banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Autres (772)

Stéphane Peterhansel a assommé la course hier lors de la 10e étape du Dakar entre Belen et La Rioja (763 km). Deuxième le matin au général, le pilote Peugeot a attaqué fort pour s'adjuger la victoire d'étape (3h58'32") et la tête du classement général. Cyril Despres, son coéquipier, ne concède que' 5'40'' à l'arrivée pour se classer 2e. Le Russe Vladimir Vasilyev (Toyota) prend la troisième place, à 12'56". Au classement général, Peterhansel compte désormais tout juste une heure d'avance sur son plus proche poursuivant, le Qatari Nasser Al-Attiyah (Mini). Le vainqueur 2015, parti en tonneau dès les premiers kilomètres, a perdu près d'une heure. Le Sud-Africain Giniel De Villiers (Toyota) complète le podium, à 1h12'31". D'une manière générale, les concurrents de Peterhansel ont vécu une journée compliquée. Carlos Sainz (Peugeot), vainqueur la veille, a subi un coup d'arrêt.
Victime de problèmes mécaniques, l'Espagnol attendait toujours en milieu d'après-midi l'assistance à une trentaine de kilomètres de l'arrivée de la spéciale. Sébastien Loeb, ensablé peu avant le km 174, a lui aussi pris du retard mais a pu repartir après avoir perdu une dizaine de minutes. Il termine cinquième de cette étape, à 17'40'' de Stéphane Peterhansel.

Première pour Svitko en motos
Chez les « deux roues », la victoire d’étape est allée au Slovaque Stefan Svitko. Le pilote KTM a bouclé les 244 km de la spéciale du jour, écourtée d'une trentaine de kilomètres en raison du niveau d'eau élevé dans un rio (rivière asséchée), en 3h47'23". Svitko, dont c'est la première victoire d'étape sur le Dakar, a devancé l'Argentin Kevin Benavides de 2'54''. Toby Price, déclaré vainqueur de la précédente étape, a terminé 3e (+5'47").
L'Australien reste solide leader du classement général, à 23'12" de Svitko et 34'15" sur le Portugais Paulo Goncalves (Honda), 4e hier à plus de six minutes.


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Ce jeudi, l’AMA (Agence mondiale antidopage) va faire à nouveau très mal à l’athlétisme. C’était promis depuis longtemps pour le mois de janvier, et le jour est quasiment arrivé : la deuxième partie du rapport sur le scandale de corruption au sein de l’Iaaf va faire beaucoup de remous, peut-être encore plus que sa première partie au mois de novembre, concentrée alors sur la Russie. Cette fois, c’est le Kenya qui devrait déguster. "Tout le monde sera sidéré", assurait Dick Pound, le président de l’Agence mondiale antidopage, dès la fin novembre. Il y a quelques jours, Pound soutenait "Il faut voir comment certaines de ces ordures ont agi, expliquait ainsi le Canadien au Times. J’ai rarement vu des présidents de fédérations sportives autant impliqués dans la corruption ! Ce sera pire que la Fifa ! Il y a moins de zéros en jeu, mais ce sont les résultats sportifs qui sont directement affectés. Ils ne se mêlent pas uniquement des mouvements financiers." Pound n’hésitait pas non plus à accuser directement Sebastian Coe et Sergueï Bubka.
  "Ils étaient là, ils avaient l’occasion de s’emparer des problèmes depuis bien longtemps", accusait-il. Et depuis, de nouveaux éléments viennent d’en rajouter une couche, révélés par Associated Press.
Il s’agit d’e-mails et de lettres datant de 2009 et qui montrent très clairement qu’à l’IAAF, jusque dans ses plus hautes sphères, on savait parfaitement ce qu’il se tramait autour de la Fédération de Russie. L’AMA a déjà réagi, laissant clairement planer la menace d’énièmes poursuites sur ce sujet… Coe, tout autant que Lamine Diack - pour lequel une suspension à vie devrait être réclamée - risque donc d’être cité aujourd’hui par l’AMA. Le nouveau président de l’IAAF a déjà dû se défendre pour la CNN et Sky : "Tous les résultats sanguins ont été étudiés, et des sanctions ont été prises et rendues publiques. Il n’y a eu aucune dissimulation."
Coe ne s’en sort pas, après son autre accusation de corruption à propos de l’attribution des Mondiaux 2021 à Eugene, siège de Nike dont il était ambassadeur (il a démissionné depuis). Cerise sur le gâteau, la directrice du parquet financier français, qui enquête sur cette affaire, prendra également la parole aujourd’hui !


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

L'Espagnol Carlos Sainz (Peugeot) a remporté hier la 9e étape du Dakar, une boucle autour de Belen (Argentine) raccourcie en raison de la forte chaleur, et s'empare de la tête du classement général. Le Français Sébastien Loeb, qui était en tête à la mi-rallye pour sa première participation au Dakar, a encore perdu plus d'une heure hier, comme la veille, et compte désormais plus de 2 heures de retard au classement général. Sainz, vainqueur en 2010, a bouclé la spéciale, réduite à 179 km au lieu de 285 km, en 2 h 35 min 31 sec. Deux Mini complètent le podium : celle du Néerlandais Erik van Loon, à 10 secondes, et celle du Finlandais Nikko Hirvonen à 17 secondes. La deuxième Peugeot, celle de Cyril Despres, termine 6e à 6 min 46 sec, juste devant Stéphane Peterhansel qui perd 9 min 12 sec. Au classement général, Sainz devance désormais Peterhansel de 7 min 03 sec, et le Qatari Nasser Al-Attiyah (Mini) de 14 min 38 sec.
De son côté, Toby Price (KTM) a remporté cette 9ème étape qui devait se dérouler autour de Belen (285km) mais a été raccourcie environ aux deux tiers à cause de la chaleur. L'Australien s'est imposé en 2h24'19" et maintient le cap en tête du général (29h53'15").

La voiture maudite
La mort a encore frappé sur cette édition 2016 du Dakar. Samedi dernier, déjà, l'auto du Français Lionel Baud avait provoqué le décès d'un berger bolivien de 63 ans spectateur de la course. Et c'est cette même voiture qui, hier, en marge de la 8e étape, faisait l'objet d'un remorquage, hors course, quand le camion qui l'a transportée a été impliqué dans un nouvel accident mortel.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

En prélude à la nouvelle saison, la Fédération sénégalaise de handball a fait face avant-hier à la presse après la réunion du Comité directeur de samedi dernier. Une occasion pour Seydou Diouf et compagnie pour annoncer la poursuite du programme de développement de la discipline au plan national et des efforts consentis en sélections nationales avec un accent particulier pour les filles qui visent désormais le podium continental et partant, une qualification au prochain Mondial.
Après une saison 2014-2015 très chargée, la Fédération sénégalaise de handball repart cette année sur de nouvelles bases, et dans un souci de continuité. Ainsi, un vaste programme au niveau national a été annoncé avant-hier face à la presse. En plus du développement du hand national, le championnat en 1ère comme en 2ème Divisions tout comme la Coupe nationale et des actions en faveur des petites catégories sont prévus. Et comme l’a souligné Seydou Diouf, le championnat démarrera le premier weekend de février. « Nous avions prévu de débuter en janvier mais certaines Ligues ont demandé des dérogations par rapport aux actes administratifs ». La formule d’une saison en aller et retour a été reconduite sur les deux tableaux, avec huit équipes en filles et autant chez les garçons. Mais en D2, la course pour la montée à l’élite se fera en trois phases, selon le président de la Fshb. Dans un premier temps, les équipes se retrouveront au niveau régional pour un premier tri avant une compétition qui verra les vainqueurs se retrouver pour des tournois zonaux dont les quatre vainqueurs se disputeront les titres et les places pour la D1. Le même schéma sera reconduit chez les petites catégories où un accent particulier sera mis afin de les préparer aux prochaines échéances nationales comme africaines.

Equipe nationale féminine : Viser le podium africain afin se qualifier au Mondial
L’équipe nationale féminine de handball est en pleine progression depuis maintenant quelques années comme en témoigne la troisième place, synonyme de première médaille continentale pour les Lionnes. Ce qui aiguise les appétits et gonfle les ambitions des responsables fédéraux qui visent au minimum cette 3ème place aux prochains Championnats d'Afrique prévus du 11 au 26 décembre prochain à Luanda, en Angola. C’est dans ce contexte que la sélection a un nouveau sélectionneur avec Frédéric Bougeant, nommé manager général en lieu et place de Cheikh Seck qui était en poste depuis 2011. Un choix que Seydou Diouf justifie par la volonté de faire passer la formation nationale à un palier supérieur sur plusieurs plans.
« Pour aller plus loin, nous avons pensé à recruter un manager général. Nous avons besoin de plus d’organisation, plus de rigueur et de planification. Mais aussi plus de relationnel avec les équipes en France où évoluent beaucoup de nos joueurs. Ce qui a un peu manqué avec quelques difficultés à libérer joueuses », justifie M. Diouf. L'équipe fédérale espère qu'avec son carnet d'adresses, le technicien parviendra à faire libérer plus facilement les joueuses mais aussi à « convaincre d'autres prétendantes à rejoindre la sélection » dans le but de renforcer le groupe déjà en place. En perspective des prochaines échéances, Seydou Diouf révèle que le nouveau sélectionneur est déjà à l’œuvre avec un « programme déjà envoyé et qui comporte cinq stages aussi bien en France qu’au Sénégal ». Au Sénégal, il révèle que le sélectionneur a prévu de convier quelques jeunes joueuses dans le groupe afin de déceler celles qui pourront prochainement intégrer la sélection.

Ousseynou POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Sébastien Loeb a perdu la tête du Dakar, et sans doute toutes ses chances de victoire finale, lors de la 8e étape entre Salta et Belen. A 30 kilomètres de l'arrivée, le pilote alsacien est parti en tonneaux, et sa Peugeot DKR 2008 serait fortement endommagée. Nasser Al-Attiyah a remporté l'étape, mais c'est Stéphane Peterhansel qui a repris la tête du classement général, avec 2'09" d'avance sur Carlos Sainz et 14'43" d'avance sur Al-Attiyah.
  En motos, l'Australien Toby Price (KTM) a été le grand bénéficiaire de cette journée de reprise. Il a non seulement remporté la 8e étape de 766 kilomètres courue entre Salta et Belen, en Argentine, (sa 4e victoire d'étape), mais dans la foulée il s’est emparé des commandes du classement général. Il a devancé le Portugais Paulo Goncalves (Honda), de 5 min 17 sec, et le Chilien Pablo Quintanilla (Husqvarna), de 6 min 32 sec. Price prend déloge de la première place Goncalves, relégué à 2 min 05 sec. Le Slovaque Stefan Svitko (KTM) complète le podium, à 14 min 14 sec.


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Il y a eu du monde aussi bien sur l’aire de compétition que dans le public, hier à l’Ecurie du Racing club de Dakar sise à Mbao. C’était à l’occasion du Concours international de l’Amitié qui mettait en lice des cavaliers des différentes formations du Sénégal en plus de quelques pratiquants venus principalement de la France et du Portugal. Ainsi en lieu et place des six concours initialement au programme, seules quatre épreuves ont été disputées. Pour le Grand Prix, il a fallu recourir aux barrages pour départager les trois cavaliers à avoir réussi un sans faute ; il s’agit de Camille Conde-Ferreira, Hamoudy Kazoun et Gora Seck. Le premier à s’élancer a été Gora Seck qui a réédité sa parfaite prestation avec son cheval Pretty Star, très docile et qui lui a permis de boucler sa prestation par un sans faute. Les deux autres concurrents n’ont pas su suivre le rythme et ont perdu des points au cours du parcours, laissant ainsi Seck s’échapper en tête. Camille Conde-Ferreira arrive en seconde position alors que Hamoudy Kazoun se contente de la troisième place. Gora Seck bouclait ainsi de belle manière sa compétition avec une deuxième victoire puisqu’il avait dans un premier temps, remporté l’épreuve Élite devant Hamoudy Kazoun avec son cheval Ursuline Blue et Mansour Sylla du Cercle de l’Etrier de Dakar (CED) sur son cheval Stella.
  En Nationale 2, Hamoudy Kazoun (Andula) a pris le dessus sur Yelena Khoury (Quandor Z) du Poney Club de Hann et Théa Dagassan (Sofia de Lalande) qui complète le podium. L’épreuve de Nationale 3 a sacré Yoann Aidibé du Poney Club de Hann monté sur Next to Top devant Hall Taylor (Joujou) du RCD et Karim Sow (Espérance) de l’Asfa. Au terme de la compétition, l’organisateur Pape Seck a estimé que l’objectif a été atteint, aussi bien au plan de l’organisation que de la participation. Car pour lui, il s’agissait de permettre aux cavaliers nationaux de se frotter à des spécialistes issus d’autres pays. Un test plus que positif avec les différents résultats enregistrés qui ont couronné les nationaux face à leurs hôtes. Il annonce l’organisation prochaine du Grand Prix dédiée à la Princesse Haya de Jordanie, présidente de la Fédération équestre internationale entre 2006 et 2014.

RÉSULTATS :
Grand Prix (N1) : 1er : Gora Seck (Pretty Star) RCD ; 2ème : Camille Conde Ferreira (Eloise) RCD ; 3ème : Hamoudy Kazoun (Ursuline Blue) RCD.
Élite – 1er Gora Seck (Pretty Star) RCD ; 2ème Hamoudy Kazoun (Ursuline Blue) RCD ; 3ème Mansour Sylla (Stella) CED.
Nationale 2 – 1er Hamoudy Kazoun (Andula) RCD ; 2ème Yelena Khoury (Quandor Z) PCH ; 3ème Théa Dagassan (Sofia de Lalande).
Nationale 3 - 1er Yoann Aidibé (Next to Top) PCH ; 2ème Hall Taylor (Joujou) RCD ; 3ème Karim Sow (Espérance) ASFA.

Ousseynou POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

La 8ème édition du rallye Africa Eco Race a connu son épilogue hier avec l’arrivée au Lac Rose de la course qui s’est élancée le 26 décembre dernier de Monaco en France.
Une course de plus de 6000 kilomètres que les concurrents ont bouclée aux bords du célèbre lac qui a ainsi renoué avec l’ambiance des jours de compétition. Et dont la dernière spéciale s’est disputée entre Kayar et le site mythique. « Sur les traces de Thierry Sabine », les concurrents (35 motos dont 25 à l’arrivée, 45 voitures et camions) ont arpenté les pistes du Maroc, de Mauritanie et du Sénégal où ils sont arrivés ce samedi. Même si cette dernière étape n’a pas eu d’incidence sur le classement final qui a été arrêté la veille à Saint-Louis, les différents participants ont joué le jeu pour cette ultime liaison de 24km. Des motards qui ont été les premiers à arriver aux camionneurs qui ont bouclé la course en passant par les autos et toute la logistique qui a suivi, ils étaient environ « 400 personnes à l’arrivée ». Cette année encore, le Norvégien Pal Anders Ullevalseter sur Ktm a écarté la concurrence chez les motos devant le Britannique Andrew Newland également sur Ktm alors que le Français de la Réunion Stéphane Hamard sur Husqvarna complète le podium. En autos, l’équipage kazakh (Kanat Shagirov – Vitaliy Yevtyekhov) a été le plus rapide devant les Français Pascal Thomasse et Pascal Larroque ; un autre équipage tricolore (Mathieu Serradori – Didier Haquette) complète le podium. Chez les camions, le Russe Anton Shibalov secondé par Robert Amatych et Khisamiev Almaz (Kamaz), vainqueur de l’édition 2016 rafle à nouveau la mise dans une course qui s’est passée dans de bonnes conditions, selon l’organisateur.
« Nous avons eu du beau temps pendant la course, nous n’avons pas eu à faire face à des tempêtes de sable et il n’y a pas eu de gros accidents », renseigne Jean-Louis Schlesser qui note par ailleurs qu’il y a eu plus de participants cette année que lors des précédentes éditions.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

L’Ecurie du Racing club de Dakar (Rcd) de Petit Mbao sera, ce dimanche, le point de ralliement des inconditionnels des sports équestres. Ce sera à l’occasion du Concours international de l’Amitié organisé sous l’égide de la Fédération sénégalaise des sports équestres (Fsse). A cette occasion, quelque 150 cavaliers dont 10 étrangers vont se donner la réplique dans six catégories.

L’équitation sénégalaise va passer à l’heure internationale ce dimanche, le temps d’une journée de compétition, à l’occasion du Concours international de l’Amitié qui aura pour cadre, l’Ecurie du Racing Club de Dakar. Initialement prévue pour durer deux jours, la compétition tiendra finalement sur un jour, renseigne Pape Seck, directeur technique national et organisateur. Selon lui, la manifestation entre dans le cadre de la massification et de la promotion de la discipline sous la conduite du président de la Fédération, Ibrahima Wade. « Cette organisation s’inscrit dans une dynamique pour permettre à la Fédération d’avoir plus de visibilité en vue du développement de la discipline », soutient-il. Avant d’ajouter que ce sera l’occasion pour les nationaux de se frotter à des « cavaliers expérimentés dont des Français », à travers un partage d’expériences au-delà des compétitions où chacun essayera de remporter la mise prévue à cet effet. « Il s’agira également pour nos cavaliers de jauger leur niveau » par rapport à ce qui se fait au niveau international d’autant plus qu’ils sont au maximum à une barre à 1,30m. Ce qui est « à l’antichambre des meilleurs standards internationaux », estime le Dtn. Ainsi, au-delà du défi de l’organisation qui est énorme avec la venue de spécialistes internationaux, il faudra à ses yeux, une bonne tenue pour « relever le challenge de la participation par nos cavaliers ». La compétition verra s’affronter « quelque 150 concurrents dont 10 étrangers, dans six catégories allant du 30cm au 1,30m ».
  Toutes les écuries du Sénégal sont en plein dans la préparation pour faire bonne figure, renseigne le Dtn. L’une des vedettes de cette manifestation sera Camille Conde Ferreira, championne d’Europe junior en 2015 et vice-championne du monde. En déplacement à Dakar avec son coach de père (Antonio Conde Ferreira) et sa mère, elle se dit prête à « faire de mon mieux et garder une bonne image du Sénégal ». Ce qui passera par une bonne tenue, ce dimanche, face à ses concurrentes du Sénégal mais aussi des autres pays invités, particulièrement le Maroc et la Côte d’Ivoire. A noter que ce Concours de l’Amitié sera jumelé au 2ème concours national de saut d’obstacles de la saison 2015-2016. Au plan national, Hamoudy Kazoun et compagnie tenteront d’apporter la réplique à leurs hôtes afin de « bien représenter le Sénégal et de faire en sorte que les trophées restent au pays ».

Ousseynou POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Première victoire d’étape pour Dominique Housieaux (auto 6e étape), pareil pour Andrew Newland (moto 7e étape), Pal Anders Ullevalseter qui renoue avec la victoire (moto 8e étape), Mathieu Serradori (auto 8e étape) qui s’impose mais rate le coche, alors que le coude-à-coude entre les deux Russes, Anton Shibalov et Sergey Kuprianov, continue de plus belle. Décidément le passage en Mauritanie aura créé bien des sensations chez les pilotes engagés dans la 8ème édition du rallye Africa Eco Race. Car les concurrents ont eu à affronter une véritable « spéciale mauritanienne » composée de passages empierrés et de portions de sables mous, le tout avec une séance de navigation copieuse. Cependant, les places restent figées dans les différentes catégories à deux jours de l’arrivée de l’étape finale sur les rives du Lac Rose à Dakar. Pal Anders Ullevalseter, toujours solide au guidon de sa moto Ktm 450, est presque assuré de s’imposer, malgré la menace constituée par le Britannique Andrew Newland ou encore le duo portugais père et fils, Moreira De Sousa/De Jesus Sousa Jr, qui roulent ensemble et qui ont terminé respectivement 3e et 4e derrière le Français Norbert Dubois (2e) au général. Par contre, mauvaise journée pour les Russes Anastasiya Nifontava et Dmitry Agoshkov. En auto, Mathieu Serradori a voulu jouer au plus fin en s’élançant depuis une position éloignée dans le classement. Mal lui en prit car un souci mécanique a contrarié sa tactique. Et c’est couteau entre les dents qu’il est parti en direction de Chinguetti, une ville historique du rallye, pour réaliser une étape incroyable comptant jusqu’à 40 minutes d’avance sur ses adversaires et à 80km de l’arrivée. Mais ironie du sort, la fin du parcours allait lui être moins favorable puisqu’une grosse erreur de navigation au Km 361 lui faisait perdre 38 minutes et de gros espoirs de revenir en tête de course. Il remportera tout de même sa 2e spéciale devançant ainsi de 3’11 Pascal Thomasse. Le Kazakh Kanat Shagirov se contentant de la 3e place. Enfin en camions, le bal est toujours mené par le Russe Anton Shibalov suivi de son compatriote Sergey Kuprianov. Alors que derrière, on s’échine pour décrocher les accessits. Cas du Tchèque Tomas Tomecek, triple vainqueur de l’Africa Eco Race, du Hongrois Miklos Kovacs et de la Portugaise Elisabete Jacinto. Hier, la caravane de ce Monaco-Dakar avait pris la direction d’Akjoujt où un bivouac est installé chaque année depuis trois éditions.
A deux jours de l’arrivée de la caravane, on s’active côté sénégalais à mettre les petits plats dans les grands. La Fédération sénégalaise de sports automobile et motocycliste (Fsam) recevra ses hôtes demain samedi à partir de Saint-Louis (Barrage de Diama). Un bivouac sera installé sur l’ancienne piste d’atterrissage de Bango. Avant la dernière étape de dimanche qui se fera en deux parties : Bango-Kayar : 7h-10h et Kayar-Lac Rose : 11h30-14h.

C.F KEITA

Dakar 2016  : Loeb s’offre une troisième étape, nouveau triplé de Peugeot
Sébastien Loeb (Peugeot), nonuple champion du monde des rallyes, a remporté jeudi la 5e étape du Dakar-2016, 642 kilomètres entre Jujuy et Uyuni, obtenant ainsi sa troisième victoire d'étape en quatre jours pour son premier Dakar. Loeb a parcouru les 327 kilomètres de la spéciale qui marquait l'entrée de la 38e édition du rallye-raid en Bolivie en 3h 32 min et 34 sec. Il a devancé ses coéquipiers Carlos Sainz, de 22 sec, et Stéphane Peterhansel, de 3 min, permettant à Peugeot de réaliser un nouveau triplé. La veille, c'était Peterhansel qui l'avait remporté, devant Sainz et Loeb à Jujuy en Argentine. Loeb compte désormais 7 min 48 sec d'avance sur Peterhansel, 11 Dakar à son palmarès (6 en moto, 5 en auto), et 13 min 26 sec sur Sainz.
Chez les « deux roues » la victoire du jour est allée à Toby Price (Ktm). L'Australien a bouclé les 327km entre Jujuy et Uruni en 4h03'44". Au classement général, Paulo Goncalves (Honda) garde les commandes en 14h30'07", malgré sa huitième place de l'étape à 8'56". Il conserve 1'45" d'avance sur Stefan Svitko (Ktm), troisième de l'étape à 2'33", et 1'47" sur Price.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

La bonne prestation des membres de l’équipe nationale du Sénégal de pétanque aux derniers Jeux africains où ils ont remporté l’or en équipe continue d’être fêtée. Ainsi, après les acteurs nationaux qui ont organisé, en novembre dernier, un tournoi en leur honneur, François dit Fara Ndiaye, double médaillé dans le concours de tir de précision et par équipes, et ses partenaires Ciré Lamine Kane, Mayade Diop et Bouba Diouf avec qui il constituait la sélection dans la capitale congolaise ainsi que leur coach Mansour Dia sont invités à prendre part à un tournoi international prévu du 14 au 16 février prochain à Attar (à 450km de Nouakchott), en Mauritanie. C'est donc la pétanque sénégalaise qui s'exporte le temps d'un tournoi auquel prendront également part d'autres adversaires venus de pays limitrophes de la Mauritanie (Mali et Maroc), à l’invitation de la fédération locale de Sports Boules. Un envoi d’ascenseur des Mauritaniens dont les boulistes participent régulièrement aux manifestations au Sénégal. La délégation sénégalaise sera conduite par Gazzane Ezzedine, président de la Fédération sénégalaise.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

La commission d'éthique de la Fédération internationale d'athlétisme (Iaaf) a recommandé hier la suspension à vie de trois de ses ex-responsables, dont son ancien trésorier et un des fils de Lamine Diack, ancien président de l'instance, dans le cadre du scandale qui frappe l'athlétisme mondial. Les Russes Valentin Balakhnichev, trésorier de l'Iaaf jusqu'en décembre 2014 et ancien président de la Fédération russe, Alexei Melnikov, ancien entraîneur de l'équipe de marche de Russie, et le Sénégalais Papa Massata Diack, ex-consultant auprès de l'Iaaf, sont les trois responsables visés. Un quatrième ancien responsable, le médecin français Gabriel Dollé, en charge de la lutte antidopage au sein de l'Iaaf jusqu'à fin 2014, est également reconnu coupable mais dans une moindre mesure, avec une suspension de cinq ans requise par la commission. Ces sanctions sont assorties d'amendes allant de 15.000 à 25.000 dollars (13.800 à 23.000 euros) pour trois d'entre eux.
  Il s'agit des premières propositions de sanctions individuelles à l'égard de hauts responsables de l'athlétisme dans le cadre du plus grand scandale qui ait touché ce sport, sur fond de dopage et de corruption. Les responsables mis en cause sont soupçonnés d'avoir reçu des sommes d'argent en contrepartie de la couverture de pratiques dopantes, principalement en Russie. La commission d'éthique de l'Iaaf avait annoncé le 6 novembre 2015 avoir engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre personnes, entendues, du 16 au 18 décembre 2015 à Londres, dans le plus grand secret.
  La justice française s'est emparée du volet corruption de ce dossier début novembre, avec la mise en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé de l'ancien président de l'Iaaf Lamine Diack. Le 9 novembre 2015, une commission d'enquête indépendante de l'Agence mondiale antidopage (Ama) a rendu public un rapport mettant en lumière un dopage organisé en Russie et des faits de corruption remontant aux plus hautes sphères de l'Iaaf. Quatre jours plus tard, le 13 novembre, le Conseil de l'Iaaf - le gouvernement de l'instance - a annoncé la suspension provisoire de la Russie de toutes compétitions, ouvrant la voie à une possible absence des athlètes russes aux prochains JO de Rio. L'Ama doit rendre publique jeudi 14 janvier à Munich, la seconde partie de son rapport, sur les pratiques dopantes et les faits de corruption dans l'athlétisme.

 (AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Exit Cheikh Ahmed Tidiane Seck, bienvenue à Frédéric Bougeant à la tête de la sélection nationale de handball du Sénégal. Le technicien français qui entraine actuellement l’équipe de Fleury-les-Aubrais en 1ère Division française est le nouveau sélectionneur des ‘‘Lionnes’’. Une information donnée par le site français léquipe.fr confirmée par une source à la Fédération sénégalaise de handball qui note tout de même que le sujet « comme d’autres, sera évoqué lors du Comité directeur » de l’instance prévu ce samedi à son siège, au stade Iba Mar Diop. Selon le site français, le technicien, champion de France en titre, s’est engagé pour une année pour conduire aux destinées de la sélection féminine du Sénégal. Cette arrivée de Frédéric Bougeant intervient dans un contexte où l’équipe nationale est en pleine progression avec des résultats très encourageants sur le plan international dont le point culminant a été la médaille de bronze acquise aux derniers Jeux africains disputés à Brazzaville du 5 au 19 septembre dernier. Avant, il y avait eu la victoire au tournoi qualificatif pour ces joutes disputé à Thiès en mars 2015. Les ‘‘Lionnes’’ avaient  aussi pris part au Tournoi qualificatif aux Jeux olympiques de Rio  qu’elles ont bouclé à la 3ème place. A noter que le nouveau sélectionneur national est par ailleurs, entraineur en club de la capitaine des ‘‘Lionnes’’, Hadja Mama Cissé qui a rejoint la formation des ‘‘Panthères’’ en avril 2015 en provenance de Cannes où elle a évolué pendant trois saisons.
Le prochain défi du nouveau staff technique aura lieu du 2 au 11 décembre prochain lors du Championnat d’Afrique des nations en Angola.

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Stéphane Peterhansel a remporté hier la 4e étape du Dakar-2016, une boucle de 630 kilomètres, dont 429 chronométrés, autour de Jujuy, dans le nord-ouest de l'Argentine, où Peugeot a signé un triplé. Peterhansel s'est imposé en 3 h 42 min 42 sec devant deux de ses coéquipiers, l'Espagnol Carlos Sainz, à 11 sec, et Sébastien Loeb, à 27 sec. Ce dernier, qui s'était offert coup sur coup les deux précédentes étapes pour son premier Dakar, reste en tête du classement général. Peterhansel pointe au deuxième rang, à 4 min 48 sec, et le Qatari Nasser Al-Attiyah (Mini), vainqueur en 2015, au troisième, à 11 min 09 sec.
En motos, la victoire d’étape est allée à l'Espagnol Joan Barreda Bort (Honda), un des prétendants à la victoire finale. Il a parcouru la spéciale en 4h 05 min 30 sec. Il s'est imposé avec 1 min 49 sec d'avance sur le Portugais Paulo Goncalves, son coéquipier chez Honda, et 4 min 24 sur un autre Portugais, Ruben Faria (Husqvarna). Au classement général, Barreda devance deux autres Honda : celle de Goncalves, qui pointe à 1 min 57 sec, et celle de l'Argentin Kevin Benavides, victorieux la veille, à 4 min 14 sec.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

L’Ecurie du Racing club de Dakar (Rcd) accueille, ce dimanche, dans sa carrière sise à Petit Mbao, le Concours international de l’Amitié organisé sous l’égide de la Fédération sénégalaise des sports équestres (Fsse). Dans cette perspective, les organisateurs tiennent une conférence de presse cet après-midi sur le site de la manifestation. On peut retenir d’ores et déjà que 10 cavaliers étrangers, 4 Français (Camille Conde Ferreira, championne d’Europe junior en titre ; Antonio Conde Ferreira ; Pierre Jarry, coach membre équipe de France ; Isabelle Barascut et Benjamin Guillemin), 3 Marocains (Saad Jabri, Soukaina Ouaddar et Yassine Bennani) et 3 Ivoiriens (Morgane Pitton, Victoria Orio et Chiara Bruno). Ce concours international de l’Amitié sera jumelé au 2ème concours national de saut d’obstacles (Cso) de l’exercice 2015-2016. Au total, 6 épreuves seront au menu dont un Grand Prix (1m20), un Petit Prix (1m10) et une élite. Dans ces trois épreuves vont concourir les athlètes étrangers avec des chevaux prêtés. Selon les organisateurs, ce concours « est initié dans le but de développer l’interactivité au plan sportif et la connexion entre athlètes étrangers et cavaliers sénégalais. Ces derniers étant appelés à se jauger devant cette armada venue de l’extérieur ».  

O. POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Le Français Sébastien Loeb (Peugeot), le nonuple champion du monde des rallyes qui dispute son premier Dakar, a remporté sa deuxième victoire en deux jours, hier lors de la 3e étape entre Termas de Rio Hondo et Jujuy, en Argentine, confortant ainsi sa place aux commandes du rallye-raid. Loeb a parcouru les 190 kilomètres de la spéciale, une nouvelle fois raccourcie en raison des mauvaises conditions météo sur la zone, en 2 h 09 min 39 sec. Après l'arrivée d'une quinzaine de concurrents, Loeb devançait l'Espagnol Carlos Sainz d'1 min 23 sec, pour un nouveau doublé Peugeot. Lundi, l'Alsacien s'était imposé devant Stéphane Peterhansel.
En motos, l'Espagnol Joan Barreda Bort (Honda) a remporté cette 3e étape  et a pris la tête du classement général.
L'Espagnol s'est imposé devant deux de ses coéquipiers chez Honda, l'Argentin Kevin Benavides, 2e à 26 sec, et le Portugais Paulo Gonçalves, 3e à 52 sec. Barreda Bort a parcouru les 190 kilomètres de la spéciale (qui devait initialement en compter 314), en 2h 30 min et 37 sec. Au classement général, Barreda Bort devance le Slovaque Stefan Svitko (KTM) de 14 sec et Benavides, de 48 sec.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Le handball a vécu une année fondatrice en 2015 avec des résultats probants sur la scène internationale. Avec notamment de nouveaux paliers franchis par les sélections nationales. La palme est revenue à l'équipe nationale féminine junior (U20) entraînée par Doudou Roger Mbengue qui a, en effet, remporté le Challenge Trophy continental en août dernier à Addis-Abeba ; ce qui avait permis aux partenaires d’Aïssatou Mané de s’ouvrir les portes du tournoi mondial de la catégorie à Gabrovo, en Bulgarie où elles ont fini le tournoi à la 4ème place sur cinq équipes. Leurs sœurs de l’équipe senior se sont également illustrées sur la scène africaine en mars au tournoi de la Zone 2 qualificatif pour les Jeux africains de Brazzaville qu’elles ont remporté. Et en terre congolaise, Hadja Mama Cissé et les siennes ont défoncé d’autres portes pour remporter une médaille de bronze inédite pour le handball national. Moins en réussite, l’équipe masculine a fait pâle figure à Brazzaville. Pourtant, elle avait remporté haut la main, le Tournoi de Thiès qualificatif pour cette messe quadriennale du sport africain.
  Si sur le plan international, 2015 a été une année de grandes premières, c’est un air de déjà vu qu’on a eu sur la scène nationale, avec les équipes du Saltigué et de l’Asfa qui se sont adjugé les titres de championne en dames et en messieurs. Les filles de Chérif Ahmadou Tall ont confirmé leur suprématie sur le handball féminin sénégalais avec une nouvelle victoire en Coupe du Sénégal aux dépens du Duc. Chez les messieurs, la coupe nationale est allée au Duc. La division inférieure a également désigné ses lauréats. Chez les dames, El Hadj Badiane de Mbour a damé le pion à l’UGB de Saint-Louis pour valider son ticket pour l’élite alors que l’Olympique de Diourbel a battu l’AS Kaffrine pour être sacrée championne de D2 et retrouver la D1 une année après.

Ousseynou POUYE


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

L’athlétisme sénégalais déjà en mal de résultats sur la scène internationale (0 médaille d’or aux derniers Jeux africains à Brazzaville) n’avait assurément pas besoin de ça. Lamine Diack, dirigeant émérite de la première discipline olympique au Sénégal, en Afrique et dans le monde, cité dans une affaire de « corruption, de blanchiment aggravé d’argent et de corruption passive », quelques semaines seulement après avoir quitté la présidence de l’IAAF, fin août ! Plus que l’athlétisme national, c’est tout un pays qui est secoué par cette affaire. D’autant que l’argent en cause (1,5 million d’euros, soit l’équivalent d’un milliard de FCfa) qui lui aurait été donné pour masquer des cas de fraudes d’athlètes russes, aurait également servi à aider une partie de l’opposition lors des élections, notamment présidentielle de 2012, marquées par la défaite de Me Abdoulaye Wade.
Lamine Diack qui a été président de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) de décembre 1999 à août 2015, a ainsi été mis en examen deux fois par la justice française. Arrêté début novembre à Paris, il avait été auditionné par un juge après sa garde à vue, mis en examen et libéré après avoir versé une caution de 300 millions de FCfa. Il est depuis interdit de sortir du territoire français. A noter que son fils Papa Massata Diack, ancien consultant en Marketing de l’IAAF ainsi que quelques autres personnes ont été cités dans cette affaire.

B. K. N.


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

La première étape du Dakar 2016 a été annulée en raison des conditions météo rendant impossible le déploiement du dispositif de sécurité, a annoncé hier le directeur du rallye, Etienne Lavigne, qui a fait état de l'aggravation de l'état de santé d'un des trois spectateurs gravement blessés dans l'accident de samedi. La première étape de plus de 600 km dont 227 km de spéciales chronométrées pour les motos et 258 pour les voitures, devait relier Rosario et Villa Carlos Paz. Des orages et des fortes pluies s'abattaient dans la matinée sur l'ensemble de la zone de la spéciale, inondant les pistes que devaient emprunter les concurrents. L'ensemble des véhicules a été réorienté vers Cordoba via un parcours de liaison.
La 38e édition du Dakar s'est élancée samedi de Buenos Aires pour un parcours de plus de 9300 km jusqu'à Rosario, en passant par les plaines argentines, les contreforts de la Cordillère des Andes et le salar d'Uyuni, en Bolivie. La spéciale du prologue a été interrompue en fin d'après-midi samedi, après qu'une voiture de course est sortie de route et a percuté un groupe de spectateurs, faisant dix blessés dont trois graves, notamment un jeune garçon âgé de 10 ans et son père âgé de 34 ans. L'état de santé d'un autre spectateur percuté "s'est aggravé dans la nuit" et son pronostic est "réservé", a annoncé hier le directeur de la course, Etienne Lavigne.

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

La 5e étape samedi entre Remz El Quebir et Dakhla du rallye Africa Eco Race longue de 695km, avec une spéciale de 453km entre Remz El Quebir/Jreififa et une liaison de 242km entre Jreififa/Dakhla, a maintenu les différents équipages dans leurs positions initiales. En fait, depuis le début de cette épreuve, les positions semblent figées autant en motos, en autos que chez les camions.
 Lors de cette 5e étape, beaucoup de pilotes se sont égarés, perdant énormément de temps à retrouver la bonne route. Résultats, la Kazkah Yevgeniya Nesterova, pourtant abonnée au camion-balai depuis le début de l’épreuve, a terminé 2edevant le Portugais José Fernando. Le gros perdant aura été le Britannique Andrew Newland qui a laissé cette 2e place à la Kazakh. Dans la catégorie autos, l’équipe Kazakh Mobilex mène toujours le bal avec notamment Yuriy Sazonov sur son Hummer et Kanat Shagirov au volant de sa Toyota qui s’est propulsé en tête du classement général. Et en motos, le norvégien Pal Anders Ullevalseter a remporté sa 4e spéciale d’affilée et compte plus de 40 minutes d’avance sur ses poursuivants. Dans la catégorie des « mastodontes », les camions n’ont pas été à la fête lors de cette 5e étape. Anton Shibalov qui était leader au général, a terminé 12e perdant du coup son rang. Au classement général, la Portugaise Elisabete Jacinto est toujours installée confortablement en 3e position derrière les deux Kamaz russes.
 Hier dimanche, les équipages étaient au repos à Dakhla à l’extrême sud du Maroc. Aujourd’hui cap sur la Mauritanie pour la 6e étape (621km) avec une petite spéciale de 174km entre Boulanouar et Chami. Ainsi débutera le compte à rebours vers le Lac Rose à Dakar qui sera atteint dimanche prochain. Mais pour le moment, les places semblent figées ; peut-être que les concurrents attendent l’approche du Sénégal pour mettre le turbo.  

C. F. KEITA


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Casting cinq étoiles et scénario repensé en deux semaines à la fin de l'été : la 38e édition du Dakar (2-16 janvier) s'élance ce samedi de Buenos Aires avec l'entrée en lice de Sébastien Loeb, débutant de luxe pour Peugeot, chez une marque au lion déterminée à jouer les premiers rôles cette année.
En 2015, pour son retour sur le rallye après 25 ans d'absence, Peugeot n'avait pu contrer l'armada Mini, désormais quadruple tenante du titre auto. Et le Qatari Nasser Al-Attiyah, vainqueur 2015, comme son prédécesseur, l'Espagnol Nani Roma, seront encore parmi les favoris, déterminés à défendre les couleurs de la marque allemande. A peine le Dakar-2015 conclu, Bruno Famin, le patron de Peugeot Sport, avait pourtant lancé que le constructeur français reviendrait en 2016 "pour la victoire et rien d'autre". Au départ de Buenos Aires, pour un parcours de plus de 9.300 kilomètres, dont quelque 4.700 km de spéciales chronométrées, jusqu'à Rosario en passant par la Bolivie, Peugeot se présente avec un nouvel atout dans sa manche : le nonuple champion du monde des rallyes Sébastien Loeb, accompagné du co-pilote de tous ses succès, Daniel Elena. Les trois autres buggys de la marque au lion sont pilotés comme l'an dernier par un trio cumulant 17 victoires : Stéphane Peterhansel, "roi" du Dakar avec 11 succès au compteur (six en moto, cinq en auto), l'ex-motard Cyril Despres (5 titres) et l'Espagnol Carlos Sainz (1 titre). Le Dakar millésime 2016, composé de 13 étapes plus un prologue, mènera finalement les 354 véhicules engagés des pistes argentines aux contreforts de la Cordillère des Andes, en passant par le salar bolivien d'Uyuni, théâtre de la plus longue spéciale (6e étape, 542 km).
Si les favoris ne manquent pas côté auto, chez les motards, aucun ancien vainqueur ne figure au départ, pour la première fois depuis 2005 et la domination de Despres, passé sur quatre roues, et de l'Espagnol Marc Coma (5 titres chacun).

Le Merzouga Rally du Maroc bénéficie du label « Dakar Series »
Le Merzouga Rally, organisé depuis six ans dans la région d’Erfoud au sud-est du Maroc, bénéficiera cette année du label « Dakar Series ». L’épreuve, réservée aux motos et aux quads, se déroulera du 21 au 27 mai, avec cinq étapes dont un marathon et permettra aux aspirants à une place sur le Dakar 2017 (les organisateurs procèdent à une sélection des engagés dans la catégorie moto) de parfaire leur formation, voire de gagner le précieux sésame. Le vainqueur de l’épreuve et le meilleur rookie se verront offrir l’inscription au Dakar. « ASO (Amaury Sport Organisation, organisateur du Dakar) a décidé de garder le concept, les spécificités et l’esprit de notre épreuve, apprécie Edo Mossi, le créateur du Merzouga Rally.
C’est un grand honneur pour nous et une grande opportunité. »

(AFP)


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Champion olympique des légers en 1976, l’Américain Howard Davis est mort à 59 ans d’un cancer des poumons mercredi. Lors des Jeux de Montréal, il avait également obtenu le trophée Val Barker, récompensant le meilleur boxeur, malgré la présence de Ray Leonard, des frères Leon et Michael Spinks et du Cubain Teofilo Stevenson. Chez les professionnels, son style technique lui avait moins réussi et il avait perdu ses trois combats pour un titre mondial. Retiré des rings, il était devenu entraîneur. L’été dernier, il avait appris qu’il souffrait d'un cancer des poumons et avait moins d’un an à vivre, alors qu’il n’avait jamais fumé de sa vie.


Last modified on samedi, 26 mars 2016 19:51

Le comité national de relance et de promotion de l’escrime est à un tournant très important de son existence à la veille de son assemblée générale fixée à mardi prochain, 25 janvier. Et dans ce cadre la rencontre hier entre les membres de cette structure et le ministre des Sports, Faustin Diatta, a permis d’apaiser les craintes nourries par le président Mbagnick Ndiaye et son équipe au sujet justement des infrastructures, de l’équipement et de la formation. Au cours de cette rencontre avec le ministre des Sports, tous les maux dont souffre actuellement le comité national de relance ont été passés au peigne fin. Car il s’agissait de parler de la vie de cette structure au premier responsable du sport sénégalais afin que des solutions idoines soient trouvées pour sa bonne relance.

Pour une jeune structure qui n’a que dix ans d’existence, mais qui compte beaucoup de réalisations de l’avènement de feu Abdoul Wahab Bâ à nos jours, un coup de neuf devait lui être insufflé. Car le flambeau a été repris par les camarades d’Abdoul Wahab Bâ qui jusqu’ici s’évertuent à perpétuer son œuvre. C’est pourquoi d’ailleurs le ministre des Sports, Faustin Diatta, très satisfait du travail accompli par l’équipe a promis de restaurer et d’équiper les deux salles d’armes installées aux stades Léopold Sédar Senghor et Demba Diop. « Il est également d’accord pour renouveler notre comité pour deux ans encore, pour ensuite tendre vers une Fédération », a souligné Mbagnick Ndiaye.

Le patron du département des Sports s’est aussi réjoui de l’existence de l’école internationale des maîtres d’armes de Dakar qui forme des entraîneurs et des escrimeurs de près d’une dizaine de pays africains. Le ministre des Sports qui sera d’ailleurs mercredi au siège du comité pour procéder à la remise d’un important lot de matériels destiné aux escrimeurs sénégalais, veut aller plus loin dans ce soutien qu’il veut apporter. Et c’est le président Mbagnick Ndiaye qui a apporté la nouvelle en révélant que M. Faustin Diatta est aussi d’accord pour les accompagner dans la recherche d’un entraîneur de haut niveau.

« Cela devrait se faire dans le cadre de la coopération internationale auprès des pays avec qui nous sommes en partenariat sportif », a souligné Mbagnick Ndiaye. Comme on le voit, c’est vers un nouveau départ que le comité national de promotion se dirige, puisque hormis les deux fers de lance de l’escrime sénégalaise, à savoir Mamadou Keïta (sabre) et Alexandre Bouzaïd (épée), bénéficieront d’une aide dans le cadre de la gestion ciblée des athlètes. Deux valeurs sûres de l’escrime sénégalaise qui ont été champions d’Afrique (deux fois pour le premier en 2008 et 2009, et une fois pour le second en 2010).

C F KEITA

Last modified on mercredi, 19 octobre 2016 14:34


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.