banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Football (762)

C'est maintenant quasiment officiel, le Belge Georges Leekens est le nouveau sélectionneur de l'équipe d'Algérie. L'information a été donnée par la Radio nationale et la chaîne Ennahar, mercredi vers 21h. Le Belge de 67 ans est attendu demain à Alger, en marge du bureau fédéral. Le timing de cette nouvelle nomination est très serré, puisque ce matin, Lokeren, le désormais ex-club de Leekens, annonçait leur séparation d'un commun accord. Le Belge n'aura été sans poste que quelques heures donc avant de s'engager dès demain avec la sélection algérienne. Rappelons qu'il a déjà dirigé l'Algérie lors d'un court bail de six mois en 2003 ainsi que la Tunisie lors de la Can 2015. Il a surtout dirigé la sélection de Belgique à deux reprises, dont la dernière entre 2010 et 2012.

Lors de ce passage, il avait comme adjoint un certain... Marc Wilmots, qu'il avait eu comme joueur et capitaine lors de la Coupe du Monde 1998. Après avoir raté la qualification à l'Euro 2012, Wilmots le remplace et emmène la Belgique aux Coupes du Monde 2014 et l'Euro 2016 avec un groupe formé par lui... Depuis, les relations entre les deux sont exécrables.

DZfoot.com

Le coup dur de Gervinho est confirmé. L’attaquant du Hebei China Fortune souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche selon France Football. L’ancien pensionnaire de l’As Rome manquera la Coupe d’Afrique des Nations 2017 qui aura lieu du 14 janvier au 5 février 2017. Si le joueur a rejoint la France pour passer des examens complémentaires, son absence ne devrait pas être moins de six mois. Un véritable coup dur pour Michel Dussuyer et la Côte d’Ivoire qui perd l’un des éléments ayant contribué à la victoire finale en 2015.

Afrik-foot.com

Le Ballon d'Or, revenu dans le giron exclusif de France Football après l'arrêt du partenariat avec la Fifa, sera dévoilé « avant la fin de l'année civile », a annoncé mardi l'hebdomadaire créateur du prix, sans donner plus de détail. Sous l'ère Fifa (de 2010 à aujourd'hui), le Ballon d'Or était décerné à Zurich en janvier pour récompenser les performances d'un joueur sur l'année écoulée. Autre différence : « Le vote sera déterminé à partir d'une liste de trente joueurs, contre vingt-trois lors des précédentes éditions ». Le journal avait déjà acté la semaine dernière que, comme à l'origine, seuls les journalistes voteraient, contrairement au partenariat avec la Fifa qui avait ouvert le scrutin aux sélectionneurs et aux capitaines des équipes nationales.

L'attaquant camerounais Samuel Eto'o a été suspendu jusqu'à nouvel ordre par son équipe, Antalyaspor, suite à des accusations de racisme portées sur les réseaux sociaux. Cette décision intervient alors que l'ancien international est soupçonné d'avoir critiqué le président du club, Ali Safak Ozturk, sur Instagram, où il a posté, en turc, mardi: «Rappel : peut-être que certaines personnes ne me respectent pas car je suis noir».

«Mais je ne vais pas redescendre du niveau que j'ai atteint. Je suis dans ce jeu depuis 18 ans», avait poursuivi le joueur, assortissant ses mots d'une capture d'écran de son palmarès sur le site Wikipedia. Dans ce premier message, Eto'o ne met personne en cause nommément mais, face à la controverse, il a ensuite posté l'image de mains formant un coeur devant le logo de son club depuis juin 2015, assurant que sa sortie ne visait pas son président.

Ces messages avaient été interprétés comme une réponse aux critiques de M. Ozturk sur ses récentes performances. «Aucun joueur n'est au-dessus des intérêts d'Antalyaspor. Chacun doit connaître sa place», avait déclaré ce dernier. Le séjour turc de l'ancien du FC Barcelone, de l'Inter Milan ou encore de Chelsea a tourné au vinaigre ces dernières semaines, alors que la rumeur l'annonçait en partance pour Besiktas. Des tensions encore aggravées par un très mauvais début de saison, au cours duquel Antalyaspor n'a récolté qu'un seul point en quatre matches.

 

Absent dimanche contre Bastia (1-0), Henri Saivet souffre d'une cuisse. Il sera indisponible pour environ cinq semaines, a annoncé son entraîneur Christophe Galtier, hier, en conférence de presse. En plus des matches de Ligue 1 à venir, l'attaquant prêté par Newcastle devrait donc manquer aussi les prochaines rencontres de qualification à la Coupe du monde 2018 avec le Sénégal.

Yaya Touré qui avait débuté avec la sélection ivoirienne lors d'un match contre l'Egypte, en juin 2004, a décidé de s'arrêter à 113 sélections (19 buts). «Il y a des décisions qui sont difficiles à prendre, mais je dois passer le témoin aux plus jeunes», a écrit le joueur de Manchester City sur son compte Twitter. «L'âge (puisque j'ai 33 ans aujourd'hui), le rythme très dense des entraînements, la multitude des matches... ne sont pas les raisons pour lesquelles je prends cette décision. Le football est tout pour moi. Il m'a donné tant de choses dans ma carrière que maintenant je ne me sens plus capable de me fixer de nouveaux objectifs, en tant que joueur avec les Eléphants de Côte d'Ivoire», continue le milieu sur son site officiel. «Je garde la fierté d'avoir récolté pour la Côte d'Ivoire quatre Ballons d'or africains», ajoute le joueur. Membre de la «génération dorée» de la Côte d'Ivoire, Touré, 33 ans, a remporté la CAN en 2015, pour deux finales perdues en 2012 et 2016. Il a aussi participé aux Coupes du Monde 2006, 2010 et 2014.

Au terme d’une double confrontation comptant pour les éliminatoires à la prochaine Can de beach soccer, les Lions sont venus à bout des Requins bleus du Cap-Vert. Si les deux matchs n’ont pas été une promenade de santé pour les hommes de Ngalla Sylla, leur issue n’a pas surpris. Désormais, les regards sont tournés vers le Nigéria, qui accueille la Can du 13 au 18 décembre prochains.

Goliath n’a pas plié face à David. Le géant sénégalais était trop fort pour le petit poucet cap-verdien. En éliminatoires à la Coupe d’Afrique de beach soccer, les hommes de Ngalla Sylla ont dominé, par deux fois, les Cap-Verdiens. Un dénouement peu surprenant lorsqu’on regarde le pedigree des deux sélections dans la discipline. L’équipe nationale de beach soccer sénégalaise existe depuis plus de dix ans. Ses trois coupes d’Afrique et ses cinq participations à la Coupe du Monde depuis 2007 en ont fait un géant en Afrique. En face, l’équipe du Cap-Vert faisait son baptême du feu dans le milieu du foot de plage. Née il y a juste quatre mois, elle tentait de se qualifier à ses premières joutes africaines. Une tâche qui, dès la fin du premier match, s’est avérée « impossible », de l’avis du sélectionneur cap-verdien.

Pù Brito pointe du doigt le manque de compétition de son équipe dans sa quête, face à une équipe « physiquement supérieure et tactiquement très bien en place ».

« Organiser une équipe et la préparer est très difficile au Cap-Vert qui est un archipel de plus de dix îles », justifie-t-il. Côté sénégalais, la joie est mesurée. Participer à une Coupe d’Afrique relève de la norme. Mais Ngalla Sylla et ses hommes n’ont pas dormi sur leurs lauriers au terme de la manche aller, remportée 7 buts à 2. Ils se doutaient que le match retour ne serait pas simple. Le terrain leur a donné raison. Deux tiers-temps durant, les Cap-Verdiens ont quasiment fait jeu égal avec eux.

Mais, comme au match aller, les Lions ont pris le large au dernier tiers-temps. De l’avis du manager général de l’équipe, Ibrahima Ndiaye « Chita », ils ont su faire preuve d’une patience « indispensable au beach soccer ». Mais la patience est, dans le sport, un trait de caractère des équipes expérimentées. « Le match était très serré. Nous avions en face une très bonne équipe. Nous avons usé de notre expérience pour venir à bout d’elle », renseigne le sélectionneur sénégalais Ngalla Sylla. Mais pas que cela.

« Nous avons travaillé plusieurs combinaisons et elles nous ont été utiles, surtout dans le troisième tiers-temps », ajoute celui qui était jusqu’à la récemment le capitaine de cette équipe de beach soccer.

Le Sénégal a, aussi, su tirer profit du championnat national de beach soccer dont sont issus plusieurs joueurs de l’équipe. Une compétition qui leur permettra d’être en jambes, au moment de participer à une Can que Ngalla Sylla annonce comme l’une des plus serrées : « Nous nous rendons au Nigéria qui est une de nos plus farouches rivaux. Cela fait des années qu’ils ne se qualifient pas à la Coupe du monde. Ils voudront, à tout prix, y participer. En plus, les autres pays se sont dotés en infrastructures pour améliorer le niveau de leur équipe ».

Aussi, pour y participer dignement et accéder à la finale, synonyme de qualification à la prochaine Coupe du monde prévue au Bahamas, Ngalla Sylla compte sur l’appui de l’Etat pour jouer le maximum de matches amicaux : « Pour rivaliser avec les autres sélections, nous avons besoin de jouer des matches amicaux. Nous appelons l’Etat à mettre à notre disposition les moyens nécessaires à une bonne préparation, en nous permettant d’aller rencontrer les meilleures équipes ou de les recevoir ici ». Comme quoi, une bonne préparation est la base pour une bonne participation à une compétition, comme le disait un autre sélectionneur national.

Habib GAYE (Stagiaire)

« La Guinée aurait pu repartir de Dakar avec un avantage conséquent car mes gosses n’ont pas pu produire le jeu qu’ils voulaient. Mais c’est le football et cela arrive à toutes les équipes. Qu’elles jouent à domicile ou à l’extérieur, cela est pareil. Nous allons nous remobiliser pour le match retour. Mais ce ne sera pas facile ». Très philosophe, l’entraîneur des U17 du Sénégal, Aly Male, a reconnu que l’équipe de Guinée était supérieure à celle du Sénégal dans le match de samedi dernier comptant pour le dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17 (cadets). « Nous aurions dû jouer juste avec de la percussion et de la vivacité pour les déséquilibrer.

Mais nous n’avons même pas pu réussir dans le jeu de combinaison qui était notre fort », a-t-il ajouté. Au sortir du match de samedi au stade Demba Diop perdu 0 – 1, Aly Male et ses gosses auront besoin de se libérer l’esprit et de s’orienter vers le match de Conakry. Oublier la défaite de Dakar et se mettre en tête que le match de Conakry sera tout simplement une finale qui doit déboucher sur la qualification à « Madagascar 2017 ». Tâche ardue, mais pas impossible, car même l’entraîneur guinéen Souleymane Camara a estimé que ce succès de Dakar peut être un piège pour eux.

En clair, les jeunes guinéens ne doivent pas dormir sur leurs lauriers. Mais du côté sénégalais, on pense déjà à sortir un gros match et l’entraîneur a été clair : « Ça passe ou ça casse. On doit jouer libéré et produire notre football. C’est une opération commando qui nous attend à Conakry », a-t-il indiqué. Revenant sur le match de Dakar, Aly Male de souligner que ses gosses ont lutté avec leurs armes, mais que cela n’a pas suffi. « Nous avons des joueurs inexpérimentés et en plus les Guinéens nous étaient techniquement supérieurs. Même sur les balles arrêtées on a été battus. Au vu du match de Dakar, nous avons fait un combat inutile. Maintenant il va falloir rectifier tout ça », a-t-il indiqué. C'est-à-dire remobiliser l’équipe, récupérer les absents et retrouver un groupe au complet.

Cependant Aly Male ne se focalise pas trop sur ceux qui n’avaient pas joué samedi pour des raisons sportives ou de maladie. C’est vrai que la présence d’un joueur comme Ousseynou Niang (blessé) pouvait être d’un poids certain sur le front de l’attaque sénégalaise, ou d’un Ibrahima Dramé (suspendu) au poste de latéral qui aurait pu aider à museler le virevoltant ailier Aguibou Camara sans oublier Cheikh Niang (malade) qui avait crucifié les Tunisiens à Dakar. Aly Male ne veut toutefois pas s’attarder sur ces absences, car « tous mes joueurs se valent. Cette défaite devait arriver et on l’a consommée. Nous avons perdu à Dakar, mais on ne doit pas se lamenter sur notre sort. Nous gardons toujours nos chances de passer », a-t-il rectifié.

C. F. KEITA

 

Cible prioritaire de Chelsea cet été, qui était prêt à proposer plus de 40 millions d'euros pour le recruter, Kalidou Koulibaly va finalement prolonger son contrat de deux ans avec Naples.
Le défenseur central international sénégalais (25 ans) sera alors lié au Napoli jusqu'en 2021.

Baldé Keïta pisté par le Milan AC
L’ailier international sénégalais Diao Baldé Keïta ira-t-il au bout de son contrat, en juin 2018, avec la Lazio Rome ? Rien n’est moins sûr tant le joueur suscite des convoitises.

Aux dernières nouvelles, c’est le Milan AC qui chercherait à l’arracher de la Lazio qui, pourtant, tente de convaincre sa pépite de rempiler pour deux saisons avec une clause libératoire de 25 millions d’euros. La partie n’est encore gagnée pour aucun camp, mais Baldé Keïta pourrait bien débarquer chez les « Rossoneri » au prochain mercato hivernal.

L’Algérie a décidé de plonger. Il y a à peine deux semaines, ce pays soutenait que la question « n’est pas (…) à l’ordre du jour » de savoir s’il était prêt à suppléer le Gabon au cas où il ne pourrait pas accueillir la prochaine CAN de football. Mais dimanche, le même ministre algérien des Sports qui avait tenu ces propos est revenu à la charge pour affirmer qu’« en cas de retrait officiel de la compétition par la CAF au Gabon, l’Algérie dispose d’enceintes en mesure d’accueillir de tels événements d’envergure. Mais il faudrait au préalable étudier ce cas avec les responsables du gouvernement et les parties chargées de la gestion du football algérien ». Curieuse coïncidence, M. Hadi Ould-Ali a tenu ses propos en marge d’une tournée dans les stades de Baraki et de Douéra, à Alger ; comme s’il s’agissait de faire l’état des lieux en attendant d’obtenir « le feu vert des hautes autorités du pays ».

Si l’Algérie a quelque peu varié dans sa position de départ, c’est certainement parce qu’elle ne voudrait pas se laisser coiffer par son voisin, le Maroc, qui, d’après certaines sources, aurait déjà été contacté par la CAF pour suppléer le Gabon. En effet, ce dernier pays censé abriter la prochaine CAN du 15 janvier au 4 février 2017 vit dans l’incertitude née de la réélection contestée de son président Ali Bongo. Le principal opposant à ce dernier ayant déposé un recours qui doit être vidé le 23 septembre courant par la Cour constitutionnelle, on craint que le verdict, quel qu’il soit, ne mette le feu aux poudres et entraîne des heurts qui ne permettraient pas la tenue à bonne date de la compétition.

A noter que lors de ses réunions annuelles en son siège au Caire, entre le 21 et le 27 septembre, la CAF pourrait être amenée à se prononcer sur la question de l’organisation de cette CAN.

La Fsf s’est dotée, la semaine dernière, d’une chambre nationale de résolution des litiges. C’était à l’issue d’une réunion du comité d’urgence de ladite fédération. Selon un communiqué qui nous est parvenu, la « Cnrl aura pour mission de statuer sur tous les litiges contractuels entre joueurs et clubs, d’une part, et entre clubs et joueurs d’autre part ». Elle devrait être installée dans les prochains jours et pourra être saisie « de tous les contentieux concernant la période de transfert à venir par le biais du secrétaire général de la Fédération sénégalaise de football ».

La Cnrl est présidée par le magistrat et ancien secrétaire général du Tas, Ousmane Kane et aura pour vice-président Abdel Kader Niang, notaire et ancien membre de la commission de discipline et président de la commission électorale de recours. Ses membres sont Samba Diop, Abdoulaye Guèye et Paulin Badji (représentants des clubs). Cheikh Sidy Bâ, Lamine Mboup et Olivier Cabou (représentants des joueurs).

La collaboration entre l’entraîneur national adjoint des « Lions » U20, Malick Daff et la Fédération sénégalaise de football a pris fin la semaine dernière pour des raisons d’indisponibilité du concerné. La mesure a été prise à l’issue de la réunion du comité d’urgence de la fédération qui a mis fin à cette collaboration de concert avec l’entraîneur qui a eu de nouveaux engagements avec le Diaraf. En effet, Malick Daff qui était jusqu’ici l’adjoint de Joseph Koto au sein de l’équipe nationale junior (U20) s’est engagé avec les dirigeants du Diaraf pour succéder à Alassane Dia. Ainsi, après le Port et l’Us Ouakam, Malick Daff tente un nouveau challenge avec le club de la Médina.

Une nouvelle saison nationale de foot démarre en octobre et l’heure est aux préparatifs. Le premier acte à Mbour Petite-Côte aura été d’aller chercher un nouvel entraîneur, en l’occurrence Badara Sarr, ancien joueur et entraîneur de la Douane qui a coaché la saison dernière l’AS Pikine. Il aura comme directeur sportif Serigne Saliou Dia.

Cette saison sera, pour MPC, celle de la rupture et permettra au club de revenir à l’orthodoxie qui évitera à l’entraîneur d’être sous pression, déclaration faite au cours de l’assemblée générale du club tenue récemment. Selon le président du club Mbaye Diouf Dia, il ne sera plus question de mettre l’entraîneur sous pression car il est impossible de semer et de récolter aujourd’hui. L’entraîneur qui a été choisi est, à l’en croire, à la dimension du projet qui s’articule à la politique de jeunesse. Mbaye Diouf Dia informe qu’on verra à MPC de jeunes joueurs accompagner des joueurs olympiques sur une durée d’un ou de deux ans pour déboucher sur une équipe imbattable parce que les rudiments auront été appris à la lettre. En jetant un regard sur le staff technique avec Serigne Saliou Dia comme directeur sportif et Badara Sarr comme entraîneur principal, le président de MPC indique qu’il y a là un revirement à 100 degrés. Il a rappelé que le Touré Kunda avait réussi à aller au deuxième tour d’une coupe d’Afrique.

Ce qui ne lui a cependant pas permis de faire grand-chose et il fallait dès lors refaire une fondation solide, bâtir solidement une équipe en représentant ce qui se fait dans les catégories des jeunes en équipe nationale à MPC. Mbaye Diouf Dia compte y arriver avec Badara Sarr qui a été triple champion d’affilée du Sénégal avec l’AS Douane. Avec Serigne Saliou Dia, ils amèneront leur expertise sans pression aucune. Il leur est demandé de bien recruter, de jouer un championnat et une coupe du Sénégal et de la ligue correctement pour arriver à mettre en place une grande équipe dans trois ans. « Tout entraîneur a besoin de pression, mais il faut travailler à positiver cette pression ». C’est le tout nouvel entraîneur de Mbour Petite-Côte qui le déclare. De la sorte, on pourra allant de l’avant et faire des résultats, a indiqué Badara Sarr qui s’est réjoui d’avoir été avec Mbaye Diouf Dia depuis 2000.

Un compagnonnage couronné par ces retrouvailles à Mbour Petite-Côte. » Il ne reste qu’à faire valoir notre expérience, avance Badara Sarr qui demande à l’encadrement, aux joueurs et aux supporters de jouer leur partition. Son crédo, c’est le travail et comme objectif premier, il s’attèlera à pérenniser le club dans le championnat.

Il aura également à former des cadets et juniors pour permettre à MPC de compter sur ses jeunes pousses qui, naturellement, seront accompagnés par des anciens qui vont rester et de nouveaux joueurs qui seront recrutés.

Amath Sigui NDIAYE

Les Lions n’ont pas raté leur première sortie officielle à domicile, hier sur la plage de l’Unité 15 des Parcelles Assainies. Face au Cap-Vert, les hommes de Ngalla Sylla se sont imposés 5 buts à 2, une victoire synonyme de qualification à la prochaine Can de beach soccer.

Quoi de mieux qu’une victoire acquise de haute lutte pour célébrer son premier match officiel à domicile ? Face à des Cap-Verdiens loin d’être résignés malgré un retard de 5 buts concédés au match aller chez eux (2 – 7), les hommes de Ngalla Sylla ont dû se démener pour remporter la victoire. Présents dans les duels et bien organisés, les Insulaires ont livré un premier tiers-temps costaud, tenant en échec les Lions (1-1). Ils ont même mené au score lors du deuxième tiers-temps, après le but de Sidney Ramos. Confiants en la capacité de leur équipe de renverser le Sénégal, les supporters cap-verdiens acclament leurs joueurs. Mais Amath Diouf remet vite les deux équipes à égalité, avant que Mamadou Sylla ne donne l’avantage au Sénégal. La confiance change de camp. Les Lions ne seront plus rattrapés. Usant de leur expérience, mais surtout supérieurs physiquement, ils maîtrisent le troisième tiers-temps et ajoutent deux buts au score par Babacar Fall et Amath Diouf, auteur d’un triplé.

Face à une équipe qui ne s’est formée qu’au mois de mai, les Lions ont donc su faire preuve de patience pour obtenir la victoire. Al Seyni Ndiaye, gardien de but et capitaine de l’équipe, s’attendait à la baisse de régime de l’équipe cap-verdienne : « Nous savions qu’ils n’allaient pas tenir physiquement durant les trois tiers-temps. Nous avons fait parler notre expérience ». L’entraîneur cap-verdien s’est dit fier de son équipe, malgré le double revers face au Sénégal : « Le Sénégal est une grande équipe. Nous savions que ce serait un match difficile. Remonter cinq buts d’écart, c’était impossible. Mais nous les avons fatigués ».  Cette victoire ouvre les portes de la phase finale de la Can de beach soccer prévue au Nigéria, en décembre prochain. L’occasion pour le Sénégal de tenter de retrouver la couronne continentale, perdue contre le Madagascar il y a deux ans. Mais pour Ngalla Sylla, il faudra une préparation optimale pour espérer remporter cette Can qui s’annonce relevée. Pour ce premier match officiel joué à domicile, le manager général de l’équipe Ibrahima Ndiaye « Chita » s’est dit ému, lui qui a été un des pionniers de la discipline au Sénégal : « Je crois être l’homme le plus heureux au monde. Si l’on m’avait dit, il y a dix ans, que le Sénégal organiserait un match international à domicile, je n’y aurais pas cru ».

Habib Gaye (Stagiaire)

Ils avaient fait preuve d’un mental de fer contre la Tunisie dans leur double confrontation du tour précédent en revenant chaque fois au score avant de s’imposer. On les croyait capables de reproduire le même jeu face à la Guinée Conakry pour ce dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17. Mais, ils sont passés à côté de la plaque. C’est vrai que l’équipe sénégalaise qui s’est produite face à la Guinée Conakry était amoindrie par rapport à celle qui s’était imposée face à la Tunisie en aller et retour. Le latéral Ibrahima Dramé était suspendu, les attaquants Ousseynou Niang, blessé à la cuisse et Cheikh Dieng malade étaient absents.

C’était trop pour une équipe sénégalaise qui voulait s’imposer à Dakar. Mais cela n’est pas une raison suffisante ou une excuse pour expliquer la défaite à domicile. Disons le tout net, cette équipe guinéenne était plus forte que la nôtre. Un avis largement partagé par le public au sortir du stade. Sans oublier que l’entraîneur Souleymane Camara « Abedy » avait averti au moment de fouler la pelouse du stade Demba Diop pour sa première séance d’entraînement. « Nous ne sommes pas venus à Dakar pour faire du tourisme. Nous sommes venus pour défier le Sénégal », avait-il lancé d’emblée en guise d’avertissement.

Et ses joueurs ont bien relevé le défi dans ce match ; ils n’ont pas été attentistes. Au contraire, ils ont bien à la gorge leurs homologues sénégalais, ne leur laissant aucun pouce de terrain. Car tout le monde voulait gagner, mais pour gagner il faut attaquer, se battre. Puisque le Sénégal est une équipe très offensive et physique, leurs adversaires ne se sont pas privés de prendre l’initiative dès l’entame du match. En occupant tous les compartiments du jeu et en faisant preuve d’une belle vitesse d’exécution dans la transmission du ballon et un jeu rapide dans la progression vers l’avant. Une tactique qui semble avoir bouleversé les plans du Sénégal car, malgré les trois changements intervenus en l’espace de dix minutes en début de seconde période, Aly Male n’a pu trouver l’équation pour contenir le jeu de son adversaire.

Le coach guinéen a bien su inculquer sa tactique à ses gosses. « Si le Sénégal a marqué six buts sur les deux matches contre la Tunisie, cela veut dire que c’est une équipe d’attaque. Donc il faut se méfier car six buts en deux matches ce n’est pas à la portée de toutes les équipes », avait-il prévenu. Pour Aly Male et ses gosses, il ne reste plus maintenant qu’à préparer l’opération commando sur Conakry. Avec le regroupement interne qui débute demain mardi, il aura tout le temps de peaufiner, lui aussi, la stratégie à adopter pour renverser la situation en sa faveur dans deux semaines.

C. F. KEITA

En match comptant pour le dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17 (cadets) joué samedi au stade Demba Diop, la Guinée Conakry a battu le Sénégal par 1 but à 0. But : Ismaël Traoré (27e) pour la Guinée. Public nombreux, temps chaud, pelouse en excellent état. 

En baissant pavillon devant les jeunes guinéens, les «Lionceaux» du Sénégal ont compromis leurs chances de qualification à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de leur catégorie qui se disputera l’année prochaine à Madagascar. Car le but d’Ismaël Traoré intervenu à la 27e minute pèsera lourd dans la balance dans deux semaines à Conakry. Un but inscrit au plus fort de la domination guinéenne et consécutif à un corner bien tiré par Aguibou Camara qu’Ismaël Traoré reprenait d’une tête croisée. Et pourtant avant ce match entre voisins, rien ne présageait de cette victoire guinéenne tant les jeunes sénégalais s’étaient montrés convaincants et au mental solide lors du tour précédant contre la Tunisie qu’ils avaient battue aussi bien à l’aller à Tunis qu’au retour à Dakar. Mais samedi dernier sur la pelouse du stade Demba Diop, les boys de coach Aly Male ont été méconnaissables dans le jeu ; ils avaient perdu de leur superbe dans ce match qui devait leur montrer la voie de la qualification. Les Guinéens, eux, ont joué sans complexe, s’installant même dans la zone sénégalaise le plus clair du temps. 

Un bon quadrillage du terrain, une bonne circulation du ballon et de bonnes combinaisons dans les actions. Et s’ils s’étaient imposés sur un score plus corsé, personne n’aurait trouvé à redire, tellement ils s’étaient créés toutes les bonnes occasions dans ce match. Mais c’est le gardien sénégalais Arona Sarr qui avait sauvé les siens d’une défaite plus lourde. N’empêche, les jeunes guinéens avaient pris l’ascendant sur leurs adversaires et le but qu’ils ont marqué a bien été géré par leur défense guère inquiétée par des attaquants sénégalais pas tout dans leur assiette. Ainsi aussi bien en première qu’en seconde période, le Sénégal a subi le jeu de son adversaire surtout par le trio Naby Bangoura virevoltant et puissant sur le front de l’attaque, le petit milieu de terrain Aguibou Camara et le rapide ailier Ismaël Traoré. 

Ces trois ont donné bien des sueurs froides au public sénégalais ; notamment Naby Bangoura qui déposa successivement les deux défenseurs Bassirou Sène et Assane Bèye avant de s’emmêler les béquilles devant le gardien Arona Sarr (41e). A la reprise, ce fut le même scénario de nature à donner le tournis à l’équipe sénégalaise ; belles combinaisons, redoublements de passes et vivacité dans jeu. Les « Lionceaux » ne parvenaient pas à casser le rythme de l’adversaire. Et c’est au contraire Aguibou Camara qui repartait en combinaison avec Naby Bangoura pour mettre en difficulté Arona Sarr (73e). Une seule lueur vint de l’équipe sénégalaise lorsqu’Adama Diom, dans une position excentrée, ne parvenait pas à redresser le ballon qui prenait le décor (76e). La dernière occasion sera à l’actif de la Guinée avec Djibril Sylla lancé dans l’axe du but envoyait un missile que le gardien sénégalais déviait d’un arrêt réflexe au-dessus (89e). La manche retour sera encore plus ardue car, au vu de la prestation des deux équipes, les jeunes guinéens étaient nettement au-dessus.     

Feuille de match

Arbitres : El Sharif Ayman Bisheer Hassan, assisté de Mohamed Basim Sayfulnasir Fayiz et Aboukouz Abraheem Ali Husayn, tous de la Libye.

Les équipes : Sénégal : Arona Sarr, Sambou Sarr, Bassirou Sène, Assane Bèye, Fostino Manga (cap), Ousmane Bâ, Mohamed Victor Diagne puis Bassirou Ndiaye (50e), Mohamed Diop puis Adama Diom (59e), Pape Ndiaga Yade puis Arona Diawara (50e), Issa Soumaré, Alioune Abdoulaye Sow. 

Entraîneur : Aly Male.

Guinée : Ibrahima Sylla, Ibrahima Sory Soumah, Issiaga Camara, Sékou Camara (cap), Djibril Fandje Touré puis Samuel Conté (88), Facinet Doss Soumah, Aguibou Camara puis Mohamed Chérif Camara (90e+2), Mbemba Camara, Naby Bangoura puis Djibril Sylla (76), Salia Bangoura, Ismael Traoré. 

Entraîneur : Souleymane Camara dit Abedy.

Le mot des entraineurs :

Aly Male : « On n’a pas joué sur notre vraie valeur »

« Pour ce match, nous n’avons pas de regret car l’adversaire a été meilleur que nous. Parce que tout simplement nous n’avons pas pu produire le match que nous avions produit contre la Tunisie. Je reconnais que mes joueurs n’ont pas joué sur leur vraie valeur et on n’a pas eu d’occasions de but. C’est dommage, nous n’avons pas été sereins dans la prise de balle. Mais c’est le football, il y a des jours sans. 

Le problème c’est qu’on devait jouer vite, éviter les combats et lâcher le ballon. Maintenant il nous reste à préparer le match retour. Pour cela, on devra jouer serré et à fond. Il reste encore 90 minutes à disputer et on va jouer libéré pour réussir ce qu’ils ont fait ici ».

Souleymane Camara dit Abedy (Guinée) : « Nous avons 99% de chances de nous qualifier »

« Tactiquement on a bien joué et on a atteint notre objectif. Parce que nous avons beaucoup joué sur la circulation du ballon ; cependant on a vu une belle équipe sénégalaise. Maintenant nous avons 99% de chances de nous qualifier pour la phase finale ; mais rien n’est encore acquis. On doit parachever chez nous le travail qu’on a commencé à Dakar ».

Le capitaine Fostino Manga pris dans l’étau guinéen. Les Sénégalais auront une mission difficile à Conakry.

Les résultats : Angola 5–0 Comores, Sénégal 0–1 Guinée, Niger 1–0 Gabon, Mali 2-0 Ethiopie, 

Ghana 3–1, Côte d’Ivoire, Soudan 4-2 Cameroun, Tanzanie 3–2 Congo. 

Retour le week-end du 30 septembre.

C. F. KEITA

 
Dernier tour aller des eliminatoires de la Can U17 ; Senegal-Guinee : 0-1-Sérieuse option du Sily cadet
En match comptant pour le dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17 (cadets) joué samedi au stade Demba Diop, la Guinée Conakry a battu le Sénégal par 1 but à 0. But : Ismaël Traoré (27e) pour la Guinée. Public nombreux, temps chaud, pelouse en excellent état. 
Arbitres : El Sharif Ayman Bisheer Hassan, assisté de Mohamed Basim Sayfulnasir Fayiz et Aboukouz Abraheem Ali Husayn, tous de la Libye.
Les équipes : Sénégal : Arona Sarr, Sambou Sarr, Bassirou Sène, Assane Bèye, Fostino Manga (cap), Ousmane Bâ, Mohamed Victor Diagne puis Bassirou Ndiaye (50e), Mohamed Diop puis Adama Diom (59e), Pape Ndiaga Yade puis Arona Diawara (50e), Issa Soumaré, Alioune Abdoulaye Sow. 
Entraîneur : Aly Male.
Guinée : Ibrahima Sylla, Ibrahima Sory Soumah, Issiaga Camara, Sékou Camara (cap), Djibril Fandje Touré puis Samuel Conté (88), Facinet Doss Soumah, Aguibou Camara puis Mohamed Chérif Camara (90e+2), Mbemba Camara, Naby Bangoura puis Djibril Sylla (76), Salia Bangoura, Ismael Traoré. 
 
Entraîneur : Souleymane Camara dit Abedy.
En baissant pavillon devant les jeunes guinéens, les «Lionceaux» du Sénégal ont compromis leurs chances de qualification à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de leur catégorie qui se disputera l’année prochaine à Madagascar. Car le but d’Ismaël Traoré intervenu à la 27e minute pèsera lourd dans la balance dans deux semaines à Conakry. Un but inscrit au plus fort de la domination guinéenne et consécutif à un corner bien tiré par Aguibou Camara qu’Ismaël Traoré reprenait d’une tête croisée. Et pourtant avant ce match entre voisins, rien ne présageait de cette victoire guinéenne tant les jeunes sénégalais s’étaient montrés convaincants et au mental solide lors du tour précédant contre la Tunisie qu’ils avaient battue aussi bien à l’aller à Tunis qu’au retour à Dakar. Mais samedi dernier sur la pelouse du stade Demba Diop, les boys de coach Aly Male ont été méconnaissables dans le jeu ; ils avaient perdu de leur superbe dans ce match qui devait leur montrer la voie de la qualification. Les Guinéens, eux, ont joué sans complexe, s’installant même dans la zone sénégalaise le plus clair du temps. 
Un bon quadrillage du terrain, une bonne circulation du ballon et de bonnes combinaisons dans les actions. Et s’ils s’étaient imposés sur un score plus corsé, personne n’aurait trouvé à redire, tellement ils s’étaient créés toutes les bonnes occasions dans ce match. Mais c’est le gardien sénégalais Arona Sarr qui avait sauvé les siens d’une défaite plus lourde. N’empêche, les jeunes guinéens avaient pris l’ascendant sur leurs adversaires et le but qu’ils ont marqué a bien été géré par leur défense guère inquiétée par des attaquants sénégalais pas tout dans leur assiette. Ainsi aussi bien en première qu’en seconde période, le Sénégal a subi le jeu de son adversaire surtout par le trio Naby Bangoura virevoltant et puissant sur le front de l’attaque, le petit milieu de terrain Aguibou Camara et le rapide ailier Ismaël Traoré. 
Ces trois ont donné bien des sueurs froides au public sénégalais ; notamment Naby Bangoura qui déposa successivement les deux défenseurs Bassirou Sène et Assane Bèye avant de s’emmêler les béquilles devant le gardien Arona Sarr (41e). A la reprise, ce fut le même scénario de nature à donner le tournis à l’équipe sénégalaise ; belles combinaisons, redoublements de passes et vivacité dans jeu. Les « Lionceaux » ne parvenaient pas à casser le rythme de l’adversaire. Et c’est au contraire Aguibou Camara qui repartait en combinaison avec Naby Bangoura pour mettre en difficulté Arona Sarr (73e). Une seule lueur vint de l’équipe sénégalaise lorsqu’Adama Diom, dans une position excentrée, ne parvenait pas à redresser le ballon qui prenait le décor (76e). La dernière occasion sera à l’actif de la Guinée avec Djibril Sylla lancé dans l’axe du but envoyait un missile que le gardien sénégalais déviait d’un arrêt réflexe au-dessus (89e). La manche retour sera encore plus ardue car, au vu de la prestation des deux équipes, les jeunes guinéens étaient nettement au-dessus.     
C. F. KEITA

La Juventus n'est donc pas invincible: l'Inter Milan qui semblait pourtant moribonde a en effet frappé un très grand coup hier en renversant les Turinois (2-1) dans le "Derby d'Italie", offrant au passage la première place du classement à Naples.
Résultats de la 4e journée : Sampdoria Gênes - AC Milan 0 – 1 ; Lazio Rome - Pescara 3 – 0 ; Naples - Bologne 3 – 1 ; Udinese - Chievo Vérone 1 – 2 ; Cagliari - Atalanta Bergame 3 – 0 ; Crotone - Palerme 1 – 1 ; Torino - Empoli 0 – 0 ; Sassuolo - Genoa 2 – 0 ; Inter Milan - Juventus 2 – 1 ; Fiorentina - AS Rome 1 – 0.

Classement : 1. Naples 10 pts; 2. Juventus 9; 3. AS Rome 7; 4. Lazio Rome 7; 5. Chievo Vérone 7; 6. Inter Milan 7; 7. Genoa 6 ; 8. Fiorentina 6; 9. Sampdoria Gênes 6; 10. AC Milan 6; 11. Udinese 6; 12. Sassuolo 6 ; 13. Bologne 6 ; 14. Torino 4 ; 15. Cagliari 4 ; 16. Pescara 4 ; 17. Empoli 4 ; 18. Atalanta Bergame 3 ; 19. Palerme 2 ; 20. Crotone 1.

Angleterre : Manchester United n’y arrive plus
Manchester United terrassé pour la troisième fois de suite, hier à Watford (3-1) lors de la 5e journée de Premier League, après les débandades contre City (2-1) puis en C3 à Rotterdam (1-0): la lune de miel de José Mourinho avec MU a pris un mauvais tour en une semaine. Les "Red Devils", qui n'ont plus gagné depuis le 27 août et un succès étriqué chez le promu Hull (1-0), n'y arrivent décidément plus et pointent à la 6e place (9 pts). Bien loin du voisin honni City, qui caracole en tête avec 15 unités. Un scénario d'autant plus difficile à digérer pour "Mou" que les "Citizens" de son rival Pep Guardiola semblent imbattables. Samedi, ses hommes ont ainsi corrigé Bournemouth (4-0).  

Résultats de la 5e journée : Chelsea - Liverpool 1 – 2 ; Hull City - Arsenal 1 – 4 ; Leicester City - Burnley 3 – 0 ; Manchester City - AFC Bournemouth 4 – 0 ; West Bromwich - West Ham 4 – 2; Everton - Middlesbrough 3 – 1; Watford - Manchester United 3 – 1; Crystal Palace - Stoke City 4 – 1; Southampton - Swansea City 1 – 0; Tottenham - Sunderland 1 – 0.

Classement : 1. Manchester City 15 pts; 2. Everton 13; 3. Tottenham 11; 4. Arsenal 10; 5. Chelsea 10; 6. Liverpool 10; 7. Manchester United 9; 8. Crystal Palace 7; 9. Watford 7; 10. West Bromwich 7; 11. Leicester City 7; 12. Hull City 7; 13. Middlesbrough 5; 14. Southampton 5; 15. Swansea City 4; 16. Burnley 4; 17. AFC Bournemouth 4; 18. West Ham 3; 19. Sunderland 1; 20. Stoke City 1.

Espagne : Résultats de la 4e journée : Betis Séville - Grenade 2 – 2 ; Leganes - FC Barcelone 1 – 5 ; Atletico Madrid - Sporting Gijon 5 – 0 ; Eibar - FC Séville 1 – 1 ; Las Palmas - Malaga 1 – 0 ; Osasuna - Celta Vigo 0 – 0 ; Athletic Bilbao - Valence CF 2 – 1 ; Villarreal - Real Sociedad 2 – 1 ; Espanyol Barcelone - Real Madrid 0 – 2. Ce soir 18h45 GMT Alaves - Deportivo La Corogne.

France : Résultats de la 5e journée : Caen - Paris SG 0 – 6 ; Monaco - Rennes 3 – 0 ; Bordeaux - Angers 0 – 1 ; Lorient - Lille 1 – 0 ; Nancy - Nantes 1 – 1 ; Dijon - Metz 0 – 0 ; Toulouse - Guingamp 2 – 1 ; Montpellier - Nice 1 – 1 ; Saint-Etienne - Bastia 1 – 0 ; Marseille - Lyon 0 – 0.
Classement : 1. Monaco 13 pts ; 2. Nice 11 ; 3. Paris SG 10 ; 4. Metz 10 ; 5. Bordeaux 9 ; 6. Toulouse 8 ; 7. Guingamp 8 ; 8. Saint-Etienne 8 ; 9. Lyon 7 ; 10. Rennes 7 ; 11. Bastia 6 ; 12. Montpellier 6 ; 13. Angers 6 ; 14. Caen 6 ; 15. Marseille 5 ; 16. Dijon 4 ; 7. Lille 4 ; 18. Nantes 4 ; 19. Nancy 4 ; 20. Lorient 3.

Allemagne : Résultats de la 3e journée : Cologne - Fribourg 3 – 0 ; Bayern Munich - Ingolstadt 3 – 1 ; Dortmund - Darmstadt 6 – 0 ; Hambourg - RB Leipzig 0 – 4 ; Hoffenheim - Wolfsburg 0 – 0 ; Eintracht Francfort - Leverkusen 2 – 1 ; Mönchengladbach - Werder Brême 4 – 1 ; Augsbourg - Mayence 1 – 3 ; Hertha Berlin - Schalke 04 2 - 0
Classement : 1. Bayern Munich 9 pts; 2. Hertha Berlin 9; 3. RB Leipzig 7; 4. Cologne 7; 5. Dortmund 6; 6. Mönchengladbach 6; 7. Eintracht Francfort 6 ; 8. Wolfsburg 5; 9. Mayence 4; 10. Hoffenheim 3; 11. Leverkusen 3; 12. Fribourg 3; 13. Augsbourg 3; 14. Darmstadt 3; 15. Ingolstadt 1; 16. Hambourg 1; 17. Schalke 04 0; 18. Werder Brême 0.

Entre jeunes sénégalais et guinéens, les déclarations d’intention d’avant-match vont tout à l’heure céder la place aux actes sur la pelouse du stade Demba Diop. Et pour un dernier tour aller comptant pour les éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations U17 (cadets), les deux formations auront des prétentions différentes. Le Sénégal voudra s’imposer pour mieux assurer la qualification au retour, alors que la Guinée Conakry, à défaut de gagner, visera au moins le nul.

Depuis qu’ils se sont qualifiés pour le troisième et dernier tour face respectivement à la Tunisie et au Maroc, les jeunes sénégalais et guinéens ne pensent qu’à franchir le dernier palier qui conduit à « Madagascar 2017 ». Et comme ils se feront face dans la double confrontation finale, c’est le moment pour eux d’y aller à fond. Dès aujourd’hui d’ailleurs, surtout pour les « Lionceaux » qui devront sortir la grosse artillerie pour s’imposer avant de retrouver le public bouillant de Conakry dans deux semaines. Aly Male, l’entraîneur des U17 du Sénégal, avait bien campé l’enjeu de cette explication en soulignant que ce sera difficile aussi bien à Dakar qu’à Conakry. « La Guinée est très forte chez les petites catégories et ce n’est pas pour rien qu’elle s’était classée 3e à l’issue de la Can de cette catégorie au Niger en 2015. Même si ce n’est plus la même équipe nous avons pris tout cela en compte », avait-il tenu à préciser. Après un parcours sans faute sanctionné par deux victoires sur la Tunisie (aller/retour 3-2), les « Lionceaux » sénégalais se trouvent maintenant au seuil de la qualification à la phase finale de coupe d’Afrique des nations de leur catégorie.  

Une occasion qu’ils ne veulent surtout pas rater, même s’ils savent qu’ils devront d’abord passer sur le corps de leurs adversaires. Et le coach Aly Maly a bien résumé le mot d’ordre : bien attaquer et marquer, bien défendre et ne pas encaisser. Difficile mais pas impossible au vu des prestations antérieures de ses joueurs. Et si le coach considère ce match comme un derby, son alter ego guinéen Souleymane Camara Abedy parle plutôt d’un « match qui oppose deux équipes que tout réunit car les similitudes sont fortes entre nos deux peuples. Le Guinéen est chez lui au Sénégal et vice versa. Un match de football doit le rester ; c’est vrai que chacun voudra chercher la victoire et la qualification. Mais ça s’arrête là », avait dit l’entraîneur du Syli cadet. 

Mais, au- delà de ce voisinage, de cette proximité, l’entraîneur guinéen estime que l’explication sur le terrain sera ardue. « Car nous sommes venus pour la victoire et pour la qualification. Nous connaissons la qualité de cette équipe sénégalaise et nous savons qu’elle est redoutable en attaque. Il s’agira donc pour nous de renforcer notre défense et de saisir les opportunités offensives qui s’offriront à nous », avait-il dit à l’issue de la séance d’entraînement de jeudi dernier. Les jeunes guinéens qui avaient été tenus en échec à l’aller au tour précédent par le Maroc (1-1), ont rendu la pièce de la monnaie à leurs adversaires au retour (1-1) avant de se qualifier dans la série des tirs au but. Preuve que c’est une équipe au mental solide qui sait bien négocier ses matches à l’extérieur.

Aujourd’hui donc, la première manche à 17 heures à Dakar, de la double confrontation Sénégal – Guinée promet d’être très disputée. Mais, les jeunes sénégalais n’entendent pas faire moins que leurs aînés, les A et les juniors qui se sont déjà qualifiés pour la phase finale de la Can de leurs catégories respectives. Pour cela, ils doivent commencer par réussir une belle performance face au Sily cadets.  

C. F. KEITA      

Le tournoi de football qui réunit les travailleurs des entreprises et services est actuellement à son dernier virage. Tout récemment les quarts de finale ont créé quelques surprises. Par exemple le ministère de l’Elevage qui faisait figure d’épouvantail dans sa poule a été éliminé par le Centre Hospitalier Abass Ndao (Chan) par 2 buts à 0, tandis que Touba Transit leader incontesté de sa poule déclarait forfait devant Atos ; en fait comme on le constate souvent, les défections sont consécutives à l’absence de joueurs pris par le travail.
D’ailleurs au cours de ce tournoi, lors de la phase de poules, des équipes ont éprouvé des difficultés pour réunir leurs joueurs. Une situation qui demande solution en perspective de la prochaine édition. L’équipe de l’Adie (Agence de l’Informatique de l’Etat) par contre s’est qualifiée devant le Fc Mandarine sur le score de 2 buts à 0 des œuvres d’El hadj Kéba Sory. Enfin l’Apeco s’est débarrassée du ministère des Mines sur un pénalty de dernière minute inscrit par Assane Ndiaye. Ainsi le dernier carré est de constitué de Chan, Atos, Apeco et Adie. A noter que les demi-finales sont prévues le 24 septembre au stade Amadou Barry de Guédiawaye.

Le tableau des demi-finales : Apeco-Atos ; Chan-Adie.

Test* Tournoi des Entreprises, des Services et des Travailleurs

C. F. KEITA

Le défenseur international sénégalais de Crystal Palace, Pape Souaré, sera absent de quatre à six mois après son accident de la route dimanche, a annoncé hier son entraîneur Alan Pardew. « Nous espérons qu'il pourra quitter l'hôpital samedi et nous croyons qu'il s'en remettra complètement. Dans quatre, cinq ou six mois, il sera sur pieds », a déclaré l'entraîneur. C’est donc sûr que le latéral gauche des « Lions » ne sera pas de la CAN qui se déroulera en janvier – février 2017 au Gabon. Souaré, âgé de 26 ans, s'est fait opérer à Londres. Plus tôt dans la semaine, les « Eagles » avaient annoncé que le défenseur souffrait « de fractures à une cuisse et à la mâchoire ». L'international sénégalais  avait a été transporté par hélicoptère dans un hôpital de Londres après un accident de la route dimanche. Les secours avaient dû désincarcérer le joueur de son 4x4. L'ancien défenseur de Lille avait rejoint Crystal Palace en janvier 2015.

Contre la Guinée Conakry, demain samedi au stade Demba Diop, le Sénégal donnera tout ; aussi bien en attaque qu’en défense. Le mot d’ordre est clair. Les « Lionceaux » cadets ne veulent pas faire exception à la règle. Leurs aînés se sont qualifiés aux phases finales des coupes d’Afrique des nations en seniors et en juniors et il n’est pas question de faire moins. C’est pourquoi, l’entraîneur national Aly Male a reconduit le même groupe de joueurs qui s’était défait à l’aller comme au retour de la Tunisie (3-2).

« Nous avons fait jusqu’ici un parcours sans problèmes dans ces éliminatoires, mais il nous faut le boucler comme on l’a commencé. C’est pourquoi d’ailleurs nous avons retenu les gosses en stage fermé au Centre technique Jules François Bocandé afin de mieux travailler dans la sérénité », a souligné d’emblée Aly Male.

Le technicien sénégalais qui avait donné quelques jours de congé à ses gosses afin de leur permettre de passer les fêtes de la Tabaski en famille, a repris son groupe en main dès mardi pour poursuivre la préparation. Et, à son avis, celle-ci se passe bien avec les 23 joueurs ; les mêmes qui avaient disputé et remporté la double confrontation contre la Tunisie.

Le seul souci au sein de la Tanière, c’est l’indisponibilité de deux joueurs malades, mais qu’Aly Male espère récupérer avant le match de samedi.
« Nous allons vers un match difficile aussi bien à Dakar qu’à Conakry. Mais nous attaquerons à Dakar pour marquer et défendrons bien pour ne pas encaisser. Pour le match retour ? Attendons de voir ce que va donner le match aller, mais je pense que nous allons jouer le même jeu sur les deux manches ; car qui veut se qualifier doit gagner. C’est aussi simple que ça », a-t-il résumé.

En attendant le match de demain, les « Lionceaux » s’échinent dans les installations du Centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialao.
A deux pas de la qualification, les boys d’Aly Male ne doivent pas se louper après les qualifications de leurs aînés de l’équipe nationale pour « Gabon  2017 » et des juniors pour « Zambie 2017 ». A eux maintenant de parachever le parcours sans faute du football sénégalais. Premier défi à relever, demain au stade Demba Diop.

C. F. KEITA

« Nous sommes venus pour la victoire, ce n’est pas pour faire du tourisme à Dakar. L’objectif c’est de se qualifier pour la phase finale. Et pour se qualifier, il faut gagner le match et pour gagner un match, il faut avoir de la volonté. Le Sénégal a de très bons joueurs, des joueurs de qualité que nous avons ciblés. On va essayer donc de faire un bon match sans calculer l’adversaire ». Ces déclarations sont de l’entraîneur du Syli national cadets, Souleymane Camara dit Abedy et résument tout le sérieux avec lequel les U17 guinéens prennent ce match de samedi contre le Sénégal.

Hier pour leur première séance d’entraînement au stade Demba Diop, dans le cadre du dernier tour aller des éliminatoires de la Can U17, les jeunes guinéens affichaient la sérénité et la confiance, comme l’a souligné d’ailleurs leur entraîneur. « Nous sommes venus très confiants parce que la fois dernière on était à Dakar pour un tournoi international. On connaît donc cette équipe sénégalaise même s’il y a eu des changements par rapport à celle que nous avions connue », a-t-il ajouté. Mais loin de se focaliser sur l’adversaire, l’entraîneur guinéen déclare que son équipe est à Dakar pour défier celle du Sénégal. A son avis, ce sera un match ouvert.

« On les a étudiés, ils nous ont étudiés et on ne peut se dire dès l’entame du jeu, on va attendre l’adversaire. C’est un match de football que tout le monde veut gagner ; mais pour gagner, il faut se battre. Nous savons que le Sénégal a une équipe très technique et très physique, mais ce sera de toutes les façons un match très ouvert car nous aurons affaire à une équipe très offensive aussi. Et il faut retenir que les 22 joueurs qui seront sur le terrain auront chacun la volonté de gagner », a-t-il dit.

A la question de savoir ce qui sera déterminant dans ce match de demain samedi, Souleymane Camara « Abedy » préfère en faire un secret. Mais il estime que ce sera de toutes les façons un match ouvert. « Vous allez voir ce que ça va donner. Nous allons voir comment les contrer par rapport à ce qu’on a vu. Si le Sénégal a marqué six buts sur les deux matches contre la Tunisie et n’a encaissé que quatre cela veut dire que c’est une équipe d’attaque. Donc il faut se méfier car inscrire six buts en deux matches ce n’est pas à la portée de toutes les équipes. C’est à nous d’être prudents derrière, pour au moins arracher le nul et si l’on a l’opportunité de gagner, pourquoi ne pas en profiter ».

C’est donc parti pour un match que l’entraîneur guinéen préfère ne pas mettre sur le registre du derby car, selon lui, « nous nous considérons aujourd’hui comme des Sénégalais ; il n’y a pas de différence entre les deux peuples, c’est une famille. Nous sommes venus jouer et après on est toujours chez nous ».

C. F. KEITA

La finale de la Ligue des champions 2018 aura lieu à Kiev, capitale de l'Ukraine en proie à un conflit à l'est de son territoire, a annoncé hier l'Uefa à l'issue de son Comité exécutif.

L'Ukraine est en proie depuis plus de deux ans à un conflit opposant le gouvernement à des séparatistes prorusses qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie ; ce que Moscou dément. Cette finale de C1, prévue le 26 mai 2018 au stade olympique de Kiev qui avait déjà accueilli la finale de l'Euro-2012, aura d'ailleurs lieu quelques jours avant le coup d'envoi du Mondial-2018 en Russie (14 juin-15 juillet).

L'Uefa a également décidé d'attribuer à Tallin, capitale de l'Estonie, la Supercoupe d'Europe 2018 (14 août). Par ailleurs, le CE de l'instance européenne a confirmé Theodore Theodoridis comme secrétaire général permanent. Le Grec assurait l'intérim à ce poste depuis l'élection de l'ancien secrétaire général Gianni Infantino à la présidence de la Fifa en février.

(AFP)

Cinq jours après sa défaite dans le derby de Manchester contre City, MU s'est de nouveau incliné hier, en Ligue Europa, sur la pelouse des Hollandais de Feyenoord Rotterdam (0-1). L'AS Rome, de son côté, a été tenue en échec au Viktoria Plzen (1-1).

Les résultats
Groupe A : Zarya Louhansk (UKR) - Fenerbahçe (TUR) 1 – 1 ; Feyenoord (NED) - Manchester United (ENG) 1 – 0.

Groupe B : APOEL Nicosie (CYP) - Astana (KAZ) 2 – 1 ; Young Boys (SUI) - Olympiakos (GRE) 0 – 1.

Groupe C : Anderlecht (BEL) - Qabala FK (AZE) 3 – 1; Mayence (GER) - Saint-Etienne (FRA) 1 – 1.

Groupe D : Maccabi Tel-Aviv (ISR) - Saint-Pétersbourg (RUS) 3 – 4 ; AZ Alkmaar (NED) - Dundalk (IRL) 1 – 1.

Groupe E : FC Astra (ROM) - Austria Vienne (AUT) 2 – 3 ; Viktoria Plzen (CZE) - AS Rome (ITA) 1 – 1.

Groupe F : Sassuolo (ITA) - Athletic Bilbao (ESP) 3 – 0 ; Rapid Vienne (AUT) - RC Genk (BEL) 3 – 2.

Groupe G : Standard Liège (BEL) - Celta Vigo (ESP) 1 - 1 ; Panathinaikos Athènes (GRE) - Ajax Amsterdam (NED) 1 – 2.

GroupeH : Konyaspor (TUR) - Shakhtar Donetsk (UKR) 0 – 1 ; Braga (POR) - La Gantoise (BEL) 1 – 1.

Groupe I : Salzbourg (AUT) - Krasnodar (RUS) 0 – 1 ; Nice (FRA) - Schalke 04 (GER) 0 – 1.

Groupe J : Qarabag (AZE) - Slovan Liberec (CZE) 2 – 2 ; PAOK Salonique (GRE) - Fiorentina (ITA) 0 – 0.

Groupe K : Inter Milan (ITA) - Hapoel Beer-Sheva (ISR) 0 – 2 ; Southampton (ENG) - Sparta Prague (CZE) 3 – 0.

Groupe L : Osmanlispor (TUR) - Steaua Bucarest (ROU) 2 – 0 ; Villarreal (ESP) - FC Zürich (SUI) 2 – 1.

Le classement mensuel FIFA publié hier a consacré un progrès de deux rangs du Sénégal sur la scène mondial passant de la 41ème à la 39ème place au général. Au niveau africain, cette progression au ranking du mois de septembre est d’une place, l’équipe nationale de foot étant désormais 3ème derrière la Côte d’Ivoire et l’Algérie.

Les « Lions » tirent là le bénéfice de leur dernier match remporté, plus tôt ce mois, face à la Namibie (2 – 0) et plus généralement de leur bonne tenue lors des éliminatoires de la CAN « Gabon 2017 » où ils ont fait le carton plein (6 succès en autant de matches).

On note également que dans la foulée de sa qualification historique à une phase finale de CAN, la Guinée-Bissau a décroché son meilleur classement de tous les temps (73ème mondiale).

Au classement général, l’Argentine et la Belgique conservent les deux premières places ; mais le Brésil arrive lancé comme une fusée (4ème) avec un bond de cinq places. A l’inverse, l’Espagne et l’Italie ne font plus partie du Top 10 mondial…


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.