banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Football (762)

C'est maintenant quasiment officiel, le Belge Georges Leekens est le nouveau sélectionneur de l'équipe d'Algérie. L'information a été donnée par la Radio nationale et la chaîne Ennahar, mercredi vers 21h. Le Belge de 67 ans est attendu demain à Alger, en marge du bureau fédéral. Le timing de cette nouvelle nomination est très serré, puisque ce matin, Lokeren, le désormais ex-club de Leekens, annonçait leur séparation d'un commun accord. Le Belge n'aura été sans poste que quelques heures donc avant de s'engager dès demain avec la sélection algérienne. Rappelons qu'il a déjà dirigé l'Algérie lors d'un court bail de six mois en 2003 ainsi que la Tunisie lors de la Can 2015. Il a surtout dirigé la sélection de Belgique à deux reprises, dont la dernière entre 2010 et 2012.

Lors de ce passage, il avait comme adjoint un certain... Marc Wilmots, qu'il avait eu comme joueur et capitaine lors de la Coupe du Monde 1998. Après avoir raté la qualification à l'Euro 2012, Wilmots le remplace et emmène la Belgique aux Coupes du Monde 2014 et l'Euro 2016 avec un groupe formé par lui... Depuis, les relations entre les deux sont exécrables.

DZfoot.com

Le coup dur de Gervinho est confirmé. L’attaquant du Hebei China Fortune souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche selon France Football. L’ancien pensionnaire de l’As Rome manquera la Coupe d’Afrique des Nations 2017 qui aura lieu du 14 janvier au 5 février 2017. Si le joueur a rejoint la France pour passer des examens complémentaires, son absence ne devrait pas être moins de six mois. Un véritable coup dur pour Michel Dussuyer et la Côte d’Ivoire qui perd l’un des éléments ayant contribué à la victoire finale en 2015.

Afrik-foot.com

Le Ballon d'Or, revenu dans le giron exclusif de France Football après l'arrêt du partenariat avec la Fifa, sera dévoilé « avant la fin de l'année civile », a annoncé mardi l'hebdomadaire créateur du prix, sans donner plus de détail. Sous l'ère Fifa (de 2010 à aujourd'hui), le Ballon d'Or était décerné à Zurich en janvier pour récompenser les performances d'un joueur sur l'année écoulée. Autre différence : « Le vote sera déterminé à partir d'une liste de trente joueurs, contre vingt-trois lors des précédentes éditions ». Le journal avait déjà acté la semaine dernière que, comme à l'origine, seuls les journalistes voteraient, contrairement au partenariat avec la Fifa qui avait ouvert le scrutin aux sélectionneurs et aux capitaines des équipes nationales.

L'attaquant camerounais Samuel Eto'o a été suspendu jusqu'à nouvel ordre par son équipe, Antalyaspor, suite à des accusations de racisme portées sur les réseaux sociaux. Cette décision intervient alors que l'ancien international est soupçonné d'avoir critiqué le président du club, Ali Safak Ozturk, sur Instagram, où il a posté, en turc, mardi: «Rappel : peut-être que certaines personnes ne me respectent pas car je suis noir».

«Mais je ne vais pas redescendre du niveau que j'ai atteint. Je suis dans ce jeu depuis 18 ans», avait poursuivi le joueur, assortissant ses mots d'une capture d'écran de son palmarès sur le site Wikipedia. Dans ce premier message, Eto'o ne met personne en cause nommément mais, face à la controverse, il a ensuite posté l'image de mains formant un coeur devant le logo de son club depuis juin 2015, assurant que sa sortie ne visait pas son président.

Ces messages avaient été interprétés comme une réponse aux critiques de M. Ozturk sur ses récentes performances. «Aucun joueur n'est au-dessus des intérêts d'Antalyaspor. Chacun doit connaître sa place», avait déclaré ce dernier. Le séjour turc de l'ancien du FC Barcelone, de l'Inter Milan ou encore de Chelsea a tourné au vinaigre ces dernières semaines, alors que la rumeur l'annonçait en partance pour Besiktas. Des tensions encore aggravées par un très mauvais début de saison, au cours duquel Antalyaspor n'a récolté qu'un seul point en quatre matches.

 

Absent dimanche contre Bastia (1-0), Henri Saivet souffre d'une cuisse. Il sera indisponible pour environ cinq semaines, a annoncé son entraîneur Christophe Galtier, hier, en conférence de presse. En plus des matches de Ligue 1 à venir, l'attaquant prêté par Newcastle devrait donc manquer aussi les prochaines rencontres de qualification à la Coupe du monde 2018 avec le Sénégal.

Yaya Touré qui avait débuté avec la sélection ivoirienne lors d'un match contre l'Egypte, en juin 2004, a décidé de s'arrêter à 113 sélections (19 buts). «Il y a des décisions qui sont difficiles à prendre, mais je dois passer le témoin aux plus jeunes», a écrit le joueur de Manchester City sur son compte Twitter. «L'âge (puisque j'ai 33 ans aujourd'hui), le rythme très dense des entraînements, la multitude des matches... ne sont pas les raisons pour lesquelles je prends cette décision. Le football est tout pour moi. Il m'a donné tant de choses dans ma carrière que maintenant je ne me sens plus capable de me fixer de nouveaux objectifs, en tant que joueur avec les Eléphants de Côte d'Ivoire», continue le milieu sur son site officiel. «Je garde la fierté d'avoir récolté pour la Côte d'Ivoire quatre Ballons d'or africains», ajoute le joueur. Membre de la «génération dorée» de la Côte d'Ivoire, Touré, 33 ans, a remporté la CAN en 2015, pour deux finales perdues en 2012 et 2016. Il a aussi participé aux Coupes du Monde 2006, 2010 et 2014.

Au terme d’une double confrontation comptant pour les éliminatoires à la prochaine Can de beach soccer, les Lions sont venus à bout des Requins bleus du Cap-Vert. Si les deux matchs n’ont pas été une promenade de santé pour les hommes de Ngalla Sylla, leur issue n’a pas surpris. Désormais, les regards sont tournés vers le Nigéria, qui accueille la Can du 13 au 18 décembre prochains.

Goliath n’a pas plié face à David. Le géant sénégalais était trop fort pour le petit poucet cap-verdien. En éliminatoires à la Coupe d’Afrique de beach soccer, les hommes de Ngalla Sylla ont dominé, par deux fois, les Cap-Verdiens. Un dénouement peu surprenant lorsqu’on regarde le pedigree des deux sélections dans la discipline. L’équipe nationale de beach soccer sénégalaise existe depuis plus de dix ans. Ses trois coupes d’Afrique et ses cinq participations à la Coupe du Monde depuis 2007 en ont fait un géant en Afrique. En face, l’équipe du Cap-Vert faisait son baptême du feu dans le milieu du foot de plage. Née il y a juste quatre mois, elle tentait de se qualifier à ses premières joutes africaines. Une tâche qui, dès la fin du premier match, s’est avérée « impossible », de l’avis du sélectionneur cap-verdien.

Pù Brito pointe du doigt le manque de compétition de son équipe dans sa quête, face à une équipe « physiquement supérieure et tactiquement très bien en place ».

« Organiser une équipe et la préparer est très difficile au Cap-Vert qui est un archipel de plus de dix îles », justifie-t-il. Côté sénégalais, la joie est mesurée. Participer à une Coupe d’Afrique relève de la norme. Mais Ngalla Sylla et ses hommes n’ont pas dormi sur leurs lauriers au terme de la manche aller, remportée 7 buts à 2. Ils se doutaient que le match retour ne serait pas simple. Le terrain leur a donné raison. Deux tiers-temps durant, les Cap-Verdiens ont quasiment fait jeu égal avec eux.

Mais, comme au match aller, les Lions ont pris le large au dernier tiers-temps. De l’avis du manager général de l’équipe, Ibrahima Ndiaye « Chita », ils ont su faire preuve d’une patience « indispensable au beach soccer ». Mais la patience est, dans le sport, un trait de caractère des équipes expérimentées. « Le match était très serré. Nous avions en face une très bonne équipe. Nous avons usé de notre expérience pour venir à bout d’elle », renseigne le sélectionneur sénégalais Ngalla Sylla. Mais pas que cela.

« Nous avons travaillé plusieurs combinaisons et elles nous ont été utiles, surtout dans le troisième tiers-temps », ajoute celui qui était jusqu’à la récemment le capitaine de cette équipe de beach soccer.

Le Sénégal a, aussi, su tirer profit du championnat national de beach soccer dont sont issus plusieurs joueurs de l’équipe. Une compétition qui leur permettra d’être en jambes, au moment de participer à une Can que Ngalla Sylla annonce comme l’une des plus serrées : « Nous nous rendons au Nigéria qui est une de nos plus farouches rivaux. Cela fait des années qu’ils ne se qualifient pas à la Coupe du monde. Ils voudront, à tout prix, y participer. En plus, les autres pays se sont dotés en infrastructures pour améliorer le niveau de leur équipe ».

Aussi, pour y participer dignement et accéder à la finale, synonyme de qualification à la prochaine Coupe du monde prévue au Bahamas, Ngalla Sylla compte sur l’appui de l’Etat pour jouer le maximum de matches amicaux : « Pour rivaliser avec les autres sélections, nous avons besoin de jouer des matches amicaux. Nous appelons l’Etat à mettre à notre disposition les moyens nécessaires à une bonne préparation, en nous permettant d’aller rencontrer les meilleures équipes ou de les recevoir ici ». Comme quoi, une bonne préparation est la base pour une bonne participation à une compétition, comme le disait un autre sélectionneur national.

Habib GAYE (Stagiaire)

« La Guinée aurait pu repartir de Dakar avec un avantage conséquent car mes gosses n’ont pas pu produire le jeu qu’ils voulaient. Mais c’est le football et cela arrive à toutes les équipes. Qu’elles jouent à domicile ou à l’extérieur, cela est pareil. Nous allons nous remobiliser pour le match retour. Mais ce ne sera pas facile ». Très philosophe, l’entraîneur des U17 du Sénégal, Aly Male, a reconnu que l’équipe de Guinée était supérieure à celle du Sénégal dans le match de samedi dernier comptant pour le dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17 (cadets). « Nous aurions dû jouer juste avec de la percussion et de la vivacité pour les déséquilibrer.

Mais nous n’avons même pas pu réussir dans le jeu de combinaison qui était notre fort », a-t-il ajouté. Au sortir du match de samedi au stade Demba Diop perdu 0 – 1, Aly Male et ses gosses auront besoin de se libérer l’esprit et de s’orienter vers le match de Conakry. Oublier la défaite de Dakar et se mettre en tête que le match de Conakry sera tout simplement une finale qui doit déboucher sur la qualification à « Madagascar 2017 ». Tâche ardue, mais pas impossible, car même l’entraîneur guinéen Souleymane Camara a estimé que ce succès de Dakar peut être un piège pour eux.

En clair, les jeunes guinéens ne doivent pas dormir sur leurs lauriers. Mais du côté sénégalais, on pense déjà à sortir un gros match et l’entraîneur a été clair : « Ça passe ou ça casse. On doit jouer libéré et produire notre football. C’est une opération commando qui nous attend à Conakry », a-t-il indiqué. Revenant sur le match de Dakar, Aly Male de souligner que ses gosses ont lutté avec leurs armes, mais que cela n’a pas suffi. « Nous avons des joueurs inexpérimentés et en plus les Guinéens nous étaient techniquement supérieurs. Même sur les balles arrêtées on a été battus. Au vu du match de Dakar, nous avons fait un combat inutile. Maintenant il va falloir rectifier tout ça », a-t-il indiqué. C'est-à-dire remobiliser l’équipe, récupérer les absents et retrouver un groupe au complet.

Cependant Aly Male ne se focalise pas trop sur ceux qui n’avaient pas joué samedi pour des raisons sportives ou de maladie. C’est vrai que la présence d’un joueur comme Ousseynou Niang (blessé) pouvait être d’un poids certain sur le front de l’attaque sénégalaise, ou d’un Ibrahima Dramé (suspendu) au poste de latéral qui aurait pu aider à museler le virevoltant ailier Aguibou Camara sans oublier Cheikh Niang (malade) qui avait crucifié les Tunisiens à Dakar. Aly Male ne veut toutefois pas s’attarder sur ces absences, car « tous mes joueurs se valent. Cette défaite devait arriver et on l’a consommée. Nous avons perdu à Dakar, mais on ne doit pas se lamenter sur notre sort. Nous gardons toujours nos chances de passer », a-t-il rectifié.

C. F. KEITA

 

Cible prioritaire de Chelsea cet été, qui était prêt à proposer plus de 40 millions d'euros pour le recruter, Kalidou Koulibaly va finalement prolonger son contrat de deux ans avec Naples.
Le défenseur central international sénégalais (25 ans) sera alors lié au Napoli jusqu'en 2021.

Baldé Keïta pisté par le Milan AC
L’ailier international sénégalais Diao Baldé Keïta ira-t-il au bout de son contrat, en juin 2018, avec la Lazio Rome ? Rien n’est moins sûr tant le joueur suscite des convoitises.

Aux dernières nouvelles, c’est le Milan AC qui chercherait à l’arracher de la Lazio qui, pourtant, tente de convaincre sa pépite de rempiler pour deux saisons avec une clause libératoire de 25 millions d’euros. La partie n’est encore gagnée pour aucun camp, mais Baldé Keïta pourrait bien débarquer chez les « Rossoneri » au prochain mercato hivernal.

L’Algérie a décidé de plonger. Il y a à peine deux semaines, ce pays soutenait que la question « n’est pas (…) à l’ordre du jour » de savoir s’il était prêt à suppléer le Gabon au cas où il ne pourrait pas accueillir la prochaine CAN de football. Mais dimanche, le même ministre algérien des Sports qui avait tenu ces propos est revenu à la charge pour affirmer qu’« en cas de retrait officiel de la compétition par la CAF au Gabon, l’Algérie dispose d’enceintes en mesure d’accueillir de tels événements d’envergure. Mais il faudrait au préalable étudier ce cas avec les responsables du gouvernement et les parties chargées de la gestion du football algérien ». Curieuse coïncidence, M. Hadi Ould-Ali a tenu ses propos en marge d’une tournée dans les stades de Baraki et de Douéra, à Alger ; comme s’il s’agissait de faire l’état des lieux en attendant d’obtenir « le feu vert des hautes autorités du pays ».

Si l’Algérie a quelque peu varié dans sa position de départ, c’est certainement parce qu’elle ne voudrait pas se laisser coiffer par son voisin, le Maroc, qui, d’après certaines sources, aurait déjà été contacté par la CAF pour suppléer le Gabon. En effet, ce dernier pays censé abriter la prochaine CAN du 15 janvier au 4 février 2017 vit dans l’incertitude née de la réélection contestée de son président Ali Bongo. Le principal opposant à ce dernier ayant déposé un recours qui doit être vidé le 23 septembre courant par la Cour constitutionnelle, on craint que le verdict, quel qu’il soit, ne mette le feu aux poudres et entraîne des heurts qui ne permettraient pas la tenue à bonne date de la compétition.

A noter que lors de ses réunions annuelles en son siège au Caire, entre le 21 et le 27 septembre, la CAF pourrait être amenée à se prononcer sur la question de l’organisation de cette CAN.


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.