banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Football (762)

Les amateurs d’hippisme étaient à l’honneur dimanche passé pour avoir suivi sans bourse délier les 4 courses programmées à l’hippodrome Ndiaw Macodou Diop de Thiès, lors de la 22e journée de la saison organisée par M. Bathie Diop Samba Coura, transitaire de profession et propriétaire de chevaux de courses avec l’appui du président du Cng. D’ailleurs, ce dernier a reçu à cette occasion une décoration pour ses nombreux efforts au profit des courses hippiques. Il est aussi en train de remplir les objectifs assignés par le ministre des Sports.

La première course de fusion qui avait réuni les chevaux des groupes 1 et 2 a été à l’avantage du 1er groupe qui a raflé les 3 premières places. En effet, « Makha » de l’écurie du Pr Sakhir Thiam monté par Ngagne Dieng s’est imposé devant son coéquipier « Khadija » et « Nous Deux », 3e. La 4e position est revenue à « Faydou » de Papis Niang évoluant dans le groupe 2.

La seconde épreuve de fusion qui avait regroupé les chevaux du groupe 3 et les poulains de 3 ans a vu la belle victoire de « Balkhiss » (groupe 3) de Me Moussa Mbacké notaire drivé par Fallou Diop. Il a dirigé la tête du peloton jusqu’au tableau d’arrivée sans se soucier de ses rivaux. « Maître » d’Oumar Bao Jr (Pta) s’est classé deuxième alors que « Douma Yene » et « Bébé Khady » sont respectivement 3e et 4 e. La première manche (Pda) a été remportée par « Yacine Ndiaye Bao » de Moustapha Bao ; tandis que les chevaux importés appelés pur-sang ont clôturé la manifestation en gratifiant l’assistance d’une belle course de démonstration.

 EL H Yamar DIOP

L’Union sportive de Ouakam a présenté hier son nouvel entraîneur, Al Ousseynou Sène. Ancien joueur et entraîneur de l’équipe, ce dernier revient aux commandes pour deux ans avec pour objectif assigné dès cette saison, une place sur le podium de Ligue 1 et une victoire dans l’une des deux coupes.

Al Ousseynou Sène reprend les rênes de l’Union sportive de Ouakam, cinq années après avoir quitté le banc de son club de cœur. Le technicien a entre-temps dirigé tour à tour la Sunéor de Diourbel, le Stade de Mbour et dernièrement, l’As Kaffrine en Nationale. C’est un contrat de deux ans que le revenant a paraphé avec son équipe. Ainsi, lors des deux prochaines saisons (2016-2017 et 2017-2018), l’ancien joueur de Ouakam doit conduire aux destinées de l’équipe qui a connu quelques difficultés lors de l’exercice écoulé et qui ont fait partir l’entraîneur d’alors, Malick Daff. Pour le technicien, « après un voyage de cinq, il était temps de retourner à la maison.

Maintenant, je suis revenu, je vais retrouver ma famille du football, mes amis, mes parents. C’est le choix numéro 1 qui m’a fait revenir ». Et dès maintenant, le vainqueur de la Coupe du Sénégal 2006 avec cette même équipe compte se mettre au travail pour préparer la prochaine saison. C’est dans ce sens qu’il a estimé qu’il faut d’abord faire l’état des lieux pour voir ce qui reste de l’année dernière et combien de joueurs l’équipe va garder pour éventuellement, procéder à des recrutements. « Nous allons faire l’état des lieux pour voir les postes qui manquent pour faire les recrutements afin d’atteindre les objectifs assignés par les dirigeants », a souligné M. Sène. 

A propos de ces objectifs, le président du club, Abdou Aziz Gueye, a annoncé que dès la prochaine saison, ils veulent voir l’équipe retrouver les sommets du football national avec « une place parmi les trois premiers du championnat et une victoire dans l’une des deux coupes ». Un objectif que le nouvel entraîneur juge réalisable à condition que certaines conditions soient remplies. « Il y a des joueurs qui sont là depuis l’année dernière. J’ai aussi mon carnet d’adresses avec des joueurs qui veulent jouer avec moi et qui peuvent remplir ces objectifs.

S’ils s’accordent avec les dirigeants, je pense qu’on va réussir », a-t-il dit. Il a aussi estimé qu’il faut que toutes les parties prenantes du club, avec un accent particulier pour les supporters, se mettent derrière l’équipe pour participer à son ascension. Al Ousseynou Sène sera secondé sur le banc de l’équipe par Malick Ndiaye, « mon ami, mon associé » avec il dit avoir cheminé depuis 1989 avec des victoires en Coupes du Sénégal (1989 en tant que joueurs) et en 2006 alors que lui avait en charge l’équipe première et son ami les petites catégories.

Ousseynou POUYE

Ousmane Guèye, maire de la commune de Saly, a reçu hier les « Académiciens » de Diambars après leur victoire lors en finale de la coupe de la Ligue. Il leur a promis que la commune dont ils font briller les couleurs et ses populations les accompagneront désormais partout à travers le pays. Même si Diambars a acheté son terrain, construit son centre de formation, recruté son staff, il a besoin toujours d’être soutenu dans bien des domaines, selon le maire. C’est pourquoi, il a proposé que la direction du club et l’équipe dirigeante de la commune se rencontrent pour échanger sur les formes de collaboration possibles et cheminer ensemble.

Ousmane  Guèye souhaiterait d’ailleurs que l’encadrement de Diambars apporte son expertise à son équipe qui évolue en division régionale afin que celle-ci se bonifie et vise un niveau supérieur. Il ne reste qu’à formaliser tout cela  pour que dès la saison prochaine, les deux entités regardent vers la même direction afin que Diambars se maintienne au sommet et gagne plus de trophées, que la commune, avec l’appui du président Saër Seck, puisse réaliser ses projets sportifs et sociaux parce qu’ayant eu des partenaires de taille.

Pape Boubacar Gadiaga, entraîneur de Diambars, après s’être félicité de la rencontre, a soutenu être en phase avec le maire de Saly. Selon lui, la base affective de Diambars, c’est Saly et il doit y avoir une collaboration entre le club et la commune. Comme lors de la finale de la coupe de la Ligue face à Dakar Sacré-Cœur, lorsque ses joueurs s’étaient sentis pousser des ailes à la vue de leurs supporters tout de blanc vêtus venus de la station balnéaire. « Il faut que cela continue », a souhaité Bouba Gadiaga qui a présenté la coupe au maire et au bureau municipal.

Amath Sigui NDIAYE

L'entraîneur français Paul Le Guen a été nommé hier conseiller technique de la sélection du Nigeria, qui va tenter de se qualifier pour le Mondial-2018 dans un groupe difficile avec l'Algérie, le Cameroun et la Zambie. Un temps évoqué comme sélectionneur, il aura finalement un rôle de superviseur, "assisté du Nigérian Salisu Yusuf, qui sera entraîneur en chef de l'équipe", a annoncé la Fédération dans un communiqué. Il aura pour mission de qualifier le Nigéria pour le Mondial-2018 en Russie, alors que les "Super-Eagles" ont échoué en mars à se qualifier pour la Can-2017, leur second échec consécutif.

Le Guen (52 ans) avait mené le Cameroun au Mondial-2010. Il a également entraîné le Stade rennais (1998-2001), l'Olympique lyonnais (champion de France en 2003, 2004 et 2005), les Glasgow Rangers (2006-2007) et le Paris SG (2007-2009). Il a ensuite été sélectionneur d'Oman à partir de 2011, mais a été licencié en novembre 2015 après des débuts compliqués en qualifications pour le Mondial-2018.

(AFP)

La première édition du championnat est officiellement lancée depuis samedi. Un rêve qui devient ainsi réalité pour Ibrahima Ndiaye « Chita », le promoteur de la discipline au Sénégal. Pour lancer cette nouvelle compétition programmée pendant l’été, 10 équipes de Dakar et 4 de St-Louis sont en lice.

« C’est un rêve qui devient réalité », s’exclame Ibrahima Ndiaye « Chita », très heureux de vivre enfin le début du championnat de son sport favori. Et pour la première édition du championnat du beach soccer (football de plage), officiellement lancée samedi sur la plage de Yoff Ngaparou, il y avait foule et du spectacle sur le sable de la plage.

En présence des responsables de la Fédération sénégalaise de football, des autorités du quartier de Yoff Ngaparou, le président de la Fsf, Me Augustin Senghor, a donné le coup d’envoi symbolique de la saison. Dans la tribune de fortune installée pour la circonstance, quelques internationaux qui ont marqué l’histoire de ce sport, comme Mamadou Diallo, mais aussi ceux du football de la génération de 2002 dont un certain El Hadj Ousseynou Diouf, ont aussi assisté au coup d’envoi du championnat du football de plage.

Le nombreux public particulièrement composé de badauds qui ont découvert ce sport, n’a pas manqué d’apprécier le spectacle servi par les équipes en lice. Et c’est notamment le cas pendant le match d’ouverture qui a opposé Gorée beach soccer à Golf beach soccer. Une partie âprement disputée entre les deux équipes. 

Menés (1-3) à l’issue du premier tiers-temps, les Insulaires ont bien réagi lors des deux derniers. A l’arrivée, ils ont cédé (4-6) devant une bonne équipe de Golf. Le deuxième match a été autant disputé entre Kussum beach soccer et l’Olympique de Ngor. En effet, c’est après les prolongations (5-5) que les Ngorois se sont imposés aux tirs au but (2-1). 

Hier, l’Amicale des pratiquants du littoral nord (Apln) a eu le dernier mot face Yeumbeul beach soccer (5 – 4), dans la poule A. Dans l’autre poule de Dakar (B), Vision Sport a aussi réussi sa rentrée en s’imposant sur le fil (4 – 3) devant Hlm beach soccer. Beach foot association (A) et Rio Académie de Rufisque (B) étaient exemptés à Dakar. Le week-end prochain, la zone Nord prend le relais pour lancer son championnat zonal. Pour rappel, la Linguère, Guedj Ndar Bs, Hlm et Ucas Jambaar sont les quatre équipes de cette poule. Mesurant le défi qui les attend sur ce nouveau challenge, le président de la Fsf, Me Augustin Senghor, a reconnu qu’il y a « beaucoup de travail à faire ». 

Mais il tient à saluer le lancement de ce championnat d’une discipline qui a donné tant de satisfactions au Sénégal au plan international dans un passé récent « sans compétition régulière au niveau national », a ajouté Mamadou Diallo, ancien international, qui encourage ses jeunes frères à « faire mieux » qu’eux. Ce, d’autant qu’ils ont « plus de chance » puisqu’ils ont désormais un championnat régulier contrairement à l’ancienne génération des Lions du Beach soccer, trois fois championne d’Afrique (2008, 2011 et 2013) sans compétition régulière au niveau local. 

Ansoumana SAMBOU

Résultats de la première journée
Poule A : Gorée bs – Golf Bs : 4-6, APLN – Yeumbeul Bs : 5-4
Poule B : Kussum Bs – Ol Ngor : 5-5 (1 tab 2), Vision Sport – Hlm Bs : 4-3
Exemptés : Beach foot association (A) et Rio académie de Rufisque (B)

Un match nul qui n’arrange personne. Voilà comme il convient de résumer le partage des points entre Young Africans et Medeama (1-1) samedi à l’occasion de la 3e journée du groupe A de la Coupe de la CAF. Nujoma a rapidement ouvert le score pour les Tanzaniens (2e), mais Ofori a lui aussi très vite remis les visiteurs à égalité (19e).

Du coup, aucune des deux équipes ne parvient à décrocher sa première victoire ou à se rapprocher du MO Bejaia, 2e et qui a fait match nul vierge avec le TP Mazembe hier.

Groupe A : Young Africans-Medeama : 1-1,
Mo Béjaïa-Tp Mazemb:é 0 - 0
Groupe B : Kawkab Marrakech-FUS Rabat (Groupe B) : 1-3, Etoile du Sahel-Al Ahli Tripoli : 3-0

En ramenant le match nul d’Egypte contre Al Ahly (0-0) samedi à l’occasion de la 3e journée du groupe A de la Ligue des champions, le Wydad Casablanca fait un pas de plus vers les demi-finales. Dans l’autre match de la poule, Zesco a douché l’Asec Mimosas (3-1) et réalisé une bonne opération.

Poule A : Al Ahly-Wac : 0-0, Zesco-Asec : 3-1
Poule B : Zamalek-Mamelodi Sundowns: 1-2

Alors que le Shanghai Sipg menait 1-0 à la 70e minute de jeu dans le derby qui l'opposait au Shanghai Shenhua, l'attaquant international sénégalais Demba Bâ s'est fracturé le tibia gauche après un choc avec le défenseur Sun Xiang. Les images de l'action, impressionnantes, ont rapidement fait le tour du web.

L'ancien joueur de Chelsea (31 ans), meilleur buteur du championnat chinois avec 14 réalisations, a immédiatement été remplacé par le Nigérian Obafémi Martins. Ses coéquipiers ont finalement remporté le match 2-1.

« Cette blessure pourrait mettre fin à sa carrière professionnelle », a déclaré l'entraîneur du Shanghai Shenhua Gregorio Manzano après la rencontre. Avant de compléter : « J'aurais préféré perdre le match que de perdre Demba Bâ ».

Trabzonspor cible toujours Bayal

18 Juil 2016
907 times

A la recherche d’un défenseur central de poids, Trabzonspor garde un œil attentif sur le dossier du Stéphanois Moustapha Bayal Sall (30 ans). Malgré un engagement qui court jusqu’en juin 2017 avec les Verts (qui cherchent à se séparer de Yohan Mollo), le Sénégalais dispose d’un bon de sortie pour le Mercato d’été.

Une option privilégiée par la formation turque qui cherche aussi un milieu de terrain récupérateur ou encore un attaquant. D’ailleurs, Christophe Galtier, le coach stéphanois l’a confirmé, à l’issue de la défaite de Saint-Etienne contre Lausanne (4-1, samedi en match amical. Moustapha Bayal Sall se trouve "en instance de départ", rapporte Le Progrès.

Le défenseur central de l’ASSE (30 ans), à qui il reste une année de contrat, ne s’est pas présenté à l’entraînement depuis la reprise, début juillet. Il se serait rendu L’Etrat en fin de semaine.

Après être parvenu à conserver Jamie Vardy, qui était dans le viseur d’Arsenal, Leicester City a dû se résoudre à lâcher N’Golo Kanté (25 ans). Approché en vain pour rempiler, le milieu de terrain récupérateur international français prend la direction de Chelsea. Alors que le Real Madrid ou encore Manchester United étaient aussi sur les rangs, l’ancien Boulonnais et Caennais a été convaincu par le discours d’Antonio Conte, le nouveau manager des coéquipiers d’Eden Hazard.

L’opération est estimée aux alentours de 38 millions d’euros et il s’agit d’une vente record pour les Foxes (qui ont récemment recruté le Niçois Nampalys Mendy).

« Je suis tellement content d’avoir signé pour l’un des plus gros clubs en Europe, explique le Tricolore – qui a paraphé un bail de cinq ans – sur le site officiel du club de Roman Abramovitch. C’est un rêve qui devient réalité. L’opportunité de travailler avec Antonio Conte, un coach brillant, et certains des meilleurs joueurs du monde, c’était simplement trop bon pour refuser.

Ma première saison dans le football anglais a été très spéciale. Maintenant, j’espère faire encore mieux comme joueur de Chelsea. 

J’ai hâte de rencontrer mes nouveaux coéquipiers et de les aider à obtenir beaucoup de succès. »

Dia Djédjé vers Watford

18 Juil 2016
946 times

Le mercato marseillais continue de battre son plein dans le sens des départs. Après ceux enregistrés de Benjamin Mendy (Monaco, 15M€), Steve Mandanda (Crystal Palace, 2M€), Abdelaziz Barrada (Al-Nasr, 2M€) et Michy Batshuayi (Chelsea, 40M€), c’est un autre élément du club phocéen qui s’apprête à plier bagages.

En effet, le défenseur latéral de 25 ans, Brice Dja Djédjé est en partance pour Watford. Les deux clubs ayant trouvé un accord à hauteur de 4 millions d’euros (bonus compris) selon les informations du quotidien l’Equipe.

L’international ivoirien verrait ce transfert d’un bon œil et aurait donné son accord à la direction olympienne, le dossier pourrait être bouclé rapidement.

 

Matar Bâ a annoncé, hier, que le budget pour la participation du Sénégal aux Jo de Rio s’élevant à 800 millions FCfa a été bouclé. Le ministre des Sports a souligné que le plus important sera d’honorer la participation ; même si « nos athlètes ont des chances de médailles ».

L’Etat du Sénégal souhaite une bonne participation de ses athlètes aux Jeux olympiques (Jo) prévus du 05 au 21 août prochain à Rio de Janeiro (Brésil). Hier, un Conseil interministériel à la Primature, a réuni le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, le ministre de l’Economie et des Finances Amadou Bâ, le ministre du Budget Birima Mangara, le ministre des Sports Matar Bâ et le président du Conseil national olympique sportif sénégalais (Cnoss), Mamadou Diagna Ndiaye, entre autres parties prenantes, en vue de faire le point sur l’état des préparatifs. En marge de cette réunion qui s’est tenue à huis clos, Matar Bâ a soutenu que le budget de 800 millions FCfa nécessaire à la prise en charge de la délégation et des athlètes sénégalais est déjà bouclé.  

« Il nous fallait un budget de 800 millions de FCfa  pour assurer la totalité des frais de préparation et de participation. Nous avons trouvé la solution et le budget a été bouclé. Nous avons les ressources nécessaires ; ce qui reste maintenant, c’est accompagner les membres de la délégation et les athlètes pour qu’à Rio, on puisse être totalement dans l’olympisme non seulement pour participer, mais aussi se battre pour vendre dignement l’image du Sénégal », a dit avec satisfaction le chef du département des Sports. Il a souligné que c’est la première fois qu’une réunion interministérielle présidée par le Premier ministre se tient pour préparer les Jo.  Matar Bâ a félicité le président Diagna Ndiaye et le Cnoss pour le travail abattu avec les services du département des Sports en vue d’assurer la préparation des athlètes et la participation. Il pense que « le plus important sera la participation ; même si les athlètes sénégalais ont des chances de médailles ». « En réalité, pour les Jeux olympiques, les médailles sont recherchées mais le plus important, c’est la participation. C’est une question de diplomatie, c’est une question de communion. Nos athlètes resteront dans cette dynamique et nous, en tant que responsables, nous n’allons pas verser dans l’impossible. Il faut comprendre que nos athlètes ont des chances, ils vont se battre, mais le plus important, c’est la bonne participation », a-t-il insisté. Le président du Cnoss, Mamadou Diagna Ndiaye, a accueilli avec satisfaction la tenue de « cette réunion pilotée par l’Etat du Sénégal à son plus haut niveau ».  Il a dit espérer que « les choses vont se passer bien ; d’autant que lors de la réunion, nous avons été jusqu’aux détails ».

Au total, ils seront 25 sportifs à défendre les couleurs du Sénégal répartis sur 8 disciplines (basket féminin, lutte olympique, natation, canoë-kayak, athlétisme, handisport, judo, boxe). Les 22 sont qualifiés directement ; tandis que les 3 autres ont été invités.

Diégane SARR

En ouverture de la première édition du championnat national de beach soccer, Gorée Beach soccer et Golf beach soccer s’affrontent ce samedi à 16 heures sur la plage de Yoff Diamalaye. 45 minutes plus tard, le second duel de la poule A oppose Kussum beach soccer à l’Olympique de Ngor. Le lendemain, Amicale des pratiquants du littoral nord (Apln) accueille Yeumbeul beach soccer pour boucler la première journée à Dakar. Beach foot association (A) et Rio Académie de Rufisque (B) sont exemptés dans les deux poules de Dakar. A St-Louis les quatre équipes de la zone nord entrent en jeu le 23 juin prochain. Au programme de la première journée, la Linguère sera opposée à Guedj Ndar beach soccer pour ensuite céder le terrain à Hlm face à Ucas Jambaar. Dans la zone nord, la fin de la phase aller est prévue le 6 août, alors qu’à Dakar, c’est la date du 14 août qui est retenue pour boucler la première étape. La phase retour suivra dès le weekend suivant, le 13 août à St-Louis et le 20 août à Dakar. Les dates du 27 août  et du 1er octobre sont retenues pour boucler la phase de poules, respectivement à St-Louis à Dakar.

Mais contrairement à la formule de play-off à 5 équipes annoncée par le directeur technique national, Mayacine Mar, lors du point de presse le 8 juin dernier, les règlements de la compétition ont prévu une finale zonale entre les deux premiers de poule à Dakar pour déterminer le champion zonal. « Les deux équipes classées premières dans chaque poule joueront la finale zonale. Le vainqueur de la finale sera déclaré champion zonal (de Dakar). Pour la zone de St-louis, les quatre équipes joueront un championnat intégral durant trois jours en aller (chaque équipe rencontrant les trois autres). L’équipe classée première est déclarée championne zonale », précise l’article 6 qui définit le système de la compétition. En tout cas, d’après une source fédérale, la proposition de play-off n’est pas encore entérinée.
« La commission est en train de réfléchir sur l’idée d’ajouter une deuxième équipe de la poule de Saint-Louis », poursuit notre source.

Quelques points du règlement

Certes inspiré du football classique, le beach soccer a un règlement différent de celui du sport-roi. Joué à 5 contre 5 comme en basket, le football de plage se pratique sur un terrain de 35 à 37 mètres de long sur 26 à 28 mètres de large. Les matches se disputent en trois périodes de 12 minutes, soit 36 minutes de temps règlementaire et d’éventuelles prolongations. En effet, comme en basket, dans le foot de plage le match nul n’existe pas ; il faut toujours un vainqueur comme un match de coupe. Une prolongation de 3 minutes est prévue s’il n’y a pas de vainqueur durant le temps réglementaire, voire une séance de tirs au but, pour départager les adversaires. Autre particularité, tous les coups francs sont directs et sont exécutés par les joueurs qui en sont victimes. Un joueur expulsé peut être remplacé par un autre, contrairement au football classique. Le carton jaune expulse temporairement le joueur sanctionné pendant 2 minutes. Deux arbitres dont un principal et un assistant dirigent la partie. Ils sont assistés par un chronométreur. Une pause de 3 minutes est observée entre deux périodes. Comme en football, un match gagné rapporte 3 points au vainqueur, mais à condition qu’il soit remporté dans le temps réglementaire. La victoire après prolongations vaut 2 points au vainqueur, un point si c’est à l’issue des tirs au but. Le forfait et le match gagné par pénalité rapporte « 3 points et 3 buts au moins » à l’équipe bénéficiaire.        

Les poules
DAKAR : Poule  A : Gorée beach soccer, Golf beach soccer, Amical des pratiquants du littoral nord (Apln), Beach foot association
Poule B : Kussum beach soccer, Olympique de Ngor, Vision sport, Hlm beach soccer et Rio Académie de Rufisque.
ST-LOUIS : Linguère, Guedj Ndar beach soccer, Hlm et Ucas Jambaar

Ansoumana SAMBOU

 Le nouveau sélectionneur de l'Algérie, le Serbe Milovan Rajevac, a estimé hier que la qualification pour le Mondial-2018 était une "mission difficile", mais qu'il voulait faire avec les Fennecs "mieux" qu'avec les Black stars du Ghana en 2010. "Avec le Ghana, j'ai terminé le tournoi de 2010 à la cinquième place et je veux faire mieux avec la sélection algérienne lors du prochain Mondial" en Russie, a déclaré le successeur du Français Christian Gourcuff lors de sa première conférence de presse depuis son recrutement en juin.

Le nouveau sélectionneur des Verts estime avoir "les moyens de réussir de bonnes choses avec la sélection algérienne". Pour aller en Russie, l'Algérie devra écarter de son chemin trois solides adversaires en qualifications: le Cameroun, le Nigeria et la Zambie. "Il est clair qu'il s'agit du groupe de la mort. Chacune des quatre sélections aspire à se qualifier et, à l'arrivée, il n'y aura qu'une seule à faire le voyage en Russie. On fera en sorte bien sûr que ce soit la nôtre, mais la mission sera très difficile", a reconnu le technicien serbe.

(AFP) 

Révélation de la saison passée en Premier League avec Leicester, N’Golo Kanté va s’engager pour 5 saisons avec Chelsea. Courtisé par les plus grands clubs européens, dont le Paris Saint-Germain, N’Golo Kanté (Leicester) devrait rejoindre le nouveau club d’Antonio Conte, Chelsea. En effet, selon Le Parisien le club de Londres s’est mis d’accord avec les champions d’Angleterre pour un transfert de 35 millions d’euros. L’international tricolore (8 sélections) doit s’engager pour 5 ans avec les Blues. Si le joueur de 25 ans va découvrir un grand club à Chelsea, il ne disputera pas la Ligue des Champions la saison prochaine, ni même l'Europa League. En constante progression depuis le début de sa carrière, le Français devrait continuer son ascension avec un technicien comme Antonio Conte.

Ailier de 18 ans, Ismaïla Sarr s'est engagé pour cinq saisons avec le Fc Metz. Arrivé à Metz en provenance de Génération Foot (Sénégal), Ismaïla Sarr a signé le premier contrat professionnel de sa carrière, pour une durée de cinq ans. Les supporters messins devront toutefois patienter avant de le voir à l’œuvre. Blessé à la clavicule, le jeune ailier (18 ans) a été opéré mi-mai et est actuellement en phase de reprise.

L'attaquant portugais Eder, unique buteur de la finale de l'Euro-2016 contre la France dimanche, est "entré dans l'histoire" et est une "fierté" pour la Guinée-Bissau, son pays natal, a affirmé hier son entourage familial à Bissau. "Eder est aujourd’hui entré dans l’histoire du football européen par la grande porte. Il est la fierté de notre famille, de notre pays et de toute l’Afrique", a déclaré à l'Afp Darcia Faleni Lopes, une sœur cadette du footballeur qui habite la capitale bissau-guinéenne.

Elle exhibe des photos d'enfance de l'attaquant portugais, de son vrai nom Antonio Macedo Lopes, appelé encore Ederzinho, le petit Eder en créole portugais, dans cette ex-colonie portugaise.

Mais Eder, 28 ans, ne connaît presque pas son pays d'origine, a affirmé à l'Afp sa grand-mère paternelle, Mme Ricardina De Carvalho Lopes, souriante et affublée d'une écharpe "Portugal". A l'âge de quatre ans, il a rejoint au Portugal son père qui voulait y tenter une carrière de footballeur, selon Mme Lopes. Une partie de sa famille, dont le père et la mère du joueur, vit toujours à Lisbonne. "Je ne l'ai pas vu depuis mais nous communiquons souvent par téléphone. Il nous a appelé la veille de la finale et a demandé de prier pour lui.

Le Tout-Puissant a exaucé nos prières. C'est lui qui a donné la coupe au Portugal", a indiqué la dame de 78 ans. La victoire du Portugal a été célébrée dimanche à Bissau où des centaines de jeunes, brandissant des drapeaux portugais, ont envahi les rues au coup de sifflet final. Un concert avait été improvisé devant la maison familiale d'Eder, sur la route de l'aéroport. Le nom de l'attaquant, buteur contre la France à la 109e, est depuis au centre de toutes les conversations dans le pays.

(AFP) 

Cristiano Ronaldo brandit la coupe depuis le balcon présidentiel à Lisbonne, sous les vivats d'une foule emportée par un sursaut patriotique: les héros de tout un peuple sont rentrés hier au Portugal pour célébrer leur victoire historique à l'Euro-2016. Ce premier sacre international tant attendu regonfle le moral des Portugais: il a plongé dans l'allégresse tout un pays passionné de ballon rond, qui peine à remettre son économie à flots après des années de crise et d'austérité budgétaire.

Une marée humaine en rouge et vert, les couleurs nationales, a acclamé les nouveaux champions d'Europe lors de leur parade triomphale à travers les principales artères de Lisbonne, à bord de deux bus à impériale décapotable barrés du mot "Champions". "Vous êtes les meilleurs d'Europe! Vous avez donné l'exemple en gagnant grâce à votre courage, détermination et humilité", a lancé le chef de l'Etat Marcelo Rebelo de Sousa lors de la réception des idoles au palais présidentiel où ils ont été décorés du titre de commandeur de l'ordre du mérite.

Très détendu à son arrivée à Belém, Ronaldo, drapeau de son île natale de Madère autour du cou, s'est emparé d'un micro pour chanter à tue-tête le refrain d'un tube de l'emblématique groupe de rock portugais Xutos e Pontapés. Avant de lancer son habituel cri de guerre: "Siiim!!" Escorté par l'armée de l'air, l'avion "Eusebio" transportant la Selecçao s'était posé peu après midi sur le sol portugais, passant sous un arc formé par deux jets d'eau rouge et vert. "On n'a pas beaucoup dormi. Cette victoire est la première, il fallait être là.

C'est notre revanche après 2004", témoigne Antonio Ribeiro de Magalhaes, un étudiant de 21 ans, venu à l'aéroport. Douze ans après l'immense déception provoquée par sa défaite en finale de "son" Euro-2004, perdue à Lisbonne face à la Grèce, le Portugal a enfin remporté son premier titre international majeur. Les supporters ont fêté ce triomphe bruyamment jusque tard dans la nuit dans les rues de Lisbonne et à travers le pays.


'Bouffée d'air pour le pays' "Cette victoire c'est une bouffée d'air pour le pays. C'est un titre unique!", se réjouit Luis Cascalheiro, 56 ans, les traits tirés, arrivé à son bureau avec du retard, comme des milliers de Portugais. "Épique", "Éternels" et "Fierté du Portugal" titrait la presse sportive portugaise, célébrant ses héros: Cristiano Ronaldo bien sûr, mais aussi Eder, le buteur de la finale, et le sélectionneur Fernando Santos. Quelle ironie! Le Portugal a conquis son premier titre en ruinant les espoirs du pays organisateur, la France. C'est exactement ce qui lui était arrivé en finale de l'Euro-2004 lorsque la Grèce l'avait battu chez lui (1-0), à la surprise générale. Cette défaite fut un drame national.

C'est oublié. "CHAMPIONS! Vous êtes très grands! Félicitations!", a tweeté Luis Figo, star de la Selecçao en 2004. A ses côtés évoluait alors un jeune prodige de 19 ans qui avait terminé cette finale maudite en larmes.

Cristiano Ronaldo en a 31 aujourd'hui, est devenu une icône planétaire et a à nouveau pleuré de rage et de douleur dimanche, avant une issue finalement heureuse. Blessé au genou gauche dès la 8e minute, il a dû quitter les siens sur une civière, en pleurs. Mais ce sont bien des larmes de joie qu'il a pu verser après le match grâce au but victorieux de son compatriote Eder en prolongation.

(AFP) 

Disposant d’un bon de sortie cet été au terme de neuf ans de collaboration commune, Moustapha Bayal Sall n’est pas satisfait de l’attitude des dirigeants de l’AS Saint-Etienne. Alors qu’il estime que le club forézien l’a trahi en réclamant non pas un mais deux millions d’euros pour son départ, le défenseur central de 30 ans a décidé de rester au Sénégal, où il était pour ses vacances, et de sécher la reprise de l’entraînement avec les Verts qui ont retrouvé les terrains le 1er juillet, indique L’Equipe. Le quotidien sportif précise toutefois qu’un compromis est envisageable puisque le roc de 1m94 pourrait rapidement rentrer en France pour discuter, tandis que ses dirigeants ne seraient pas totalement réticents à l’idée de négocier. Le natif de Dakar a la cote en Turquie, notamment du côté de Trabzonspor, mais son profil ne laisse pas insensible Basile Boli, coordinateur sportif de l’OM.

Le championnat pro de Ligue 1 a disputé sa dernière journée (26e) le week-end des 18 et 19 juin avec le sacre de l’Us Gorée qui s’est imposée sur le fil devant respectivement le Diaraf, Diambars, Linguère, Gfc et Casa Sports. La saison n’en n’était pour autant pas terminée puisqu’il restait encore les coupes de la Ligue et du Sénégal. La première a disputé sa finale le 3 juillet dernier, mais la seconde attendra le 30 juillet pour jouer la sienne. Ce, après les demi-finales du 2 juillet entre d’une part Niary Tally-Suneor et de l’autre Casa Sports-Yeggo.

Un long décalage, de l’avis des finalistes. Niary Tally et Casa Sports, devront cependant prendre leur mal en patience en cherchant à meubler le large fossé qui les sépare du 30 juillet. Les techniciens respectifs de ces clubs se sont d’ailleurs prononcés sur cette date qu’ils trouvent éloignée.

Landry Lopy, entraîneur de Niary Tally : « C’est difficile mais nous essaierons de nous adapter »
Landry Lopy entraîneur de Niary Tally1« Bien sûr que nous trouvons cette mini trêve longue puisque ça refroidit nos ardeurs de fin de saison. L’idéal aurait été de jouer la finale la semaine qui suit les demi-finales afin de pouvoir partir en vacances et préparer sereinement le travail hivernal. C’est un peu difficile, mais nous essaierons de nous adapter ». Landry Lopy, successeur de Lamine Dieng sur le banc de Niary Tally, ne cherche pas à faire dans la langue de bois. Ses propos résument bien l’équation qui se pose à ce club quant aux moyens à utiliser pour meubler l’écart qui les sépare de la date du 30 juillet retenue pour la finale de la Coupe du Sénégal séniors de football ; alors que les demi-finales se sont disputées depuis le 2 juillet.

A son avis, les équipes éliminées des différentes coupes sont actuellement en vacances et il est difficile de les décrocher pour un match amical de préparation. « Nous allons donc voir les centres de formation ou les clubs de Navétanes afin de voir si on peut trouver des sparring-partners », a-t-il ajouté. 7e au classement général du défunt championnat, Niary Tally a dû batailler ferme pour se maintenir ; et à un moment la situation semblait critique pour ce club qui polarise également les quartiers de Bène Tally, Grand Dakar et Biscuiterie.

Au point que les dirigeants ont été obligés de se séparer à l’amiable avec l’entraîneur emblématique Lamine Dieng à une journée de la fin du championnat.

Mais sa saison a quand même pu être sauvée puisque le club a pu ferrailler sur un autre front (Coupe du Sénégal) pour se retrouver en finale, face au Casa Sports. Un adversaire que les Galactiques ont déjà croisé en championnat avec un nul à Ziguinchor (1-1) et une victoire à Dakar (3-1). « Le Casa Sports est un habitué des finales ; mais nous jouerons tout en sachant que ça reste une finale et chaque adversaire se fixera comme objectif de la remporter.

Il nous appartiendra cependant de relever le niveau de cette compétition pour faire plaisir au nombreux public qui se déplacera au stade Léopold Sédar Senghor », selon Landry Lopy.

Par C.F KEITA

Demba Ramata Ndiaye, entraîneur du Casa Sports : « Ce décalage nous porte préjudice »
Demba Ramata Ndiaye entraîneur du Casa Sports1Pour l’entraîneur du Casa Sports, Demba Ramata Ndiaye, les raisons de ce décalage entre les demi-finales et la finale de la Coupe du Sénégal sont à chercher du côté du football féminin « qui a accusé du retard dans son programme. Cela forcément s’est répercuté sur le calendrier des compétitions. Parce que c’est incompréhensible de jouer une demi-finale de coupe et attendre presque un mois pour disputer la finale. En tout cas, c’est un décalage qui porte préjudice au Casa Sports car nous sommes très éloignés de Dakar », a déploré Demba Ramata Ndiaye. A son avis, la finale devait suivre aussitôt les demi-finales pour libérer tôt les joueurs qui vont en vacances. Pour lui, cette date du 30 juillet va porter préjudice au club qui va vivre plus de trois semaines de pression sans compter la charge de travail.

« C’est dommage, mais nous ferons avec », a-t-il dit. Et pour parer à une éventuelle démobilisation de ses joueurs, Demba Ramata Ndiaye a informé que son équipe se rendra en Gambie pour y disputer un match amical contre le Réal de Banjul le 17 juillet avec retour à Ziguinchor le 23. « Au cas où l’équipe gambienne ne pourrait pas venir pour le match retour, nous allons nous rabattre sur le Sporting de Guinée Bissau », a-t-il souligné. Selon le technicien du Casa Sports, l’équipe n’a pas encore raté sa saison puisqu’à l’entame, il s’était fixé deux objectifs, le championnat et la coupe.

En effet, le club qui a terminé le championnat au 6e rang du classement général avec 36 points mise désormais tout sur la coupe qu’il affectionne tant. « Nous sommes toujours dans notre ligne de conduite car si le championnat nous a échappé, il nous reste encore la coupe que nous allons tout faire pour remporter ». C’est à croire que l’optimisme est de mise du côté du club fanion de Ziguinchor dès qu’on parle de coupe.

« Quand on m’a dit que Niary Tally s’est qualifié pour la finale, j’ai dit aussitôt qu’il va falloir qu’on augmente les places du stade Demba Diop ; parce que ce sont deux clubs qui ont une bonne assise populaire.

Mais puisque ce sera à Léopold Sédar Senghor, la dimension de l’événement doit répondre aussi à tous les critères qui entourent une finale de coupe nationale », a-t-il estimé.

En match aller comptant pour le 3e et dernier tour des éliminatoires de la Can U20, « Zambie 2016 » joué samedi au stade Demba Diop, le Sénégal a battu le Ghana par 3 buts à 1. Mi-temps : 2-1.

Buts : Ibrahima Niane (10e et 24e mn) et Ibrahima Ndiaye (57e) pour le Sénégal et Jonah Osabutey (22e mn) pour le Ghana.

Arbitres : trio malien dirigé par Harouna Coulibaly, assisté par Baba Yomboliba et Adama Sidiki Touré.

Les équipes : Sénégal : Lamine Sarr, Mamadou Diarra (cap), Moussa Ba, Jean Jacques Ndecky, Souleymane Aw, Ousseynou Cavin Diagne, Cheikh A B Kane (Mamadou Mbaye, 53e), Youssouf Bangoura (Akhibou Ly, 77e), Alassane Diouf (Aliou Badji, 48e), Ibrahima Ndiaye, Ibrahima Niane. Coach : Joseph Koto

Ghana : Kwame Baah, Kingsley Fobi (cap), Moses Sarpong, Nicholas Amoah, Daniel Amoah, Michel Otou, Charles Boateng (Emmanuel Yeboah, 90e), Mohammed Amando (Saliw Bobawo (64e), Dauda Mouhammed, Yaw Yeboah (Ewans Mensah, 60e), Jonah Osabutey. Coach : Dramani Masud Didi

En football, dominer n’est pas toujours gagner. Les Ghanéens l’ont appris à leurs dépens, samedi sur la pelouse du stade Demba Diop.

Face à une équipe sénégalaise bien organisée, les Black Satellites ont échoué, n’ayant pu inquiéter le bastion défensif adverses bien regroupé autour de Moussa Ba, impérial.

Indomptable, le jeune défenseur axial des Lionceaux a été l’une des principales satisfactions dans le camp sénégalais. Malgré sa taille moyenne, il a remporté tous ses duels aériens face aux Ghanéens. Contrairement à ses partenaires timides d’entrée, Moussa Ba n’a pas tremblé face à des adversaires qui ont pris d’assaut leur camp. Leur ardeur sera douchée par le premier but sénégalais intervenu contre le cours du jeu. Sur une des rares offensives des Koto boy’s, Ibrahima Ndiaye se fit sécher à l’entrée de la surface de réparation ghanéenne. Chargé d’exécuter le coup franc qui s’ensuivit, Ibrahima Niane logea le ballon dans la lucarne du portier ghanéen (10e). Un superbe but qui n’entame pas le moral des visiteurs qui repassent à l’offensive. Leur option sera récompensée, douze minutes plus tard.

En effet, suite à un débordement sur le flanc gauche de la défense sénégalaise, le capitaine ghanéen, Kingsley Fobi, ajuste un centre parfait au second poteau. Jonah Osabutey en profita pour rétablir l’équilibre (22e).

Mais les Ghanéens n’eurent pas le temps de jubiler puisque, Ibrahima Niane, sur un autre coup franc au même endroit que le premier, redonna l’avantage deux minutes après (24e), avec la complicité du poteau. Un avantage renforcé en seconde période par Ibrahima Ndiaye. Bien servi par Aliou Badji, sur un contre, l’attaquant des Lionceaux bat le gardien ghanéen d’un puissant tir des 20 mètres. Et malgré les assauts répétés des Ghanéens, les Lionceaux parviendront à conserver leur acquis. Dans la douleur certes, mais ils ont réussi l’essentiel, en attendant de confirmer au retour à Accra.

Ansoumana SAMBOU

Les résultats :

Burkina Faso-Mali : 0-0, Sénégal-Ghana : 3-1, Gambie-Guinée Conakry : 0-0, Lesotho–Afrique du Sud : 0-2, Cameroun–Libye : 3-0, Soudan–Nigeria : 1-2 ; Egypte–Angola : 1-0


REACTIONS DES COACHES
Joseph Koto (Sénégal) : « S’il faut mourir au Ghana, nous sommes prêts »
Koto et U20« Je félicite d’abord mes joueurs qui ont été héroïques parce qu’ils se sont vraiment bien battus, et ils ont essayé tant bien que mal de respecter les consignes. Nous avons rencontré une bonne équipe du Ghana, bien en place. On savait que le match serait difficile, il fallait donc être prudent de la 1ère  à la 90e minute. Et je pense que les joueurs l’ont compris parce qu’il ne fallait pas se précipiter. Ils ont vraiment joué le match qu’il fallait. Le Ghana pouvait même mener 1-0, parce que c’est une grande équipe, mais il fallait garder notre sérénité et jouer pleinement notre jeu. J’ai toujours fait comprendre aux joueurs que les autres équipes africaines ne sont pas meilleures que nous. On a de très grands joueurs, il faut qu’ils croient en eux.

Il faut peuvent rivaliser avec n’importe qui ….Tant qu’on joue notre foot, il n’y a pas de raison d’avoir peur. Il faut être concentré pendant tout le match.

A un moment donné il y a eu de la déconcentration et les Ghanéens en ont profité pour marquer leur but. Ce but on ne devrait pas le prendre parce qu’on a beaucoup travaillé le jeu sur les côtés pour éviter ce genre de situations qui peuvent nous être fatale, mais on va continuer le travail parce qu’on est bien conscient que le match retour sera plus difficile. Rien n’est encore fait.

Je pense que le plus dur reste à venir. Il faut donc se préparer en conséquence, ne surtout pas croire qu’on est déjà qualifié. Il faut oublier ce résultat et se déplacer au Ghana comme si le score était : 0-0 Alors, on sait ce qui nous attend chez eux, si on doit mourir au Ghana, nous sommes prêts à nous sacrifier. On reviendra avec un résultat honorable. Il va falloir maintenant trouver des matches amicaux pour bien préparer la manche retour ».

Dramani Masud Didi: « Les Sénégalais ont été plus réalistes »
« C’était un match très serré. Toutes les deux équipes ont eu des opportunités mais les Sénégalais ont été plus réalistes que nous. Dans ce genre de match, il ne faut pas s’attendre qu’il y ait un si grand écart sur le résultat. Mais nous avons toujours confiance en nous parce que nous avons marqué ce but à l’extérieur qui aura toute son importance au match retour chez nous. Il pourrait être décisif.

Je n’avais pas d’informations sur l’adversaire, juste quelques bribes d’info sur certains joueurs importants, maintenant que j’ai vu l’équipe, la préparation sera différente. La tactique de la manche retour sera différente de celle du match aller ».

Recueillis par Ansoumana SAMBOU

Le Portugal a remporté l'Euro-2016 en battant la France (1-0) en prolongation, hier au Stade de France, décrochant son premier titre international malgré la sortie sur blessure de la star Cristiano Ronaldo en début de match. Un but d'Eder à la 110e minute permet à la Selecçao d'effacer le souvenir traumatisant de l'Euro-2004 et une finale perdue à domicile face à la Grèce. Le match a été marqué par les larmes de Cristiano Ronaldo touché au genou et contraint de sortir sur une civière dès la 25e minute. Avant le but d'Eder, un des tournants du match a été la frappe sur le poteau d'André-Pierre Gignac. Maigre consolation pour les Bleus, Antoine Griezmann termine meilleur buteur de l'Euro-2016 avec six buts.

(AFP)

Ronaldo, la consécration par procuration
Cristiano Ronaldo l'imaginait autrement, mais il a remporté presque sans jouer le premier titre du Portugal, sorti en larmes sur une civière avant même que la finale contre la France (1-0 a.p.) n'ait vraiment commencé. Revenu sur le banc avec le genou bandé, serrant les dents, les larmes aux yeux, il s'est comporté comme le vrai coach de la Selecçao haranguant ses partenaires, les poussant jusqu'à l'exploit. Un violent choc avec Dimitri Payet a à nouveau fait pleurer Cristiano dans une finale d'Euro. Inconsolable en 2004, à 19 ans, après la défaite à Lisbonne contre la Grèce, il a encore souffert à 31 ans, jetant l'éponge et son brassard de capitaine. Mais ses larmes ont séché à la fin.

Car même sans son guide, qui l'avait portée jusque là, la Selecçao s'est inventé un destin, menée par Nani, remplaçant naturel de CR7 au poste d'attaquant comme de capitaine, et par le remplaçant du remplaçant, Eder, le buteur (109). Ronaldo qui aime tant les projecteurs aura été l'acteur malheureux le jour où s'est réalisé son plus grand rêve. Remportera-t-il un quatrième Ballon d'Or en boitant? Il n'a donc toujours pas marqué contre une grande nation, mais il a la coupe. Contre l'Allemagne (4 matches), l'Espagne (4 matches), l'Angleterre (4 matches), la France (5 matches), l'Italie (2 matches), le Brésil (3 matches) et l'Argentine (2 matches), CR7 est toujours resté muet.

Cristiano Ronaldo Dos Santos Aveiro enlumine son magnifique palmarès d'un titre international, plus difficile à remporter avec le Portugal qu'avec l'Espagne, l'Italie ou la France, les autres nations latines, toutes couronnées à l'Euro. En club, son CV reste un des plus beaux, avec 3 Ligues des champions (2008, 2014 et 2016), deux Mondiaux des clubs (2008, 2014) et trois Ballons d'Or (2008, 2013 et 2014).

Il a tenté l'impossible
Ronaldo blesseLe terrible abandon, pour le Portugal, qui perdait son guide, s'est joué en trois actes. A la 7e minute, le Madrilène s'écroule en hurlant sur un contact très dur genou contre genou avec Payet. Sa rotule gauche a pris de plein fouet le Réunionnais, un geste involontaire mais qui aurait pu valoir un coup franc. L'arbitre Mark Clattenburg n'a rien sifflé. Pendant qu'il se faisait soigner sur la touche, les supporters portugais se sont tus. Mais le pire restait à venir. Si Ronaldo est très vite revenu sur le terrain, il s'est laissé choir dix minutes plus tard sur la pelouse, en pleurs. Un des papillons de nuit qui s'étaient invités au Stade de France est venu se poser sur son cil droit, noir présage en plein milieu du deuxième acte. Paul Pogba et Blaise Matuidi sont venus le réconforter, son partenaire Nani est venu lui parler en douceur, une main derrière sa puissante nuque de colosse au genou d'argile.

Le médecin de l'équipe avait une main sur son genou douloureux. Ronaldo a tenté l'impossible. Il s'est fait soigner, debout sur le bord de touche, entouré de quatre membres du staff. Son entraîneur Fernando Santos lâchait quelques fois la direction des opérations pour lui parler.

En vedette malgré tout
Le coin rouge sang du stade entonnait un vibrant "Cristiano Ronaldo" sur l'air classique de Seven nations army ("Po popo po popo poooo"). Héroïque, l'idole est revenue sur le terrain, le genou lourdement bandé (20), pour le troisième et dernier acte. Sur sa première tentative d'accélération un peu sérieuse (23), il semble à l'arrêt. Il se rend à l'évidence, fait signe à son banc, jette son brassard et replonge dans de lourds sanglots. La civière vient le chercher, Nani, l'éternel second, récupère le brassard, et le Stade de France, Bleus et Rouges confondus, lui offre une vibrante ovation debout. Sifflé par la majorité bleue du Stade de France dès son premier ballon, il était bien l'homme craint. Il n'est pas interdit de penser qu'il y avait un peu de soulagement aussi dans l'hommage des supporters français, qui ont vite déchanté. A la fin du temps réglementaire, il est venu encourager ses coéquipiers, et a joué sa partition quand même. Car il y avait un quatrième acte, avec CR7 en fantôme. Après le but, il a bondi du banc comme les autres remplaçants, et a passé les dernières minutes debout dans la zone de l'entraîneur, en vedette malgré tout. Il a harangué ses supporters, l'arbitre, replacé les joueurs, secoué son entraîneur, et la chanson "Cristiano Ronaldo" est repartie de plus belle. Et surtout, après cette longue soirée si frustrante, c'est lui qui a levé la coupe dans le ciel de Saint-Denis, à deux pas du tombeau des rois de France.

Didier Deschamps (entraineur de l'equipe de France) : « Pas de mots pour décrire ce sentiment »
« On a laissé passer une grande chance d'être champion. Il n'y a pas de mots pour décrire ce sentiment. La déception est là, et elle est immense. Il faudra du temps pour digérer ça. On a souffert ensemble, on a gagné ensemble, et finalement on perd ensemble. C'est difficile mais c'est comme ça. Cela aurait été magnifique d'offrir à tout ce public ce trophée, chez nous à domicile. Mais ce n'est pas le cas finalement ».

(AFP)

RENATO SANCHEZ, MEILLEUR JEUNE
Transféré du Benfica Lisbonne au Bayern Munich, Renato Sanches a été élu meilleur jeune de l'Euro. Le milieu portugais (18 ans) a devancé Kingsley Coman (Fra) et Raphaël Guerreiro (Por).

(AFP)

LES BÊTES NOIRES, UNE ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION…
Les bêtes noires ont eu la vie dure à l'Euro-2016, où l'Allemagne, la France puis le Portugal ont tour à tour enfin réussi à dominer un rival qui les éliminait systématiquement des grands tournois.

Fini les leçons d'italien pour l'Allemagne
La Nazionale était le cauchemar de la Mannschaft. Huit rencontres en Coupe du monde ou dans un Euro: quatre matches nuls en phase de poules et quatre défaites dans des matches à élimination directe. Du match du siècle (4-3 a.p.) perdu en demi-finale du Mondial-1970, à la demi-finale de l'Euro-2012 survolée par Mario Balotelli (2-1), en passant par la finale du Mondial-1982 (3-1) et la demi-finale du Mondial-2006 à domicile (2-0 a.p.), autant de crève-cœurs pour l'Allemagne. Les hommes de Joachim Löw ont peut-être cru que le cauchemar allait continuer quand Jerome Boateng a provoqué un penalty en faisant une faute de main incompréhensible alors que l'Allemagne avait ouvert le score. Mais au terme d'une séance de tirs au but hallucinante (18 tirs), ponctuée de sept échecs, Manuel Neuer et ses partenaires ont fini par vaincre le signe indien.

La France efface Séville, Guadalajara et le aracana
L'équipe de France a séché les larmes de toute une génération mortifiée par les échecs contre l'Allemagne en demi-finale du Mondial-1982, la fameuse défaite de Séville avec l'agression de Schumacher sur Battiston, le retour incroyable de la Mannschaft en prolongation et le tir au but raté de Bossis. Il y avait aussi cette demi-finale du Mondial-1986, avec l'erreur de Joël Bats laissant filer sous son ventre un coup franc d'Andreas Brehme. Griezmann, lui, avait surtout à cœur d'effacer sa propre déception de 2014, quand un coup de tête de Hummels avait permis à l'Allemagne de battre la France en quart de finale. L'attaquant de l'Atletico Madrid a pris sa revanche en marquant un doublé en demi-finale de cet Euro à Marseille, la première victoire de la France contre l'Allemagne dans un match à élimination directe d'un tournoi majeur.

Le Portugal domine enfin son cousin français
Les Bleus ont souvent donné le blues aux Portugais. Trois demi-finales, trois défaites pour la Selecçao contre la France, d'abord à l'Euro-1984 au bout d'une demi-finale de folie (3-2 a.p.) à Marseille, puis au terme d'une autre prolongation à forte émotion à l'Euro-2000 conclue par un but en or de Zidane sur penalty après une main d'Abel Xavier que les Portugais contestent encore, et enfin en demi-finale du Mondial-2006 sur un nouveau penalty de Zizou. Cette fois-ci, la Selecçao a survécu à la sortie prématurée sur blessure (25e) de son capitaine Cristiano Ronaldo, véritable superstar de l'équipe, et aux assauts français grâce à un Rui Patricio en feu, bien aidé par son poteau dans le temps additionnel sur un tir de Gignac (90+2). Dans le temps additionnel, c'est Eder qui a marqué le but de la délivrance, permettant à Ronaldo de sécher ses larmes et de soulever le premier trophée de l'histoire du Portugal.

(AFP)

Dakar Sacré-Cœur et Laye Sy, c’est fini. Le club formateur des Sicap a décidé de se séparer de son entraîneur qui a conduit à ses destinées lors de la saison écoulée. C’est le technicien qui l’a fait savoir, estimant que la séparation s’est faite en bons termes même s’il reste, à ses yeux, quelques détails à régler.

Le club de Dakar Sacré-Cœur n’a plus d’entraîneur, après le limogeage de celui qui était jusque-là en charge de la formation. « Mathieu Chupin m’a appelé vendredi dans son bureau pour me signifier la décision du club de se séparer de moi », a dit Abdoulaye Sy. Après avoir passé sept années au service du club dont il a pris les rênes de l’équipe première en début de saison, il est donc prié de laisser la place à quelqu’un d’autre. Pour Laye Sy, c’est un départ précipité puisqu’après avoir eu la charge de toutes les catégories (cadets, juniors et équipe première), il nourrissait beaucoup d’ambition dans la formation. « Lamine Sarr avait placé la barre très haut en atteignant la finale de la Coupe de la Ligue en plus de la 4ème place en championnat. Nous avons eu les mêmes résultats cette saison en plus du Trophée des Champions que nous avons remporté », a énuméré l’ancien joueur du Casa Sports, de Yeggo et de l’As Douanes. Mais, a-t-il fait savoir, « j’ai beaucoup appris dans cette collaboration : en expérience, la rigueur dans le travail, etc. Je n’ai ainsi aucun regret dans cette séparation et eux non plus ».

Loin des séparations qui laissent de mauvais souvenirs aux parties concernées, l’ancien latéral droit international sénégalais aux 11 sélections soutient qu’il n’a « aucun problème ni avec le club, ni avec Mathieu Chupin encore moins avec le directeur technique. Après sept années passées là-bas et plusieurs actions à la tête des différentes catégories, on se sépare en bons termes », a estimé Laye Sy, même s’il estime qu’il reste quelques détails à régler avec ses désormais ex-employeurs. Il a également tenté de justifier les raisons de cette séparation : « Ils m’ont fait savoir que le club a d’autres ambitions, qu’il veut atteindre une autre dimension avec de nouvelles perspectives. Mais malgré leur satisfaction par rapport au travail que j’ai effectué, ils n’ont pas voulu continuer avec moi ».

Maintenant que l’aventure avec Dakar Sacré-Cœur s’est achevée avec une finale perdue en Coupe de la Ligue face à Diambars (2 – 3), le technicien entrevoit l’avenir sous de bons auspices. Il espère, avec l’expérience acquise au détour de ses différentes expériences en tant que joueur puis technicien, retrouver une formation qui lui confie des responsabilités. « Je suis désormais libre et les équipes désirant travailler avec moi seront les bienvenues. Mais je compte faire un bon choix et ne pas m’engager n’importe comment ». Pour lui, les équipes des différents championnats au Sénégal ont des objectifs variés qu’il convient de cerner avant de s’engager. « L’essentiel, c’est de travailler sur des fondamentaux et des bases bien définis. Que le club, le président, l’entraîneur et les joueurs sachent où ils vont, connaissent leurs objectifs.

Aussi, que les supporters soient patients derrière leur club », a-t-il posé comme conditions.

Ousseynou POUYE

La commission d’organisation de la Fédération sénégalaise de football a publié le restant du programme de la saison 2015/2016 pour les différentes coupes nationales.

Ainsi, pour le football féminin, le match en retard des quarts de finale entre Kaolack Fc-Dorades de Mbour se disputera ce mercredi. Le vainqueur de cette confrontation affrontera en demi-finales les Sirènes de Grand-Yoff samedi prochain. A noter que l’autre demi-finale opposera le Lycée Ameth Fall de Saint-Louis à l’Union sportive des Parcelles assainies.

Quant aux cadets, les finalistes sont déjà connus puisque c’est Ndangane Fc qui sera opposé à Ajel de Rufisque. Il faut souligner également qu’aussi bien pour le football féminin que pour les cadets, les finales se disputeront le même jour samedi 23 juillet au stade Demba Diop.

S’agissant du football junior et des seniors, la date de la finale est prévue pour le samedi 30 juillet au stade Léopold Sédar Senghor.

En lever de rideau, les juniors du Casa Sports seront opposés à ceux du Diaraf avant de céder la place aux seniors avec la grande explication entre Niary Tally et Casa Sports.

Papiss Cissé part en Chine

11 Juil 2016
962 times

L'attaquant international sénégalais Papiss Cissé va quitter Newcastle et l'Angleterre pour la Chine, après s'être engagé avec le Shandong Luneng, a annoncé samedi le club anglais. Les termes du contrat du joueur de 31 ans, auteur de 44 buts en 131 matches avec les Magpies, n'ont pas été révélés.

En rejoignant la formation chinoise basée à Jinan, dans la province du Shandong (est du pays), Cissé devient la dernière acquisition en provenance d'Europe du championnat chinois, qui attire de plus en plus grâce notamment à sa puissance financière. Son compatriote sénégalais Demba Bâ évolue lui au Shanghai Shenua depuis 2015.


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.