banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Avancée de la mer à Saint-Louis : 200 sinistrés de Nguet Ndar relogés à Sor

09 Juil 2016
2032 times
Avancée de la mer à Saint-Louis : 200 sinistrés de Nguet Ndar relogés à Sor L’avancée de la mer menace Guet Ndar.

La mer a encore déferlé sur Guet-Ndar. Les vagues ont détruit une quinzaine de concessions et des maisons en dur. Les populations de Guet-Ndar et de Gokhou-Mbathie sont désemparées. Jusqu’hier dans la soirée, les vagues géantes continuaient d’harceler les virages y compris dans la zone de la Langue de Barbarie. Les autorités municipales, sous la houlette du maire Mansour Faye, se sont mobilisées au moment opportun pour reloger 15 familles dans les logements sociaux de Bango/Ngallèle, soit plus de 200 personnes sinistrées.

Le visiteur qui débarque pour la première fois à Guet-Ndar sera, à coup sûr, impressionné par la beauté fascinante de la nature. Celle-ci fait couler sous nos pieds des flots de bonheur.

Des milliers de pêcheurs qui vivent dans cette partie de la Langue de Barbarie, de la ville tricentenaire de Saint-Louis, caressent le rêve de disposer d’une parcelle à usage d’habitation dans le faubourg de Sor, dans le Gandiolais où le Toubé, pour échapper à la furie des vagues de l’océan Atlantique. Guet-Ndar, Santhiaba, Gokhou-Mbathie et l’Hydrobase étaient des quartiers qui faisaient courir tous ceux qui rêvaient d’habiter en bordure de mer, ou de l’eau tout court. Mais entre hier et aujourd’hui, l’eau a coulé sous les…ponts de ces quartiers sous la menace de l’avancée de la mer. Il fait 11 heures 30 mn ce jeudi de juillet 2016. La matinée s'écoule lentement. A Guet-Ndar, les 15 familles sinistrées sont entre les décombres. Les hommes, les femmes, les jeunes filles et garçons ramassent, rassemblent des ustensiles, des vêtements, et des bagages au milieu des maisons en ruine. Le dernier raz-de-marée a tout détruit sur son passage. A Pondokholé, une ribambelle d’enfants dépenaillés, inconscients ou innocents, jouent aisément dans certaines concessions inondées par les eaux marines. Ils s’esclaffent. Ils jouent dans des étangs d’eau. M. F. Sène, 38 ans, transformatrice de produits halieutiques, affiche une mine triste. Elle est visiblement abattue par la fréquence des déferlements des vagues géantes. Cette dame tire ses revenus de la transformation de poissons sur un site aménagé à Sine, en face des cimetières de Thième et de Thiaka Ndiaye.

Dégoulinante de sueur, trapue, clinquante dans son « Meulfeu » (habit maure), une autre dame est d’une énergie débordante. Elle nous rappelle ce qu’elle avait l’habitude de dire à ses parents : « Cette situation ne me surprend pas. J’ai toujours demandé à mes parents de tout faire pour aller vivre dans le faubourg de Sor, dans les villages du Gandiolais, du Toubé, de Diama Yélaar. ».

Guet-Ndar est un milieu où la vie ne nous apporte pas de soucis. Il est facile de vivre avec une ambiance carnavalesque, de trouver le temps de remettre de l'ordre dans nos pensées. Cette ville attire. Le site est paradisiaque et idyllique. Ici, on peut deviser tranquillement avec des concitoyens affables, humbles et modestes. Le vent fort a du mal à étouffer ces cris d'oiseaux et autres notes suaves.

Le temps de déménager
Malgré les désagréments causés par ce raz-de-marée, le jeune Badou. L. Diop, 33 ans, pêcheur des sennes tournantes, ne se fait pas prier pour répondre à nos questions. « Nous remercions vivement le maire Mansour Faye et son équipe municipale pour les efforts déployés, en vue de reloger près de 200 personnes appartenant à une quinzaine de familles sinistrées dans les logements sociaux de la mairie », s’exprime- t-il.

Cette situation pénible et désagréable, a-t-il renchéri, nous prouve maintenant qu’il est grand temps de déménager. « Toutes les populations de la Langue de Barbarie sont, aujourd’hui, conscientes de l’urgence et de la nécessité d’abandonner cette longue bande de terre baignée par la mer et le fleuve, pour aller habiter ailleurs. Nous savons tous que la ville de Saint-Louis, à long terme, sera rayée de la carte du Sénégal. Nous saluons néanmoins la promptitude de Mansour Faye à réagir pour nous recaser dans le Sor », a reconnu Badou Diop.

Les autorités municipales à pied d’œuvre
Ces témoignages émouvants en disent long sur le désir ardent de cette communauté de pêcheurs de quitter ce Guet-Ndar si cher aux habitants. Loin du virage, sur la terre ferme, les adjoints au maire Mansour Faye sont à pied d’œuvre. En première ligne, Balla Guèye. A la tête d’une délégation, il effectue la navette entre la mairie et Guet-Ndar. Conformément aux directives et instructions du maire Mansour Faye, une forte délégation du conseil municipal de Saint-Louis, conduite par l’adjoint au maire Balla Guèye, se rend tous les jours à Guet-Ndar.

« Depuis le 2 juillet, nous sommes constamment au chevet de nos concitoyens de la Langue de Barbarie. Actuellement, nous avons pu reloger dans de très bonnes conditions plus de 200 personnes touchées par cette catastrophe naturelle.», a rapporté Balla Guèye. L’Etat et la municipalité ont entamé la procédure d’installation de brise-lames sur 4 km entre Guet-Ndar et Gokhou-Mbathie. Le projet coûtera 1 milliard de FCfa au lieu de 4 milliards précédemment annoncé dans la presse.

Reportage de Mbagnick Kharachi DIAGNE

Last modified on samedi, 09 juillet 2016 11:18
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.