banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Consultation régionale de l’Adea : Des échanges sur les sciences, les mathématiques et les nouvelles technologies

14 Jui 2016
1680 times

En prélude à sa prochaine triennale, prévue du 15 au 17 mars 2017, à Marrakech, au Maraoc, l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (Adea) organise, depuis hier à Dakar, sa consultation régionale pour l’Afrique de l’Ouest. La rencontre prend fin aujourd’hui.

Des experts de l’éducation de divers pays échangent autour du thème « Promouvoir les sciences, les mathématiques et les nouvelles technologies dans les systèmes éducatifs pour réussir la transformation structurelle de l’Afrique et pour construire des économies et des sociétés africaines du savoir ». C’est dans le cadre de la consultation régionale pour l’Afrique de l’Ouest organisée par l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (Adea). Cette réunion témoigne de l’importance accordée aux sciences, aux mathématiques et aux nouvelles technologies, mais aussi de la nécessité de leur donner une place prépondérante dans les systèmes éducatifs en Afrique. Il se pose à ce continent un défi qui est celui « de la mise en œuvre », pour ainsi reprendre Mamadou Ndoye, coordonnateur général de l’Adea, des politiques de promotion de ces outils fondamentaux dans l’émergence et le développement des Etats africains.  C’est pourquoi il est question, ici, de définir des objectifs et de se projeter sur les résultats attendus de cette consultation.

Elle se donne comme ambition d’engager les participants dans l’appropriation du thème de la triennale de 2017 et de faire le bilan de l’état actuel de l’apprentissage de ces branches sur lesquelles ils sont invités à discuter, en vue d’identifier et d’analyser les facteurs explicatifs d’une telle situation.

Les participants sont, en outre, appelés à faire partager les leçons apprises des meilleures pratiques et innovations réussies en Afrique et ailleurs afin de relever les défis identifiés et de pouvoir « recréer », dans les contextes spécifiques, les conditions et facteurs d’une mise en œuvre réussie de leur promotion dans la perspective de construction d’économie et de sociétés africaines du savoir.

Il sera procédé à une identification de potentiels partenaires pouvant sponsoriser l’organisation de la triennale. Chaque pays participant devra apporter des contributions portant sur son expérience et ses connaissances sur les sujets abordés. Le secrétaire général de la Conférence des ministres de l’Education des pays ayant le français en partage (Confemen), Jacques Boureima Ki, s’est félicité de cette rencontre avec un thème porteur d’enjeux pour l’Afrique. « Car, estime-t-il, les sciences, les mathématiques et les nouvelles technologies sont des moteurs de développement. Dans ce domaine, l’Afrique fait  face à des difficultés que sont l’indisponibilité des enseignants, les formes d’apprentissage et le peu d’engouement manifesté par les élèves à apprendre ces disciplines ».

Alassane Aliou MBAYE

 

Mary Teuw Niane, ministre de l’enseignement supérieur : Cette démarche est en parfaite cohérence avec celle de l’Etat du Sénégal
Le ministre Mary Teuw Niane qui a présidé la cérémonie d’ouverture a salué une  initiative qui est « en parfaite cohérence avec la politique menée au Sénégal pour développer ces filières scientifiques. Le Sénégal, depuis 2013, a tenu ses Concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur suivies par le Conseil présidentiel au cours duquel le président de la République a pris 11 décisions, dont certaines concernent le développement de la science et de la technologie. Cela implique, selon lui, le développement des ressources humaines, de l’environnement de la recherche et  l’organisation de la gouvernance pour aller vers la mise en œuvre de ces décisions. « Au niveau social, il y a une politique de discrimination positive en faveur des bacheliers titulaires de baccalauréats scientifiques et techniques », révèle-t-il.

A. A. MBAYE

Last modified on mardi, 14 juin 2016 10:26
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.