banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Actualités (3287)

Deux kiosques à eau ont été implantés aux quartiers Saré Guilèle et Abattoirs, dans la commune de Tambacounda, pour le compte de deux Gie de femmes : Naffore et Cesiri. Ceci est le fruit du partenariat entre l’Ong Energy 4 Impact et la société Oshun Sas.

A Tambacounda, deux groupements de femmes sont les premiers bénéficiaires des kiosques à eau. Il s’agit du Gie Naffore du quartier Saré Guilèle et du Gie Cesiri du quartier Abattoirs. Le lancement de ce programme a été l’occasion pour les partenaires de faire la promotion des femmes distributrices d’eau « Providence », de sensibiliser les populations et les autorités sur les inconvénients de la consommation des eaux non traitées issues des forages et autres sources et d’expliquer aux chefs de ménage les mécanismes d’accès au produit (conditions d’achat et de consignation des bouteilles). Lancés dans le cadre du partenariat entre entre Energy 4 Impact et Oshun Sas, ces kiosques à eau seront étendus dans toute la région de Tambacounda. L’objectif étant de contribuer à relever le niveau d’accès à l’eau potable des populations des zones de 4 localités de la région (Tamba, Koumpentoum, Goudiri et Bala).

Pour Abdou Karim Dosso, directeur d’Energy 4 Impact, ces kiosques «Providence » sont une réponse à la prolifération des maladies hydriques dues à l’utilisation d’eau non potable, à la gestion délicate des sachets plastiques et à la cherté de l’eau pure. Leur fonctionnement garantit le respect de conditions d’hygiène optimales jusqu’au consommateur final. Et ce, grâce à un système de consignation qui permet de proposer des bidons nettoyés et désinfectés après chaque usage.

A l’en croire, en plus du contrôle du contenant, Oshun assure la réalisation d’analyses d’eau régulières couplées à un pilotage à distance. Ce modèle innovant s’inscrit dans une logique de social business et prend en compte plusieurs caractéristiques socioéconomiques qui constituent des variables significatives dans la décision du choix des sources d’eau en milieu rural, a indiqué Malick Kounta, directeur technique d’Oshun Sas. Il consiste à fournir un service d’eau de qualité à un prix social, en mobilisant l’entrepreneuriat local, afin d’encourager la consommation d’une eau « purifiée ».

Energy 4 Impact, l’un des partenaires, est, selon M. Dosso, une Ong britannique fondée lors du Sommet mondial du développement durable de Johannesburg en 2002. Elle cherche à réduire la pauvreté en Afrique grâce à un accès accéléré aux produits et services énergétiques modernes.

Pape Demba SIDIBE

 

Au regard des observations issues des Assises nationales des Etats membres de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres), un atelier de validation de la liste des maladies professionnelles et du barème indicatif harmonisé d’indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles s’est ouvert le 9 avril à Saly.

Regroupant des délégués venant de 17 pays membres, l’atelier de validation de la liste des maladies professionnelles, ouvert le 9 avril 2018, se tient sous l’égide de la Caisse de sécurité sociale (Css) du Sénégal. « Ce processus fort complexe qui tient compte de la spécificité de la matière a débuté depuis 2003 et a été suscité d’abord par l’Interafricaine des risques professionnels (Iaprp). Il est pris en charge par la Cipres qui a mis en place un Comité technique composé de divers médecins conseils et autres acteurs des pays membres de notre organisation », a expliqué Assane Soumaré, directeur général de la Css. Depuis cette date, a-t-il soutenu, d’importants efforts, en termes de contributions, d’échanges et de travaux divers, ont permis aux experts des pays membres de faire des productions scientifiques remarquables reprises sous forme de projets de recommandations par la Cipres à soumettre aux Etats.
De son côté, le secrétaire exécutif de la Cipres, Innocent Makoumbou, a laissé entendre que les rapports des différentes missions d’audit et d’inspection effectuées ont relevé plusieurs dysfonctionnements ou insuffisances dans la gestion des risques professionnels par les Organismes de prévoyance sociale (Ops). Il s’agit surtout de la caducité et du caractère restreint des listes de maladies professionnelles ou listes de référence, de l’absence ou de l’insuffisance des textes règlementaires dans certains pays membres, de la disparité criante des listes des maladies professionnelles au sein des Etats membres...

Le secrétaire exécutif a également cité l’absence quasi générale d’actualisation régulière des textes régissant les maladies professionnelles au regard des mutations environnementales, économiques et sociales, l’absence de dispositifs de reconnaissance de certaines maladies à caractère professionnelle ainsi que l’inadaptation des principes et règles régissant la réparation des victimes des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Selon le directeur de cabinet du ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Aboubacar Wade, les risques professionnels constituent «un pilier important » des systèmes de sécurité sociale. « Le principal défi à relever est la réduction de la fréquence et de l’occurrence de tels risques au demeurant lourds, eu égard à leur coût onéreux pouvant mettre à rude épreuve les ressources des organismes de sécurité confrontés bien souvent à la problématique de la maîtrise du couple ressources/prestations », a déclaré M. Wade. C’est dans ce souci et la nécessité de préserver l’intégrité physique et mentale des travailleurs que beaucoup d’Etats africains se sont résolument engagés dans un processus de mise en conformité des lieux de travail, a-t-il ajouté.

Amath Sigui NDIAYE

 

Selon les projections démographiques, en 2017, la population du Sénégal est estimée à 15.256.346 habitants avec 7.658.408 femmes (50,2 %) et 7.597.938 hommes (49,8 %), indique un rapport de l’Agence nationale de la démographie et de la statistique (Ansd) pour la période 2013-2063 dont copie nous est parvenue hier.

Ce rapport qui présente la population du Sénégal et sa structure par groupes d’âges et par sexe selon les régions administratives indique que plus de la moitié des personnes vivant au Sénégal résident en milieu rural (53,5 %) contre 46,5 % de citadins. Le document qui présente aussi l’effectif de la population du pays par année d’âges, les effectifs des populations cibles des secteurs de l’éducation, la santé, l’emploi, la protection de l’enfant, le genre et l’urbanisme constate également de fortes disparités dans la répartition de la population entre les entités administratives régionales.

Le document précise que la région de Dakar abrite plus de 23 % de la population du Sénégal. Elle est suivie par les régions de Thiès et Diourbel où vivent respectivement 13,1 % et 11,0 % de la population. Quant à la région de Kédougou, souligne-t-on, elle demeure la plus faiblement peuplée avec une proportion de la population sénégalaise qui dépasse à peine 1,0 %.

Mamadou SY

« Initiative Abe » du gouvernement japonais en faveur des jeunes africains, le Sénégal a pu envoyer au pays du « Soleil Levant » 54 participants en formation dans plusieurs domaines. Neuf candidats ayant bouclé leur formation de 3 ans sont revenus et ont présenté les expériences acquises pour le développement des ressources humaines du pays.

Après une formation de deux ans et un stage de 6 mois au Japon, d’anciens participants du « diplôme de Master et programme de stage dans le cadre de l’Initiative africaine de l’enseignement professionnel en faveur des jeunes africains » ont été présentés lors d’une séance de compte rendu d’expériences. Avec le programme « Initiative Abe », lancé depuis 2015, la Jica et la Direction de la coopération technique ont pu envoyer au japon 54 Sénégalais du secteur public et privé étudier dans les domaines de l’ingénierie, du management, de l’agriculture, de l’économie, de la science, etc. Sept parmi les 9 participants sénégalais ayant fini le programme sont revenus sur l’expérience acquise au Japon et qui « leur permettra de participer au développement du pays » en tant que ressources humaines de qualité.

Marième Josephine Lette a bénéficié d’une formation en Ingénierie science à l’Institut de science et technologie de Shibaura. Après deux ans d’études, elle a effectué un stage de 6 mois à Toyota Boshuko. Elle a indiqué qu’avec cette expérience nippone, elle a eu une idée claire du modèle de développement de ce pays avec la rigueur et l’éthique au travail, le tout avec «un sens élevé du bien commun». Même avis chez Cheikh Fall qui a décroché son Master 2 en Génie mécanique et Construction automobile à l’Université japonaise de Myazaki où il a appris à développer des applications Android pour contrôler les moteurs automobiles, etc.

Doudou Sankharé (Management), Mamadou Mahécor Diouf (Mba en Global business), Assane Ngom (Management des déchets) et Cheikh Ibra Wade (Ingénierie et Développement durable) ont tous bénéficié de ce programme.

Le représentant-résident de la Jica au Sénégal, Yuji Moriya, a fait savoir que le gouvernement du Japon a lancé ce programme pour participer à la formation des jeunes africains (avec un objectif d’enrôlement de 1.000 jeunes) dans le cadre du renforcement des ressources humaines des pays. L’ambassadeur du Japon au Sénégal, Shigeru Omori, a rappelé que chaque participant a suivi une formation adaptée et effectué un stage qui correspond à son domaine d’activité. Il a laissé entendre, à l’égard des participants, que l’expérience ne doit pas se limiter au séjour. Selon lui, ces derniers doivent mettre en pratique les expériences acquises au Japon pour le développement du Sénégal. Pour M. Omori, avec ces ressources humaines sur le plan industriel, la coopération peut s’améliorer entre les deux pays et cela favorisera l’installation d’hommes d’affaires japonais au Sénégal.

Du côté des autorités sénégalaises, on apprécie aussi ce programme. Selon le directeur de la Coopération technique de la présidence, Papa Birima Thiam, ce dispositif est très pertinent et est à encourager. Le directeur de cabinet du ministre de l’Emploi, de l’Insertion professionnelle et de l’Intensification de la main-d’œuvre, Khalilou Sow, a magnifié l’engagement du gouvernement japonais qui a toujours placé le développement des ressources humaines au cœur de sa stratégie de coopération technique avec le Sénégal.

Oumar KANDE

Serigne Abdoul Ahad Mbacké Gaïndé a offert une ambulance au poste de santé d’Oumoul Khoura de Touba. Il considère son acte comme un devoir vis-à-vis des couches déshéritées vivant dans les quartiers périphériques de la cité religieuse. « Nous avons pensé qu’offrir cette ambulance aux populations d’Oumoul Khoura permettra de les soulager de certains maux et nous le faisons pour le khalife général des mourides et pour toute la famille de Cheikh Ahmadou Bamba », a déclaré le donateur. Visiblement heureux de recevoir ce don, le Dr Mamadou Dieng, médecin-chef du district sanitaire, a loué l’acte de M. Mbacké qui a récidivé, après avoir doté, il y a quelques mois, un autre quartier de la périphérie de Touba d’une ambulance. Le Dr Dieng a fait savoir que sur les 25 postes de santé de la ville, plus de 10 ne disposent pas encore d’ambulance pour évacuer les urgences. Sur ce, il a invité le Comité de santé à veiller à la bonne maintenance de l’ambulance.

Serigne Ousmane Mbacké a, au nom de son père, Serigne Modou Kara Mbacké, magnifié la démarche de Serigne Abdoul Ahad Mbacké et transmis sa promesse d’ériger un poste de santé à l’intention des populations de Darou Rahmane. Le poste de santé d’Oumoul Khoura se situe au village de Boukhatoul Moubarak qui polarise 38 quartiers peuplés de 160.000 habitants. Dépourvue d’infrastructures, avec seulement 2 postes de santé qui référent leur malades à près de 10 kilomètres du centre hospitalier, cette localité est également enclavée. Ce qui fait que les transports urbains n’y s’aventurent pas en hivernage. Astou Mbène, 25 ans, a soutenu: « Cette ambulance est une aubaine, mais il faut penser à l’accessibilité, car en hivernage, nous sommes complètement coupés de la ville et le prix du transport passe du simple (200 FCfa) au triple (600 FCfa) ».

Mamadou DIEYE

La 4ème caravane des bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou se déroule cette année au Sénégal, en Guinée et en Mauritanie. L’étape du Sénégal, qui a démarré le 9 avril, se poursuivra jusqu’au 12 avril 2018.

C’est par le Sénégal que les bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou (Po) ont débuté, le 9 avril 2018, leur caravane qui va les conduire en Guinée et en Mauritanie. Ces trois Etats sont, avec le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Togo, les 9 pays francophones d’Afrique de l’Ouest du Po.

Selon le communiqué qui nous est parvenu, cette « caravane des bailleurs du Po, tout comme les précédentes, répond à l’ambition d’élargir les moments d’échange entre les parties prenantes du Po. Elle offre un moment exceptionnel pour soutenir les pays dans leurs efforts de mise en œuvre des plans d’action, mais également de faire un plaidoyer auprès des autorités pour le respect des engagements pris en matière de Sr/Pf (Santé de la reproduction/Planification familiale ».

Le Sénégal, malgré sa position de leader lors de la première phase de mise en œuvre du Po (2011-2015), est dans une situation de ralentissement durant les 2 premières années de la phase d’accélération (2016-2020). En 2017, par exemple, le gap qu’il devait combler était de 10.800 nouvelles utilisatrices de la planification. Car l’objectif était d’avoir 86.800 femmes additionnelles l’année dernière.
Par contre, il n’a réuni à enrôler que 76.000 nouvelles utilisatrices de la Pf. « Le défi sera donc non seulement de rattraper son retard afin d’atteindre l’objectif de 217. 000 utilisatrices additionnelles d’ici à 2020 mais aussi d’atteindre l’ambitieux objectif de 45 % de taux de prévalence contraceptive en 2020 prévu dans le Plan national d’action budgétisé (Panb) de deuxième génération », lit-on dans la note transmise par l’Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou (Ucpo).

C’est ainsi qu’il a été question, lors de la première journée de visite des bailleurs du Po au Sénégal, « […] d’échanger sur les enjeux de la Pf, de convenir des sujets et questions à aborder et de développer les messages clés à faire passer aux autorités et leaders du pays. Cette rencontre a permis aux uns et aux autres de partager leur expérience sur les thématiques relatives à l’offre et à la demande de services, les progrès réalisés, mais aussi les défis toujours présents dans la disponibilité des produits, la législation en matière de santé de la reproduction, les considérations socio-culturelles », etc.

Après la visite de courtoisie à la Direction de la santé de la mère et de l’enfant (Dsme), les séances de travail avec les bailleurs présents au Sénégal, la rencontre avec les ambassadeurs, parlementaires, ministères clés (Finances, Education, Femme, etc.), les caravaniers comptent, aujourd’hui, descendre sur le terrain pour faire la revue de certaines expériences déroulées dans notre pays. Ils se rendront, à cet effet, au district sanitaire de Pikine, à l’Asbef, à Yoff, au centre de santé Gaspard Camara et au Centre jeune de l’Ucad. Cela, avant d’assister, dans l’après-midi, à une réunion regroupant toutes les parties prenantes et centrée sur la « Situation de la Pf au Sénégal : avancées, obstacles et perspectives pour atteindre les objectifs nationaux ».

Maïmouna GUEYE

A Guédiawaye, les enseignants du privé ont subi une formation de deux jours sur la didactique de la lecture rénovée. Cette activité, initiée par le Cadre des acteurs et partenaires pour l’enseignement privé (Capep), est destinée à mettre à niveau les enseignants du privé après la formation subie sur le même thème par ceux du public. A travers cette formation, le Capep entend poser des jalons allant dans le sens d’améliorer l’enseignement privé au Sénégal. A Guédiawaye, l’enseignement privé représente une bonne partie de la carte scolaire si bien que les initiateurs de cette formation ont l’intime conviction que les exclure du processus serait une chose grave. C’est ce qui a servi de prétexte à la tenue de cette formation qui sera étendue à d’autres enseignants du privé de la localité.

Le vice-président du Capep de Guédiawaye, Abass Ndour, a rappelé que sur les 137 établissements privés du département, seuls 55 ont participé à cette formation. Cependant, il est convaincu que les autres suivront dans l’intérêt de l’école. A son tour, l’inspecteur de l’éducation et de la formation (Ief) de Guédiawaye a révélé, dans un premier temps, que sur les 128 structures préscolaires de la localité, les 121 sont du privé. Dans l’élémentaire, il y a 146 écoles, dont 46 établissements scolaires issus du public. Au niveau du moyen, on compte 11 écoles du public et 61 du privé. Ce qui lui fait dire que l’État accorde beaucoup d’importance à ce secteur. Yaya Coly est d’avis que le Capep peut être perçu comme un instrument de pilotage. Mais, il s’est désolé du fait que, pour des raisons budgétaires, seuls les enseignants du public avaient bénéficié de formation de lecture rénovée (mathématiques). « Faute de moyens financiers, les enseignants du privé n’en ont pas encore bénéficié. Le Capep vient suppléer ce hiatus et nous sommes persuadés que, dans les mois à venir, les résultats se feront ressentir », a avancé l’inspecteur Coly.

Abdou DIOP

L’Association islamique Sopey Mohamed (Aism) qui mène, depuis plus d’une décennie, la lutte communautaire contre le paludisme dans l’arrondissement de Thiénaba, district sanitaire de Khombole, a fini d’étrenner son espace communautaire.

L’arrondissement de Thiénaba, dans la région de Thiès, vient de se doter d’un espace communautaire grâce à l’engagement de l’Association islamique Sopey Mohamed (Aism). Situé sur la voie de dégagement de Thiénaba, juste à côté de la station de la Sonatel, il comprend une salle de réunion de soixante places, un bureau, une salle informatique et un bloc sanitaire. Selon le président de l’Aism, El Hadji Diop, « cet espace communautaire va contribuer à mieux coordonner les caisses de solidarité de lutte contre le paludisme qui, au fil des années et avec le recul net de [la maladie] dans tous [leurs] villages, ont, aujourd’hui, une vocation économique de lutte contre la pauvreté ».

Même si des pas de géant ont déjà été effectués dans la lutte contre le paludisme à Thiénaba qui, d’après les spécialistes de la santé, est dans la phase de pré-élimination, le président de l’Aism soutient que le plus dur reste à faire. « Car il s’agit de parachever un combat de plusieurs années contre le paludisme, une maladie qui a beaucoup tué. Au moment où nous tenons le bon bout, les populations doivent être plus engagées pour bouter le paludisme hors du pays. Au vu de nos résultats à Thiénaba, nous savons que cela est dans nos cordes », lance-t-il. Dans cet espace communautaire, 11 millions de FCfa ont déjà été investis. Et ce, grâce au soutien de 7 millions de FCfa du « Self help » implanté au sein de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar. Les 4 millions restants ont été apportés par l’Aism, laquelle est à la recherche de cinq autres millions pour les équipements et la finition.

Très satisfaite de l’engagement des femmes de Thiénaba dans l’Aism, la marraine de la journée, le Pr Awa Marie Coll Seck, ministre-conseiller à la présidence de la République et responsable du Collectif en mouvement pour l’équité, les valeurs et l’action (Comeva), a indiqué : « Nous allons apporter notre appui pour que cet espace communautaire puisse être fonctionnel. Car la dynamique communautaire de lutte contre le paludisme à Thiénaba axée sur la promotion de l’hygiène, la propreté, l’assainissement, l’utilisation systématique de la moustiquaire imprégnée à longue durée d’action a donné des résultats probants ». D’après l’ex-ministre de la Santé, cette expérience locale doit être exportée, partagée partout en Afrique et dans le monde, puisque c’est un modèle communautaire pertinent et pratique pour lutter contre le paludisme.

Pour bénir la cérémonie d’inauguration, le khalife général de Thiénaba, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Seck, malgré le poids de l’âge, a effectué le déplacement. Dès le lendemain, l’ambassadeur des Usa à Dakar y a fait un tour. Devant l’engagement de la communauté dans l’exécution des travaux sur le plan financier tout comme celui de la mobilisation, le diplomatique a exprimé toute son admiration.

Mbaye BA

L’enseignant-chercheur Lamine Thiaw a créé un clavier virtuel utilisable dans 7 langues nationales (wolof, pulaar, seereer, mandinka, joola, manjaku et soninké). L’innovation a la vocation d’intégrer plus de Sénégalais dans l’ère du numérique, de valoriser nos langues nationales et d’augmenter le taux d’alphabétisation.

Un coup de pouce pour améliorer le taux d’initiés à l’usage de l’informatique. C’est une nouvelle contribution que le Pr Lamine Thiaw a apporté aux communautés en créant un clavier virtuel.

Les personnes qui savent lire et parler en wolof, pulaar, seereer, mandinka, joola, manjaku et soninké peuvent désormais s’en servir. L’innovation est un clavier spécial intégré avec le clavier virtuel pour les smartphones et les tablettes fonctionnant sous Android. L’usager saisit son texte dans l’espace réservé à l’édition en utilisant le clavier de son appareil ou au besoin le clavier virtuel en intégrant les caractères spécifiques d’une de ces langues. « Une fois la saisie terminée, l’utilisateur peut copier le texte en cliquant sur le bouton « copy » et le coller dans d’autres emplacements. Il peut effacer le texte saisi en cliquant sur le bouton Clr. La figure 3 montre l’utilisation du clavier virtuel », renseigne le professeur titulaire. En élargissant le nombre d’utilisateurs, le spécialiste en Génie électrique donne la chance à une masse de Sénégalais qui n’a pas fréquenté l’école des Blancs d’entrer davantage dans l’ère des nouvelles technologies.

C’est une innovation majeure au Sénégal. Les nouveaux utilisateurs pourront avoir plus accès à l’information et à d’autres contenus numériques. « Aujourd’hui, quelqu’un qui désire travailler avec les langues nationales rencontre beaucoup de difficultés, car plusieurs caractères spéciaux des langues sénégalaises ne figuraient pas dans les claviers des ordinateurs et encore moins dans ceux des tablettes et Smartphones », explique le Pr Thiaw qui enseigne à l’Ecole polytechnique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Ce nouveau clavier peut être utilisé pour l’écriture des documents dans nos langues nationales. Derrière l’initiation à l’usage de l’informatique, le nouveau clavier est un intrant à l’amélioration du taux d’alphabétisation au Sénégal.

C’est l’une des motivations de l’auteur. « Le clavier peut beaucoup aider à alphabétiser les Sénégalais, car il leur permettra d’utiliser l’outil informatique pour saisir des textes dans les langues nationales. Il pourra également aider les formateurs pour la rédaction de documents dans ces langues », argumente-t-il.

Rédaction des documents en langues nationales
Le Pr Lamine Thiaw s’est toujours préoccupé de la valorisation du patrimoine national. Il a déjà intégré un jeu de notre patrimoine dans une application. Comme Cheikh Anta Diop, il défend l’apprentissage et l’acquisition des connaissances dans nos langues nationales. « Nous devons tout faire pour que, dès le bas âge, nos enfants soient scolarisés et instruits dans les langues qu’ils maîtrisent, même s’ils doivent apprendre dans des langues étrangères », prêche l’universitaire.

L’application est disponible pour les systèmes Windows 32 bits, Windows 64 bits, Mac 0S et accessible à partir de Google play store sous le nom : « SenlanEdit ». « Ce clavier est une contribution pour la mise en place d’outils modernes permettant l’apprentissage et l’usage de nos langues dans notre système éducatif. Je pense que le moment où nous devons agir pour produire le savoir dans nos langues, vulgariser les connaissances scientifiques et techniques dans nos langues est venu », avance-t-il.

Pour l’enseignant-chercheur, le meilleur hommage qu’on pourrait rendre au scientifique Cheikh Anta Diop, c’est de poursuivre le combat, afin que les autorités intègrent l’utilisation des langues nationales dans les enseignements. C’est la voie indiquée pour tirer nos pays du sous-développement. « Tout ce qu’il y a à dire sur l’importance et la nécessité d’utiliser les langues nationales a été dit par le Pr Cheikh Anta Diop. Le moment où nous devons agir pour en faire une réalité est venu. C’est le travail des universitaires, des intellectuels, des décideurs politiques, des acteurs de la presse. Bref, de tout le monde », défend le Pr Thiaw.

Les nouvelles technologies ont permis de résoudre plusieurs problèmes dans plusieurs domaines de la vie active et sociale. La révolution numérique est en cours. L’Afrique qui a accusé un retard gagnera à tirer profit de toutes les opportunités pour faire face aux défis de son développement.

Idrissa SANE

L’hôpital régional de Diourbel Heinrich Lübke a abrité, le 6 avril 2018, la cérémonie de réception d’un don d’un montant de 22 millions de FCfa. L’occasion a été saisie par son directeur pour annoncer la mise en service du centre d’hémodialyse avant la fin du mois d’avril.

Le directeur de l’hôpital régional de Diourbel Heinrich Lübke, le Dr Elhadji Amadou Dieng, a réceptionné un don de matériel de néonatologie d’une valeur de 22 millions FCfa offert par la Fondation Sonatel. Il a indiqué que ce geste vient contribuer à la lutte contre la mortalité néonatale très élevée dans cette structure sanitaire à cause notamment de la prématurité. M. Dieng est ainsi revenu sur l’importance de la finalisation des travaux du service de pédiatrie réalisés à 95 % et qui comptera une unité de néonatologie afin de lutter contre la mortalité infantile à Diourbel.

En marge de cette cérémonie de réception, le directeur de l’hôpital a annoncé l’ouverture, dans le courant du mois d’avril, du centre de dialyse équipé de 20 générateurs. « L’hôpital est en train de travailler pour l’ouverture du service de dialyse ; les bâtiments sont terminés, le matériel est sur place. A partir de la semaine prochaine, le travail préparatoire sera finalisé et le service d’hémodialyse va démarrer dans le mois d’avril à l’hôpital de Diourbel », a-t-il dit. Le médecin-chef de la région médicale de Diourbel, le Dr Balla Mbacké Mboup, s’est réjoui du partenariat entre cet hôpital et la Fondation Sonatel qui date de 2004. Dans ce cadre, l’hôpital a été doté d’une ambulance, du matériel de laboratoire et de pédiatrie, etc.

Aminata Fall Sidibé, administratrice de la Fondation Sonatel, a réitéré l’engagement de leur structure à accompagner l’hôpital de Diourbel dans le relèvement du plateau technique. Elle a aussi évoqué les consultations médicales gratuites offertes aux populations durant le week-end. Une activité marquée par l’affluence de ces dernières, dont plus de 500 séniors.

Mamadou DIEYE

« Remédiation dans l’enseignement-apprentissage des élèves ». Tel a été le thème de la rencontre initiée par le mouvement « Agir avec Macky pour le développement de Mbour » (Amdem).

Kaba Diakhaté, inspecteur de l’éducation et de la formation (Ief) à la retraite, est persuadé que l’éducation constitue le seul véritable ascenseur social. Il a également souligné l’importance de la remédiation, un bon programme pour corriger les lacunes des élèves considérés faibles, afin d’assurer l’avenir du pays qui repose sur les enfants. M. Diakhaté s’exprimait lors d’une rencontre d’échanges initiée par la commission éducation du mouvement « Agir avec Macky pour le développement de Mbour » (Amdem). Axée sur le thème de la « Remédiation dans l’enseignement-apprentissage des élèves », cette activité est organisée dans le but de mieux filtrer les priorités de ce mouvement dans le domaine de l’éducation pour mieux servir le département de Mbour, a expliqué Alioune Badara Diagne, président de cette commission.

« Il est établi, de manière irréfutable, la relation d’isomorphisme entre l’éducation et le développement sous toutes ses formes. En termes clairs, le niveau de développement d’un pays est proportionnel à son niveau d’éducation », a indiqué Kaba Diakhaté. Dans son exposé, il a donné l’exemple du Prix Nobel de physique, Albert Einstein, considéré comme l’un des plus grands scientifiques de l’histoire et qui, jusqu’à neuf ans, avait des difficultés d’élocution. « Un de ses maîtres lui avait dit, avec beaucoup de tendresse : « Albert, je suis désolé, mais tu ne réussiras jamais rien ». J’ai utilisé ce détour assez lointain pour nous rappeler le danger que peut constituer le pessimisme d’un enseignant ou d’un parent d’élève », a expliqué M. Diakhaté. Sur ce, il s’est interrogé : « Combien d’élèves doués ont été abandonnés par l’école à cause d’une passagère difficulté d’apprentissage ? Combien d’élèves ont été contraints à l’inutile redoublement ? Combien d’élèves ont été exclus du système éducatif de manière précoce ? » Selon ce consultant en éducation, certains enseignants disent « souvent d’un élève qu’il est très faible, on ne peut rien en tirer, parce qu’il est très nul ». Une raison suffisante pour lui de se demander si les enseignants s’interrogent souvent sur les causes profondes de la faiblesse de certains élèves. Ici, il a rappelé quelques évidences qui prouvent la « pertinente nécessité » pour les enseignants de s’adonner à la remédiation.

Affirmant que l’utilisation des données de l’évaluation constitue une problématique majeure, l’Ief a estimé que beaucoup d’élèves peuvent être récupérés lorsqu’on leur offre une deuxième médiation : la remédiation. « Il convient de ne plus s’arrêter à la correction des cahiers ou des copies. D’ailleurs, la procédure d’aide à apporter aux élèves en difficulté comporte des invariants d’une rigueur pédagogique significative », a-t-il insisté, rappelant aux enseignants que les activités de remédiation doivent être différentes de celles d’enseignement-apprentissage.

Auparavant, le président du mouvement Amdem, Cheikh Issa Sall, a indiqué que « le développement durable de notre pays ne saurait faire l’économie d’une jeunesse citoyenne bien formée et suffisamment outillée pour affronter la vie de demain. Le mouvement Amdem l’a très bien compris en plaçant l’éducation au cœur de ses préoccupations et s’engage à apporter sa pierre à la construction d’un système éducatif fort, capable de répondre aux exigences de développement de notre pays ».

Amath Sigui NDIAYE

Le khalife général des tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, a échangé, hier, pendant près de trois tours d’horloge, avec les syndicats d’enseignants. Ayant pris connaissance de l’état d’avancement des négociations, il a demandé la levée du mot d’ordre pour lui permettre d’aller discuter avec le gouvernement pour une issue heureuse.

Le khalife général des tidianes s’est personnellement impliqué dans la recherche de solution à la grève qui secoue l’école sénégalaise depuis le début de l’année scolaire. Serigne Babacar Sy Mansour a reçu et échangé, hier, avec les syndicats d’enseignants pendant près de trois heures pour essayer de désamorcer la crise. Il a invité les enseignants à lever le mot d’ordre de grève pour lui permettre discuter avec le gouvernement. « Nous avons partagé avec le khalife nos préoccupations, ce que le gouvernement a fait et ce que nous attendions de lui. Il nous a demandé de lever le mot d’ordre de grève pour lui permettre de pouvoir discuter avec le gouvernement. Nous lui avons dit, avec beaucoup de discipline et de déférence, que ce mot d’ordre ne nous appartenait pas.

Donc, nous ne pouvions pas le lever à partir d’ici sans consulter la base », a expliqué Saourou Sène, secrétaire général du Saems. Pour ce qui est du Saems, il a mentionné qu’il s’est réuni en commission administrative pour partager avec ses responsables départementaux le procès-verbal qui a sanctionné leur rencontre avec le gouvernement. Et c’est à partir de mercredi prochain que les responsables départementaux le partageront avec leurs bases. « Vous comprendrez que nous sommes dans une situation telle que nous ne pouvons pas parler aux noms des enseignants sans pour autant partager avec eux la quintessence de notre rencontre avec le gouvernement. Le Khalife l’a très bien compris. Il pensait que nous avions déjà discuté avec les enseignants à la base », a-t-il souligné, avant de rassurer qu’ils reviendront vers le khalife après réception de tous les procès-verbaux des assemblées générales qui se tiendront la semaine prochaine.

Le khalife général des tidianes a conforté ses propos. « Les syndicats nous ont fait savoir que même s’ils portent la parole des enseignants, le pouvoir de décision ne leur revient pas mais appartient à la base. Nous prions pour que Dieu nous facilite la tâche. Les problèmes du pays ne sont pas situés que dans l’enseignement. Nous prions Dieu pour que toutes les difficultés soient réglées au Sénégal et dans les autres du pays. Parce que Dieu a fait qu’aujourd’hui il existe des problèmes dans tous les pays. Nous ne savons pas pourquoi Il l’a voulu ainsi, mais nous prions pour que cette situation soit vite dépassée et que la paix revienne partout », a prié Serigne Babacar Sy Mansour.

Ndiol Maka SECK

Le Mois africain de la prévention (Map) a été lancé, hier, par le directeur de la Caisse de sécurité sociale qui a invité les entreprises sénégalaises à adopter le concept santé et sécurité au travail.

Avril est le Mois africain de la prévention (Map). Sur ce, la Caisse de sécurité sociale a procédé, hier, au lancement dudit mois au Sénégal. En marge de la 22ème Journée africaine de la prévention, qui sera célébrée dans notre pays le 30 avril prochain, les responsables de la Caisse de sécurité sociale (Css) ont dévoilé à la presse le thème : «La promotion des structures de santé et de sécurité au sein de l’entreprise : exigences légales et gouvernances des risques professionnels».

Compte tenu du fait que moins de 20 % seulement des entreprises de la zone africaine disposent d’une structure de sécurité et santé au travail, Marie Diallo, directrice de la Prévention des risques professionnels à la Css, indique qu’on devrait faire la promotion de la santé et de la sécurité au travail, notamment au Sénégal. Elle estime que l’objectif de la Journée de la prévention est de promouvoir la santé au travail. Il est attendu ainsi l’élaboration d’un annuaire des professionnels en Santé et sécurité au travail (Sst). Lors de ce mois, des structures et entreprises seront invitées à présenter leur profil en Sst. Tout au long du mois, plusieurs sous-thèmes seront abordés par les acteurs dans différentes localités en attendant la grande rencontre du 30 avril.  

Le directeur général de la Css, Assane Soumaré, demande, à son tour, d’accorder une grande importance à la maitrise des risques au travail dans les entreprises. A son avis, la gestion des risques professionnels est une nécessité. « Le Mois africain de la prévention est intense en activités et thématiques et nous offre l’occasion de mener le plaidoyer pour une meilleure santé des travailleurs », souligne-t-il, suggérant de définir, dans les curricula, des spécialisations en Sst pour la formation des cadres appelés à travailler en entreprise. Selon lui, cela permettra d’intégrer ce concept dans le management des entreprises. Avec la découverte du pétrole et du gaz au Sénégal, M. Soumaré invite les acteurs à anticiper sur les défis et de profiter des opportunités qu’offre la prévention des risques professionnels. « La maitrise des risques professionnels est une opportunité de création de richesses pour les entreprises. La gestion de la prévention des risques doit être une fonction comme les autres fonctions de l’entreprise. Ce, pour une meilleure santé des travailleurs », laisse-t-il entendre.

Toutefois, il constate, pour le regretter, que les sociétés refusent souvent de renoncer à des opportunités économiques pour investir dans la prévention « qui est une ressource immatérielle dans l’entreprise » mais permettant de garantir la santé et la rentabilité des travailleurs.

La représentante du ministre du Travail, Ndiémé Seck Diouf, soutient que l’Etat du Sénégal garantit la santé des travailleurs et que le Programme national de sécurité et santé au travail prévoit le renforcement du cadre juridico-institutionnel. Pour elle, la Journée de la prévention va permettre de mieux discuter sur la santé des travailleurs.

Oumar KANDE

Dans sa croisade contre la malaria, le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) a remis au khalife général des mourides 15. 000 moustiquaires destinées aux « daaras » (écoles coraniques).

Touba fait partie des localités où la mortalité liée au paludisme est la plus élevée au Sénégal avec 39 décès, dont 8 enfants. C’est pour cette raison que le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) a ciblé les « daaras » (écoles coraniques) afin d’offrir des moustiquaires aux pensionnaires. A cet effet, Dr Doudou Sène, coordonnateur du Pnlp, a été reçu par le khalife général des mourides pour lui remettre 15. 000 moustiquaires à distribuer dans les « daaras » où il y a, selon lui, une cible très vulnérable par rapport au paludisme.

Le khalife général des mourides, très satisfait de ce noble geste, a prié pour la réussite de la mission assignée au Pnlp et pour l’éradication du paludisme.
Le médecin-chef de la région médicale de Diourbel, Dr Balla Mbacké Mboup, a apprécié ce don, car car il vient renforcer les stratégies de lutte contre le paludisme. Il a indiqué que Diourbel fait partie des régions à forte charge en ce qui concerne le paludisme. « C’est une excellente chose, une stratégie qui va contribuer à minimiser la mortalité et la morbidité dans ces zones à forte incidence de paludisme », a ajouté Dr Mboup.
Khaly Diakhaté, de la Ligue des écoles coraniques de Touba et responsable régional de la Fédération des écoles coraniques du Sénégal, a lui aussi remercié les donateurs et exhorté à bien utiliser les moustiquaires offertes.

Mamadou DIEYE

…et 5 000 à l’université de Bambey

Les étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb) saluent le geste du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) qui leur a offert 5.000 moustiquaires imprégnées. Le président de la Coordination des étudiants a affirmé que les moustiquaires imprégnées vont participer à l’amélioration de leurs conditions sociales et sanitaires. Cette donation fait suite au programme « Chaque étudiant une moustiquaire » du Pnlp. Le recteur de l’Uadb, le Pr Lamine Guèye, a réaffirmé l’importance de la santé, mais surtout le bienfondé et l’efficience de ce don de 5.000 moustiquaires. Il a mis un accent particulier sur la forte communauté des bénéficiaires (plus de 3.000 étudiants), cible essentiellement jeune, l’engagement et la loyauté des personnels, la dynamique d’excellence et de stabilité de l’université, nécessitant une motivation des étudiants, et la prévention sanitaire qui est cruciale pour les études. L’innovation du Pnlp de faire un programme de distribution de moustiquaires dans les universités et de le démarrer à Bambey a aussi été appréciée. Le médecin-chef du district sanitaire de Bambey, représentant la région médicale et le directeur de l’hôpital Heinrich Lübke de Diourbel, a, au nom de ses confrères, salué ce geste de haute portée sanitaire et humanitaire.

Le coordonnateur du Pnlp, Dr Doudou Sène, après avoir rappelé l’objectif d’éradiquer le paludisme d’ici à 2030, a fait remarquer que, malgré la baisse constatée du taux national de prévalence en 2017, les efforts doivent être poursuivis au Sénégal.

Le directeur du Centre régional des œuvres universitaires sociales (Crous) de Bambey a apprécié ce don tout en soulignant que cela contribue à la diminution du paludisme chez les étudiants à l’Uadb, entrainant sans doute la baisse de la demande de médicaments venant de ces derniers. Il a donné des assurances quant à la bonne distribution et au bon usage de ces moustiquaires. Après Bambey, d’autres universités recevront des moustiquaires du Pnlp, selon ses responsables.

Mamadou Aicha NDIAYE

 

Les rideaux sont tombés sur l’édition 2018 du Camp de langue initié par « American council » depuis 2007. Sur les 17 participants de cette année, 14 seront envoyés aux Etats-Unis pour un séjour d’un an.

Le Camp de langue, ouvert, il y a deux semaines, à Thiès, par « American council » dans le cadre du programme « Yes » financé par le département d’Etat américain, a été clôturé le 6 avril 2018 par un examen final. Sur 900 candidats, 17 ont été sélectionnés pour participer au camp. Mais au final, 14 seront retenus au bout du processus pour un séjour d’un an aux Etats-Unis. « Ces camps permettent d’élargir les relations entre les Etats-Unis et le Sénégal. Depuis 2007, nous les organisons. 107 élèves sénégalais ont eu à y participer. L’objectif est de leur permettre d’améliorer leurs compétences écrites et orales en anglais. Nous les préparons aussi à mieux intégrer la société américaine », a mentionné Maty Niang, directrice d’ « American council » au Sénégal.

Les résultats finaux seront connus dans une semaine. Les élèves qui seront sélectionnés partiront au mois d’août prochain et logeront dans des familles américaines. Ils fréquenteront également les lycées américains. « Ce sont des élèves des classes de 3e et de Seconde. Le concours a été débuté au mois d’octobre. Sur les 900 candidats, les 17 meilleurs ont été sélectionnés pour participer au camp. Nous avons organisé le concours dans 7 régions : Dakar, Thiès, Saint-Louis, Diourbel, Louga, Kaolack et Fatick », a précisé Mme Niang.

Au nom de l’inspecteur d’académie de Thiès, Ndioba Dièye a salué l’immense travail d’ « American council » et des encadreurs en quelques jours seulement. « Nous sommes venus ici, il y a quelques jours, pour l’ouverture de ce camp de langue. Les enfants étaient timides, timorés. Mais, quand je suis entré, aujourd’hui, dans la salle pour la clôture et voir toutes les productions qu’ils ont eues à faire en un laps de temps et leur niveau d’expression en anglais, je me suis dit que beaucoup de travail a été accompli entre temps », s’est félicité l’inspecteur de l’enseignement moyen-secondaire à l’Ia de Thiès.

Ndiol Maka SECK

 

Pour des femmes autonomes, les emplois verts sont proposés. Lors d’un panel sur l’autonomisation des femmes tenu par la Cellule genre du ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, les participants ont demandé d’exploiter les opportunités de ces emplois durables.

Dans le sillage de la Journée mondiale de la femme, la Cellule genre du ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie a organisé, à la Place de la nation (Obélisque), un panel sur « Autonomiser les femmes et les filles : le lien urbain-rural ». Les participants ont insisté sur l’opportunité des emplois verts et du cadre de vie amélioré pour les femmes.
Compte tenu des possibilités qu’offrent ces emplois durables dans les villes et les villages, les femmes qui ont déjà investi ce secteur sont invitées à davantage l’explorer pour être plus autonomes.

La coordinatrice de la Cellule genre du ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, Fatou Cissé, a insisté sur les liens entre les femmes du milieu rural et celles du monde urbain. Les villages, a-t-elle avancé, nourrissaient les villes, mais maintenant on constate de plus en plus des activités génératrices de revenus comme l’horticulture à la périphérie des villes ; ce qui peut contribuer à l’autonomisation des femmes. « L’économie verte est essentielle dans ce sens, car elle permet de pérenniser les revenus générés par l’environnement », a laissé entendre Mme Cissé. A son avis, l’économie verte, à travers l’agriculture et l’horticulture, doit être renforcée pour les femmes. La représentante d’Onu Femme, Marie Sabara, a salué l’instauration de la dimension genre dans les politiques et programmes du ministère du Renouveau urbain. Elle a indiqué c’est une opportunité pour les femmes qui sont les premières à s’engager pour l’amélioration du cadre de vie.

Adji Mbergane Kanouté  députée, a confirmé que la femme est le pilier du développement et son autonomisation, c’est participer au développement du pays.
Le directeur de Cabinet du ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre vie, Yatma Guèye a, lui, souligné que les femmes « doivent relever le défi d’une économie mondiale qui devrait se verdir progressivement et davantage ». Pour lui, les femmes « devraient pouvoir tirer pleinement bénéfice de leur expérience dans les activités de reproduction qui les poussent naturellement à veiller sur la qualité de leur cadre de vie » ; ce qui cadre avec une économie durable.     

Oumar KANDE

 

Le programme de formation dans les métiers verts dans l’enseignement technique et professionnel au niveau des régions de Kaolack, Fatick, Diourbel et Kaffrine a été lancé dans la commune de Kaolack. Au total, 322 sortants desdits établissements sont concernés par des modules intégrant l’environnement et le développement durable.

L’enseignement technique et professionnel à l’heure des exigences du développement durable. C’est la problématique visée par un programme de promotion des métiers verts piloté par le ministère de la Formation professionnelle en collaboration avec l’Office national de la formation professionnelle (Onfp). Le lancement de ce programme ciblant 322 sortants des établissements implantés dans les régions administratives de Kaolack, Fatick, Diourbel et Kaffrine a eu lieu dans les installations consulaires de la capitale du bassin arachidier. Les 220 heures de formation sont financées par la Coopération luxembourgeoise à hauteur de 53 millions de FCfa.

Déclinant les objectifs de ce programme, Sanoussi Diakité, directeur de l’Onfp, a indiqué qu’« il s’agit, d’une part, de fournir aux bénéficiaires du Programme de formation insertion (Fpi) des référentiels et supports de formation complémentaires portant sur les dimensions environnement et développement durable et, d’autre part, de renforcer les capacités des sortants 2017 desdits établissements sur ces modules ».

La promotion des métiers verts dans la zone de concentration de la Coopération luxembourgeoise, outre les apprenants, concerne les personnels du ministère de la Formation professionnelle avec à la clé l’élaboration de 16 manuels de formation et 6 autres pour les apprentissages pour autant de métiers.
 « Aujourd’hui, la prise en charge du développement durable commande de  conformer les pratiques professionnelles des sortants des établissements bénéficiaires de Pfi aux normes et standards environnementaux et de développement durable des spécialistes et métiers enseignés », a ajouté M. Diakité.

Pour sa part, Yann Natchman, représentant de la Coopération luxembourgeoise, a réaffirmé la disponibilité de son pays à accompagner le Sénégal dans sa politique de promotion de l’enseignement technique et professionnel à travers divers programmes ayant pour but de préparer les sortants au besoin du marché de l’emploi. A ce titre, il s’est félicité de l’ouverture aux métiers verts qui constituent un bassin d’employabilité non négligeable pour des pays en développement comme le Sénégal. M. Natchman a révélé la négociation entre les deux pays d’un important programme de coopération dans ce secteur qui va consolider le soutien du Duché du Luxembourg au développement de l’enseignement technique et professionnel dans notre pays.

Elimane FALL

 

Dans le cadre du partenariat entre la Direction de l’enseignement supérieur et l’Université Cheikh Ahmadou Bamba, environ 784 nouveaux bacheliers du franco-arabe seront enrôlés dans les Centres universitaires d’enseignement professionnel. Une cohorte est orientée au centre de Mbao, à Dakar, et une autre au niveau de celui de Bambey.

Pour permettre aux bacheliers en langue arabe ou issus des lycées franco-arabes de pouvoir continuer leurs études supérieures, l’Université Cheikh Ahmadou Bamba a ouvert deux Centres d’enseignement professionnel. Il s’agit du Centre universitaire d’enseignement professionnel (Cunep) Cheikh Mouhamadou Mourtada Mbacké de Dakar, sis à Mbao en face de la Lgi, et de celui de Bambey qui porte le nom de Serigne Saliou Mbacké. C’est dans ces établissements que 784 nouveaux bacheliers sont orientés.

Au centre de Mbao, les étudiants y passeront trois ans et en sortiront avec deux diplômes. Un Dts, (diplôme de l’école) et un Bts (diplôme d’Etat). Selon le directeur du Centre d’enseignement professionnel de Mbao, Yankhoba Badiane, le Bts délivré par cet établissement est différent des autres. « Chez nous, l’étudiant fait trois ans d’études, dont une année préparatoire, pour obtenir le Bts et non deux années seulement comme c’est le cas ailleurs », a-t-il expliqué.

Il a d’ailleurs précisé que la spécialisation des Centres d’enseignement supérieur a été faite en fonction de la demande en formation qu’exige le milieu d’implantation de l’établissement. C’est ainsi que, pour le centre de Dakar, les filières comme l’électrotechnique, l’électromécanique, le secrétariat bureautique, l’informatique de gestion et la comptabilité financière ont été retenues.

Par contre, à Bambey, au Centre Serigne Saliou Mbacké, les enseignements/apprentissages portent sur l’agriculture, l’élevage, le contrôle et la gestion de l’exploitation agricole.

Avec la demande de plus en plus croissante, le président du conseil d’administration du groupe Université Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Mame Mor Mbacké, a prévu d’ouvrir trois nouveaux centres l’année prochaine.

Yankhoba Badiane a aussi assuré qu’à l’image des autres établissements privés d’enseignement supérieur partenaires de l’Etat, les étudiants orientés au Cunep bénéficient soit d’une bourse, soit d’une aide. Selon lui, depuis 2013, date de démarrage de leur collaboration avec l’Agence nationale d’assurance qualité et la Direction de l’enseignement supérieur, après la reconnaissance et l’agrément de leurs Centres universitaires, les résultats ne cessent de croître d’année en année.

Pape Coly NGOME

Dans la zone de Djilor Djidiack, à quelques encablures du village, précisément au sud, se situe la forêt dénommée « Kolou Ndig ». Les populations locales donnent l’exemple de la sauvegarde de cette forêt qui couvre une superficie de 20 ha.

L’espace constitue, aujourd’hui, un des atouts touristiques de la destination dans cette zone de Fimela, voire même du département de Fatick. Du nom d’un handicapé physique qui l’aurait découverte au 16ème siècle, avant même la fondation du village de Djilor, en 1635, la forêt a été érigée en réserve communautaire (ou bois de village) par le vieux Latyr Senghor, un grand-père de l’ancien président Léopold Sédar Senghor, natif de Djilor Djidiack. Ce terroir est caractérisé par l’avancée de la langue salée et la prédominance des tanns (terres acides, salées et inadaptées aux activités agricoles).

Mais, au sud-ouest du village, la végétation est marquée par la présence d’arbres sauvages dont le «ditakh» (Deutérium), des palmiers, des combrétacées, l’acacia albida. Dans le nord-ouest, on distingue une importante ceinture d’anacardiers et de palmiers. Un vaste espace, aujourd’hui, valorisé grâce au développement du tourisme.

La forêt de « Kolou Ndig » est entretenue par les populations à travers le groupement villageois «Sédar Diaga Senghor», en dépit de la sécheresse des années 70 et de l’avancée de la langue salée qui l’ont fortement affectée. Ce travail est mené en collaboration avec le comité de surveillance mis en place depuis plusieurs années et qui se consacre au gardiennage. Il mène également des actions de reboisement et de régénération de certaines espèces comme le rônier, l’anacardier, entre autres, comme l’a indiqué Pierre Ngor Bakhoum, le président du comité composé d’hommes et de femmes.

Fonction écologique et patrimoine culturel
Avec l’implication du groupement villageois « Sédar Diaga Senghor » et compte tenu du succès qu’ont connu certains projets et de l’importance des superficies d’anciens sites de mangroves ainsi que des terres dégradées non encore réhabilitées, une nouvelle phase a été enclenchée. Elle est essentiellement consacrée à la sauvegarde de la végétation de l’environnement naturel. La forêt abrite des espèces végétales comme le kinkéliba (Combretum), le rônier (Borassus), l’anacardier (Anacardium), le cade, etc., et des espèces animales comme le rat palmiste, le chacal, l’hyène, le lapin, a renseigné M. Bakhoum. Cependant, il a été constaté que beaucoup de ces espèces sont en voie de disparation à cause de la rareté des pluies et des effets de la pression anthropique sur les ressources naturelles du terroir de Djilor Djidiack.

Pour autant, la forêt a des fonctions écologiques, car elle constitue une zone de protection des terres arables mais également un patrimoine culturel. Selon Khatary Mbaye, natif du terroir et actuel coordonnateur du Fem, « la forêt abrite les cimetières mixtes du village et sert aussi de lieu de prières pour chasser le mauvais sort et implorer la pluie ».

Il convient de signaler aussi qu’elle produit du bois d’usage et de chauffe et sa fonction de zone de réserve pour le pâturage et de reproduction des plantes médicinales en voie de disparition.

Mohamadou SAGNE

APPORT DU GROUPEMENT VILLAGEOIS
Le groupement « Sédar Diaga Senghor », créé en 2003, a été reconnu officiellement en 2005. Il compte actuellement 200 membres et regroupe l’ensemble des femmes de Djilor Djidiack avec une capacité de mobilisation qui dépasse de loin 500 personnes. D’autant que, selon Khatary Mbaye, « le groupement collabore étroitement avec les membres de l’Asc Ndamloor, les Scouts et guides de Djilor, l’Avd de Djilor et le comité de surveillance de la forêt communautaire de «Kolou Ndig» ». Une véritable Organisation communautaire de base (Ocb) très dynamique dans le reboisement de la mangrove, le reboisement continental, mais dont les différents membres s’activent dans des activités génératrices de revenus avec l’accompagnement du Fonds d’appui à l’environnement et au développement (Faed) du Fonds mondial pour l’environnement (Fem). Cela, à travers la transformation des fruits et légumes, des céréales locales, le petit commerce, mais également le maraîchage et la riziculture dans le périmètre de « Banna ». Par ailleurs, ce partenariat a permis au groupement de reboiser 28 ha de mangrove et construire une digue anti-sel qui a permis la récupération de plus de 35 hectares de terres actuellement valorisés avec la riziculture et le maraîchage.

M. SAGNE

RENFORCEMENT DE LA BIODIVERSITÉ
Il faut noter que les activités menées par ce groupement ont beaucoup contribué au renforcement de la biodiversité (reboisement de la mangrove) et à la lutte contre la dégradation des terres. Et ce, par le ralentissement de leur salinisation (la mangrove constitue une barrière contre l’avancée de la langue salée). « Sédar Diaga Senghor » poursuit actuellement les activités déroulées avec le projet Pmf/Fem pour assurer la durabilité et la protection de « Kolou Ndig » avec son érection en Aire et territoire du patrimoine autochtone communautaire (Apac).

Déjà les populations du village de Djilor y ont initié des actions allant dans ce sens (clôture du site, mise en place du comité de surveillance et d’une règlementation de l’accès aux ressources).

Une bonne dynamique saluée par le Pr Assane Goudiaby, membre du comité de pilotage du Fem/Pfm, qui ne manque pas de citer en exemple les acquis de l’Apac de Djilor Djidiack à travers l’engagement et le dévouement de ses membres à la cause de la protection de la diversité biologique et environnementale.

M. SAGNE

A la Cité Famara Ibrahima Sagna, sise à Thiaroye-sur-Mer, des femmes s’activent pour contribuer à la délocalisation de l’usine Senchim aux émanations toxiques dangereuses sur la santé de la population. La journée du 8 mars a servi de prétexte à l’Institut Panos, initiateur d’une formation à l’intention de correspondants locaux de 4 régions du Sénégal, pour mettre en relief les atteintes environnementales subies par les femmes.

Un calme olympien règne dans la Cité Famara Ibrahima Sagna de Thiaroye-sur-Mer rendue célèbre grâce au combat communautaire mené par la population pour la délocalisation de l’usine Senchim. Du haut d’une maison, flotte un drapeau aux couleurs nationales. C’est le domicile de Massamba Guèye, délégué dudit quartier. A l’intérieur, une jeune fille sort d’une chambre. Notre besoin de rencontrer le délégué du quartier lui étant exprimé, elle nous prie de patienter, puis s’introduit à nouveau dans la même chambre d’où ressort ensuite une femme d’âge mûr. Elle nous invite à attendre dans le salon, le temps que Mansour Guèye, fils du délégué de quartier, arrive. C’est ce quarantenaire qui doit nous servir de guide. Il nous invite à le suivre. Direction : Senchim. Ici, personne ne peut confirmer ou infirmer que l’usine est encore fonctionnelle. Aucun bruit ne provient de l’intérieur et les émanations toxiques de l’époque se font moins ressentir.

Néanmoins, l’air est encore faiblement chargé. La dame Marianne Sy que nous devions rencontrer loge dans une maison jouxtant le mur de clôture de l’usine. Elle est, malheureusement, allée à un rendez-vous médical. « Elle est partie à l’hôpital depuis ce matin, mais elle ne va pas tarder à revenir », a réagi son mari, Adama Sylla, sous les regards curieux de ses deux enfants venus certainement pour en connaître davantage sur l’objet de notre présence dans la maison. Selon lui, trois mois après leur installation dans la cité, son épouse a commencé à tousser. « La toux a persisté. Et lorsque je l’ai conduite chez le médecin, il m’a révélé que c’est l’effet des émanations toxiques de Senchim. Les toux ont empiré de jour en jour. Je l’ai conduite à l’hôpital où elle a subi une opération qui l’a clouée au lit pendant longtemps. De cette structure hospitalière, elle est transférée au Cto (devenu Hoggy) où elle a subi une nouvelle opération », a-t-il ajouté.

Après un bref échange avec le vieux, nous nous retirons de la maison pour aller à la rencontre d’autres femmes de la cité engagées dans le combat pour la délocalisation de l’usine, unique solution, selon les habitants du quartier, à la souffrance collective de la population. A mi-chemin, Mansour Guèye balance : « Pourtant le cas que ce vieux vient de vous raconter n’en est qu’un seul parmi bien d’autres. La plupart d’entre nous souffrent silencieusement des conséquences de la pollution provoquée par les émanations toxiques venant de cette usine ».

Des mesures contre les effets de la pollution
Debout devant la porte de sa chambre, le front dégoulinant de sueur, Astou Tamba s’apprête à préparer le repas. Elle consent un tant soit peu à nous entretenir de l’arsenal de défense auquel elle recourait pour surmonter cette épreuve. « Je mets de l’eau de javel dans tous les aliments avant d’entamer la préparation du repas, tout en faisant preuve d’une vigilance totale », a-t-elle signifié. Elle a ajouté que les chats s’introduisent dans l’usine et en ressortent ensuite recouverts de produits toxiques. Et à la moindre inattention, ils peuvent infester la cuisine et souiller les aliments. « C’est pourquoi, en dehors de l’eau de javel que j’utilise, je m’arme aussi de vigilance ». Toujours au chapitre des mesures que cette ménagère prend contre les effets de la pollution, les examens vétérinaires auxquels elle faisait subir les moutons ou poulets qu’elle élevait dans la maison avant de les égorger à des fins de cuisson.

Nous prenons congé de Astou Tamba et allons à la rencontre de Mme Sadio Mané qui envisage, avec Astou Gaye, de mettre sur pied une structure qui va prendre le relai des hommes dans ce combat pour la délocalisation de l’usine. A défaut, jouer un rôle plus déterminant pour atteindre cet objectif. « L’union fait la force et, jusqu’ici, les femmes ne se contentaient que des seconds rôles. Nous allons nous organiser en mettant en place une structure qui va fédérer toutes les femmes de la Cité afin de pouvoir constituer une force de frappe capable d’accélérer le combat », a confié cette femme âgée de 47 ans. « Autrement dit, nous allons réfléchir à des remèdes plus concrets pour le triomphe définitif de notre cause », a-t-elle mentionné, admettant que « les femmes ont toujours participé activement dans les batailles en termes de mobilisation, de sensibilisation, etc. ». Mais, « aujourd’hui, la cause est si noble que je leur dis que nous devons passer à un pallier supérieur », a déclaré Mme Mané, estimant que « c’est certainement le prix à payer pour que les habitants du quartier retrouvent enfin un cadre de vie sain débarrassé de toute souillure ».

Abdou DIOP

Le Centre de formation professionnelle et technique (Cfpt) de Koungheul va ouvrir ses portes à la prochaine rentrée scolaire (octobre 2018). La réception de l’établissement se fera le 15 mai prochain, selon l’entrepreneur qui a reçu la visite du directeur général de l’Office national de la formation professionnelle (Onfp) accompagné de la directrice de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics (Acbep).

Le département de Koungheul va se doter d’un Centre de formation professionnelle et technique (Cfpt) pouvant accueillir plus de 180 apprenants dans trois filières (mécanique auto, constructions métalliques, coupe et couture). Le chantier de l’établissement, situé à la sortie sud-est de la commune, a reçu une délégation de l’Office national de la formation professionnelle (Onfp) conduite par son directeur général, Sanoussi Diakité. Ce déplacement est effectué pour s’enquérir de l’état d’évolution des travaux que la structure publique suit au titre de maitre d’ouvrage délégué.

Pendant près de deux tours d’horloge, la délégation, qui avait à ses côtés le préfet du département et la directrice générale de l’Agence de construction des bâtiments et édifices publics (Acbep), Mme Socé Diop Dione, a inspecté le chantier. Bâties sur une surface de 4 hectares offerts par la commune de Ida Mouride, les installations doivent accueillir la première génération d’apprenants issus du département et des autres localités de la région de Kaffrine.

Le choix d’implanter ce type d’établissement dans cette ville à cheval entre le Centre et l’Est du Sénégal est loin d’être gratuit. « C’est le ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle qui nous a instruit, suite à un plaidoyer de la directrice de l’Acbep, de construire ce centre à Koungheul pour accompagner le développement économique et social de ce département qui, en plus d’être une place forte de la culture arachidière, est promise par sa situation géographique de principal carrefour des axes routiers vers le Mali et la Guinée », a déclaré M. Diakité. Selon lui, « ce centre devrait être réceptionné d’ici le 15 mai prochain » et « sera opérationnel à la rentrée scolaire d’octobre 2018 ».

Le coût global de la construction du Cfpt de Koungheul est de 214 millions de FCfa. Ses futurs pensionnaires vont bénéficier d’un régime de semi-internat.

Elimane FALL

Le fort taux de prévalence du Sida dans la région de Kolda, estimé à 2,4%, pousse à la redéfinition de stratégies porteuses particulièrement articulées sur les traitements ambulatoires, les stratégies avancées de dépistage, etc.

La région de Kolda qui fait partie des plus pauvres du Sénégal projette l’image d’une zone changeante. Elle se renouvelle grâce à la qualité de son réseau routier. Cela, au grand bonheur des automobilistes qui gardent en mémoire l’état défaillant des routes dans un passé récent. Si des lueurs d’espoir se dégagent chez les populations, la cartographie sanitaire, elle, est révélatrice de la pauvreté ambiante qui caractérise cette région située au sud du Sénégal.

Kolda qui compte 3 départements et 9 arrondissements, pour une population estimée à 748. 451 habitants, se distingue par ses spécificités culturelles. Elle subit aussi les contrecoups des flux migratoires. Cette zone frontalière se situe, en effet, entre la Gambie, la Guinée-Bissau et la Guinée et abrite l’un des plus grands marchés de la zone : Diaobé. Le taux de prévalence du Vih/Sida, estimé à 2,4 %, si l’on se fie à l’Eds-Mics 2010-2011, dépassant ainsi la moyenne nationale, a poussé un consortium de 8 Ong à y bâtir de nouvelles stratégies. Parmi celles-ci, les traitements ambulatoires et les stratégies avancées de dépistage. L’objectif étant d’offrir des soins de santé à cette frange et à leur créer des cadres d’échanges dans la plus grande confidentialité.

En effet, les populations clés (constituées des hommes qui ont des relations sexuelles avec les hommes, des usagers de la drogue, des professionnelles du sexe) rechignent à fréquenter les structures de santé. Mais, elles ont pris le courage de révéler leur identité grâce aux médiateurs formés.

Dynamique de confiance
Le coordonnateur du programme Usaid Neema, Seydi Bâ Gassama, pense que des jeunes de plus en plus exposés à toutes sortes de tentations méritent une attention particulière. Pour lui, il est important d’accentuer les efforts. « Nous nous réjouissons du fait que ces personnes clés aient pu se faire identifier. Nous avons défini des stratégies avancées pour leur permettre de se faire dépister. Nous disposons d’une cartographie qui permet de leur offrir des soins de qualité. Car si elles se font dépister à temps, elles peuvent mener une vie stable », précise-t-il.

Par ailleurs, M. Gassama, coordonnateur du Bureau régional qui couvre les régions de Kolda, Ziguinchor et Sédhiou, ne manque pas de tirer sur la sonnette d’alarme face à une tendance qui risque de fragiliser les couches vulnérables, notamment les élèves.

Matel BOCOUM

Représentant par la même occasion le parrain, le président Macky Sall, à la première cérémonie de remise de diplômes de l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs), le Pr Mary Teuw Niane a confié aux étudiants : « Le chef de l’Etat est de tout cœur avec vous et vous donne rendez-vous dans quelques semaines dans un Eno qui sera inauguré par lui-même ».

Les Eno de Thiès, Guédiawaye, Saint-Louis et Ziguinchor sont en construction. Le siège de l’Uvs, d’un financement de plus de 2 milliards de FCfa de la Bad, est aussi en train d’être construit à Diamniadio. le ministre a également remercié le directeur de l’Artp, Abdou Karim Sall, pour sa décision d’investir 4,8 milliards de FCfa pour la construction de 8 Eno.

O. KANDE

La revue annuelle des performances 2017 du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri) fait état de plusieurs réalisations dans le secteur. Entre autres, l’accessibilité s’est améliorée avec 162.635 étudiants enregistrés au Sénégal, soit un ratio qui est passé de 1.071 étudiants pour 100.000 habitants en 2016 à 1.099 en 2017.

Dans le cadre de la gestion axée sur les résultats, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a tenu, le 30 mars 2018, sa revue annuelle des performances de l’année 2017. Le rapport partagé avec les acteurs fait ressortir de bons résultats. Selon le ministre Mary Teuw Niane, l’accessibilité aux études a été améliorée. Pour 2017, l’enseignement supérieur public a comptabilisé une population de 114.840 étudiants et le privé 47.795, soit une population estudiantine de 162.635 contre 151.989 en 2016. Cela fait que le ratio d’étudiants pour 100.000 habitants est passé de 1.071 à 1099. Ce, même si l’objectif du Sénégal est d’en arriver à 1373 étudiants pour 100.000 habitants.

le Pr Niane a rappelé que cela s’explique par le fait que l’accès est garanti à tout bachelier qui en exprime la demande à travers la plateforme Campusen. La carte universitaire a connu ainsi « des avancées significatives » avec la poursuite des constructions, des réhabilitations et l’équipement des infrastructures. Concernant la qualité des résultats des examens pour l’année universitaire 2016-2017, le taux de promotion s’est amélioré avec une moyenne de 65 % pour la Licence I et de 55 % pour le taux de réussite en Licence III.

50.025 étudiant disposent chacun d’un ordinateur
La réorientation du système vers les Sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (Stem) se poursuit aussi, d’après le rapport, avec la révision ou l’écriture de plus de 253 curricula en 2017 contre 108 en 2016. L’intégration des Tic dans les stratégies d’enseignement s’est traduite, en 2017, par la mise en ligne de 943 cours dans les établissements d’enseignement supérieur, s’est réjoui le ministre de l’Enseignement supérieur. De même, il a confirmé que le programme « Un étudiant un ordinateur » se poursuit pour l’amélioration de l’environnement numérique du travail avec 50.025 bénéficiaires, soit plus de 30 % des effectifs universitaires. S’agissant de l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs), 100 % des étudiants ont un ordinateur. Toujours dans le volet numérique, les universités publiques sénégalaises disposent, depuis 2017, d’un réseau Intranet et sont reliées à l’Adie avec une bande passante internet. Pour ce qui est de l’assurance qualité, des Cellules internes d’assurance qualité (Ciaq) sont fonctionnelles dans toutes les universités publiques et dans 90 établissements privés. Mary Teuw Niane a confirmé que l’Agence nationale de l’assurance qualité (Anaq) a évalué 96 programmes, dont 26 pour le public et 70 pour le privé. Quant à l’habilitation, en 2017, 29 établissements d’enseignement supérieur, dont 28 privés, ont été évalués en vue de l’obtention de l’autorisation de délivrer des diplômes.

Sur le plan de la recherche, le rapport apprend que l’acquisition du supercalculateur est en cours ; le projet télémédecine de Guédiawaye est fonctionnel et les équipements sont acquis et en cours d’installation dans certains Eno.

Pour le financement de la recherche, le Projet d’appui à la promotion des enseignantes-chercheures du Sénégal (Papes) a financé 50 projets pour un montant de 149.594.497 FCfa. Toutefois, Mary Teuw Niane a demandé des efforts supplémentaires, malgré les difficultés, pour améliorer le développement du secteur.

Oumar KANDE

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a organisé, le 29 mars 2018, sa revue annuelle conjointe. Dans le bilan de l’année 2017, « globalement, les indicateurs ont positivement évolué », même si les résultats peuvent être améliorés dans le futur.

Pour la sixième année consécutive, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a procédé à sa revue annuelle conjointe 2017. En 2013, il a été choisi comme ministère test pour élaborer le budget-programme, nouveau cadre harmonisé des finances publiques de l’Uemoa. Selon les rapports, « globalement, les indicateurs ont positivement évolué ». Le directeur de la Planification, de la recherche et de la statistique, Dr Youssoupha Ndiaye, présentant le rapport, a fait savoir qu’il y a des performances dans plusieurs aspects de la santé. Que ce soit pour le taux d’achèvement des consultations prénatales que pour la lutte contre le paludisme (où le Sénégal a été cité en exemple et a reçu un prix), il y a eu des améliorations. Le taux de disponibilité des médicaments est passé aussi de 82 à 89 % dans les structures sanitaires.

En 2017, les Eps ont procédé à 1.631 césariennes, à la prise en charge de 500 cas de problèmes cardiaques, de 1.000 cas d’insuffisance rénale, etc. Dans le cadre de la Couverture maladie universelle (Cmu), 1.998.518 enfants de zéro à cinq ans ont été consultés, 625 personnes ont bénéficié aussi de la gratuité de la dialyse en 2017 contre 533 en 2016. Toutefois, il est demandé d’augmenter le recrutement d’agents de santé qualifiés, d’améliorer le financement, d’avoir une couverture nationale, etc. Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a salué ces résultats. « En termes d’objectifs de la santé de la mère et de l’enfant, il y a des évolutions très positives ; en termes aussi de Couverture maladie universelle, il y a une évolution, même si quelques efforts sont à faire dans certains endroits », s’est-il réjoui. Le ministre a rappelé qu’un très bon résultat est noté pour les cartes d’égalité des chances avec un objectif de 50.000 cartes à distribuer dépassé. Cependant, il a reconnu qu’il y a une amélioration à faire en termes de couverture vaccinale avec un gap dû « à l’absence, en un moment, du vaccin de la fièvre jaune ; ce qui a impacté les résultats ».

Vers l’élaboration du Pnds 2019-2028
Sur le déficit de personnel qualifié soulevé dans plusieurs régions, Abdoulaye Diouf Sarr a assuré que le gouvernement a déclenché le processus pour former sur la durée. Il a rappelé qu’en relation avec le ministère de la Formation professionnelle, un budget de 1,4 milliard de FCfa a été dégagé pour former des spécialistes « dans des domaines où des éléments de priorité identifiés afin de corriger le gap en termes de spécialistes ». Sur la faible participation des collectivités locales au financement des structures sanitaires, le ministre a indiqué qu’ « il y a un travail à faire, car certains fonds doivent être obligatoirement utilisés pour le secteur de la santé ». Revenant sur l’année 2018 qui marque la fin du Plan national de développement sanitaire (Pnds) 2009-2018, M. Sarr a soutenu qu’il « faut engager, dans les meilleurs délais, l’élaboration du prochain Pnds 2019-2028 » et que ce chantier nécessite une action commune en vue d’une meilleure identification des stratégies à développer dans le secteur.

Oumar KANDE

LES PTF RÉAFFIRMENT LEUR DISPONIBILITÉ À ACCOMPAGNER LE SÉNÉGAL
Lors de la revue annuelle conjointe de la santé, les Partenaires techniques et financiers (Ptf) ont dit leur disponibilité à accompagner le Sénégal et salué la tenue régulière du bilan du Pnds. Représentant-résident par intérim de l’Oms, Farba Lamine Sall qui a parlé au nom du groupe des Ptf du Sénégal s’est félicité de cette revue. Il a soutenu que les partenaires suggèrent la systématisation de cette analyse pour s’assurer de la pertinence des recommandations. Pour lui, il « est heureux de relever que l’effort de redevabilité auquel le niveau central se soumet, par la tenue régulière de ces instances de suivi et d’évaluation, est en train de s’inscrire dans une institutionnalisation salutaire au niveau régional ». M. Sall a indiqué que, de ce fait, les Ptf renouvellent leur disponibilité à accompagner le ministère de la Santé dans l’amélioration des performances en apportant leur appui technique et financier mais également en étant dans une approche de vérité dans le cadre d’un partenariat sincère.

O. KANDE


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.