol, Pablo Carreño, qui se hisse à la 10e place et assure son ticket de remplaçant pour le Masters, Stan Wawrinka (7e) étant forfait. Cela constitue une petite consolation pour le demi-finaliste de l’Us Open, qui avant Bercy, où il a été battu au deuxième tour, était en position de dernier qualifié pour Londres avec une 9e place à la «Race» (sur les résultats de 2017).Juan Martin Del Potro, privé de Masters après son quart de finale perdu à Paris face à Isner, gagne lui six points à l’Atp, atteignant la 11e place. Le vainqueur de Bercy, l’Américain Jack Sock, effectue lui une belle remontée, gagnant 13 rangs et entrant dans le top 10 (9e). Du même coup, il décroche son ticket pour le tournoi des «Maîtres». Malgré son forfait en quarts de finale à Bercy en raison d’une blessure à un genou et sa participation toujours incertaine au Masters, Rafael Nadal reste lui à la première place du classement Atp et est désormais assuré de la garder jusqu’à la fin de la saison.

AFP

 

Last modified on mardi, 07 novembre 2017 11:25

L’imbroglio se poursuit au sommet de l’Acnoa, l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique. Vendredi 3 novembre, l’organisation s’est réunie en urgence à Prague (République tchèque) et a acté la suspension de son président Lassana Palenfo. Ce dernier a été écarté par 47 voix contre 4 par les 51 membres des différents Comités nationaux olympiques présents. Le dirigeant ivoirien est suspendu en attendant la décision du Tribunal arbitral du sport (Tas) dans le litige l’opposant à Ahmad Kalkaba Malboum depuis le mois de mai. Le 8 mai, le Camerounais était écarté de la course à la présidence de l’Acnoa. Le comité exécutif de l’association estimait que Malboum avait violé son code éthique en s’appuyant sur les ressources financières du gouvernement camerounais pour mener campagne. L’Acnoa dénonçait aussi un présumé lobbying du Cameroun auprès des autres Etats en faveur de Malboum. Son principal rival hors course, Lassana Palenfo avait été facilement réélu pour un 4e mandat deux jours après. Ahmad Kalkaba Malboum, par ailleurs président de la Confédération africaine d’athlétisme, avant alors saisi le Tas.

Last modified on lundi, 06 novembre 2017 11:01

L’équipe cycliste Movistar a annoncé jeudi avoir prolongé pour la saison prochaine le contrat du Colombien Dayer Quintana, frère du leader de la formation espagnole Nairo.

«Le cadet des Quintana sera le 25e et dernier cycliste engagé par Movistar tandis que Gloria Rodriguez complètera la nouvelle sélection féminine formée de dix membres», a précisé l’équipe dans un communiqué.
Dayer Quintana, 25 ans, excellent grimpeur, a effectué toute sa carrière professionnelle, depuis 2014, chez Movistar, qui compte également l’Espagnol Alejandro Valverde dans ses rangs.

AFP

Last modified on vendredi, 03 novembre 2017 11:06

Le directeur exécutif de la Fédération sud-africaine de rugby, Jurie Roux, a demandé à la France et l’Irlande d’accepter leur défaite dans la course à l’organisation de la Coupe du monde 2023, devancées par son pays mardi dans les recommandations de World Rugby.
«J’espère que l’Irlande et la France feront preuve, comme nous l’avons fait, de grandeur morale. Vous ne pouvez pas apporter de précisions (que celles déjà dans le dossier, Ndlr), rencontrer de nouvelles personnes ou faire de nouvelles présentations (de la candidature)» a déclaré Roux dans une déclaration reprise mercredi par plusieurs médias irlandais.

«Tout ce que vous pouvez faire, c’est accepter que le processus suive son cours et, espèrer, comme moi, qu’il n’y aura pas de coup tordu» a-t-il ajouté.
Le Board de World Rugby a recommandé mardi d’attribuer la Coupe du monde 2023 à l’Afrique du Sud, arrivée en tête d’un classement effectué par un panel d’experts et internes à la Fédération internationale en fonction de cinq critères d’évaluation, devant la France (2e) et l’Irlande (3e). Le nom du pays organisateur sera annoncé le 15 novembre à Londres à l’issue du vote des fédérations et confédérations.

AFP

 

Last modified on vendredi, 03 novembre 2017 11:06

Le Serbe Novak Djokovic va sortir lundi du top 10 mondial pour la première fois depuis dix ans à la suite de la qualification de l’Argentin Juan Martin Del Potro pour les quarts de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy, a annoncé jeudi l’Atp.
Djokovic, 30 ans, actuellement N.7 à l’Atp, avait fait son entrée dans les dix premiers en mars 2007.  Blessé au coude, le vainqueur de douze tournois du Grand Chelem, longtemps N.1 mondial, n’a pas joué depuis son abandon en quarts de finale de Wimbledon, en juillet. Son retour sur les courts est prévu en janvier.

AFP

 

Last modified on vendredi, 03 novembre 2017 11:06

La 3ème édition de l’Open féminin de Dakar de tennis a lieu, du 13 au 19 novembre prochain, à l’Olympique Club de Dakar. Une compétition à l’initiative de l’ancien n°1 du tennis sénégalais, Daouda Ndiaye qui a révélé qu’à cette occasion, quelque 51 joueuses de 31 pays sont attendues pour se disputer le titre.

Une compétition du circuit Challenger de la Wta dotée d’une manne de 25 000 dollars initiée par l’ancien joueur sénégalais, Daouda Ndiaye.
En conférence de presse ce jeudi en compagnie du président de la Fédération sénégalaise de tennis, Issa Mboup, celui qui a fait passer l’événement du statut de «Futures» à celui de «Challenger’» soutient que plus de 50 joueuses issues de 31 pays sont attendues à Dakar pour se disputer la mise. Cette année donc, c’est un plateau relevé que les organisateurs ont concocté pour amener le tournoi à un niveau supérieur.

Ainsi, Daouda Ndiaye de souligner que « des joueuses de haut niveau se retrouveront à Dakar ; parmi elles, il y en qui jouent les grands tournois comme Rolland Garros, Wimbledon entre autres ». Ce qui devrait favoriser l’émulation d’autant plus qu’en dehors de l’argent qu’elles vont gagner, les concurrentes ont également la possibilité de gagner des points Wta qui pourraient leur permettre de se qualifier pour les grands rendez-vous mondiaux. Et face à cette rude concurrence, les joueuses locales ont du mal à se faire une place. Ce qui implique un cahier de charges plus rigoureux que l’organisation doit respecter ; et sur ce point, M. Ndiaye soutient y être parvenu avec l’appui des partenaires au premier rang desquels la Fédération. Cette dernière tient, à travers cette organisation tenue sous son égide, une manifestation qui « nous accrédite par rapport à notre représentation » ; si l’on en croit son président. Pour qui le volet économique est non négligeable tout comme l’émulation que le tournoi peut favoriser parmi les pratiquantes nationales.

Toutefois, ces dernières ne seront pas de la partie pour disputer le tournoi final pour lequel les 20 joueuses les mieux classées sont déjà qualifiées ou en passant par les qualifications. Cela s’explique, selon le président de la Fédération, par « le grand fossé qui les sépare de l’élite mondiale ». Tout de même, elles seront de la partie avec une représentation sur invitation des organisateurs.

Ousseynou Pouye

 

Last modified on vendredi, 03 novembre 2017 13:32

La deuxième journée du championnat Goors’7 disputé dimanche à la base militaire de Bel-Air a permis aux Panthères de Yoff de conforter leur place en tête du classement de la poule A. L’Asfa en a fait de même dans son Groupe (B) avec également trois victoires en autant de sorties.

Ce week-end donc, la fédération sénégalaise de rugby a fait disputer deux tournois avec les équipes scindées en deux groupes. Comme lors de la journée d’ouverture, le champion sortant (Panthères) a honoré son rang ; la formation de Yoff a dominé la compétition dans le groupe A en remportant ses trois matchs face respectivement à Kirène Rc (14-7), S’en-Fout-le-Score (21-17) et enfin, le Dakar Université Club (14-12). Une domination qui permet aux Yoffois d’empocher les 14 points en jeu dans le groupe devant les étudiants du Duc qui ont pris la deuxième place. Ils ont dominé S’en-Fout-le-Score (21-12) avant de faire match nul (19-19) avec Kirène. Ce dernier a pris la dernière place du Groupe en chutant face aux S’en-Foutistes (5-24).

Dans la Poule B, c’est l’Asfa qui a eu le dernier mot au terme des six rencontres disputées. Victorieux de leurs trois matchs face, tour à tour, à Diambars (14-10), Guédiawaye (19-0) et aux Caïmans (21-5), les militaires ont empoché le plein de points pour leur entrée en matière dans le championnat.  Ce, après avoir raté la programmation de la semaine précédente alors qu’ils étaient attendus au Village Pilote.

Cette victoire leur procure 10 points ; une longueur de plus que Diambars XV qui a battu les Caïmans par 17 à 5 et Guédiawaye Rc sur la marque de 36 à 5. Ces deux dernières formations se faisaient alors face pour éviter la dernière place ; pari réussi pour les Banlieusards qui ont battu leurs vis-à-vis sur la marque de 10 à 0. Au terme des rencontres de la 2ème journée, les Panthères de Yoff consolident leur première place avec désormais, 28 points au compteur. Ils devancent Kirène qui en compte 24 ; comme S’en-Fout-le-Score et le Dakar Université qui suivent au classement.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on jeudi, 02 novembre 2017 12:10

Lucas Pouille a remporté la finale franco-française du tournoi de Vienne en battant Jo-Wilfried Tsonga en deux sets 6-1, 6-4, à moins d'un mois de la finale de la Coupe Davis où les deux hommes devraient jouer les simples. Leur présence en finale est de bon augure pour les chances des Bleus face à la Belgique, du 24 au 26 novembre à Lille, d'autant qu'il y a quelques semaines encore le panorama n'était pas vraiment réjouissant.

Après un bon début de saison, Pouille sortait d'un été décevant, qui l'avait fait tomber de la 13e à la 25e place mondiale (18e lundi dernier). Quant à Tsonga, il soignait une blessure à un genou qui l'avait privé de plusieurs tournois, dont le Masters 1000 de Shanghai. Les deux hommes ont profité de la saison en indoor pour se relancer au meilleur moment.

La semaine dernière, Tsonga, 15e mondial, avait gagné le tournoi d'Anvers, entretenant ses chances de participer au Masters de Londres.
En finale, il a manqué son départ et n'a jamais pu revenir dans le match. Pouille, solide en fond de court et au service, a réussi plus de coups gagnants (17 à 9) tout en faisant jeu égal, au nombre des fautes directes (15 à 14). C'est le troisième titre de la saison du Nordiste, âgé de 23 ans, sur trois surfaces différentes après Budapest sur terre battue et Stuttgart sur herbe. C'est le quatrième de sa carrière et le plus beau puisque le tournoi de Vienne fait partie de la catégorie ATP 500. Il a construit ce palmarès en l'espace de treize mois, son premier titre datant de l'automne dernier à Metz.

Pouille avait perdu ses deux premiers duels contre son aîné de neuf ans, le dernier en date en finale du tournoi de Marseille, au mois de février.
Les deux hommes ont toutes les cartes en main pour être choisis comme titulaires par Yannick Noah, pour disputer les simples en finale de la Coupe Davis. Reste à savoir qui sera le N.1. Réponse à Bercy cette semaine.

(AFP)

Last modified on lundi, 30 octobre 2017 13:41


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.