banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Lutte contre la pratique de l’excision : Une étude recommande de fédérer les actions autour de l’Etat

04 Fév 2016
986 times

Le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), en partenariat avec le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, a organisé, le 3 février, une restitution des résultats de l’étude d’impact des déclarations d’abandon de l’excision au Sénégal. Il est recommandé de fédérer toutes les actions autour de l’Etat pour l’abandon de cette pratique.
Fédérer toutes les actions autour de l’Etat et de ses démembrements pour l’abandon de l’excision, c’est l’une des recommandations d’une étude réalisée dans les régions de Thiès, de Kolda, de Tambacounda, de Matam et de Ziguinchor par le Groupe d’étude de recherche et d’appui au développement (Gerad). Cette étude renseigne sur les déterminants et l’effectivité de l’abandon de l’excision, les contraintes socioculturelles dans les zones de résistance, l’impact des déclarations de l’abandon de l’excision, le jeu des acteurs autour de l’excision. « La mise en œuvre de différents facteurs a permis d’enregistrer une baisse du taux de filles excisées au Sénégal (12,9 % des filles âgées de 0-14 ans selon l’Eds-continue 2014) et un nombre important de communautés qui ont déclaré avoir abandonné l’excision au Sénégal : 5935 en 2015, selon l’Ong Tostan », lit-on dans le résumé de l’étude.
Les résultats ont également montré que le niveau d’effectivité de l’abandon de l’excision est important dans les communautés ayant fait des déclarations, notamment dans les régions de Thiès et de Ziguinchor. Pour les autres régions, le niveau d’effectivité de l’abandon de l’excision est mitigé dans les communautés situées le long des frontières. L’étude montre que les déclarations d’abandon de l’excision ont eu un impact notoire sur la perception de la communauté à l’endroit d’une fille non excisée.
L’étude recommande également la mise en place d’une stratégie appropriée pour dérouler les programmes de sensibilisation à l’endroit des autorités coutumières et religieuses. Selon Andréa Wojnar Diagne, représentante résidente de l’Unfpa, le Sénégal connaît un recul de la pratique de l’excision grâce aux efforts concertés du gouvernement et au travail remarquable des Ong. «Ce qui est encourageant, c’est que la tendance générale est vers l’abandon progressif de l’excision même si des poches de résistance subsistent encore», déclare Mme Diagne. Oumou Khaïri Niang du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance a souligné que l’excision constitue une violation des droits humains et des conventions internationales. Elle a rappelé que le gouvernement a élaboré une stratégie nationale qui a été déployée sur le terrain et appuyée par les Ong pour accélérer le processus d’abandon de l’excision.
L’artiste Coumba Gawlo Seck, qui a pris part à cette rencontre, a demandé l’implication de tout le monde pour arrêter l’excision en vue de l’épanouissement de la femme.  

Aliou KANDE


Last modified on jeudi, 04 février 2016 12:51
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.